Lisez! icon: Search engine
Syros
EAN : 9782748526462
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 560
Format : 154 x 225 mm

Lou, après tout : La bataille de la Douceur

Collection : Hors collection
Date de parution : 09/01/2020
Une odyssée pré- et post-apocalyptique centrée sur le personnage d’une jeune fille.
Lou quitte Wim avec un goût amer. Dans le monde d’après l’effondrement, existe-t-il un seul endroit épargné par l’horreur ? Son dernier espoir, comme pour Amir, Cesaria et Maria : la Douceur. Lou ne sait pas encore à quel point la route pour l’atteindre sera longue. 
Au même moment, dans la Douceur qui...
Lou quitte Wim avec un goût amer. Dans le monde d’après l’effondrement, existe-t-il un seul endroit épargné par l’horreur ? Son dernier espoir, comme pour Amir, Cesaria et Maria : la Douceur. Lou ne sait pas encore à quel point la route pour l’atteindre sera longue. 
Au même moment, dans la Douceur qui prospère depuis quatorze années, trois musiciens jouent pour la première fois la Mélodie. Cet air semble avoir un mystérieux effet sur les Cybs, mais permettra-t-il d’éviter le pire ? 
Car, tandis que Lou s’approche de son ultime étape, le danger qui menace d’anéantir la Douceur s’épaissit comme une ombre…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782748526462
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 560
Format : 154 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Minimouthlit Posté le 23 Février 2020
    Comme dans ses précédents tomes, Jérôme Leroy reprend le flash-back comme construction de récit. Dans Le grand effondrement, alors qu’il était en train de mourir, Guillaume nous racontait la fin du monde, dans La communauté, c’est Lou qui, en deuil se remémorait sa vie d’errance avec Guillaume. Cette fois-ci, La bataille de la douceur s’ouvre sur une Lou âgée de 90 ans qui revient avec parfois nostalgie, parfois horreur, sur les événements tragiques qui ont marqué son existence alors qu’elle était une jeune adulte. Oui, elle a survécu et, après n’avoir connu que des années d’errance et de violence, Lou a dû apprendre le bonheur, le calme et la paix. Et tandis que Lou raconte, les pièces du puzzle s’assemblent peu à peu. Après avoir découvert comment les hommes ont détruit leur monde et tenté de survivre à l’apocalypse, nous allons enfin assister à la reconstruction d’une civilisation. Une civilisation différente de la nôtre dans laquelle les hommes auront appris de leurs erreurs. Saga d’envergure qui s’étend sur des dizaines années, Lou après tout nous raconte tout le cheminement d’une humanité en perdition qui pensait avoir tout perdu, mais qui finira par trouver en son for intérieur les moyens de redémarrer... Comme dans ses précédents tomes, Jérôme Leroy reprend le flash-back comme construction de récit. Dans Le grand effondrement, alors qu’il était en train de mourir, Guillaume nous racontait la fin du monde, dans La communauté, c’est Lou qui, en deuil se remémorait sa vie d’errance avec Guillaume. Cette fois-ci, La bataille de la douceur s’ouvre sur une Lou âgée de 90 ans qui revient avec parfois nostalgie, parfois horreur, sur les événements tragiques qui ont marqué son existence alors qu’elle était une jeune adulte. Oui, elle a survécu et, après n’avoir connu que des années d’errance et de violence, Lou a dû apprendre le bonheur, le calme et la paix. Et tandis que Lou raconte, les pièces du puzzle s’assemblent peu à peu. Après avoir découvert comment les hommes ont détruit leur monde et tenté de survivre à l’apocalypse, nous allons enfin assister à la reconstruction d’une civilisation. Une civilisation différente de la nôtre dans laquelle les hommes auront appris de leurs erreurs. Saga d’envergure qui s’étend sur des dizaines années, Lou après tout nous raconte tout le cheminement d’une humanité en perdition qui pensait avoir tout perdu, mais qui finira par trouver en son for intérieur les moyens de redémarrer à zéro. À travers Lou et Guillaume, deux personnages marquants (oserais-je dire mythiques ?), Jérôme Leroy nous raconte l’histoire du monde, de sa fin et de son recommencement. Enfin, si la plupart des oeuvres de postapo mettent en avant la perte d’humanité, Lou après tout veut, au contraire, nous montrer l’humanité telle qu’elle est, dans ce qu’elle a de plus dur, mais aussi de plus beau. Personnellement, j’ai toujours adoré le postapo et j’ai lu et vu des dizaines d’oeuvres de ce genre. Pourtant, Lou après tout m’a montré quelque chose dont manquent cruellement toutes ces oeuvres et qui fait que cette trilogie se démarque et est même sans aucun doute la meilleure oeuvre du genre. Cet élément dont manquent les autres, c’est l’espoir, l’espoir que les choses vont s’arranger, que les hommes vont comprendre, l’espoir de tout recommencer. Jérôme Leroy nous a, en tout cas, gâtés avec cette trilogie unique et incontournable. Vu la quantité de romans, bande dessinée et mangas qui attendent sur mes étagères, je relis rarement mes livres. Pourtant, je sais que Lou après tout fera partie des exceptions et que dans 5 ou 10 ans, j’aurai envie de rouvrir le premier tome. Et ça, c’est le plus beau compliment que je peux faire un livre. Bref, merci Jérôme Leroy !
    Lire la suite
    En lire moins
SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !