En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'INVISIBLE

        Sonatine
        EAN : 9782355841149
        Code sériel : 45
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 220 mm
        L'INVISIBLE

        FABRICE POINTEAU (Traducteur)
        Date de parution : 10/05/2012

        Après Les Visages de Jesse Kellerman, après Avant d’aller dormir de S.-J. Watson, L’Invisible, de Robert Pobi, la nouvelle révélation Sonatine.

        Montauk, Nouvelle-Angleterre. Jack Cole revient pour la première fois depuis près de trente ans dans la maison où il a grandi. Son père, Jacob Coleridge, un peintre reconnu et célébré dans tout le pays à l’égal de Jackson Pollock, y vit reclus depuis des années, souffrant de la maladie d’Alzheimer....

        Montauk, Nouvelle-Angleterre. Jack Cole revient pour la première fois depuis près de trente ans dans la maison où il a grandi. Son père, Jacob Coleridge, un peintre reconnu et célébré dans tout le pays à l’égal de Jackson Pollock, y vit reclus depuis des années, souffrant de la maladie d’Alzheimer. Son état a récemment empiré et une crise de démence l’a conduit à l’hôpital. Si ses jours ne sont pas en danger, ses moments de lucidité sont rares. Jack, qui a le corps entièrement tatoué d’un chant de L’Enfer de Dante, souvenir d’une jeunesse perturbée, est lui aussi un artiste en son genre. Travaillant en indépendant pour le FBI, il possède un don unique pour lire les scènes de crime et entrer dans l’esprit des psychopathes. Alors qu’un terrible ouragan s’approche des côtes, Dan Hauser, le shérif de la ville, profite de la présence de Jack pour lui demander de l’aider à résoudre un double assassinat, celui d’une femme et d’un enfant dont on ignore les identités. Devant la méthode employée par le tueur, Jack ne peut s’empêcher de faire le lien avec un autre crime, jamais résolu, le meurtre de sa mère lorsqu’il avait 12 ans. Alors que le village est bientôt coupé du monde par la tempête, les meurtres se succèdent et Jack est bientôt convaincu que son père connaît l’identité de l’assassin. La clé réside-t-elle dans les 5 000 mystérieux tableaux qu’il a peints inlassablement ces dernières années et qui semblent constituer une sorte d’étrange puzzle ? C’est dans l’esprit de son père que Jack va cette fois devoir entrer, comme il entre d’habitude dans celui des criminels, pour trouver une vérité complètement inattendue.

        Dans ce premier roman impressionnant, Robert Pobi s’intéresse à un trait commun que partagent artistes, médecins et policiers, celui d’interroger obsessionnellement les apparences afin d’atteindre, peut-être, la vérité qui se cache derrière. Avec une efficacité et une maîtrise dignes des plus grands auteurs de thrillers, il tient le lecteur en haleine de la première à la dernière page, au fil d’une intrigue machiavélique, jusqu’au coup de théâtre final, qui place le livre au niveau des plus grandes réussites du genre.

