Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221086346
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 702
Format : 135 x 215 mm
L'Éveil d'Endymion
Le cycle d'Hypérion - Tome 4
Monique Lebailly (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 17/09/1998
Éditeurs :
Robert Laffont
En savoir plus

L'Éveil d'Endymion

Le cycle d'Hypérion - Tome 4

Monique Lebailly (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 17/09/1998

Après Hypérion (Prix Hugo 1991), La Chute d'Hypérion puis Endymion, voici enfin venir L'Éveil d'Endymion, quatrième et dernier volet d'une des plus fameuses sagas de la Science-Fiction contemporaine.
Toutes les énigmes...

Après Hypérion (Prix Hugo 1991), La Chute d'Hypérion puis Endymion, voici enfin venir L'Éveil d'Endymion, quatrième et dernier volet d'une des plus fameuses sagas de la Science-Fiction contemporaine.
Toutes les énigmes trouveront leurs solutions, toutes les questions sans réponses, tous les fils seront enfin noués. Mais seulement après qu'Énée, la fille...

Après Hypérion (Prix Hugo 1991), La Chute d'Hypérion puis Endymion, voici enfin venir L'Éveil d'Endymion, quatrième et dernier volet d'une des plus fameuses sagas de la Science-Fiction contemporaine.
Toutes les énigmes trouveront leurs solutions, toutes les questions sans réponses, tous les fils seront enfin noués. Mais seulement après qu'Énée, la fille prophète surgie du labyrinthe du sphinx sur la planète Hypérion, aura accompli son destin avec l'aide et l'amour de Raul Endymion. À travers mille dangers, à travers mille voyages, à travers mille mondes.
Dan Simmons a pris place avec le cycle d'Hypérion dans le panthéon de la Science-Fiction contemporaine, aux côtés du Frank Herbert de Dune, du Philip K. Dick de Ubik, du Philip José Farmer du Monde du fleuve, ou de l'Isaac Asimov des Fondations.

Le cycle d'Hypérion:
1. Hypérion
2. La Chute d'Hypérion
3. Endymion
4. L'Éveil d'Endymion

