RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'Hiver du monde

            Robert Laffont
            EAN : 9782221110836
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 1008
            Format : 1 x 240 mm
            L'Hiver du monde
            Le Siècle - Tome 2

            Odile DEMANGE (Traducteur), Jean-Daniel BRÈQUE (Traducteur), Viviane MIKHALKOV (Traducteur), Dominique HAAS (Traducteur), Nathalie GOUYÉ-GUILBERT (Traducteur)
            Date de parution : 11/10/2012
            De l’émergence du IIIe Reich à l’aube de l’ère atomique, la grande aventure du XXe siècle telle que personne ne l’a jamais racontée.

            1933, Hitler s’apprête à prendre le pouvoir : l’Allemagne entame les heures les plus sombres de son histoire et va entraîner le monde entier dans la barbarie et la destruction. Cinq familles de nationalités différentes, intimement liées, vont être emportées par le tourbillon de la Seconde Guerre mondiale.
            Amours contrariées, douloureux...

            1933, Hitler s’apprête à prendre le pouvoir : l’Allemagne entame les heures les plus sombres de son histoire et va entraîner le monde entier dans la barbarie et la destruction. Cinq familles de nationalités différentes, intimement liées, vont être emportées par le tourbillon de la Seconde Guerre mondiale.
            Amours contrariées, douloureux secrets, tragédies, coups du sort… Des salons du Yacht-Club de Buffalo à Pearl Harbor bombardé, des sentiers des Pyrénées espagnoles à Londres sous le Blitz, de Moscou en pleine évacuation à Berlin en ruines, le lecteur est projeté au coeur des drames mais aussi des joies vécus par ces femmes et ces hommes exceptionnels. Boy Fitzherbert, Carla von Ulrich, Lloyd Williams, Daisy Pechkov, Gus Dewar et les autres vont chacun à leur manière tenter de faire face au milieu du chaos.
            Entre épopée historique et roman d’espionnage, histoire d’amour et thriller politique, ce deuxième volet de la magistrale trilogie du Siècle brosse une fresque inoubliable.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221110836
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 1008
            Format : 1 x 240 mm
            Robert Laffont
            24.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Ken Follett a développé une technique quasi scientifique pour accorcher le lecteur. Nouvelle et brillante démonstration avec L'Hiver du Monde"

            Patrick Williams / ELLE

            "Mille pages de bonheur"

