En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Magda

        Julliard
        EAN : 9782260032335
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 1 x 205 mm
        Magda

        Date de parution : 04/01/2018

        Comment réagit-on lorsqu’on apprend par la télévision que sa propre fille est accusée de tentative de meurtre en relation avec une entreprise terroriste ? Magda, belle femme de soixante ans habituée à vivre à l’abri des regards, voit soudain son intimité fouillée, disséquée par des enquêteurs suspicieux et des journalistes...

        Comment réagit-on lorsqu’on apprend par la télévision que sa propre fille est accusée de tentative de meurtre en relation avec une entreprise terroriste ? Magda, belle femme de soixante ans habituée à vivre à l’abri des regards, voit soudain son intimité fouillée, disséquée par des enquêteurs suspicieux et des journalistes avides de sensationnalisme. Tandis que la justice fait traîner une procédure de plus en plus politique, elle s’interroge : sa fille a-t-elle réellement eu l’intention d’attenter à des vies humaines ? Et si oui, quel rôle a-t-elle joué, en tant que mère, dans cette dérive ?
        Très librement inspiré de faits réels, Magda explore, par le biais de la fiction, les ressorts de la transmission familiale entre une mère rongée par le secret et sa fille, activiste passée du côté de la clandestinité. Un roman introspectif et crépusculaire, doublé d’un captivant portrait de femme.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260032335
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 1 x 205 mm
        Julliard
        20.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • AudreyT Posté le 5 Juin 2018
          *** La vie s'est arrêtée, il y a plusieurs années, en Allemagne... Magda a fui son pays, a voyagé et a reconstruit sa vie en France, au milieu des montagnes Pyrénéennes, entourée de la famille qu'elle s'est créée. Mais le passé va venir frapper à sa porte lorsque sa propre fille est arrêtée, incarcérée et en attente de procès pour terrorisme... il faut lire ce roman jusqu'au bout. Car c'est la fin qui en donne tout le sens, la chute qui en dévoile l'intensité. Mazarine Pingeot, avec une écriture rythmée et fine, nous livre le témoignage d'une femme fantôme, une femme en fuite et qui ne s'appartient plus. Mais elle se rend compte trop tard que ce qu'elle a souhaité effacer marque au fer rouge les gens qu'elle aime... Et elle comprend alors que les racines qu'elle rejette auraient été le socle qui aurait permis à son mari et ses enfants de lui pardonner et de la soutenir... Merci à NetGalley et aux éditons Julliard pour ce partage...
        • antigoneCH Posté le 26 Mai 2018
          Voici le premier titre que je lis dans le cadre du Prix Relay des Voyageurs Lecteurs… et j’ai été à deux doigts d’y apposer un coup de coeur de lecture, tant il m’a plu. Pour être honnête, il était celui qui me tentait le plus dans la sélection de cette année, et j’étais depuis un moment intriguée par l’écriture de Mazarine Pingeot. Il s’agit donc ici d’une rencontre très réussie. Ce sont surtout les personnages inventés par l’auteure qui m’ont beaucoup plu, et la manière dont elle a brossé leur portrait, leur environnement. J’ai sans doute été moins attachée à l’intrigue. Nous rencontrons tout d’abord Magda et Guillaume, âgés d’une soixantaine d’années, et qui vivent depuis leur rencontre dans ce village perdu des Pyrénées. Ils vivent selon leurs convictions, au plus proche de la nature et de ce qu’elle peut leur apporter, et surtout loin de l’agitation du monde. Magda a quitté l’Allemage lorsqu’elle n’était qu’une jeune femme, suite au décès accidentel de ses parents, et est heureuse d’avoir fondé là une nouvelle famille, ayant donné naissance à Alice et Ezéchiel, aujourd’hui adultes. Mais tout bascule lorsque sa fille Alice est arrêtée, avec son compagnon et quelques membres de la... Voici le premier titre que je lis dans le cadre du Prix Relay des Voyageurs Lecteurs… et j’ai été à deux doigts d’y apposer un coup de coeur de lecture, tant il m’a plu. Pour être honnête, il était celui qui me tentait le plus dans la sélection de cette année, et j’étais depuis un moment intriguée par l’écriture de Mazarine Pingeot. Il s’agit donc ici d’une rencontre très réussie. Ce sont surtout les personnages inventés par l’auteure qui m’ont beaucoup plu, et la manière dont elle a brossé leur portrait, leur environnement. J’ai sans doute été moins attachée à l’intrigue. Nous rencontrons tout d’abord Magda et Guillaume, âgés d’une soixantaine d’années, et qui vivent depuis leur rencontre dans ce village perdu des Pyrénées. Ils vivent selon leurs convictions, au plus proche de la nature et de ce qu’elle peut leur apporter, et surtout loin de l’agitation du monde. Magda a quitté l’Allemage lorsqu’elle n’était qu’une jeune femme, suite au décès accidentel de ses parents, et est heureuse d’avoir fondé là une nouvelle famille, ayant donné naissance à Alice et Ezéchiel, aujourd’hui adultes. Mais tout bascule lorsque sa fille Alice est arrêtée, avec son compagnon et quelques membres de la communauté anarchiste dans laquelle ils vivent depuis longtemps, appelée La ferme. Alice est accusée de terrorisme, suite au sabotage d’une voie de chemin de fer. Magda et Guillaume s’empressent alors de récupérer leur petite fille Rosa, âgée d’une huitaine d’année. Il en est cependant ainsi terminé de leur tranquillité dans leur paradis, car ils sont très vite harcelés par la presse et interrogés. Et se pose aussi très vite pour Magda la question de la responsabilité, de ce qu’elle a pu transmettre à sa fille malgré elle, via ses lectures et ses idées, mais aussi avec son caractère dur et parfois fermé, mystérieux. Je n’en dirai pas plus, mais n’hésitez pas à ouvrir ce livre qui interroge sur le pouvoir de la politique et des idées, mais surtout sur tout ce qu’entraîne de dérive et de transmission à son insu les secrets de famille. Le personnage de Magda est un personnage féminin fort, avec ses zones d’ombre et ses convictions, qui ne laisse pas indifférent et va me hanter je pense longtemps.
