En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'Olympe des Infortunes

            Julliard
            EAN : 9782260018223
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 234
            Format : 130 x 205 mm
            L'Olympe des Infortunes

            Date de parution : 07/01/2010

            « Khadra peut dire l'homme partout où il est. » The New York Times

            L'Olympe des Infortunes est un terrain vague coincé entre une décharge publique et la mer, où se décomposent au soleil des dieux déchus. Il y a Ach le Borgne, qui sait mieux que personne magnifier les clochards ; Junior le Simplet ; Marna la Fantomatique ; le Pacha et sa cour de...

            L'Olympe des Infortunes est un terrain vague coincé entre une décharge publique et la mer, où se décomposent au soleil des dieux déchus. Il y a Ach le Borgne, qui sait mieux que personne magnifier les clochards ; Junior le Simplet ; Marna la Fantomatique ; le Pacha et sa cour de soûlards, et bien d'autres personnages encore, aussi obscurs qu'attachants. C'est un pays de mirages et de grande solitude où toutes les hontes sont bues comme sont tus les plus terribles secrets.
            À travers ce voyage philosophique, Yasmina Khadra nous propose une escale dans l'univers des paumés ; un univers fait de tendresse et de cocasseries, de rêves invraisemblables et de possessions abusives où surgissent, parfois, de cuisantes questions sur le Mensonge et la Culpabilité.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260018223
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 234
            Format : 130 x 205 mm
            Julliard
            18.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Sagweste Posté le 13 Novembre 2018
              Je remercie mon ami Phil de m’avoir prêté ce roman de Yasmina Khadra. C’est le deuxième roman que je découvre de l’auteur et cela confirme mon impression première suite à « L’attentat » : j’adore sa plume. Elle vous emporte sur des contrées à la fois rudes et poétiques. Ses mots sont forts et tellement magiques qu’il arrive à traiter du thème des exclus avec une beauté sans commune mesure. Ces êtres, ces Horr comme ils se nomment, vivent sur le terrain vague à la sortie d’une ville en bord de plage, refusant d’y retourner, voulant vivre libre de tout et de tous. Chacun a une personnalité propre qui les rend attachant malgré leur dénuement et une certaine violence en latence pour certains. Tous sont des abîmés de la vie et l’auteur a fait le choix de nous conter une tranche de leur vie, une bulle temporelle dans laquelle je me suis glissée et me suis laissée imprégner de ce monde. Nous ne savons pas où nous nous trouvons, quelle ville affleure ce terrain ni en quelle année, cela accentue cette intemporalité mais renforce l’humanité de tous ceux qui vivent là. Le lecteur n’a plus qu’à les suivre, les écouter, partager leur quotidien. Ach... Je remercie mon ami Phil de m’avoir prêté ce roman de Yasmina Khadra. C’est le deuxième roman que je découvre de l’auteur et cela confirme mon impression première suite à « L’attentat » : j’adore sa plume. Elle vous emporte sur des contrées à la fois rudes et poétiques. Ses mots sont forts et tellement magiques qu’il arrive à traiter du thème des exclus avec une beauté sans commune mesure. Ces êtres, ces Horr comme ils se nomment, vivent sur le terrain vague à la sortie d’une ville en bord de plage, refusant d’y retourner, voulant vivre libre de tout et de tous. Chacun a une personnalité propre qui les rend attachant malgré leur dénuement et une certaine violence en latence pour certains. Tous sont des abîmés de la vie et l’auteur a fait le choix de nous conter une tranche de leur vie, une bulle temporelle dans laquelle je me suis glissée et me suis laissée imprégner de ce monde. Nous ne savons pas où nous nous trouvons, quelle ville affleure ce terrain ni en quelle année, cela accentue cette intemporalité mais renforce l’humanité de tous ceux qui vivent là. Le lecteur n’a plus qu’à les suivre, les écouter, partager leur quotidien. Ach le borgne et Junior seront au centre de cette histoire, étirant et recentrant les fils d’amitié, partageant des leçons de vie. Leurs relations faites de bienveillance seront malmenées, interrogeant le lecteur quant aux manipulations possibles des uns envers les autres. Un roman magnifique de beauté ! Maintenant j’ai hâte de découvrir ‘Khalil », le romand sorti cette année 2018. Enjoy !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Mespetitescritiqueslitteraires Posté le 10 Août 2018