            Maguelone Bonnaud / Le Parisien

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Ileauxtresors Posté le 16 Février 2019
              Passionnée d'histoire, je dois admettre que je mourrais aussi de curiosité de savoir ce qu'allaient devenir les personnages de la Chute des Géants. Je ne me suis donc pas laissée impressionner par l'ampleur de ce deuxième tome et je l'ai lu dans la foulée, suivant en retenant mon souffle le devenir des protagonistes allemands, britanniques, américains et russes (ou plutôt de leurs enfants) pendant « l'hiver du monde » qu'ont représenté les années 1930 et 1940. J'ai retrouvé avec intérêt tout ce qui faisait la force du premier volet de la trilogie du siècle, notamment une capacité fantastique à nous faire revisiter la grande histoire, celle qu'on connaît dans les grandes lignes pour l'avoir étudiée en classe, à travers les petites histoires de personnages auxquels on s'identifie facilement : adolescents allemands contraints de choisir entre embrigadement et résistance au péril de leur vie, militants du parti travailliste britannique, fonctionnaires de la Russie communiste, jeune actrice afro-américaine, résistants espagnols… La chronologie méticuleuse que Ken Follett restitue au prisme des expériences et points de vue individuels est glaçante et donne le vertige lorsqu'on prend la mesure des drames singuliers masqués par les chiffres terrifiants : 6 millions de Juifs assassinés pendant l'Holocauste, 300... Passionnée d'histoire, je dois admettre que je mourrais aussi de curiosité de savoir ce qu'allaient devenir les personnages de la Chute des Géants. Je ne me suis donc pas laissée impressionner par l'ampleur de ce deuxième tome et je l'ai lu dans la foulée, suivant en retenant mon souffle le devenir des protagonistes allemands, britanniques, américains et russes (ou plutôt de leurs enfants) pendant « l'hiver du monde » qu'ont représenté les années 1930 et 1940. J'ai retrouvé avec intérêt tout ce qui faisait la force du premier volet de la trilogie du siècle, notamment une capacité fantastique à nous faire revisiter la grande histoire, celle qu'on connaît dans les grandes lignes pour l'avoir étudiée en classe, à travers les petites histoires de personnages auxquels on s'identifie facilement : adolescents allemands contraints de choisir entre embrigadement et résistance au péril de leur vie, militants du parti travailliste britannique, fonctionnaires de la Russie communiste, jeune actrice afro-américaine, résistants espagnols… La chronologie méticuleuse que Ken Follett restitue au prisme des expériences et points de vue individuels est glaçante et donne le vertige lorsqu'on prend la mesure des drames singuliers masqués par les chiffres terrifiants : 6 millions de Juifs assassinés pendant l'Holocauste, 300 000 victimes handicapées exterminées, 60 millions de morts durant la Seconde guerre mondiale, 2 millions de femmes violées en Allemagne par des soldats de l'armée rouge à la fin du conflit. Impossible de réaliser ce que cela signifie et difficile d'entretenir au fil des générations une mémoire pourtant essentielle ; la vie des protagonistes imaginés par Ken Follett, leurs perceptions, leurs doutes, leurs espoirs et leurs traumatismes parviennent précisément à incarner et à rendre presque palpables ces pages terribles de notre histoire. Au moment où les autoritarismes et les « démocraties illibérales » montent un peu partout dans le monde, j'ai trouvé particulièrement éclairants les épisodes montrant le musèlement progressif de l'opposition allemande au national-socialisme en jouant sur ses divisions, l'embrigadement de la jeunesse et la terreur instaurée par la Gestapo. Et comment ne pas être bouleversée par l'épouvante des combats, l'incertitude et le deuil des familles, le courage de ceux qui font vivre une étincelle d'humanité dans un monde dévasté et déboussolé… La Chute des Géants m'avait impressionnée par une capacité incroyable à nous extraire des lectures nationales de l'histoire. J'ai trouvé L'hiver du monde un peu décevant de ce point de vue dans la mesure où l'on sent à chaque page à quel point l'auteur sympathise avec les sociaux-démocrates qui sont tous beaux, lucides, intègres et visionnaires, par opposition aux nazis, bien sûr (bien qu'aucun des protagonistes ne soit tenté de soutenir le national-socialisme), mais aussi aux communistes qui sont tous des personnages auxquels on a du mal à s'identifier. La confrontation des points de vue de différents groupes sociaux de pays variés me semble donc moins opérante. De même, le centre de gravité de l'histoire se situe clairement dans le monde anglo-saxon, une perspective instructive pour les lecteurs français qui chercheront en vain des références à ce que l'on apprend à l'école par chez nous – nulle évocation, en particulier, du rôle des Français dans la résistance, mais une attention particulière est consacrée à la guerre entre les Etats-Unis et le Japon. L'intrigue est toujours très prenante, même si les situations et les rencontres des différents personnages sont souvent cousues de fil blanc. Si je n'ai pas été époustouflée par l'écriture, il me semble que les qualités évoquées précédemment justifient pleinement de recommander ce deuxième tome – et, pour ma part, de découvrir avec curiosité ce que deviendront les personnages dans le troisième tome consacré à la guerre froide !
              Lire la suite
              En lire moins
            • piccolanina Posté le 31 Octobre 2018
              " Balance ton porc " Ce slogan est une offense au cochon . " Les cochons sont considérés comme plus intelligents que les chiens . Ils ont une capacité de raisonnement égale à celle des chimpanzés et sont doués d'empathie . " ( WIKIPEDIA ) Bien que cruelle et destructrice , la guerre devrait servir un idéal , préserver le bien-être , protéger le peuple mais , sûrement pas , fabriquer des violeurs . Même si l'instinct de chasser enflammera toujours l'essence humaine . _ Tous comprirent le danger et se turent . Les deux soldats reculèrent vers la porte , emmenant Rebecca . Comme ils arrivaient sur le seuil, Carla s'avança d'un pas et cria : " Attendez ! " (... ) Elle est trop jeune , dit Carla . Elle n'a que treize ans . (... ) Le plus grand des deux soldats parut comprendre . Un large sourire aux lèvres , il lança : " Frau ist Frau . " Une femme est une femme . Carla s'entendit répondre : " C'est une femme qu'il vous faut . Elle s'avança d'un pas lent . " Prenez-moi à sa place " (... ) Je ne suis pas une enfant . Je sais comment on fait . Je sais ce que désire un... " Balance ton porc " Ce slogan est une offense au cochon . " Les cochons sont considérés comme plus intelligents que les chiens . Ils ont une capacité de raisonnement égale à celle des chimpanzés et sont doués d'empathie . " ( WIKIPEDIA ) Bien que cruelle et destructrice , la guerre devrait servir un idéal , préserver le bien-être , protéger le peuple mais , sûrement pas , fabriquer des violeurs . Même si l'instinct de chasser enflammera toujours l'essence humaine . _ Tous comprirent le danger et se turent . Les deux soldats reculèrent vers la porte , emmenant Rebecca . Comme ils arrivaient sur le seuil, Carla s'avança d'un pas et cria : " Attendez ! " (... ) Elle est trop jeune , dit Carla . Elle n'a que treize ans . (... ) Le plus grand des deux soldats parut comprendre . Un large sourire aux lèvres , il lança : " Frau ist Frau . " Une femme est une femme . Carla s'entendit répondre : " C'est une femme qu'il vous faut . Elle s'avança d'un pas lent . " Prenez-moi à sa place " (... ) Je ne suis pas une enfant . Je sais comment on fait . Je sais ce que désire un homme . " Elle frôla ses seins d'un geste aguicheur . " Oubliez cette enfant . " Le grand soldat regarda Rebecca . Elle avait les yeux rougis par les larmes et la morve au nez , ce qui par bonheur pour elle , la faisait ressembler à une gamine bien plus qu'à une femme . Puis il se tourna vers Carla . (... ) Elle avait réussi , pensa Carla tout en regrettant son audace . Elle n'avait qu'une envie : prendre ses jambes à son cou . Mais alors les Russes l'abattraient et s'en prendraient à Rebecca . Carla pensa à l'enfant bouleversée qui avait perdu ses parents la veille . Subir un viol aussitôt après la briserait à jamais . Carla devait la sauver . Ca ne me détruira pas , se jura-t-elle . Je m'en remettrai . Je redeviendrai moi-même . (... ) Se retournant vers les deux soldats , elle constata avec horreur que trois autres les avaient suivis . (... ) Elle s'allongea sur le dos et écarta les jambes . Le grand soldat s'agenouilla entre ses cuisses . Il déchira son uniforme d'infirmière pour dénuder ses seins . Elle vit qu'il se tripotait pour hâter son érection . (... ) Elle le sentit qu'il l'embrassait , cherchait à insinuer la langue entre ses lèvres . Il avait une haleine de viande pourrie . Lorsqu'elle serra les dents , il la frappa au visage . Elle poussa un cri et ouvrit sa bouche tuméfiée . Elle s'efforça de se rappeler qu'une vierge de treize ans aurait bien plus souffert . (... ) Il descendit et le blond prit sa place . ( ... ) Un autre prit sa place . ( ... ) Le troisième soldat prit son plaisir en elle , un quatrième le remplaça . J'imagine tous ces blancs-becs , arrachés à leur famille , marchant vers des " non-lendemains " , l'arme à la main , livrés à leurs testostérones qui réfléchissent à leur place . ( hormones au plus haut niveau chez les ados et les jeunes gens ) La balance du bien et du mal se détracte forcément . Ces jeunots perdent la raison ; ils sont aux abois . Il suffit d'un plus pervers pour entraîner la meute . Sont-ils les seuls et vrais responsables de ces viols répétitifs ? Les grands décideurs , en si petit nombre , véritables ronds-de-cuir , savent-ils ? Et si oui ! Que font-ils pour que cela change ? Piano , piano , l'auteur avance dans l'analyse inexorable de la deuxième