          Lire la suite
          En lire moins
        • jalleks Posté le 24 Mai 2018
          J'étais un peu fébrile. Parce que c'est Mazarine Pingeot. Parce que j'avais des a priori. Intellectuels j'entends. Parce qu'elle est agrégée et docteur en philosophie. Ça en jette sur le papier. Serais-je à la hauteur de la lecture ? Je l'ai feuilleté avant de le lire, peu de dialogue, voire quasiment pas. Non pas qu'un livre sans dialogues me fasse peur, j'en ai vaincu des bouquins. Mais voilà, se reporter à l'a priori cité plus haut. Trois jours plus tard, bilan de cette lecture : se méfier des a priori, toujours. Vaincre sa peur, toujours. Se jeter dans le vide, car on ne sait pas ce qu'il nous réserve avant d'avant d'avoir sauté. Quelle belle lecture Mazarine Pingeot m'a offerte. Car ce ne fut pas une chute libre, mais un envol.
        • Leraut Posté le 15 Mai 2018
          Remarquable, prenant, fort, « Madga » de Mazarine Pingeot est un roman des plus percutants. L’habileté toutes de nuances de l’auteure pose ce récit, en faits avérés, implacables. Le lecteur est pris dans un tourbillon, les pages filant à toute allure, pour rejoindre la rive du verdict. On sent chez l’auteure un lâcher-prise certain avec ses propres émotions. Ce roman devient authentique, contemporain. Les mots seuls calquent les évènements inaltérables. A l’instar d’un ciel qui se déchire sans vouloir laisser de traces. Epurer un passé piégé dans les affres des paroxysmes idéologiques. Le lecteur est projeté dans ce presque huis-clos familial où les destinées vont voler en éclat. Il veut savoir. L’incipit : « La télévision était allumée depuis le matin. » est une déflagration. Madga retient les mots : attentat, terrorisme, Clermont-Ferrant. De suite, elle pense à Alice, activiste, vivant avec son mari et leur petite fille Rosa dans une communauté Ecolo Anarchiste. La vie de Magda va devenir un verre qu’elle serre fort en main jusqu’à ce qu’il se brise. Manichéen, son passé est une chape de plomb. Rien ne transparait en Magda, seul le déni de l’Allemagne, les mensonges familiaux refont surface. D’elle on ne retient que... Remarquable, prenant, fort, « Madga » de Mazarine Pingeot est un roman des plus percutants. L’habileté toutes de nuances de l’auteure pose ce récit, en faits avérés, implacables. Le lecteur est pris dans un tourbillon, les pages filant à toute allure, pour rejoindre la rive du verdict. On sent chez l’auteure un lâcher-prise certain avec ses propres émotions. Ce roman devient authentique, contemporain. Les mots seuls calquent les évènements inaltérables. A l’instar d’un ciel qui se déchire sans vouloir laisser de traces. Epurer un passé piégé dans les affres des paroxysmes idéologiques. Le lecteur est projeté dans ce presque huis-clos familial où les destinées vont voler en éclat. Il veut savoir. L’incipit : « La télévision était allumée depuis le matin. » est une déflagration. Madga retient les mots : attentat, terrorisme, Clermont-Ferrant. De suite, elle pense à Alice, activiste, vivant avec son mari et leur petite fille Rosa dans une communauté Ecolo Anarchiste. La vie de Magda va devenir un verre qu’elle serre fort en main jusqu’à ce qu’il se brise. Manichéen, son passé est une chape de plomb. Rien ne transparait en Magda, seul le déni de l’Allemagne, les mensonges familiaux refont surface. D’elle on ne retient que cette face lisse d’une mère qui fait front et s’interroge sur l’emprise qu’elle aurait pu avoir sur sa fille. C’est une mère protectionniste pour Ezi et aimante pour Rosa. Magda se sent piégée, se doit de devenir étrangère à elle-même. L’épreuve commence. « Alors c’était comme ça qu’on se réinventait : il fallait d’abord éliminer, défaire, brûler, pour espérer fonder un récit neuf, à partager. Mais à partir de quoi ? Cette Tabla rasa ? »Magda est fragile et forte à la fois, floutée par ses turbulences intérieures. Elle en devient fêlures et cherche par tous les moyens la fleur sur le goudron, dans les replis de sa conscience. Que va-t-il se passer ? Ce roman de feux, de larmes, de drames, de non regrets est un combat. Le lecteur est foudroyé par l’abnégation de Madga, par l’irrévocable issue pour elle. Comme si elle attendait ce jour