Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782809825244
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 202
Format : 140 x 225 mm
Maman entends-tu le vent ?
Date de parution : 10/10/2018
Éditeurs :
L'Archipel

Maman entends-tu le vent ?

Date de parution : 10/10/2018
Le témoignage et le combat de Saliha Ben Ali, dont le fils Sabri, 19 ans, enrôlé dans les rangs de Daech, est tombé en martyr" en décembre 2013. Pourquoi n'a-t-elle rien vu venir ? Comment lutter contre l'endoctrinement ? Peut-on être à la fois victime et bourreau ? Une leçon de vie et une lueur d'espoir contre l'obscurantisme."
Le cri d'une mère face à l'obscurantisme« Maman, s’il te plaît, ne sois pas fâchée. Je suis au Shâm.— Le Shâm ? Qu’est-ce que c’est ?— La Syrie, maman. Je... Le cri d'une mère face à l'obscurantisme« Maman, s’il te plaît, ne sois pas fâchée. Je suis au Shâm.— Le Shâm ? Qu’est-ce que c’est ?— La Syrie, maman. Je suis parti aider le peuple syrien. Sinon, qui le fera ? »*Ce matin d’août 2013 – un an avant la... Le cri d'une mère face à l'obscurantisme« Maman, s’il te plaît, ne sois pas fâchée. Je suis au Shâm.— Le Shâm ? Qu’est-ce que c’est ?— La Syrie, maman. Je suis parti aider le peuple syrien. Sinon, qui le fera ? »*Ce matin d’août 2013 – un an avant la proclamation du califat par Daech, deux ans avant les attentats de Paris –, Sabri, 19 ans, fait partie des premiers jeunes de Belgique à rejoindre les zones de combat dans la région d’Alep. Sincèrement épris de justice, il se sent solidaire du peuple syrien pris au piège de la guerre civile. Un sentiment qui s’accompagne, en silence, d’une adhésion à l’islam radical prôné par son recruteur.Pendant trois mois, Saliha vit un cauchemar, au rythme des rares appels et messages de son fils. Et de s’interroger : comment Sabri a-t-il basculé si vite ? Quelles blessures intimes l’ont détourné d’une famille aimante ? Quels signes n’a-t-elle pas su interpréter ?Bientôt, un appel anonyme lui apprend que son fils est mort « en opération ». Mère d’un « martyr » : destin inimaginable, que Saliha parviendra toutefois à transformer en engagement contre l’endoctrinement djihadiste. Ce livre est le récit de sa vie, de sa tragédie et de son combat, ainsi qu’une leçon d’espoir et de tolérance.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782809825244
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 202
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • tess22 Posté le 27 Novembre 2018
    Un témoignage bouleversant dans un style épuré, direct. La vérité toute simple, sans artifice. Nous sommes catapultés dans le drame dès l'ouverture du livre en rencontrant Saliha, la maman, en Syrie. Les 70 pages suivantes consacrées à l'histoire de la famille de Saliha, m'ont rendue quelque peu impatiente. J'avais plutôt envie que le témoignage s'attarde sur le départ en Syrie annoncé en quatrième de couverture. Mais, au fil de ma lecture, j'ai compris qu'il ne fallait pas faire l'impasse sur les annéees passées, indispensables pour appréhender le ressenti de cette maman et de son entourage. Page après page, je me suis ici attachée au personnage de Saliha et mon empathie n'a fait que croître. Tous ces arrêts sur image sur la vie de plusieurs générations de familles musulmanes sont très éclairantes pour tout européen n'ayant jamais côtoyé de près ces familles. Je pense, entre autres, au mariage forcé de la mère d'Islam, la soumission de cette mère aux décisions de sa belle famille, le rejet d'une épouse non conforme, les émigrés considérés au bled comme des privilégiés qui ont le devoir d'aider la famille. Et aussi les débuts du salafisme, le mouvement Tabligh dans les années 80, les mères interdites d'aller... Un témoignage bouleversant dans un style épuré, direct. La vérité toute simple, sans artifice. Nous sommes catapultés dans le drame dès l'ouverture du livre en rencontrant Saliha, la maman, en Syrie. Les 70 pages suivantes consacrées à l'histoire de la famille de Saliha, m'ont rendue quelque