              Résumer un tel livre peut s'avérer un exercice on ne peut plus périlleux tant l'ouvrage est dense. Car il s'agit ici de poésie, de philosophie, de sociologie. Yasmina Khadra nous invite à entrer dans un microcosme où la marginalité devient philosophie de vie. Ach le Borgne est un penseur, un utopiste, qui a voulu créer une société d'hommes authentiques, vivant en marge de la société et de tout ce qu'elle peut véhiculer (vaccins, recensements, progrès, courrier, factures…). Ces Horr vivent hors du tumulte de notre vie moderne. Seuls les éléments de la nature rythment et colorent leurs journées. Pour Ach, les Horr sont des hommes libres, les seuls à comprendre l'essence même de la liberté. Et de cette liberté, pure et sans concession, naît la vraie richesse. Celle qui n'appauvrit pas le cœur, celle qui le remplit au lieu de le vider de sa propre substance. Se départir de tout désir matériel, permet à l'homme de prendre ce que le hasard met sur son chemin. Il se servira donc avec modération, parcimonie, sans calcul ni intérêt. La frugalité fera de lui sa singularité. Etre un Horr c'est aussi la capacité à faire taire tout désir de gloire car, au fond, qu'est-ce que... Résumer un tel livre peut s'avérer un exercice on ne peut plus périlleux tant l'ouvrage est dense. Car il s'agit ici de poésie, de philosophie, de sociologie. Yasmina Khadra nous invite à entrer dans un microcosme où la marginalité devient philosophie de vie. Ach le Borgne est un penseur, un utopiste, qui a voulu créer une société d'hommes authentiques, vivant en marge de la société et de tout ce qu'elle peut véhiculer (vaccins, recensements, progrès, courrier, factures…). Ces Horr vivent hors du tumulte de notre vie moderne. Seuls les éléments de la nature rythment et colorent leurs journées. Pour Ach, les Horr sont des hommes libres, les seuls à comprendre l'essence même de la liberté. Et de cette liberté, pure et sans concession, naît la vraie richesse. Celle qui n'appauvrit pas le cœur, celle qui le remplit au lieu de le vider de sa propre substance. Se départir de tout désir matériel, permet à l'homme de prendre ce que le hasard met sur son chemin. Il se servira donc avec modération, parcimonie, sans calcul ni intérêt. La frugalité fera de lui sa singularité. Etre un Horr c'est aussi la capacité à faire taire tout désir de gloire car, au fond, qu'est-ce que la gloire sinon être otage de sa propre vanité? En bon maître à penser, Ach enseigne sa philosophie à Junior, jeune homme de 22 ans, sans famille, sans racines, sans souvenir. Une page blanche qu'il lui conviendra de noircir de ses plus belles pensées. Car le personnage de Ach brille non seulement par son esprit mais aussi par son ambivalence. Pareil à un mentor, il veut guider son protégé vers une liberté sans entrave et une richesse intérieure. Malgré tout, il n'a de cesse d'amoindrir l'esprit critique de Junior. Amoindrir pour mieux dominer? Convaincre pour se convaincre? Car Ach n'est pas aussi libre qu'il le prétend. Lui n'est pas une page blanche. Il a un passé et autant de souvenirs qui le rattachent à la société qu'il abhorre comme en témoigne son œil abîmé. Borgne, il ne voit la vie que par un prisme étroit mais son intelligence fait de lui un Cyclope, dont l'esprit et le discours se révèlent être des armes redoutables. Lui qui prône la liberté, il encage son protégé, comme un animal de compagnie, un objet fétiche qui le protégerait contre lui-même. Car au fond, Junior n'est que le miroir de la honte qu'Ach a pour lui-même. Empêcher Junior d'aller tenter sa chance en ville, c'est l'enchaîner. A l'instar de l'Allégorie de la caverne de Platon, les Horr ne connaissent que les ombres projetées sur les murs de leur Olympe des indortunes. Des sons, il ne connaissent que les échos. Et pourtant, certains Horr voudront se libérer de leurs chaînes, accéder à la connaissance… Et c'est bien ce que craint Ach. Si Junior décide de s'émanciper, d'aller vers cette ville maudite, s'il parvient à supporter le tumulte, l'éblouissement des lumières artificielles, s'il s'accoutume, alors il pourra voir le monde dans sa réalité. Et, prenant conscience de sa condition antérieure, il risquera de ne plus vouloir retourner auprès de ses semblables. Et quand bien même, s'il retourne dans le royaume des laissés-pour-compte, comment sera-t-il reçu? Les Horr le croiront-ils? Yasmina Khadra nous offre, comme à son habitude, un roman dense, incandescent, sans concession mais tout en douceur, poésie, métaphore et philosophie. Grâce à son style travaillé, au vocabulaire recherché nous ouvrons ici un ouvrage brillant par son intelligence et par sa pureté. Une véritable pépite qu'il conviendra de lire régulièrement.