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221086346
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 702
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fon95 Posté le 20 Avril 2022
    Après avoir fait durer le plaisir plusieurs mois, il est temps de clôturer cette aventure magistrale que représente le cycle d'Hypérion. Simmons nous gratifie une nouvelle fois d'un final grandiose, après nous avoir fait vibrer et transpirer durant les trois tomes précédents. A l'instar d'Hypérion, l'auteur nous aura fait mariner jusqu'au bout avant de nous laisser mesurer l'ampleur de ce dénouement. Ca pète dans tous les sens, l'ancienne Hégémonie menace de sombrer de nouveau dans le chaos, la Pax est sur les dents, et nos protagonistes sont bien évidemment en première ligne. Les personnages, (re)parlons-en. Simmons à encore une fois fait mouche. Un éventail varié et fascinant, des principaux aux secondaires, d'une faction à une autre, enrichit cet univers déjà très séduisant. De quoi passer par toutes les émotions... Une intrigue toujours aussi prenante, avec son lot de surprises et de rebondissements, même dans ce tout dernier volet, bien que l'on devine progressivement où veut nous emmener l'auteur. Même si Endymion paraît, à mes yeux, de qualité très légèrement inférieure à Hyperion, Simmons délivre malgré tout une suite impressionnante, et aura maîtriser son sujet du début à la fin. Une lecture qui me laissera d'agréables souvenirs, un univers et des personnages qui vont... Après avoir fait durer le plaisir plusieurs mois, il est temps de clôturer cette aventure magistrale que représente le cycle d'Hypérion. Simmons nous gratifie une nouvelle fois d'un final grandiose, après nous avoir fait vibrer et transpirer durant les trois tomes précédents. A l'instar d'Hypérion, l'auteur nous aura fait mariner jusqu'au bout avant de nous laisser mesurer l'ampleur de ce dénouement. Ca pète dans tous les sens, l'ancienne Hégémonie menace de sombrer de nouveau dans le chaos, la Pax est sur les dents, et nos protagonistes sont bien évidemment en première ligne. Les personnages, (re)parlons-en. Simmons à encore une fois fait mouche. Un éventail varié et fascinant, des principaux aux secondaires, d'une faction à une autre, enrichit cet univers déjà très séduisant. De quoi passer par toutes les émotions... Une intrigue toujours aussi prenante, avec son lot de surprises et de rebondissements, même dans ce tout dernier volet, bien que l'on devine progressivement où veut nous emmener l'auteur. Même si Endymion paraît, à mes yeux, de qualité très légèrement inférieure à Hyperion, Simmons délivre malgré tout une suite impressionnante, et aura maîtriser son sujet du début à la fin. Une lecture qui me laissera d'agréables souvenirs, un univers et des personnages qui vont me manquer, et un titre de plus dans mon Hall Of Fame!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fon95 Posté le 3 Avril 2022
    Dernière ligne droite avec l'Eveil d'Endymion et son premier volet, quatre ans après avoir laissé nos compagnons de route sur l'Ancienne Terre. Une période d'accalmie dans les tribulations de Raul et Enée, très profitable, notamment pour cette dernière. Pas de dépaysement majeur malgré l'interlude, on retrouve les mêmes têtes qu'auparavant, l'enjeu, bien qu'encore assez flou, reste dans la même lignée que ce que l'on a pu en déduire dans les tomes précédents, et il semble colossal. Endymion se voit donc confier par Celle Qui Enseigne une mission en solo, l'emmenant voyager au travers de l'ancien réseau distrans, avec quelques bribes d'explications plus qu'insuffisantes, comme à son habitude. Elle et l'androïde, A. Bettik, vont poursuivre la route de leur côté, leur parcours lui aussi auréolé de mystères et d'incertitudes. La Pax, quant à elle, voit apparaître quelques nouveaux personnages, et reste déterminée à stopper la route de la jeune fille, aidée en cela par de surprenants alliés. Vous l'aurez compris, machinations, complots et autres trahisons seront au rendez-vous pour pimenter l'intrigue, sans oublier les poussées d'adrénaline de cette folle course poursuite intergalactique. Nos personnages évoluent différemment, chacun de leur côté, découvrant petit a petit leurs rôles respectifs, laissant une nouvelle... Dernière ligne droite avec l'Eveil d'Endymion et son premier volet, quatre ans après avoir laissé nos compagnons de route sur l'Ancienne Terre. Une période d'accalmie dans les tribulations de Raul et Enée, très profitable, notamment pour cette dernière. Pas de dépaysement majeur malgré l'interlude, on retrouve les mêmes têtes qu'auparavant, l'enjeu, bien qu'encore assez flou, reste dans la même lignée que ce que l'on a pu en déduire dans les tomes précédents, et il semble colossal. Endymion se voit donc confier par Celle Qui Enseigne une mission en solo, l'emmenant voyager au travers de l'ancien réseau distrans, avec quelques