peu impatiente. J'avais plutôt envie que le témoignage s'attarde sur le départ en Syrie annoncé en quatrième de couverture. Mais, au fil de ma lecture, j'ai compris qu'il ne fallait pas faire l'impasse sur les annéees passées, indispensables pour appréhender le ressenti de cette maman et de son entourage. Page après page, je me suis ici attachée au personnage de Saliha et mon empathie n'a fait que croître. Tous ces arrêts sur image sur la vie de plusieurs générations de familles musulmanes sont très éclairantes pour tout européen n'ayant jamais côtoyé de près ces familles. Je pense, entre autres, au mariage forcé de la mère d'Islam, la soumission de cette mère aux décisions de sa belle famille, le rejet d'une épouse non conforme, les émigrés considérés au bled comme des privilégiés qui ont le devoir d'aider la famille. Et aussi les débuts du salafisme, le mouvement Tabligh dans les années 80, les mères interdites d'aller au marché, le port du voile exigé, la musique moderne interdite etc etc. Par delà ces marqueurs qui n'ont pas tous évolué depuis, les difficultés à s'intégrer en Belgique étaient bien réelles et le racisme sournois et cruel partout. Bien différente toutefois, l'attitude du grand père tunisien comparé à de nombreux immigrés à l'heure actuelle:  « Nous ne sommes pas chez nous. Il faut faire profil bas ». Il ne portera d'ailleurs pas sa djellaba et restera persuadé que vivre en musulman porterait préjudice. Dans la deuxième partie de ce témoignage, le lecteur essaiera tous de repérer les failles, les indices qui auraient fait ce jeune Sabri basculer dans l'islam radical. Un enfant solitaire et affectueux, impatient et épris de justice, avec un rapport fusionnel avec sa mère jusque l'adolescence, attaché à son frère. A ce stade on s'interroge juste un peu sur ces débuts d'accès de bégaiements non expliqués. Au collège, tout se compliquera, en partie à cause du racisme de certains professeurs. Sabri sera considéré comme un rebelle par ces derniers et un justicier par les élèves. En 1999 Saliha sera ouvertement exclue du monde des parents d'élèves et ignorée par l'administration dans un collège néerlandophone. La cruauté de certains professeurs, comme le jour où il a été forcé à boire le vin pendant un cours à l'école hôtelière, aura raison de sa détermination à obtenir un diplôme. Il abandonnera ses études, de plus en plus soucieux du regard des autres, découragé par les nombreux contrôles d'identité chaque jour. Nous voyons bien que c'est à ce moment qu'il est le plus fragile. Les moqueries redoubleront lorsqu'il deviendra éboueur pour gagner un peu d'argent. Et c'est là qu'il annonce ne plus vouloir « ramasser la merde des kouffar (non croyants)». Les indices de radicalisation probables se multiplieront mais la population n'est pas encore assez alertée à cette époque sur les nombreux départs de jeunes en Syrie. Le changement de comportement sera pourtant brutal, tout deviendra haram ou halal. Plus de short, plus de musique qui est assimilée à de la pornographie sonore, la charia doit être instaurée partout. Le nouvel ami de Sabri détourne le regard lorsque Saliha veut lui faire la bise car elle ne porte pas le voile... Je retiendrai aussi de cette lecture le lien puissant et presque ésotérique qui relie à jamais une maman à son enfant. Je me suis reconnue dans cette maman fusionnelle qui déclare: « Mes tripes me disent quand il va bien, quand il va mal ». Et ce malaise foudroyant et inexpliqué, ces douleurs intenses accompagnées d'un torrent de larmes ...On apprendra plus tard que c'est à ce moment précis que Sabir a perdu la vie en Syrie. « ce n'était pas un simple pressentiment. C'était lui en train de quitter mon corps pour la deuxième et dernière fois . Il est mort ce jour-là, à cet instant précis où ce mal inconnu et si intense m'a envahie. Je le sais. Je l'ai su au moment où c'est arrivé ». Un témoignage poignant et éclairant. Une lecture à conseiller.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés