En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'Improbabilité de l'amour

        Belfond
        EAN : 9782714469014
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 580
        Format : 140 x 225 mm
        L'Improbabilité de l'amour

        Valérie BOURGEOIS (Traducteur)
        Date de parution : 07/04/2016
        Érudit et foisonnant, un premier roman virevoltant à la manière du Chardonneret, une enquête passionnante, pleine de charme et de suspense, sur l’histoire tour à tour merveilleuse et dramatique d’un chef-d’œuvre perdu. Derrière la critique espiègle du monde de l’art aujourd’hui, une réflexion subtile et profonde sur ce qui fait la valeur d’une œuvre.
        Londres, de nos jours
        Le jour où Annie McDee, jeune cuisinière sans le sou, débarque dans la boutique crasseuse d'un antiquaire, à la recherche d'un cadeau pour son petit-ami, elle ne se doute pas que : 1) son petit-ami va la plaquer ; 2) la toile poussiéreuse de 45x60 cm, qu'elle...
        Londres, de nos jours
        Le jour où Annie McDee, jeune cuisinière sans le sou, débarque dans la boutique crasseuse d'un antiquaire, à la recherche d'un cadeau pour son petit-ami, elle ne se doute pas que : 1) son petit-ami va la plaquer ; 2) la toile poussiéreuse de 45x60 cm, qu'elle vient d'acquérir pour £75, scellera à jamais son destin.
        Car ce qu'Annie transporte dans un sac en plastique n'est pas une vague croute. C'est un chef-d'œuvre mythique du XVIIIe siècle, une toile réalisée par le maître français Antoine Watteau ; un tableau intitulé L'Improbabilité de l'amour, qui a connu les salons des plus grands de ce monde avant de disparaître mystérieusement au milieu du XXe siècle, pour réapparaître tout aussi inexplicablement dans cette boutique miteuse...
        Interpellée par la beauté du tableau, Annie s'interroge : que tient-elle réellement entre ses mains ? Aidée de Jesse, un jeune guide passionné, et d'une spécialiste de Watteau, la modeste cuisinière au cœur tendre entreprend de découvrir la secrète et terrible histoire de cette toile. Et se retrouve catapultée dans les arcanes du monde de l'art...
        Oligarque russe, rappeur esthète, roi du pétrole, star du sport, marchand d'art sans scrupules, collectionneurs de tous bords, tous nourrissent le même fantasme : faire main-basse sur l'inestimable chef-d'œuvre.   
        Tous les coups sont permis ; tous les rêves sont possibles... Mais si L'Improbabilité de l'amour a le pouvoir de changer la vie de celui qui la possède, elle peut également rendre fou celui qui la convoite.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714469014
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 580
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        23.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Metehera Posté le 26 Mars 2018
          Avis mitigé. J'ai passé plutôt un bon moment avec ce livre mais je l'ai trouvé trop long, beaucoup trop long. J'ai mis presque 200 pages pour vraiment rentrer dans l'histoire... et une fois que j'ai réussi j'ai trouvée l'histoire sympatrique. Mais la fin avec ses rebondissements/péripéties plus rocambolesques et "tirées par les cheveux" les unes que les autres m'aurais presque fait regretter ma lecture. La plume de l'autrice est fluide (malgré quelques longueurs) et agréable. J'ai été agréablement surprise par les thèmes abordés : la seconde guerre mondiale, l'alcoolisme, la politique, la cuisine et l'art. C'est vrai que cela fait un peu fouillis mais je tenais à souligner la prise de position pour un premier roman. Il y a beaucoup de personnages et leur qualité en pâti. En fait ils manquent de "réalisme", de nuances et d'approfondissement. En bref, ce livre est plutôt pas mal pour un premier roman mais beaucoup trop long !
        • MahaultMots Posté le 21 Mars 2018
          Un roman vraiment agréable, peut-être desservi par son titre VF qui fait un peu peur aux allergiques à la romance. Hannah Rotschild, l'autrice, a travaillé dans le monde de l'art un moment, et sa famille d'ailleurs, je pense, est assez initiée à ce milieu. Elle a donc des choses à dire là-dessus qui sont très intéressantes, comme le fait qu'on aime plus l'art pour sa valeur pécuniaire qu'artistique justement, ou sur le mal qu'elle pense de ses tableaux possédés par des privilégiés mais stockés dans des hangars alors que l'art est fait pour que tout le monde puisse en profiter. Chouettes réflexions. Ah, et prévoyez des en-cas, ce roman donne faim !