        Inlassable voyageur, Robert Pobi a longtemps travaillé dans le monde des antiquités. Il vit au Canada. L’Invisible est son premier roman.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355841149
        Code sériel : 45
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        21.30 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • leslecturesdemoe Posté le 14 Mars 2018
          Si vous ne connaissez pas Robert Pobi, courez en librairie ! Cet auteur est un artiste. Ses livres sont des coups de cœur. Il m'a littéralement bluffée avec L'invisible. Je recommanderai ce livre un million de fois s'il le fallait. Lorsqu'on commence la lecture, on tombe dans le livre et on n'en sort pas avant la fin...et quelle fin!!! Si vous anticipez la fin, vous êtes des génies car honnêtement, je n'ai rien vu venir. Il faudrait vraiment que je le remette dans ma pal tellement Il était top. Un vrai coup de cœur!
        • BlackKat Posté le 18 Février 2018
          Jake Cole revient dans la maison familiale suite à un accident de son père avec qui il est en froid depuis une trentaine d’années. Jacob Coleridge est un peintre brillant mais un homme caractériel et alcoolique en proie à la maladie d’Alzheimer et une folie apparente. Jake Cole se retrouve face à ce père détesté mais aussi devant un double meurtre atroce qui est la copie conforme de celui de sa mère, quand il était encore jeune adolescent. Et l’arrivée d’un ouragan de catégorie 5, le plus terrible à ce jour, ne va pas aider les enquêteurs dans leur tache. Avec cet ouragan, nous avons droit à une belle leçon de météorologie, de sa formation à sa venue sur Montauk, Long Island. Un climat cataclysmique pour accentuer les tensions et le suspense qui agitent la petite communauté de Montauk et glisser le lecteur dans un état d’urgence fébrile. Plus la tempête est imminente et plus la fébrilité augmente… Mais l’anticipation est souvent plus angoissante que la survenue des faits car je n’ai pas senti le danger extrême de cet ouragan dans le cours des événements… Jake Cole est un personnage atypique et passionnant! Avec son passé de junkie, alcoolo, tatoué de la tête aux pieds,... Jake Cole revient dans la maison familiale suite à un accident de son père avec qui il est en froid depuis une trentaine d’années. Jacob Coleridge est un peintre brillant mais un homme caractériel et alcoolique en proie à la maladie d’Alzheimer et une folie apparente. Jake Cole se retrouve face à ce père détesté mais aussi devant un double meurtre atroce qui est la copie conforme de celui de sa mère, quand il était encore jeune adolescent. Et l’arrivée d’un ouragan de catégorie 5, le plus terrible à ce jour, ne va pas aider les enquêteurs dans leur tache. Avec cet ouragan, nous avons droit à une belle leçon de météorologie, de sa formation à sa venue sur Montauk, Long Island. Un climat cataclysmique pour accentuer les tensions et le suspense qui agitent la petite communauté de Montauk et glisser le lecteur dans un état d’urgence fébrile. Plus la tempête est imminente et plus la fébrilité augmente… Mais l’anticipation est souvent plus angoissante que la survenue des faits car je n’ai pas senti le danger extrême de cet ouragan dans le cours des événements… Jake Cole est un personnage atypique et passionnant! Avec son passé de junkie, alcoolo, tatoué de la tête aux pieds, il détone chez les agents du FBI et sa faculté déconcertante à décoder les scènes de crimes les plus intolérables le rend bien étrange aux yeux des simples flics! Ajoutez à cette personnalité un drame d’enfance qui le hante et vous avez bien envie de cheminer à ses côtés. Oui, mais… Le bémol principal de ce roman est un aspect des meurtres un peu trop gore à mon goût et des descriptions de viande hachée un peu trop redondantes. Ok, on est dans l’écorché vif mais pas la peine d’enfoncer encore et encore le couteau dans la plaie pour appréhender le calvaire des victimes et l’horreur de leur agonie! De plus, l’enquête reste à un état embryonnaire et si le travail d’observateur à l’acuité mentale exceptionnelle de Jake est très bien analysé, le peu d’indices confiés au lecteur nous laisse passifs. Et dès alors que son oncle évoque un secret du passé, on sait. On sait. Et voilà, le suspense retombe illico, le dénouement est plié, il ne reste plus qu’à le recevoir. C’est frustrant et non convaincant. J’aime être partie prenante dans un polar ou thriller, pouvoir établir mes propres hypothèses et être surprise par le talent de l’auteur à me bluffer. Je n’aime pas qu’on me balance des revirements de situation sortis de nulle part sans que des indices aient