bribes d'explications plus qu'insuffisantes, comme à son habitude. Elle et l'androïde, A. Bettik, vont poursuivre la route de leur côté, leur parcours lui aussi auréolé de mystères et d'incertitudes. La Pax, quant à elle, voit apparaître quelques nouveaux personnages, et reste déterminée à stopper la route de la jeune fille, aidée en cela par de surprenants alliés. Vous l'aurez compris, machinations, complots et autres trahisons seront au rendez-vous pour pimenter l'intrigue, sans oublier les poussées d'adrénaline de cette folle course poursuite intergalactique. Nos personnages évoluent différemment, chacun de leur côté, découvrant petit a petit leurs rôles respectifs, laissant une nouvelle fois présager, à l'instar d'Hypérion, un final grandiose. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, et participent pleinement à la qualité du récit. Un style toujours aussi limpide, pas de baisse de régime du côté de Simmons, même si on pourra regretter quelques longueurs, étonnamment sur la fin, mais je mettrai ceci encore une fois sur le dos des éditeurs français et leur redécoupage saugrenu. Le dénouement est proche, l'auteur aura su nous tenir accroché et haletant tout le long de son cycle, impatient de découvrir le destin qu'il réserve à l'humanité et aux différentes puissances impliquées dans cette épopée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • PhilippeNordiste Posté le 28 Septembre 2021
    voir la critique de "Endymion", indissociable de ce dernier livre d'une saga épique, incroyable, et l'une des plus belles histoires d'amour que j'ai pu lire.
  • chroniqueslivresques Posté le 26 Juin 2021
    Dernier opus du diptyque "Endymion" et conclusion de la monumentale saga "Hypérion", "L'éveil d'Endymion" m'a fait refermé cette aventure la larme à l'oeil, comblé de gratitude. Encore une fois, je vous recommande mes chroniques des précédents tomes, pour comprendre mon avis (très dithyrambique) sur cette saga. C'est dans ce tome que les révélations sont faites, que l'histoire est clôturée, qu'un semblant d'ordre est rétabli (ou pas). C'est dans ce tome que l'on est amené à dire au revoir à des personnages que l'on a aimé ou détesté, que l'on a appris à connaitre, qui nous ont marqué. Je le précise tout de suite : pour moi, la fin est à la hauteur du reste de tout cet immense récit, et le conclue à merveille. Je l'ai déjà dit, mais ce texte est extrêmement dense : c'est le cas dans ce tome-ci, dans lequel on peut retrouver des descriptions immersives et très prenantes. Encore une fois, cela demande de l'investissement et de la concentration de la part du lecteur, et certains passages peuvent sembler lourds ou plus lents que d'autres. Mais ces "longueurs" (qu'après 4 livres de l'auteur je ne considère plus comme telles) ne rendent qu'encore plus intenses et immersives... Dernier opus du diptyque "Endymion" et conclusion de la monumentale saga "Hypérion", "L'éveil d'Endymion" m'a fait refermé cette aventure la larme à l'oeil, comblé de gratitude. Encore une fois, je vous recommande mes chroniques des précédents tomes, pour comprendre mon avis (très dithyrambique) sur cette saga. C'est dans ce tome que les révélations sont faites, que l'histoire est clôturée, qu'un semblant d'ordre est rétabli (ou pas). C'est dans ce tome que l'on est amené à dire au revoir à des personnages que l'on a aimé ou détesté, que l'on a appris à connaitre, qui nous ont marqué. Je le précise tout de suite : pour moi, la fin est à la hauteur du reste de tout cet immense récit, et le conclue à merveille. Je l'ai déjà dit, mais ce texte est extrêmement dense : c'est le cas dans ce tome-ci, dans lequel on peut retrouver des descriptions immersives et très prenantes. Encore une fois, cela demande de l'investissement et de la concentration de la part du lecteur, et certains passages peuvent sembler lourds ou plus lents que d'autres. Mais ces "longueurs" (qu'après 4 livres de l'auteur je ne considère plus comme telles) ne rendent qu'encore plus intenses et immersives l'expérience de lecture. Rythme mis à part, cette saga reste un immense chef-d'oeuvre (pour moi) de par les points que j'ai déjà énoncé dans mes précédentes chroniques. Les personnages et les relations entre eux sont toujours extrêmement bien menés (les séparations ont été dure), les descriptions sont visuelles et la plume de Dan Simmons est TRÈS érudite et dense. Toutes les réponses sont apportées au compte-gouttes, comme dans les précédents tomes. Le récit se déroule comme un long fleuve (pas tranquille du tout), et les révélations se font tout au long de l'histoire, jusqu'au dernier mot. Le message de cette histoire, que l'auteur avait largement commencé à nous montrer dans "Endymion", vient totalement en réponse aux problématiques qui étaient déjà soulevés dans "Hypérion" et "La Chute d'Hypérion". Il est ici question de partage, de communion, de tolérance et