        • Histoiresdenlire Posté le 9 Octobre 2017
          Jamais je n'aurais jeté ne serait-ce qu'un coup d'oeil à ce livre s'il n'y avait pas eu ce billet d'Abracadabooks, merci à elle ! Comme elle le dit bien, le titre, le nom prout-prout de l'auteur et surtout le rose et le kitsch de la couverture auraient suffi à me faire passer mon chemin. Comme quoi, les apparences importent, finalement ... Et pourtant, j'aurais manqué un bon gros pavé (700 pages, ma bonne dame), mi enquête historique, mi satire du monde de l'art, qu'on déguste avec plaisir ! La quatrième : Ce jour-là à Londres, les flashs crépitent devant la maison de vente aux enchères Monachorum Sons. Des collectionneurs de tous bords aux puissants marchands d'art, des oligarques russes aux magnats du pétrole, du rappeur esthète à la star du sport, tous défilent pour une des plus grosses ventes de l'histoire : celle de L'Improbabilité de l'amour, un tableau d'Antoine Watteau, disparu au milieu du XXe siècle et miraculeusement retrouvé. Celle qui, par un incroyable hasard, a remis la main sur le trésor dans une petite brocante poussiéreuse se nomme Annie McDee. Fascinée par la poésie et le raffinement du tableau, cette jeune chef cuisinière au coeur tendre va entreprendre d'en... Jamais je n'aurais jeté ne serait-ce qu'un coup d'oeil à ce livre s'il n'y avait pas eu ce billet d'Abracadabooks, merci à elle ! Comme elle le dit bien, le titre, le nom prout-prout de l'auteur et surtout le rose et le kitsch de la couverture auraient suffi à me faire passer mon chemin. Comme quoi, les apparences importent, finalement ... Et pourtant, j'aurais manqué un bon gros pavé (700 pages, ma bonne dame), mi enquête historique, mi satire du monde de l'art, qu'on déguste avec plaisir ! La quatrième : Ce jour-là à Londres, les flashs crépitent devant la maison de vente aux enchères Monachorum Sons. Des collectionneurs de tous bords aux puissants marchands d'art, des oligarques russes aux magnats du pétrole, du rappeur esthète à la star du sport, tous défilent pour une des plus grosses ventes de l'histoire : celle de L'Improbabilité de l'amour, un tableau d'Antoine Watteau, disparu au milieu du XXe siècle et miraculeusement retrouvé. Celle qui, par un incroyable hasard, a remis la main sur le trésor dans une petite brocante poussiéreuse se nomme Annie McDee. Fascinée par la poésie et le raffinement du tableau, cette jeune chef cuisinière au coeur tendre va entreprendre d'en percer les secrets. Un périple à travers l'Histoire qui verra l'inestimable toile voyager de l'atelier parisien d'un peintre du XVIIIeà cette petite échoppe londonienne d'aujourd'hui, en passant par les salons cossus de la grande aristocratie européenne... Gros gros pavé donc, qui met un peu de temps à démarrer, et qui donne la parole à tous les protagonistes de l'histoire, même au tableau. J'ai eu un petit coup de coeur pour le personnage d'Annie, un peu naïve, même si l'envie de la secouer m'est venue plusieurs fois tout au long du récit (mais qu'est-ce qu'elle attend pour aller faire authentifier le tableau, au lieu de le trimbaler au milieu de ses légumes comme un sac à patates ?!). Une fois installée dans l'intrigue, j'ai retrouvé ce roman avec plaisir plusieurs soirées d'affilées (vous savez, c'est le genre de bouquin tellement gros et mou qu'il tient ouvert tout seul, et auquel vous pensez dans la journée "ah, vivement ce soir, mon canapé et mon pavé" - en mode cocooning). L'intrigue tient bien le lecteur en haleine, et j'ai regretté que ce fameux tableau n'existe pas, car je mourrais d'envie de le voir. Le procédé narratif qu'utilise l'auteur, en donnant la parole au tableau lui-même, permet de faire une pause dans l'intrigue au présent, et de faire un bond dans l'Histoire, à travers le périple de cette oeuvre vieille de 300 ans, et qui a connu rois, reines, empereurs et nazis ... La Seconde guerre mondiale et les oeuvres d'art volées aux juifs par les nazis sont également en toile de fond du roman. Mêlant le suspense, une histoire d'amour et une critique du monde de l'art (ça ne parle que d'argent !), l'auteur réussit à nous passionner tout le long de ce périple. J'ai juste regretté quelques longueurs en rapports avec des personnages secondaires (Barty, Vlad, ...) et que j'ai lues parfois à la va-vite, pressée de retrouver Annie, Rebecca ou le tableau. Le roman aurait été plus condensé et peut-être encore plus passionnant s'il était restreint à ces trois protagonistes ... J'ai passé un très bon moment de lecture avec gros roman, paru en poche assez récemment (je vous met la couverture ci-dessous). Passez outre vos à priori sur le titre et foncez si vous aimez les intrigues historiques !
