Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221139349
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 135 x 215 mm
Les Vivants - Tome 2
Les Proies
Emmanuel Palha (traduit par)
Collection : Collection R
Date de parution : 11/02/2016
Éditeurs :
Robert Laffont
En savoir plus

Les Vivants - Tome 2

Les Proies

,

Emmanuel Palha (traduit par)
Collection : Collection R
Date de parution : 11/02/2016

Le second volet de la série apocalyptique Les Vivants, acclamée aux États-Unis.
Steward sur un luxueux navire de croisière le temps d’un été, Shy a miraculeusement survécu à un énorme...

Le second volet de la série apocalyptique Les Vivants, acclamée aux États-Unis.
Steward sur un luxueux navire de croisière le temps d’un été, Shy a miraculeusement survécu à un énorme tremblement de terre et au tsunami qui a suivi. Il a également réchappé au virus le plus mortel que l’humanité...

Le second volet de la série apocalyptique Les Vivants, acclamée aux États-Unis.
Steward sur un luxueux navire de croisière le temps d’un été, Shy a miraculeusement survécu à un énorme tremblement de terre et au tsunami qui a suivi. Il a également réchappé au virus le plus mortel que l’humanité ait jamais connu.
Lorsque Shy, Carmen, Cireur et Marcus arrivent en vue des côtes californiennes, le calvaire semble toucher à sa fin. Mais c’est sans compter sur les gangs qui ont pris le contrôle d’un État dévasté par le séisme et la maladie : de rescapés, Shy et ses amis deviennent… des proies.