              Lire la suite
              En lire moins
            • aouatef79 Posté le 30 Novembre 2017
              " l'' Olympe des infortunes " est un livre du prolifique et talentueux écrivain algérien , Yasmina Khadra . C' est un romancier incontournable de la littérature de son pays . Il décrit dans son livre les laissés- pour-compte ou les marginaux ,et nous révèle de quoi est faite leur vie quotidienne . " C est une bande de terre délaissée , un terrain vague . Entre le chaos de la ville et le silence de la mer . C ' est un havre et une remise -le royaume des laissés -pour-compte . Là règnent les oubliés volontaires , ceux dont on ne veut plus, qui fuient et chantent le bonheur d' être hors du monde : ivrognes , sans grades , les clochards célestes ... Ach le Borgne est leur Poète , leur philosophe , leur musicien .Ses histoires ravissent les oreilles du petit peule venu l ' écouter ? Et Junior le Simplet l' accompagne , extatique . Il s ' est créé ici une communauté de fortune , une famille . Ni anges , ni démons, ces réprouvés ont eu leur part de mensonges et de vices , leur part de crime . Et les tentations,... " l'' Olympe des infortunes " est un livre du prolifique et talentueux écrivain algérien , Yasmina Khadra . C' est un romancier incontournable de la littérature de son pays . Il décrit dans son livre les laissés- pour-compte ou les marginaux ,et nous révèle de quoi est faite leur vie quotidienne . " C est une bande de terre délaissée , un terrain vague . Entre le chaos de la ville et le silence de la mer . C ' est un havre et une remise -le royaume des laissés -pour-compte . Là règnent les oubliés volontaires , ceux dont on ne veut plus, qui fuient et chantent le bonheur d' être hors du monde : ivrognes , sans grades , les clochards célestes ... Ach le Borgne est leur Poète , leur philosophe , leur musicien .Ses histoires ravissent les oreilles du petit peule venu l ' écouter ? Et Junior le Simplet l' accompagne , extatique . Il s ' est créé ici une communauté de fortune , une famille . Ni anges , ni démons, ces réprouvés ont eu leur part de mensonges et de vices , leur part de crime . Et les tentations, trop humaines ,sont partout . Ici comme ailleurs , la vie suit son court , chaotique , drôle et surprenant"... ( 4 e de couverture ) Yasmina Khadra sait nous tenir en haleine et le lire est toujours un vrai plaisir .