été semés au fil des pages. Il y avait matière à un roman exceptionnel mais l’auteur m’a donnée l’impression de ne plus savoir quoi faire de son coupable et de nous refiler la patate chaude avant de se brûler. « Tuez-moi ». Voilà, c’est brutal. Toute une vie de perversion, de vice et de crime et en une seconde, l’illumination que le mal l’habite et qu’il doit expier ses péchés dans l’élimination de sa personne. Et bien non, je ne marche pas. Pas avec la délectation dont il a fait preuve dans les assassinats qu’il a commis… Au final, c’est un roman qui se laisse lire, pas désagréable pour ceux qui aiment les ambiances glauques, mais qui est tout de même une déception pour ma part avec trop d’incohérences qui ébranlent la crédibilité de l’intrigue qui était, au départ, excellente. Dommage! Mais je tenterai tout de même son second roman, Les innocents.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Poljack Posté le 17 Octobre 2017
          Mon avis : Cœurs sensibles, s’abstenir ! L’invisible fait partie de ces thrillers qui donne l’impression que pour attirer le lecteur, il faut jouer la surenchère dans le gore où l’hémoglobine se calcule en hectolitres, dans le dégueulasse à t’en retourner les boyaux, l’indicible qu’on se plaît à décrire… Alors si vous les aimez saignants, vous adorerez ce roman. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est sacrément efficace ! Personnellement, j’avais deviné assez tôt l’identité du meurtrier, mais Robert Pobi est habile et jusqu’aux dernières pages, j’ai douté de mon intuition, imaginant coupable, tour à tour, chacun des personnages. Côté construction dramatique, la charpente de ce récit est tout ce qui il a de classique : un flic au passé trouble, torturé par ses vieux démons se lance à la poursuite d’un tueur dont la cruauté n’a d’égale que sa faculté à ne laisser aucune trace pouvant mener à lui. Ce que l’auteur met autour est un peu plus original : le père du flic, peintre de renom, à moitié fou, délire sur son lit d’hôpital tandis qu’on annonce l’arrivée d’un ouragan de force 5 sur la région. De quoi faire monter la tension… Mais c’est avant tout la façon dont il traite son sujet, son... Mon avis : Cœurs sensibles, s’abstenir ! L’invisible fait partie de ces thrillers qui donne l’impression que pour attirer le lecteur, il faut jouer la surenchère dans le gore où l’hémoglobine se calcule en hectolitres, dans le dégueulasse à t’en retourner les boyaux, l’indicible qu’on se plaît à décrire… Alors si vous les aimez saignants, vous adorerez ce roman. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est sacrément efficace ! Personnellement, j’avais deviné assez tôt l’identité du meurtrier, mais Robert Pobi est habile et jusqu’aux dernières pages, j’ai douté de mon intuition, imaginant coupable, tour à tour, chacun des personnages. Côté construction dramatique, la charpente de ce récit est tout ce qui il a de classique : un flic au passé trouble, torturé par ses vieux démons se lance à la poursuite d’un tueur dont la cruauté n’a d’égale que sa faculté à ne laisser aucune trace pouvant mener à lui. Ce que l’auteur met autour est un peu plus original : le père du flic, peintre de renom, à moitié fou, délire sur son lit d’hôpital tandis qu’on annonce l’arrivée d’un ouragan de force 5 sur la région. De quoi faire monter la tension… Mais c’est avant tout la façon dont il traite son sujet, son art de la description et sa facilité à nous entraîner sur de fausses pistes qui font de ce roman un livre puissamment addictif.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LeslecturesdeMaud Posté le 24 Mai 2017
          Une enquête rudement menée, des rebondissements, tous les ingrédients pour passer un bon moment. L’auteur a su nous immerger dans cette histoire, dans la tristesse de Jake, avec une fin époustouflante.
        • Zephyrine Posté le 19 Avril 2017
          Les avis sont très partagés sur ce thriller. Les avis qui apparaissent en premier sur Babelio sont assez voir très négatifs. Puis quand on pousse un peu, on se rend compte qu'au final, pas mal de lecteurs ont été séduits. Pour ma part, j'ai été assez emballée par cette lecture. L'intrigue est bien menée, les chapitres courts permettent d'avoir un bon rythme, quelques scènes sont un peu gores, mais la violence est avant tout psychologique. le livre permet au lecteur d'avoir une vraie réflexion, bref, un bon thriller.

        Ils en parlent

        Premier roman et déjà partout : Pobi séduit, puis, obsède. Il faut dire que l'atmosphère de son thriller est asphyxiante.
        Le Point
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.