En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Maboul Kitchen

        Belfond
        EAN : 9782714458957
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 140 x 225 mm
        Maboul Kitchen

        Date de parution : 26/02/2015
        S’échapper d’un asile, pas facile ! Mais à Mémé Cornemuse rien n’est impossible…
        Avec l’aide de quelques zinzins triés sur le volet, Mémé s’envole vers son rêve : ouvrir un palace à Saint-Amand-sur-Fion. Après avoir épousé le proprio, un vieux solitaire rencontré à l’asile, elle passe son voyage de noces à Etretat pour le charme de ses falaises. Une fois veuve et héritière,... Avec l’aide de quelques zinzins triés sur le volet, Mémé s’envole vers son rêve : ouvrir un palace à Saint-Amand-sur-Fion. Après avoir épousé le proprio, un vieux solitaire rencontré à l’asile, elle passe son voyage de noces à Etretat pour le charme de ses falaises. Une fois veuve et héritière, à la tête du domaine avec une équipe de pétés du bulbe et un cuisinier maboul, la vieille monte une arnaque pour financer les travaux de la baraque en ruine. Sa stratégie pour plumer les gens ? Une vierge qui s’illumine et attire la foule criant au miracle. Lourdes peut aller se rhabiller. Le miracle qu’elle vise, elle, c’est de rassembler assez de fric pour se payer un relooking à faire pâlir Pamela Anderson. Son but, inexorable : reconquérir Jean-Claude Van Damme.
        Mais ça pourrait bien virer au boxon et à l’Auberge Rouge…
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714458957
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Nananinja Posté le 10 Janvier 2018
          Lecture très sympa. J'ai aimé retrouver la gouaille de Mémé Cornemuse, son franc-parler,sa belgitude, sa vulgarité et sa kitschitude assumée. Certains passages m'ont franchement fait rire mais l'intrigue est peu tirée par les cheveux (enfin comme à chaque fois)
        • bookworm23 Posté le 15 Juillet 2016
          Pour le cinquième volet des aventures de Mémé Cornemuse, Nadine Monfils nous a concocté une comédie hilarante aux petits oignons ! Ce coup-ci, Mémé Cornemuse s’est entichée d’un vieux croûton à l’asile. En jouant de ses charmes et de ses talents, le pauvre vieux ne va pas pouvoir lui résister. Les voilà donc en route pour se marier puis direction Etretat pour une lune de miel. Après l’avoir bien rincé, il va succomber et laisser un héritage conséquent à sa défunte femme. Qu’importe, ce sera l’occasion pour Mémé Cornemuse de réaliser un de ses rêves, en dehors de se marier avec Jean-Paul Van Damme, ouvrir un Palace à Saint-Armand-sur-Fion. Après avoir recruté son personnel à l’asile, l’établissement de Mémé Cornemuse ouvre aux touristes. Elle espère faire fortune en attirant tous les bobos à dix kilomètres à la ronde. Aux commandes des cuisines, un chef déjanté, Bocuze de son petit nom, qui a fait ses classes à l’asile en cuisinant des ratatouilles (vous savez le petit rat qui fait de la cuisine dans un dessin animé de Disney. Eh bien il a décimé toute sa famille!) en ragoût. Une spécialité particulièrement appréciée de Mémé Cornemuse. Au Palace, il fait des... Pour le cinquième volet des aventures de Mémé Cornemuse, Nadine Monfils nous a concocté une comédie hilarante aux petits oignons ! Ce coup-ci, Mémé Cornemuse s’est entichée d’un vieux croûton à l’asile. En jouant de ses charmes et de ses talents, le pauvre vieux ne va pas pouvoir lui résister. Les voilà donc en route pour se marier puis direction Etretat pour une lune de miel. Après l’avoir bien rincé, il va succomber et laisser un héritage conséquent à sa défunte femme. Qu’importe, ce sera l’occasion pour Mémé Cornemuse de réaliser un de ses rêves, en dehors de se marier avec Jean-Paul Van Damme, ouvrir un Palace à Saint-Armand-sur-Fion. Après avoir recruté son personnel à l’asile, l’établissement de Mémé Cornemuse ouvre aux touristes. Elle espère faire fortune en attirant tous les bobos à dix kilomètres à la ronde. Aux commandes des cuisines, un chef déjanté, Bocuze de son petit nom, qui a fait ses classes à l’asile en cuisinant des ratatouilles (vous savez le petit rat qui fait de la cuisine dans un dessin animé de Disney. Eh bien il a décimé toute sa famille!) en ragoût. Une spécialité particulièrement appréciée de Mémé Cornemuse. Au Palace, il fait des moules une spécialité. A la carte : roulade de moule au sirop de liège, moules bio élevées sous le veau, moules au cannabis, hamburger de moules caramélisées…Des moules à toutes les sauces, pour tous les goûts. Attention, ça déménage dans les casseroles de ce chef plus proche du savant fou que du maître queux. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu, tout va partir en sucette. Entre intoxications alimentaires, crimes, meurtres, et manipulations de nombreux touristes vont se retrouver sur le carreau. Alors pour sauver sa peau, Mémé Cornemuse va prendre la tangente direction les Etats-Unis pour se faire refaire le portrait dans une clinique renommée de chirurgie esthétique et espérer rencontrer son Jean-Claude (Van Damme). Une comédie complètement déjantée au langage très fleuri! Alors payez-vous une bonne tranche de rire en vous jetant un petit Monfils derrière le gosier !
          Lire la suite
          En lire moins
        • geisha79 Posté le 17 Juin 2016
          Livre écrit par une Belgo-Montmartroise et ça se voit !! J'ai adoré cette totale dérision et le langage belge !!! Je suis fan . Sourire aux lèvres tout le long de ma lecture, je l'ai dévoré!! Moment de détente assuré 😁.
        • Pietro38 Posté le 2 Juin 2016
          Longue vie à Nadine Monfils " Plus que le pognon dont elle n'avait jamais été l'esclave, Cornemuse aimait foutre la pagaille. S'éclater était son but principal et l'avait toujours été. Au cours de sa vie tumultueuse, elle avait vogué entre la pauvreté et la richesse, prouvant que bien mal acquis profite souvent. Mais elle était capable de tout plaquer pour rester libre. Ni Dieu ni maître, comme Carmen Cru. Et pas de morale non plus. Enfin, elle avait la sienne. Une sorte de logique à l'envers. Un peu pareille à un vieux réveil qui continue à faire tic-tac mais qui ne donne jamais l'heure exacte. " Cette phrase du livre résume parfaitement la personnalité de Mémé Cornemuse, sorte de Tatie Danielle en plus thrash, L'anti-héroïne de Nadine Monfils, que l'on retrouve avec grand plaisir dans une cinquième aventure: Maboul kitchen. Après avoir été éconduite par JCVD dans le précédent opus, Mémé goes to Hollywood (mon préféré de la série d'ailleurs), l'octogénaire s'échappe de l'asile en compagnie d'un baron en fin de vie, qui prétend posséder un véritable palais. Mémé Cornemuse y voit l'occasion de se faire plein d'argent pour partir en Californie, au royaume des gens botoxés qui restent éternellement jeunes. Sauf... Longue vie à Nadine Monfils " Plus que le pognon dont elle n'avait jamais été l'esclave, Cornemuse aimait foutre la pagaille. S'éclater était son but principal et l'avait toujours été. Au cours de sa vie tumultueuse, elle avait vogué entre la pauvreté et la richesse, prouvant que bien mal acquis profite souvent. Mais elle était capable de tout plaquer pour rester libre. Ni Dieu ni maître, comme Carmen Cru. Et pas de morale non plus. Enfin, elle avait la sienne. Une sorte de logique à l'envers. Un peu pareille à un vieux réveil qui continue à faire tic-tac mais qui ne donne jamais l'heure exacte. " Cette phrase du livre résume parfaitement la personnalité de Mémé Cornemuse, sorte de Tatie Danielle en plus thrash, L'anti-héroïne de Nadine Monfils, que l'on retrouve avec grand plaisir dans une cinquième aventure: Maboul kitchen. Après avoir été éconduite par JCVD dans le précédent opus, Mémé goes to Hollywood (mon préféré de la série d'ailleurs), l'octogénaire s'échappe de l'asile en compagnie d'un baron en fin de vie, qui prétend posséder un véritable palais. Mémé Cornemuse y voit l'occasion de se faire plein d'argent pour partir en Californie, au royaume des gens botoxés qui restent éternellement jeunes. Sauf que le palais est en réalité une ruine située dans le trou du cul de la France. D'ailleurs le bled en question s'appelle Saint-Amand-sur-Fion! Si vous avez le moral dans les chaussettes, je connais un très bon remède, ça s'appelle lire un roman de Nadine Monfils. A la première page, on esquisse un sourire. A la deuxième, on rigole. A la troisième, on rigole encore plus. Et après c'est sauve qui peut. Avec une formidable énergie créatrice, Nadine Monfils entraîne tous ses personnages dans un tourbillon d'aventures drôlissimes et surtout totalement déjantées. C'est politiquement incorrect, c'est plein d'humour (belge) potache et irrévérencieux à souhait. Enfin, comme à son habitude, l'auteure survoltée tourne en ridicule la bigoterie, la morale bien-pensante et les people de la télé-réalité. Avec notamment une séquence culte avec Moundir, l'aventurier de l'amour! Mais surtout, Maboul Kitchen est une ode aux plaisirs de la vie, et la vie, on la souhaite longue à Nadine Monfils.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Gudulle Posté le 21 Mai 2016
          Dernier opus de la Mémé Cornemuse: mamie flingueuse, nymphomane, fan d'Annie Cordy et de Jean-Claude Van Damme. C'est drôle, improbable, décalé, irrévérencieux. On aime ou on n'aime pas. Les ficelles restent les mêmes, mais qu'est ce que c'est bon. Fan incontestée de ce mélange de Carmen Cru et de Ma Dalton, je ne peux espérer qu'il s'agit juste d'une pause pour cette fable belge déjantée. La Mémé rencontre même son successeur: Elvis Cadillac qui fait une brève apparition. Je ne dévoile pas tout mais cette nouvelle aventure de la Cornemuse est tout aussi exaltante et tonitruante que les précédentes, avec autant de peps et de situations absurdes et délirantes. Une histoire à la sauce belge montmartroise dont Nadine Monfils a le secret et qui fait le bonheur de ses lecteurs. J'ai passé un excellent moment de lecture comme avec toutes les histoires de Mémé Cornemuse. J'espère avoir le même coup de cœur pour le nouveau personnage qui saura réinventer et sublimer toute la folie de sa créatrice Nadine Monfils. Comme une bonne Trappiste, à consommer avec délectation.
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.