Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782355221194
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 140
Format : 140 x 205 mm

L'homme qui ne savait plus écrire

Collection : ZONES
Date de parution : 08/03/2018
Suite à un grave accident vasculaire cérébral, François Matheron a du faire le réapprentissage complet du langage et de l’écriture. Une expérience particulièrement intense pour ce spécialiste de la philosophie matérialiste dont il rend compte, sans ambages ni fausse pudeur, dans ce texte rare et précieux.
« Un jour de novembre 2005, c’était un samedi, je me souviens très bien, ma vie a changé, radicalement. Je ne sais pas comment définir ce moment, par commodité on peut appeler cela l’accident. L’accident, donc, a de multiples facettes, mais c'est d’abord une révolution, un retour au point de... « Un jour de novembre 2005, c’était un samedi, je me souviens très bien, ma vie a changé, radicalement. Je ne sais pas comment définir ce moment, par commodité on peut appeler cela l’accident. L’accident, donc, a de multiples facettes, mais c'est d’abord une révolution, un retour au point de départ de mon rapport au langage. »
Le philosophe François Matheron a eu, il y a plus de dix ans, un grave accident vasculaire cérébral, dont il porte les séquelles. Ce texte hors norme, écrit sur le fil du rasoir, fait ici, de l’intérieur, le récit sans concession des troubles, de la dépression et de la difficile reconquête du langage et de l’écriture. Il nous offre un rare et précieux document écrit à la première personne sur l’expérience de la maladie, mais sur, aussi, bien plus que cela : une méditation sur le langage et la pensée, le corps et la philosophie matérialiste, nourrie des lectures de Spinoza et d’Althusser.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355221194
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 140
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

[…] Au cœur de cet abîme qui vire un temps au délire et à la dépression, Matheron a aussi la conviction d’avoir touché à l’extase, d’avoir fait l’expérience métaphysique d’un contact immédiat avec le monde, d’une pensée pure, prélangagière. Et d’avoir assisté, tel un adulte dans le corps et l’esprit d’un enfant, au moment où les mots retrouvés ou réinventés parviennent à saisir l’existence sur le vif. […] Plus qu’un témoignage, ce texte est une inoubliable expérience de vie et de pensée, celle d’un homme qui a basculé de l’autre côté du langage et qui en est, pour partie, revenu. En mobilisant les forces de son corps, de ses proches et de la philosophie, il a réussi à sauver cette expérience du tombeau.
Martin Legros / Philosophie Magazine
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER ZONES
Et rentrez dans la communauté des lecteurs de Zones !