guerre mondiale . Il traverse les océans au rythme des bombes , des cris , des pleurs mais de l'amour aussi , et ce , par le biais de ses acteurs , enfants des familles russes , anglaises , allemandes et américaines du premier tome . Inflexible , précis , il ne tourne pas autour du pot ; il appelle un chat un chat . Aussi brillant en psychologie , en politique , qu'en histoire et en sexologie , Ken Follett nous tient en haleine jusqu'au bout dans la révolte , le dégoût et la peine . Un être , plein de courage et de bonté me revient régulièrement à l'esprit : Carla Von Ulrich ! Cette infirmière qui sauve déjà tellement de vies . Cette femme qui sacrifie sa vie pour protéger une enfant contre le viol . Cette femme profanée qui , enceinte de l'une de ces ordures , garde l'enfant de la douleur et lui donne tout son amour .
              Lire la suite
              En lire moins
            • MinaAouche Posté le 21 Septembre 2018
              J'ai beaucoup aimé le premier tome intitulé la Chute des géants.Les personnages y sont attachants et l'intrigue fait bien ressortir le bouleversement de la première guerre mondiale sur les destinées individuelles. J'avais hâte de lire le tome 2 pour retrouver les personnages mais j'ai été un peu déçue. Je trouve que les personnages des enfants sont parfois un peu fades (par ailleurs, un des deux enfants de Maud et Walter a été rebaptisé entre le tome 1 et 2) et les situations sont moins crédibles que dans le premier tome. La période étant riche en événements, 'il était plus difficile de concilier le récit des événements historiques avec les histoires personnelles des personnages. Cela reste un superbe roman que l'on dévore malgré son épaisseur.
            • sarahbarbier2008 Posté le 30 Août 2018
              Aussi passionnant que le premier tome, celui-ci est centrée sur la montée du fascisme et la seconde guerre mondiale, des sujets qui, de prime abord, ne m'intéressent pas, je ne pensais pas être adepte des romans historiques mais cette trilogie du Siècle est en train de me faire changer d'opinion. Je suis avec un grand intérêt la suite des histoires des personnages principaux (les enfants des personnages du tome I) et la suite de l'Histoire mondiale. Merci
            • amandine_koko Posté le 29 Août 2018
              Après la der des ders dans le tome 1, place aux guerres anti-fascistes dans le tome 2. Et si je compte bien, ça devrait nous laisser la guerre froide pour le tome 3 ! J'ai trouvé "L'hiver du monde" un peu moins abouti que le premier volet : un peu plus maladroit et – oserai-je ? – un peu trop marketé. Les idéologies politiques sont présentées de façon simpliste, la psychologie des personnages est trop convenue – mis à part Erik qui se fourvoie dans le "prêt-à-penser", ils sont tous d'une droiture morale trop souvent invraisemblable. De plus, vers la fin certaines scènes semblent tomber comme un cheveu sur la soupe, donnant l'impression d'un assemblage d'anecdotes sans réel lien. Mais qu'à cela ne tienne, ça fonctionne ! Ken Follet est un conteur hors pair qui sait donner vie à ses histoires et happer ses lecteurs. Et finalement, c'est tout ce qu'on lui demande ! PS : C'est peut-être une broutille, mais pourquoi avoir changé le nom de la fille de Maud et Walter, qui est passée de Heike dans "La chute des géants" à Carla ici ? L'explication invoquée étant plus que bancale, je ne peux m'empêcher d'y voir une lubie de l’éditeur... Après la der des ders dans le tome 1, place aux guerres anti-fascistes dans le tome 2. Et si je compte bien, ça devrait nous laisser la guerre froide pour le tome 3 ! J'ai trouvé "L'hiver du monde" un peu moins abouti que le premier volet : un peu plus maladroit et – oserai-je ? – un peu trop marketé. Les idéologies politiques sont présentées de façon simpliste, la psychologie des personnages est trop convenue – mis à part Erik qui se fourvoie dans le "prêt-à-penser", ils sont tous d'une droiture morale trop souvent invraisemblable. De plus, vers la fin certaines scènes semblent tomber comme un cheveu sur la soupe, donnant l'impression d'un assemblage d'anecdotes sans réel lien. Mais qu'à cela ne tienne, ça fonctionne ! Ken Follet est un conteur hors pair qui sait donner vie à ses histoires et happer ses lecteurs. Et finalement, c'est tout ce qu'on lui demande ! PS : C'est peut-être une broutille, mais pourquoi avoir changé le nom de la fille de Maud et Walter, qui est passée de Heike dans "La chute des géants" à Carla ici ? L'explication invoquée étant plus que bancale, je ne peux m'empêcher d'y voir une lubie de l’éditeur à qui j'ai juste envie de demander : "Mais... pourquoi ?!" C'est exactement le genre de petits détails sans intérêt qui m'agacent prodigieusement !
              Lire la suite
              En lire moins
            Plongez dans l'univers de Ken Follett
            Interviews de l'auteur, dates de signatures, jeux concours… Ne manquez aucune actualité de Ken Follett !