Lisez! icon: Search engine
Seghers
EAN : 9782232122552
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 234
Format : 130 x 197 mm

Livre d'amour suivi de Premiers vers - NE

Collection : Poésie d'abord
Date de parution : 01/09/2005

«Livre d'amour»: le chef d'oeuvre poétique de Charles Vildrac, l'un des fondateurs du groupe de l'Abbaye.

Cet ouvrage, publié pour la première fois en 1910, fut constamment réédité jusqu'en 1959, date à laquelle il entre aux Éditions Seghers. En effet, Charles Vildrac, de son vivant, n'a cessé de composer et recomposer cette oeuvre poétique, refusant de se soumettre aux exigences de la chronologie. Pendant plus d'un...

Cet ouvrage, publié pour la première fois en 1910, fut constamment réédité jusqu'en 1959, date à laquelle il entre aux Éditions Seghers. En effet, Charles Vildrac, de son vivant, n'a cessé de composer et recomposer cette oeuvre poétique, refusant de se soumettre aux exigences de la chronologie. Pendant plus d'un demi-siècle, les éditions se sont succédé sans jamais interrompre le processus d'élaboration d'une oeuvre toujours en devenir. La présente édition du «Livre d'amour» n'échappe pas à cette règle. Elle respecte la composition et l'état des textes de l'édition de 1959, mais y adjoint trois textes aujourd'hui oubliés: «Les idées», «Je rêve l'Abbaye…» et «Les trop bonnes raisons».Ce «Livre d'amour» est l'occasion de découvrir, ou redécouvrir, un auteur contemporain qui a vécu à une époque marquée par une formidable soif de renouvellement poétique. En 1909, Marinetti veut faire table rase du passé en lançant son premier manifeste futuriste; Apollinaire élabore une poétique de la surprise fondée sur une tradition renouvelée. Contrairement aux mouvements les plus radicaux, Charles Vildrac ne cherche pas à tout détruire pour révolutionner l'expression poétique, mais à se défaire de la tradition littéraire pour forger un instrument d'expression directe. Avec lui, la poésie se fait concrète, fraternelle, sociale et humaine.Cet ouvrage est publié en partenariat avec les Éditions le Temps des Cerises.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782232122552
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 234
Format : 130 x 197 mm
Seghers