« Dans les semaines qui ont suivi ma lecture, je n’ai pas réussi à me sortir Shy de la tête, ce héros est vraiment extraordinaire ! » John GREEN, auteur de Nos étoiles contraires.
« Tout bonnement inclassable. Une fantastique histoire bourrée de rebondissements qui ne vous laissera pas souffler. J’ai adoré ce livre ! » James DASHNER, auteur de la série Le Labyrinthe.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221139349
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JessicaLumbroso Posté le 28 Décembre 2021
    Je suis assez mitigée sur cette lecture, qui me laisse plutôt sur ma faim... Si l'action est prenante, si l'histoire est toujours aussi palpitante, il y a tout de même quelques questions laissées en suspens qui gâchent un peu les derniers chapitres... Mais revenons à l'histoire : Shy, Cireur, Marcus et Carmen viennent de passer un mois en mer, sur leur voilier de secours, lorsqu'ils atteignent les côtes de la Californie. Mais ils ne s'attendaient pas à un tel chaos. Le virus s'est propagé, les gens meurent par milliers, alors que la côte a déjà souffert du tremblement de terre qui a tout ravagé et provoqué de terribles incendies. Une frontière s'est créée en Arizona, pour stopper la propagation du virus. Leur but alors est de rejoindre la frontière pour apporter le vaccin aux autorités... Mais leur route est semée d'embuches, et les dangers rôdent à chaque coin de rue. Encore une fois, Matt de la Pena m'a tenu en haleine sur la quasi totalité du roman, pressée de savoir comment ils s'en sortiraient. Toutefois, il m'a un peu déçue avec cette fin brutale, qui est aux antipodes de ce qu'on aurait attendu de Shy, entre comportement incompréhensible et point final soudain. De... Je suis assez mitigée sur cette lecture, qui me laisse plutôt sur ma faim... Si l'action est prenante, si l'histoire est toujours aussi palpitante, il y a tout de même quelques questions laissées en suspens qui gâchent un peu les derniers chapitres... Mais revenons à l'histoire : Shy, Cireur, Marcus et Carmen viennent de passer un mois en mer, sur leur voilier de secours, lorsqu'ils atteignent les côtes de la Californie. Mais ils ne s'attendaient pas à un tel chaos. Le virus s'est propagé, les gens meurent par milliers, alors que la côte a déjà souffert du tremblement de terre qui a tout ravagé et provoqué de terribles incendies. Une frontière s'est créée en Arizona, pour stopper la propagation du virus. Leur but alors est de rejoindre la frontière pour apporter le vaccin aux autorités... Mais leur route est semée d'embuches, et les dangers rôdent à chaque coin de rue. Encore une fois, Matt de la Pena m'a tenu en haleine sur la quasi totalité du roman, pressée de savoir comment ils s'en sortiraient. Toutefois, il m'a un peu déçue avec cette fin brutale, qui est aux antipodes de ce qu'on aurait attendu de Shy, entre comportement incompréhensible et point final soudain. De plus, le personnage d'Addie, qui avait une grande importance dans le tome 1, est quasiment relégué aux oubliettes dans ce tome 2. Et sa brève apparition ne clôt absolument pas son propre chapitre. Ce qui est extrêmement dommage. Nous ignorons tout de ce qu'elle a traversé, de sa psychologie, ses émotions, ses pensées... Le personnage n'existe plus, largement remplacé par Carmen et son fort caractère. Et ça encore, c'est dommage... Hormis ces deux points qui m'ont vraiment gênée, j'ai trouvé l'histoire addictive, encore une fois. Même si ce titre est légèrement moins bien que le précédent, l'histoire m'a captivé tout autant. Une très bonne découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Saiwhisper Posté le 6 Novembre 2017
    C’est avec un certain plaisir que j’ai entamé la lecture de « Les proies », second et dernier roman mettant en scène un univers post-apocalyptique où l’humanité est sur le point de s’éteindre à cause de la maladie, des éléments ou, dans cet opus, à cause de l’Homme lui-même. Malheureusement, mon ressenti général a rapidement dégringolé en raison de la fin très décevante, vite expédiée, trop facile et semi-ouverte. L’ensemble de l’intrigue m’a plu, le rythme était bon, l’ambiance était différente du premier tome, mais tout de même captivante… Hélas, cette fin fut une véritable déception ! Il me manquerait presque un troisième tome pour mettre certaines choses au clair ou rendre la tache un peu plus difficile pour Shy et ses amis ! Certes, ces derniers ont vécu des horreurs, traversé des contrées malgré l’épuisement ou les gangs, n’ont parfois pas survécu et auront évolué psychologiquement, cependant je ne m’attendais pas à ces trois ultimes chapitres concluant l’affaire en un tour de main, comme si tout le reste n’avait eu aucune importance ! J’ai été très frustrée et mon avis global sur cette saga s’est ainsi vu entaché. Que c’est regrettable ! Malgré la conclusion insatisfaisante, Matt De La Peña... C’est avec un certain plaisir que j’ai entamé la lecture de « Les proies », second et dernier roman mettant en scène un univers post-apocalyptique où l’humanité est sur le point de s’éteindre à cause de la maladie, des éléments ou, dans cet opus, à cause de l’Homme lui-même. Malheureusement, mon ressenti général a rapidement dégringolé en raison de la fin très décevante, vite expédiée, trop facile et semi-ouverte. L’ensemble de l’intrigue m’a plu, le rythme était bon, l’ambiance était différente du premier tome, mais tout de même captivante… Hélas, cette fin fut une véritable déception ! Il me manquerait presque un troisième tome pour mettre certaines choses au clair ou rendre la tache un peu plus difficile pour Shy et ses amis ! Certes, ces derniers ont vécu des horreurs, traversé des contrées malgré l’épuisement ou les gangs, n’ont parfois pas survécu et auront évolué psychologiquement, cependant je ne m’attendais pas à ces trois ultimes chapitres concluant l’affaire en un tour de main, comme si tout le reste n’avait eu aucune importance ! J’ai été très frustrée et mon avis global sur cette saga s’est ainsi vu entaché. Que c’est regrettable ! Malgré la conclusion insatisfaisante, Matt De La Peña a su se renouveler en proposant une atmosphère à la fois différente et similaire à l’opus précédent. On reste dans un univers saccagé par les éléments : les bâtiments sont détruits, la nourriture se fait rare et les services comme les hôpitaux n’existent plus. La maladie de Romero (qui n’a rien à voir avec les zombies, rappelons-le) a touché la plupart de la population. C’est un mal incurable, fatal et douloureux qui se transmet facilement d’un sujet à un autre. Dans « Les vivants », on était plutôt sur des lieux aquatiques avec le paquebot de luxe ou les bateaux de sauvetage à la dérive… Dans « Les proies », on est sur terre. La mer déchaînée a laissé place aux gangs qui font régner la peur et la mort autour d’eux. Chaque périmètre appartient à un groupe qui y impose sa loi. On retiendra notamment le gang Suzuki dont l’auteur va longuement parler afin de faire monter la pression… J’avais peur de m’ennuyer ou de moins ressentir de la tension au fil des chapitres toutefois, il n’en fut rien. Le groupe de rescapés ne cesse d’avancer, de faire des rencontres et d’affronter de nouveaux problèmes. Les temps morts sont rares, tandis que l’ambiance est encore plus sombre et sanglante que le premier tome. Même si on reste sur un roman young adult, les scènes morbides ne manquent pas et sont très bien retranscrites. On imagine assez bien ces moments oppressants, difficiles, douloureux et sinistres… Pour ma part, cela m’a beaucoup plu, car cela m’a énormément touchée, chose que je recherchais durant ma lecture. Quand on referme cet ouvrage, on se rend compte à quel point les personnages ont réellement évolué. Même s’il reste obnubilé par Carmen, Shy va se heurter à la cruauté de ce monde nouveau. Il va radicalement changer sa vision de la vie, de son futur et de l’humanité. Il va s’avérer être un jeune homme courageux, déterminé, loyal et de plus en plus attachant. A l’inverse, Carmen m’a un peu tapée sur les nerfs. Elle avait déjà su montrer son tempérament explosif par le passé cependant, elle m’a donné la même sensation qu’Astrid dans « Seuls au monde » d’Emmy Laybourne : celle d’une camarade cassante, buttée, agaçante, perdue dans ses sentiments et vraiment peu sympathique avec le héros. Marcus a malheureusement vécu dans l’ombre du duo et de Cireur, sans doute mon chouchou de l’aventure ! Cireur, cet ancien militaire, va montrer qu’il est vraiment le couteau suisse du groupe ! Intelligent, actif, solitaire, observateur, silencieux, observateur, plutôt dans sa bulle et mystérieux, c’est tout à fait le type de personnage secondaire que l’on a envie de creuser davantage afin de mieux le découvrir. On pourrait également noter Addie parmi les personnages importants néanmoins, elle a été absente tout au long de l’intrigue et a fait son apparition trop tardivement… Ajoutons à cela que son intervention s’est finalement relevée sans intérêt, ce qui a considérablement admiré mon irritation à l’égard de la fin… Vous l’aurez compris : « Les proies » m’aura donc complètement partagée et laissé un sentiment assez amer. Dommage, car cette saga avait de quoi faire partie de mes favorites !
    Lire la suite
    En lire moins
  • ninon16 Posté le 22 Mai 2017
    j'avais bien aimé le premier tome de cette série apocalyptique. Je ne me souviens plus exactement mais il me semble que la double action m'avait énormément intéressée. Dans ce deuxième et dernier tome, elle est plus lente, alors que le premier tome m'avait laissée sur une révélation qui avait vraiment piqué ma curiosité. En démarrant ce deuxième tome, les proies, je n'avais donc qu'une idée : connaître de quelle manière Shy et Carmen vont se sortir des embrouilles et déjouer la situation. Mais les aventures par lesquels ils passent (eux, et Cireur et Marcus aussi, d'ailleurs), sont tellement longues, que je doutais parfois qu'ils atteignent leur but final, surtout avec certains retournements de situation qui remettent toute leur quête en question à chaque fois. Cette fois-ci ce que j'ai aimé dans ce roman, plus que l'adrénaline et les rebondissements, c'est les réflexions que ce monde détruit permet à l'auteur. A travers le personnage de Shy, le narrateur évoque des tas d'hypothèses, de théories, soulignent des aspects psychologiques des personnages qui permettent réellement d'explorer cet univers (dans lequel je ne voudrais pas me retrouver, bien sûr...). Je me suis parfois sentie envahie par la colère de Shy. On voit... j'avais bien aimé le premier tome de cette série apocalyptique. Je ne me souviens plus exactement mais il me semble que la double action m'avait énormément intéressée. Dans ce deuxième et dernier tome, elle est plus lente, alors que le premier tome m'avait laissée sur une révélation qui avait vraiment piqué ma curiosité. En démarrant ce deuxième tome, les proies, je n'avais donc qu'une idée : connaître de quelle manière Shy et Carmen vont se sortir des embrouilles et déjouer la situation. Mais les aventures par lesquels ils passent (eux, et Cireur et Marcus aussi, d'ailleurs), sont tellement longues, que je doutais parfois qu'ils atteignent leur but final, surtout avec certains retournements de situation qui remettent toute leur quête en question à chaque fois. Cette fois-ci ce que j'ai aimé dans ce roman, plus que l'adrénaline et les rebondissements, c'est les réflexions que ce monde détruit permet à l'auteur. A travers le personnage de Shy, le narrateur évoque des tas d'hypothèses, de théories, soulignent des aspects psychologiques des personnages qui permettent réellement d'explorer cet univers (dans lequel je ne voudrais pas me retrouver, bien sûr...). Je me suis parfois sentie envahie par la colère de Shy. On voit qu'il s'agit d'un personnage qui s'endurcit au fur et à mesure des épreuves. Cireur est l'autre personnage qui m'a fasciné, même si au final on n'aura rien su de lui. Je trouve que c'est un second tome qui conclut bien la duologie, même si j'aurais aimé que le périple à travers la Californie soit moins long, car au bout d'un moment il en perdait tout son sens. Malgré cela, ce roman est divertissant et intéressant, grâce notamment aux multiples réflexions de son auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AnneClaire29 Posté le 5 Mai 2017