              Lire la suite
              En lire moins
            • mumuboc Posté le 21 Novembre 2017
              Il y a des livres qui se glissent, parfois, dans votre pile, délicatement, une voix amicale qui, l'air de rien, vous dit : tu verras, lis et après tu comprendras pourquoi j'aime autant cet auteur. Je l'ai gardé au chaud tout l'été, la couverture me laissait présager un univers marginal, rude et dur et avec les premiers frimas, j'ai franchi le pas, bien à l'abri, moi qui ai la chance de vivre au chaud, dans le confort d'une maison. On plonge donc dans un monde marginal, une décharge, un terrain vague ou un vague terrain comme on voit tant aux périphéries de nos villes, là se croisent des personnages sans passé mais avec un présent fait de survie, d'alcool, de folie et de luttes. Comme dans toute société, il y a des clans, des rivalités mais on se respecte aussi et parfois on s'aime. Les plus aguerris prennent sous leurs ailes les plus jeunes, les plus faibles, les plus fragiles. Il y a des joies, des peines et il y a au-delà la ville et ses trésors.  Le récit se compose de deux parties : dans la première c'est un état des lieux, un inventaire : les rapports entre chacun, les clans. Celui de Ach,... Il y a des livres qui se glissent, parfois, dans votre pile, délicatement, une voix amicale qui, l'air de rien, vous dit : tu verras, lis et après tu comprendras pourquoi j'aime autant cet auteur. Je l'ai gardé au chaud tout l'été, la couverture me laissait présager un univers marginal, rude et dur et avec les premiers frimas, j'ai franchi le pas, bien à l'abri, moi qui ai la chance de vivre au chaud, dans le confort d'une maison. On plonge donc dans un monde marginal, une décharge, un terrain vague ou un vague terrain comme on voit tant aux périphéries de nos villes, là se croisent des personnages sans passé mais avec un présent fait de survie, d'alcool, de folie et de luttes. Comme dans toute société, il y a des clans, des rivalités mais on se respecte aussi et parfois on s'aime. Les plus aguerris prennent sous leurs ailes les plus jeunes, les plus faibles, les plus fragiles. Il y a des joies, des peines et il y a au-delà la ville et ses trésors.  Le récit se compose de deux parties : dans la première c'est un état des lieux, un inventaire : les rapports entre chacun, les clans. Celui de Ach, le Borgne, le Musicien, la tête pensante qui cohabite et protège Junior, jeune homme simplet mais en demande d'amour, de connaissances et d'attentions, curieux de la vie et du monde. Il y a l'autre bande, celle de Pacha, plus trouble, étrange, violente mais pas moins en souffrance et en quête de bonheur. Pacha lui s'est attaché à Pipo, que l'on croit être son souffre-douleur mais qui se révèle être son amant. Happés par l'amour splendide qui les a conçus, les deux amants se rentrent dedans, pareils à deux étoiles filantes, si fort que leurs corps manquent de se désintégrer.(P84) Dans la deuxième partie, un homme, Ben Adam, débarque parmi eux. Il a l'allure d'un ange, d'un prophète, il parle bien, il connaît tout de leurs passés, de leurs présents et propose à Junior, de rejoindre l'autre monde, celui où il pourra se révéler. Ben Adam va être celui qui va lever le voile qui entoure chacun d'eux, les masques vont tomber et chacun va devoir affronter ses fêlures. La ville est-elle synonyme de bonheur pour ces marginaux, donnera-t-elle une chance à ces exclus. Le rêve est-il accessible pour eux ? Les opinions s'affrontent : doit-on tenter sa chance, doit-on écouter ceux qui savent, les sages ? Et leurs conseils ne sont-ils pas influencés par la peur de l'absence ou par leur propre renoncement à changer ? Et puis, le fossé n'est-il pas trop grand entre la ville et leur territoire ? Ont-ils les clés pour s'y faire une place, n'y laisseront-ils pas une partie d'eux-mêmes ?  Très beau récit à la limite du conte philosophique et du roman sur la marginalité dans notre monde, sur les différences, sur les inégalités et sur le regard que l'on porte sur les exclus. Un regard sans complaisance, lucide et guère optimiste sur les affres de notre société, ses valeurs, ses luttes.C'est doux et violent, ça ne peut laisser indifférent car il y a aussi de beaux moments d'humanité et d'amitié. Agit-on pour le bien d'autrui ou de soi,  pour une lutte de pouvoir ou de possession ? Le fait-on pour l'intérêt de l'autre ou dans son propre intérêt ? C'est magnifiquement écrit, construit et cela monte crescendo. Grâce aux pensées, sentiments et positions de chacun on a en mains tous les ingrédients pour réfléchir à notre monde qui avance mais à quel prix et avec combien d'humains exclus de la marche en avant. Que deviennent-ils, quel est leur avenir ? 
              Lire la suite
              En lire moins
            • doyoulikefrogs Posté le 29 Juillet 2017
              Des romans qui nous procurent des émotions de chaleur aussi intense ou de tendresse aussi douce, c'est assez rare. Je peux me rappeler avoir ressenti la même chose lors de lectures telles que Grâce et dénuement d'Alice Ferney ou encore Middlesex de Jeffrey Eugenides. Ils nous donnent le sentiment de voir et de comprendre le monde sous un autre jour. Pourtant ce roman est vraiment très court. Il est écrit comme un conte, avec pour personnages, des laissés pour compte, des marginaux, des sans domicile fixe, élevés comme des Dieux sans majuscule sur un mont Olympe fait de déchets et de détritus que le vent essaime de la ville et que la mer rejette du monde dit "civilisé". Et ce conte, magnifiquement raconté par Yasmina Khadra, est une véritable parabole de la société d'aujourd'hui, celle qui s'auto-détruit à petit feu, celle qui broie ses individus, celle qui terrasse des villes entières, celle qui ignore la Nature, celle qui ferme les yeux sur les opprimés et la pauvreté. Dès les premières lignes, il n'y a pas une hésitation: continuer de lire. Que ce conte ne se termine jamais. On tombe follement sous le charme de Junior le Simplet et de son mentor,... Des romans qui nous procurent des émotions de chaleur aussi intense ou de tendresse aussi douce, c'est assez rare. Je peux me rappeler avoir ressenti la même chose lors de lectures telles que Grâce et dénuement d'Alice Ferney ou encore Middlesex de Jeffrey Eugenides. Ils nous donnent le sentiment de voir et de comprendre le monde sous un autre jour. Pourtant ce roman est vraiment très court. Il est écrit comme un conte, avec pour personnages, des laissés pour compte, des marginaux, des sans domicile fixe, élevés comme des Dieux sans majuscule sur un mont Olympe fait de déchets et de détritus que le vent essaime de la ville et que la mer rejette du monde dit "civilisé". Et ce conte, magnifiquement raconté par Yasmina Khadra, est une véritable parabole de la société d'aujourd'hui, celle qui s'auto-détruit à petit feu, celle qui broie ses individus, celle qui terrasse des villes entières, celle qui ignore la Nature, celle qui ferme les yeux sur les opprimés et la pauvreté. Dès les premières lignes, il n'y a pas une hésitation: continuer de lire. Que ce conte ne se termine jamais. On tombe follement sous le charme de Junior le Simplet et de son mentor, Ach, le barde-poète, farfelu et protecteur. Les autres personnages sont incroyablement sublimes dans leur simplicité, leur bêtise parfois et malgré la saleté et l'ignorance, la haine et la peur parfois. Toutes les aventures vécues sur le terrain vague sont formidables comme autant de pierres apportées à une épopée du pauvre. Sur ce terrain, ils ne connaissent aucune limite que la société pourrait leur imposer sauf peut-être celle de ne pas retourner à la ville, de peur d'être de nouveau attiré par l'argent, les femmes, et que sais-je encore. Ce conte semble raconter ce qui est immuable sur Terre : l'humain. Et l'auteur porte le flambeau de la grande tradition humaniste. Il nous emmène dans monde étrange où l'on est riche de rien. Lorsqu'un étrange prophète arrive sur leur terrain, apportant un drôle de message et délivrant de grandes oraisons, Junior se laisse porter par le vent, et le vent tourne pour lui, il serait peut-être temps qu'il aille découvrir la ville, cette limite infranchissable. Il en reviendra, changé à jamais. Ce roman, déchirant par bien des occasions, est un véritable grand huit d'émotions. Je l'ai adoré.
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com