pour toucher du bout des doigts le pardon envers elle-même. Elle assume jusqu’au bout les gestes d’antan déployés en sa fille. Comme si les convictions étaient construites d’avance jusqu’au tout premier cri du nourrisson. Ce récit est moraliste. L’éducation enclenche parfois des séismes. « Magda » est un livre qui témoigne, tel un messager, les méandres de vies engagées, engageantes, quasi sectaires envers elles-mêmes. Ce beau et tragique livre trouble et fait pleurer, longtemps, après cette lecture où tant de vies ont risqué leurs affirmations dans un face à face avec une mise en abîme de la plus franche liberté d’action. Reste le chaos. Il n’empêche la phrase finale est une couronne de roi. Publié par les Editions Julliard, « Magda » de Mézarine Pingeot est en lice pour Le Prix Relay des Voyageurs Lecteurs 2018. Brillant, ce roman a lui aussi la part belle !!!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Sallyrose Posté le 27 Avril 2018
          Magda découvre aux informations télévisées que sa fille vient d’être arrêtée pour acte de terrorisme. Inspiré de l’histoire du « soi-disant » sabotage politique de voies SNCF à Tarnac (après 10 ans d’enquête, le jugement a été rendu il y a quelques jours), ce récit est celui de Magda, la mère d’Alice emprisonnée, la grand-mère de Rosa qu’elle recueille alors. Elle est la femme de Guillaume depuis 40 ans, ils vivent loin du tumulte du monde dans un village qui s’organise plus ou moins en autarcie. Magda est allemande, elle est arrivée dans le village à l’âge de 25 ans, sans passé, sans famille. Elle a fondé la sienne avec Guillaume et leurs deux enfants. Superbe plume, rapporteur des pensées de Magda qui s’interroge sans fin sur la pertinence de son éducation. J’ai beaucoup apprécié le style de l’auteure, fluide malgré un vocabulaire soutenu. C’est passionnant : la mère éduquée et d’idéologie d’extrême gauche qui a élevé sa fille dans la dureté intellectuelle, la poussant à prendre son indépendance ; la fille cherchant la reconnaissance de sa mère, allant jusqu’à s’engager dans le militantisme. Magda se remet sans cesse en question et se tourmente à l’idée qu’elle n’aurait pu faire mieux puisque ses convictions la... Magda découvre aux informations télévisées que sa fille vient d’être arrêtée pour acte de terrorisme. Inspiré de l’histoire du « soi-disant » sabotage politique de voies SNCF à Tarnac (après 10 ans d’enquête, le jugement a été rendu il y a quelques jours), ce récit est celui de Magda, la mère d’Alice emprisonnée, la grand-mère de Rosa qu’elle recueille alors. Elle est la femme de Guillaume depuis 40 ans, ils vivent loin du tumulte du monde dans un village qui s’organise plus ou moins en autarcie. Magda est allemande, elle est arrivée dans le village à l’âge de 25 ans, sans passé, sans famille. Elle a fondé la sienne avec Guillaume et leurs deux enfants. Superbe plume, rapporteur des pensées de Magda qui s’interroge sans fin sur la pertinence de son éducation. J’ai beaucoup apprécié le style de l’auteure, fluide malgré un vocabulaire soutenu. C’est passionnant : la mère éduquée et d’idéologie d’extrême gauche qui a élevé sa fille dans la dureté intellectuelle, la poussant à prendre son indépendance ; la fille cherchant la reconnaissance de sa mère, allant jusqu’à s’engager dans le militantisme. Magda se remet sans cesse en question et se tourmente à l’idée qu’elle n’aurait pu faire mieux puisque ses convictions la portent vers la responsabilité que chaque individu se doit d’offrir aux autres en se battant pour se débarrasser des carcans de la société consumériste. Approche philosophique de l’éducation et du militantisme, ce roman m’a emportée vers des réflexions plus personnelles, notamment sur ce que nos propres expériences peuvent apporter aux autres, en bien ou en mal.
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        «  D’une écriture limpide et puissante, Mazarine Pingeot explore les arcanes de la transmission familiale, entre la reproduction du schéma et la volonté de l’éradiquer. Troublant, magnifique. » 
        Valérie Gans / Madame Figaro
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
        Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com