    Après les tremblements de terre et les tsunamis qui ont fait chavirer le beur navire de croisière, Shy, Carmen, Marcus et Cireur arrivent à quitter l'île sans se faire abattre. Après plus d'un mois d'errance sur l'océan, ils accostent enfin sur les côtes de Californie. Ils pensent que leur calvaire est enfin terminé et qu'ils vont pouvoir donner le vaccin à des scientifiques. Mais dès qu'ils posent un pied à terre l'accueil n'est pas celui espéré et ils vont devoir batailler et survivre dans la jungle qu'est devenu la Californie. Un deuxième tome où nous retrouvons avec plaisir ce quatuor attachant. Cireur a un rôle plus développer que dans le premier tome et rend encore le personnage plus mystérieux. Nous faisons aussi la connaissance du père démissionnaire de Shy et de certains survivants. Le roman est un peu moins rythmé mais l'intrigue n'en est pas moins prenante.
  • prettymelo Posté le 21 Mars 2017
    J'avais hâte de lire ce second et dernier tome de cette saga. Alors, même si j’ai passé un agréable moment avec les protagonistes, ce n’est rien de comparable avec le tome 1. Ici, on se retrouve dans une ambiance plus post-apocalyptique suite au tremblement de terre survenu en Californie. Le continent est ravagé et les habitants doivent survivre dans un environnement sans aide ni encadrement, et se relever de la perte de leurs proches. D’autant que la maladie contagieuse de Romero fait beaucoup (trop) de ravage sur le continent. C’est dans ces conditions que l’on va donc suivre Shy, Carmen, Marcus et Cireur. Une quête pour la sauvegarde de l’humanité sous forme de road trip va débuter pour nos protagonistes dans la continuité du tome 1 et pourtant avec un renversement à 180° avec ce que l’on à pu suivre précédemment. Bizarrement, après plus de 400 pages de lecture, c’est avant tout la fin brutale proposée par l’auteur que je retiendrai. Je reste sur une sensation d’inachevé avec des questions sur l’avenir qui restent en suspens ainsi que sur le pourquoi d’un tel « événement ». Est-ce pour découvrir ce qui se cache au Mexique ou pour vérifier certains dires évoquer durant le... J'avais hâte de lire ce second et dernier tome de cette saga. Alors, même si j’ai passé un agréable moment avec les protagonistes, ce n’est rien de comparable avec le tome 1. Ici, on se retrouve dans une ambiance plus post-apocalyptique suite au tremblement de terre survenu en Californie. Le continent est ravagé et les habitants doivent survivre dans un environnement sans aide ni encadrement, et se relever de la perte de leurs proches. D’autant que la maladie contagieuse de Romero fait beaucoup (trop) de ravage sur le continent. C’est dans ces conditions que l’on va donc suivre Shy, Carmen, Marcus et Cireur. Une quête pour la sauvegarde de l’humanité sous forme de road trip va débuter pour nos protagonistes dans la continuité du tome 1 et pourtant avec un renversement à 180° avec ce que l’on à pu suivre précédemment. Bizarrement, après plus de 400 pages de lecture, c’est avant tout la fin brutale proposée par l’auteur que je retiendrai. Je reste sur une sensation d’inachevé avec des questions sur l’avenir qui restent en suspens ainsi que sur le pourquoi d’un tel « événement ». Est-ce pour découvrir ce qui se cache au Mexique ou pour vérifier certains dires évoquer durant le périple ? Je ne sais pas mais ce final ne me conviens pas ! Quant au reste de l’histoire, j’ai pris un grand plaisir à suivre les périples de ceux qui ont survécu au pire. Enfin au pire, peut-être pas car la nature humaine est telle que des gens confrontés à eux-mêmes, sans personne pour faire régner l’ordre…et bien…Ca peut faire peur. Au début, j’avais trouvé la situation un peu irréaliste. Comment, plusieurs semaines après une telle catastrophe, les secours ne sont toujours pas arrivés alors qu’on est quand même aux Etats-Unis ? Et puis, j’ai repensé au Tsunami de 2004 en Thaïlande où l’aide internationale a mis un temps inconsidérable pour venir sur place. C’est clair que dans ces conditions… Bref, pour en revenir à ce que je disais, et bien, l’homme est parfois pire qu’un tremblement de terre. C’est ce à quoi vont être confrontés les personnages et j’ai trouvé qu’ils avaient beaucoup de courage pour poursuivre leur but dans ces conditions. Cependant, je regrette que le rapport des personnages vis-à-vis de la situation ne soit pas plus amplifié. Comprenez bien que lorsque l’on est pourchassé par les hommes de main d’une multinationale parce que l’on détient certaines informations compromettantes, le lecteur est en droit d’attendre une ambiance plutôt stressante et oppressante. Surtout lorsqu’une révélation vient bouleverser le pourquoi de leur quête. Or, le road trip que poursuivent Shy, Carmen, Marcus et Cireur semble se dérouler dans un calme assez surprenant. Je veux parler de mon ressenti dans la lecture. Ils vivent des choses horribles et leur comportement s’en ressent mais j’ai eu du mal à avoir peur pour eux. En résumé, je suis contente de terminer une saga même si je suis en demi-teinte quand à la tournure des événements.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)