surtout, principalement, d'amour. Plusieurs passages de ce récit m'ont beaucoup émues de par la beauté simple de certains dialogues ou de certaines situations. Cette œuvre a beau être un space-opera assez complexe, avec de multiples trames temporels qui se croisent et se mélangent et des notions scientifiques très poussées, elle est basée sur un message clair, touchant et essentiel. Au final, c'est ce qui ressort le plus de toute cette œuvre, une fois la dernière page tournée. En guise de conclusion, je ne peux que vous recommander cette saga de sf absolument géniale (bis repetita). Jusqu'au bout j'ai été bluffé par tant de virtuosité de la part de l'auteur, et je suis extrêmement heureux d'avoir découvert une saga qui, j'en suis sûr, me marquera à vie. Je n'ai qu'une hâte maintenant, c'est de continuer à découvrir la bibliographie de cet auteur, et d'autres romans de sf dans le même ton que celui-ci. Pour ce qui est de la saga, il me reste une nouvelle à lire, "Les Orphelins de l'hélice", que je me réserve pour plus tard, lorsque j'aurais envie de faire une dernière incursion dans cet univers. Si Dan Simmons m'entend, pourrait-il encore écrire une centaine de tomes sur cette série ? Merci à lui.
    Lire la suite
    En lire moins
  • dagoba04 Posté le 26 Février 2021
    Ça y est c est fini. 3025 pages tournées entre la première page d' Hyperion et la dernier de L' éveil d' Endymion. Tout naturellement ce dernier opus nous narrera la suite et la fin des aventures d' Enée et Raul. L'évolution d'Enée de la gamine à la jeune femme est parfaitement maîtrisée de la part de Simmons, on ne pourra pas en dire autant pour le personnage de Raul. Il évolue peu et restera le bel aventurier musclé plutôt con- con éperdument amoureux de sa belle et qui la protégera des méchants avec ses biceps et sa mâchoire carrée. Un bon personnage de série B à l' américaine en somme. Meme l'androïde À. Bettik à plus d'épaisseur, c'est plutôt dommage pour un personnage qui donne son nom aux deux derniers romans. Pour ce qui est du voyage et du dépaysement, embarquez sans crainte, Dan Simmons est le tour-opérator qu'il vous faut. Comme dans les précédents tomes une myriade de nouvelles planètes vous attends. Des nouvelles peuplades, des batailles, des voyages vitesse lumière, des bastons. Le cocktail aventure et science fiction est plutôt réussi, même s'il est clair pour moi que ce dernier chapitre est moins abouti et moins profond que les trois premiers. Moins de... Ça y est c est fini. 3025 pages tournées entre la première page d' Hyperion et la dernier de L' éveil d' Endymion. Tout naturellement ce dernier opus nous narrera la suite et la fin des aventures d' Enée et Raul. L'évolution d'Enée de la gamine à la jeune femme est parfaitement maîtrisée de la part de Simmons, on ne pourra pas en dire autant pour le personnage de Raul. Il évolue peu et restera le bel aventurier musclé plutôt con- con éperdument amoureux de sa belle et qui la protégera des méchants avec ses biceps et sa mâchoire carrée. Un bon personnage de série B à l' américaine en somme. Meme l'androïde À. Bettik à plus d'épaisseur, c'est plutôt dommage pour un personnage qui donne son nom aux deux derniers romans. Pour ce qui est du voyage et du dépaysement, embarquez sans crainte, Dan Simmons est le tour-opérator qu'il vous faut. Comme dans les précédents tomes une myriade de nouvelles planètes vous attends. Des nouvelles peuplades, des batailles, des voyages vitesse lumière, des bastons. Le cocktail aventure et science fiction est plutôt réussi, même s'il est clair pour moi que ce dernier chapitre est moins abouti et moins profond que les trois premiers. Moins de lyrisme, moins de philosophie, moins de poesie, un peu moins de tout en fait. Simmons à même frôlé le gnangnan dans la morale et la fin de son histoire. Moins de poésie, moins de lyrisme, moins de philosophie mais beaucoup plus de longueurs aussi. Les passages de Raul qui tombe dans le vide sans fin avec les calamars geants où les descriptions stériles des paysages et des personnages de la planète Tian' shan dont certains n'apportent rien en plus à l histoire sont d' une lenteur affligeante et ralentissent un récit pourtant d'habitude bien rythmé. Cet éveil d'Endymion est également le tome qui clôture cette incroyable saga. Exercice difficile quand on connaît la richesse démesurée des Cantos d 'Hyperion, tant dans le nombre de personnages que dans les multiples intrigues et sous- intrigues existants. L' auteur est arrivé à retomber sur ses pattes et à boucler son histoire d'une belle façon. Même si ce dernier chapitre s'essouffle un peu, je vais conclure tout de même avec un grand bravo et un grand merci à Simmons. Tout simplement car les Cantos d' Hyperion restent et resteront un monument de la science fiction et une œuvre culte qui n'a toujours pas pris une ride. Chapeau bas Danny boy !
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.