          Lire la suite
          En lire moins
        • djelisaweta Posté le 18 Septembre 2017
          Annie sort d'une longue relation amoureuse qui s'est mal terminée. Elle essaie de reprendre sa vie en main et entame une carrière de "Chef" en raison de sa passion pour la cuisine. Elle fréquente un homme, une histoire pas bien solide. Elle décide tout de même de lui acheter un cadeau pour son anniversaire sans trop savoir quoi chercher. Elle atterrit par hasard dans une petite boutique d'antiquités et choisit un petit tableau qui ne paie pas de mine en pensant que cela fera l'affaire. Voilà le début de cette aventure. Il n'est pas évident de parler de ce livre sans dévoiler d'indices. Donc je dirais que c'est une plongée dans l'univers du marché de l'Art. On se balade dans Londres, on s'arrête souvent à la National Gallery (pour mon plus grand plaisir). On suit la vie personnelle d'Annie mais aussi la vie de ce tableau. D'où vient-il, est-ce une croute ou un chef d'œuvre ? Annie va t-elle le conserver ou le vendre ? Le tableau nous donne des pistes, parce que oui, le tableau parle aussi de temps en temps ! Et Annie, va t-elle réussir dans cette voie professionnelle dans laquelle elle excelle ? Et sa vie amoureuse ???... Annie sort d'une longue relation amoureuse qui s'est mal terminée. Elle essaie de reprendre sa vie en main et entame une carrière de "Chef" en raison de sa passion pour la cuisine. Elle fréquente un homme, une histoire pas bien solide. Elle décide tout de même de lui acheter un cadeau pour son anniversaire sans trop savoir quoi chercher. Elle atterrit par hasard dans une petite boutique d'antiquités et choisit un petit tableau qui ne paie pas de mine en pensant que cela fera l'affaire. Voilà le début de cette aventure. Il n'est pas évident de parler de ce livre sans dévoiler d'indices. Donc je dirais que c'est une plongée dans l'univers du marché de l'Art. On se balade dans Londres, on s'arrête souvent à la National Gallery (pour mon plus grand plaisir). On suit la vie personnelle d'Annie mais aussi la vie de ce tableau. D'où vient-il, est-ce une croute ou un chef d'œuvre ? Annie va t-elle le conserver ou le vendre ? Le tableau nous donne des pistes, parce que oui, le tableau parle aussi de temps en temps ! Et Annie, va t-elle réussir dans cette voie professionnelle dans laquelle elle excelle ? Et sa vie amoureuse ??? Cette virée à Londres est un gros coup de coeur. Les bons petits plats, les tableaux, l'amour... j'en redemande :)
          Lire la suite
          En lire moins
        • KRISS45 Posté le 5 Septembre 2017
          Ne vous méprenez pas : "l'improbabilité de l'amour" n'est pas le dernier roman paru pour midinettes mais un tableau égaré, autrefois détenu " par des rois, des reines, un empereur romain germanique, un pape et un grand philosophe - entre autres figures notables". Derrière ce titre aguichant et trompeur, Hannah Rothschild, éminente professionnelle de l'histoire de l'art raconte, sous forme d'un roman alerte et plein de fantaisie, les tribulations et les péripéties subies par ce chef d'œuvre de Watteau dont la vie fut bien précaire. Elle dresse un état de lieux du marché de l'art, avec le meilleur et le pire, en utilisant la fiction pour révéler bien des vérités moins glorieuses que le seul amour du Beau. Vous saurez tout ou presque sur les marchands, les experts, les riches collectionneurs et leurs motivations, les techniciens chargés d'authentifier ou de restaurer les œuvres, sur les directeurs de musées et leurs équipes : tout cela avec de l'ironie, du bon sens, des traits d'esprit savoureux. L'idée d'y ajouter une intrique haletante rend son propos aussi instructif que réjouissant, en dosant habilement humour et érudition. Lecture que je conseille à tous les amoureux de la peinture, aux rats de musée qui ne se... Ne vous méprenez pas : "l'improbabilité de l'amour" n'est pas le dernier roman paru pour midinettes mais un tableau égaré, autrefois détenu " par des rois, des reines, un empereur romain germanique, un pape et un grand philosophe - entre autres figures notables". Derrière ce titre aguichant et trompeur, Hannah Rothschild, éminente professionnelle de l'histoire de l'art raconte, sous forme d'un roman alerte et plein de fantaisie, les tribulations et les péripéties subies par ce chef d'œuvre de Watteau dont la vie fut bien précaire. Elle dresse un état de lieux du marché de l'art, avec le meilleur et le pire, en utilisant la fiction pour révéler bien des vérités moins glorieuses que le seul amour du Beau. Vous saurez tout ou presque sur les marchands, les experts, les riches collectionneurs et leurs motivations, les techniciens chargés d'authentifier ou de restaurer les œuvres, sur les directeurs de musées et leurs équipes : tout cela avec de l'ironie, du bon sens, des traits d'esprit savoureux. L'idée d'y ajouter une intrique haletante rend son propos aussi instructif que réjouissant, en dosant habilement humour et érudition. Lecture que je conseille à tous les amoureux de la peinture, aux rats de musée qui ne se prennent pas trop au sérieux.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Chaque page est un moment de joie. C'est un roman à la fois drôle, triste et profond, parfaitement construit. Hannah Rothschild fait danser les mots avec un incroyable panache. Elle nous distille son savoir avec la légèreté d'une ballerine, avec une grâce qui ferait même de l'ombre à celles des peintures rococo qu'elle met en scène. Sa galerie de personnages est irrésistible. Les émotions qui affluent dans ses pages sont magnifiques. Que dire de plus ? C'est mon livre de l'année. »
        Barbara Trapido, auteur de L'Épreuve du soliste
        Barbara Trapido, auteur de L'Épreuve du soliste
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com