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Blackbooks Posté le 5 Janvier 2020
    Finesse et ténuité de l'existence caressée du bout des mots, impermanence charnelle charriée par le flot dévastateur des rêves inaboutis, errance des âmes diaphanes, des amours éthérées, des êtres perdus naviguant dans les limbes de leur vie. Vildrac sculpte, repoli les sentiments, burine la vie, la mort. Sa poésie dénude l'altérabilité, sensualise l'instant, irradie la femme, l'être aimé(e). Les pas du trépas s'estompent, emplis du bruissement des cheveux magnifiés par vos vers. La mort se fait douce offrande à l'espoir, à la vie, à la liberté. Caducité et bienveillance s'étreignent dans votre jardin, amitié et amour s'égrainent au fil de vos poèmes. « Si on gardait » un peu de Vildrac, le présent fleurirait dans nos cœurs, corolles de désir, de passion, nous serions abeilles butinant le désir, miellats d'amour aux saveurs de tendresse. « Si on gardait » nos cœurs de poètes que ne pourrions-nous faire...
  • cicou45 Posté le 29 Décembre 2011
    C'est sur les conseils d'une babélienne (qui se reconnaîtra) que je me suis fait offrir ce livre à Noël et je lui en suis très reconnaissante. Bien que n'étant pas très familiarisée avec les recueils de poèmes et ne me considérant donc pas comme une experte en la matière, je dois pourtant avouer que celui-ci m'a bouleversé de par la justesse de ses mots et des sentiments qu'il fait naître chez le lecteur, ce fut le cas pour moi. J'ai trouvé dans l'écriture de Charles Vildrac une sorte d'humilité qui a suscité chez moi le respect et qui m'a donné envie d'en savoir plus sur cet auteur. Le poème que j'ai préféré est celui intitulé "Les Conquérants" car ces dernier ne sont ni en quête de gloire ni de fortune mais tout simplement de reconnaissance et d'amour. De nombreuses allusions faites au poète Verlaine m'ont également émues et ce livre, bien qu'il soit relativement petit est, à mon humble avis, un très grand livre qui véhicule des idées sur l'amour et l'amitié extraordinaires et qui se doit d'être découvert ! Je crois d'ailleurs que pour en saisir toute la portée, je le relirai surement très prochainement. Charles Vildrac est un poète hors-normes... C'est sur les conseils d'une babélienne (qui se reconnaîtra) que je me suis fait offrir ce livre à Noël et je lui en suis très reconnaissante. Bien que n'étant pas très familiarisée avec les recueils de poèmes et ne me considérant donc pas comme une experte en la matière, je dois pourtant avouer que celui-ci m'a bouleversé de par la justesse de ses mots et des sentiments qu'il fait naître chez le lecteur, ce fut le cas pour moi. J'ai trouvé dans l'écriture de Charles Vildrac une sorte d'humilité qui a suscité chez moi le respect et qui m'a donné envie d'en savoir plus sur cet auteur. Le poème que j'ai préféré est celui intitulé "Les Conquérants" car ces dernier ne sont ni en quête de gloire ni de fortune mais tout simplement de reconnaissance et d'amour. De nombreuses allusions faites au poète Verlaine m'ont également émues et ce livre, bien qu'il soit relativement petit est, à mon humble avis, un très grand livre qui véhicule des idées sur l'amour et l'amitié extraordinaires et qui se doit d'être découvert ! Je crois d'ailleurs que pour en saisir toute la portée, je le relirai surement très prochainement. Charles Vildrac est un poète hors-normes puisqu'il ne se fie à aucune norme en matière de poésie et ne s'impose donc pas de barrières. Il laisse parler les mots et transmettre ses propres émotions. Vraiment superbe !
    Lire la suite
    En lire moins
  • charlottelit Posté le 21 Novembre 2011
    Mon cher Vildrac, tu sais, c'est grâce à Toi si je suis encore là ... Quand tout "fout l'camp" autour de moi, je me répète inlassa- blement, "si l'on gardait depuis des temps, des temps, si l'on gardait souples et odorants, ..." et insensiblement, le goûte de vivre me revient. Je peux bien t'avouer que je t'aime : pêut-être davantage que mon cher Verlaine ... Ton oeuvre tient sur quelques pages mais on peut tout y puiser : l'Homme que tu es et quand je pense à Toi, le mot "Humanité" s'impose à moi. Tu réussis ce tour de force : je suis à l'écoute du monde. La seule infidélité que je ne te pardonne pas - mais quelle outrecuidance - c'est de ne plus être là .. J'aurais aimé respirer en ta compagnie - que dis-je ? - penser que tu existais, que nous foulions la même terre et que tu respirais quelque part : cela m'aurait suffi. L'irréparable s'est produit ... mais le merveilleux c'est que je ne suis plus jamais seule depuis ce jour où, par quelle chance inouïe, je t'ai découvert et aimé d'emblée. (d'autres âmes enfuies me tiennent compagnie aussi) Que soient remerciés tous ceux qui ont contribué à cette rencontre m'ont fait ce cadeau qui depuis n'a cessé de m'enchanter merci à... Mon cher Vildrac, tu sais, c'est grâce à Toi si je suis encore là ... Quand tout "fout l'camp" autour de moi, je me répète inlassa- blement, "si l'on gardait depuis des temps, des temps, si l'on gardait souples et odorants, ..." et insensiblement, le goûte de vivre me revient. Je peux bien t'avouer que je t'aime : pêut-être davantage que mon cher Verlaine ... Ton oeuvre tient sur quelques pages mais on peut tout y puiser : l'Homme que tu es et quand je pense à Toi, le mot "Humanité" s'impose à moi. Tu réussis ce tour de force : je suis à l'écoute du monde. La seule infidélité que je ne te pardonne pas - mais quelle outrecuidance - c'est de ne plus être là .. J'aurais aimé respirer en ta compagnie - que dis-je ? - penser que tu existais, que nous foulions la même terre et que tu respirais quelque part : cela m'aurait suffi. L'irréparable s'est produit ... mais le merveilleux c'est que je ne suis plus jamais seule depuis ce jour où, par quelle chance inouïe, je t'ai découvert et aimé d'emblée. (d'autres âmes enfuies me tiennent compagnie aussi) Que soient remerciés tous ceux qui ont contribué à cette rencontre m'ont fait ce cadeau qui depuis n'a cessé de m'enchanter merci à Pierre Seghers ce fin lettré qui t'a édité. L'enchantement, ça te connaît ... Toi par qui tout devient beau : les nuits et les jours, le quotidien, Toi qui aimais toutes les femmes, que c'est une joie d'en être une ...
    Lire la suite
    En lire moins
  • meyeleb Posté le 3 Août 2011
    Ce recueil m'a été offert par mon amie Charlotte. J'aime m'y promener, y croiser la douceur d'aimer, les bonheurs simples et parfois la souffrance des hommes. Un recueil qui fait du bien à l'âme.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.