RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Mars la rouge (T. 1)

            Presses de la cité
            EAN : 9782258150799
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 656
            Format : 140 x 225 mm
            Mars la rouge (T. 1)

            Michel DEMUTH (Traducteur)
            Date de parution : 11/01/2018
            Le premier volet de la saga visionnaire et culte 
            Demain. Cent pionniers s’embarquent à bord de l'Arès, un immense vaisseau spatial dans lequel ils vont voyager une année entière. Leur destination ? Mars. Seul un homme y a déjà posé le pied, John Boon, légende vivante qui s'est porté volontaire pour ce second voyage, sans espoir de retour vers... Demain. Cent pionniers s’embarquent à bord de l'Arès, un immense vaisseau spatial dans lequel ils vont voyager une année entière. Leur destination ? Mars. Seul un homme y a déjà posé le pied, John Boon, légende vivante qui s'est porté volontaire pour ce second voyage, sans espoir de retour vers la Terre. Car les hommes et les femmes de l'Arès devront aller au-delà de l'exploration : ils devront rendre habitable ce monde hostile, descendre dans ses canyons pour y chercher de la glace, ensemencer les vallées où coulèrent des fleuves, braver le désert pour y inventer de nouvelles villes avec des matériaux nouveaux. Mais ils devront surtout affronter leurs différences politiques et religieuses pour recommencer l'Histoire.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258150799
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 656
            Format : 140 x 225 mm
            Presses de la cité

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • foaam Posté le 27 Juillet 2019
              Une plume intelligente et intemporelle (en tout cas pour les siècles à venir à mon avis), qui s'insère complètement dans les question d'éthique, de morale qui concernerait l'humanité entière dans une future plus ou moins lointain sans oublier les détails "croustillants" liés à l'installation d'une Communauté Scientifique restreinte (puis grandissante...). Gros volume mais lecture limite addictive.
            • foaam Posté le 27 Juillet 2019
              Une plume intelligente et intemporelle (en tout cas pour les siècles à venir à mon avis), qui s'insère complètement dans les question d'éthique, de morale qui concernerait l'humanité entière dans une future plus ou moins lointain sans oublier les détails "croustillants" liés à l'installation d'une Communauté Scientifique restreinte (puis grandissante...). Gros volume mais lecture limite addictive.
            • Fifrildi Posté le 22 Avril 2019
              Lecture de vacances. Être au bord de la mer et s'évader sur Mars… une idée comme une autre. J'ai d'abord été déçue, [masquer] le roman débute qu'ils sont déjà arrivés et installés. Moi je voulais assister au voyage et tutti quanti ! Et je ne sais pas pourquoi l'auteur a décidé de révéler le meurtre de John dès le départ ? Perso, j'aurai préféré ne pas le savoir. [/masquer] Quoi qu'il en soit, j'ai quand même eu ce que j'espérais : le voyage au bord de l'Arès, faire plus ample connaissance avec l'équipage et l'arrivée sur Mars. J'ai beaucoup aimé Nadia (la « princesse martienne aux neuf doigts ») et Arkady, de loin, mes personnages préférés. C'est fascinant d'imaginer les premiers pas sur une planète déserte pour s'y installer pour toute la vie. Nous sommes en 2026 et le temps passe vite sur Mars, trop vite. J'aurai aimé passer un peu plus de temps avec les personnages et leurs difficultés/victoires à construire la future nation martienne. Mais voilà… Mars n'est pas destinée à devenir une nation. Comme le dit Franck Chalmers, c'est « une ressource mondiale », et on bascule trop vite dans la politique, les guéguerres pour le profit jusqu'au point de non retour… À côté... Lecture de vacances. Être au bord de la mer et s'évader sur Mars… une idée comme une autre. J'ai d'abord été déçue, [masquer] le roman débute qu'ils sont déjà arrivés et installés. Moi je voulais assister au voyage et tutti quanti ! Et je ne sais pas pourquoi l'auteur a décidé de révéler le meurtre de John dès le départ ? Perso, j'aurai préféré ne pas le savoir. [/masquer] Quoi qu'il en soit, j'ai quand même eu ce que j'espérais : le voyage au bord de l'Arès, faire plus ample connaissance avec l'équipage et l'arrivée sur Mars. J'ai beaucoup aimé Nadia (la « princesse martienne aux neuf doigts ») et Arkady, de loin, mes personnages préférés. C'est fascinant d'imaginer les premiers pas sur une planète déserte pour s'y installer pour toute la vie. Nous sommes en 2026 et le temps passe vite sur Mars, trop vite. J'aurai aimé passer un peu plus de temps avec les personnages et leurs difficultés/victoires à construire la future nation martienne. Mais voilà… Mars n'est pas destinée à devenir une nation. Comme le dit Franck Chalmers, c'est « une ressource mondiale », et on bascule trop vite dans la politique, les guéguerres pour le profit jusqu'au point de non retour… À côté de cela, Mars est tellement bien décrite. On s'y croirait, on aurait même envie d'aller y faire un tour. J'ai pensé que j'aimerai bien voir sur grand écran [masquer] la chute du câble, lors de la destruction de l'ascenseur spatial. Et aussi, les inondations massives à la fin qui vont transformer définitivement la surface martienne. [/masquer] Franchement, un final à couper de souffle. Et donc, un très bon moment de lecture. À suivre... Challenge pavés 2019 Challenge multi-défis 2019 Challenge défis de l'imaginaire 2019
              Lire la suite
              En lire moins
            • Fifrildi Posté le 22 Avril 2019
              Lecture de vacances. Être au bord de la mer et s'évader sur Mars… une idée comme une autre. J'ai d'abord été déçue, [masquer] le roman débute qu'ils sont déjà arrivés et installés. Moi je voulais assister au voyage et tutti quanti ! Et je ne sais pas pourquoi l'auteur a décidé de révéler le meurtre de John dès le départ ? Perso, j'aurai préféré ne pas le savoir. [/masquer] Quoi qu'il en soit, j'ai quand même eu ce que j'espérais : le voyage au bord de l'Arès, faire plus ample connaissance avec l'équipage et l'arrivée sur Mars. J'ai beaucoup aimé Nadia (la « princesse martienne aux neuf doigts ») et Arkady, de loin, mes personnages préférés. C'est fascinant d'imaginer les premiers pas sur une planète déserte pour s'y installer pour toute la vie. Nous sommes en 2026 et le temps passe vite sur Mars, trop vite. J'aurai aimé passer un peu plus de temps avec les personnages et leurs difficultés/victoires à construire la future nation martienne. Mais voilà… Mars n'est pas destinée à devenir une nation. Comme le dit Franck Chalmers, c'est « une ressource mondiale », et on bascule trop vite dans la politique, les guéguerres pour le profit jusqu'au point de non retour… À côté... Lecture de vacances. Être au bord de la mer et s'évader sur Mars… une idée comme une autre. J'ai d'abord été déçue, [masquer] le roman débute qu'ils sont déjà arrivés et installés. Moi je voulais assister au voyage et tutti quanti ! Et je ne sais pas pourquoi l'auteur a décidé de révéler le meurtre de John dès le départ ? Perso, j'aurai préféré ne pas le savoir. [/masquer] Quoi qu'il en soit, j'ai quand même eu ce que j'espérais : le voyage au bord de l'Arès, faire plus ample connaissance avec l'équipage et l'arrivée sur Mars. J'ai beaucoup aimé Nadia (la « princesse martienne aux neuf doigts ») et Arkady, de loin, mes personnages préférés. C'est fascinant d'imaginer les premiers pas sur une planète déserte pour s'y installer pour toute la vie. Nous sommes en 2026 et le temps passe vite sur Mars, trop vite. J'aurai aimé passer un peu plus de temps avec les personnages et leurs difficultés/victoires à construire la future nation martienne. Mais voilà… Mars n'est pas destinée à devenir une nation. Comme le dit Franck Chalmers, c'est « une ressource mondiale », et on bascule trop vite dans la politique, les guéguerres pour le profit jusqu'au point de non retour… À côté de cela, Mars est tellement bien décrite. On s'y croirait, on aurait même envie d'aller y faire un tour. J'ai pensé que j'aimerai bien voir sur grand écran [masquer] la chute du câble, lors de la destruction de l'ascenseur spatial. Et aussi, les inondations massives à la fin qui vont transformer définitivement la surface martienne. [/masquer] Franchement, un final à couper de souffle. Et donc, un très bon moment de lecture. À suivre... Challenge pavés 2019 Challenge multi-défis 2019 Challenge défis de l'imaginaire 2019
              Lire la suite
              En lire moins
            • jamiK Posté le 22 Mars 2019
              Gigantesque ! Ce qui en ressort en premier lieu après cette lecture, c’est l’étendue d’arguments dans le domaine scientifique. Dans ce livre, on va faire appel à la physique, nucléaire, mécanique, la dynamique des fluide, l’astronomie, la chimie, la géologie, la climatologie, l’écologie, mais aussi dans les sciences humaines, psychologie, économie, politique, géopolitique, sociologie... C’est ce qu’on appelle du Hard-SF, autant dire, pour ceux qui n’aiment pas ce genre, cette lecture risque de s’avérer fastidieuse, mais pour les amateurs, dont je fais partie, c’est un monument ! Le sujet du roman, c’est la terraformation de Mars. Le roman est divisé en trois grandes parties, en premier, le voyage vers Mars, en second, la plus longue partie, l’installation et l’évolution sur Mars, la troisième partie est plus épique puisqu’il est question de guerre. Aucune n’est plus passionnante que l’autre. Si l’aspect scientifique est très présent, ce n’est pas au dépend des caractères et de l’évolution des personnages, très approfondis aussi, ni de l’intrigue, haletante malgré son rythme lent, le récit s’étend sur plus de vingt années. L’écriture est élégante, les descriptions très complètes, claires, précises et en même temps riches et poétiques. On y découvre des couchers de soleils où la rigueur scientifique... Gigantesque ! Ce qui en ressort en premier lieu après cette lecture, c’est l’étendue d’arguments dans le domaine scientifique. Dans ce livre, on va faire appel à la physique, nucléaire, mécanique, la dynamique des fluide, l’astronomie, la chimie, la géologie, la climatologie, l’écologie, mais aussi dans les sciences humaines, psychologie, économie, politique, géopolitique, sociologie... C’est ce qu’on appelle du Hard-SF, autant dire, pour ceux qui n’aiment pas ce genre, cette lecture risque de s’avérer fastidieuse, mais pour les amateurs, dont je fais partie, c’est un monument ! Le sujet du roman, c’est la terraformation de Mars. Le roman est divisé en trois grandes parties, en premier, le voyage vers Mars, en second, la plus longue partie, l’installation et l’évolution sur Mars, la troisième partie est plus épique puisqu’il est question de guerre. Aucune n’est plus passionnante que l’autre. Si l’aspect scientifique est très présent, ce n’est pas au dépend des caractères et de l’évolution des personnages, très approfondis aussi, ni de l’intrigue, haletante malgré son rythme lent, le récit s’étend sur plus de vingt années. L’écriture est élégante, les descriptions très complètes, claires, précises et en même temps riches et poétiques. On y découvre des couchers de soleils où la rigueur scientifique la plus pointue côtoie le lyrisme et la poésie. Aussi, on ne suit pas spécialement un héros plus qu’un autre, on change de personnage principal au fil du récit, Maya, Nadia, John, Frank, Arcady, Ann, ce qui permet de multiplier les points de vue, les états d’âmes... j’ai particulièrement aimé Nadia, la bricolo de service, elle sait tout faire, et Arcady, le révolutionnaire, l’utopiste, personnage digne des romans de Dostoïevski... En fait, rien n’est négligé dans ce roman, c’est un projet extrêmement ambitieux, Kim Stanley Robinson a écrit là une nouvelle Genèse, il est question de naissance de l’humanité, excusez du peu, c’est pour cela que l’aspect politique y est aussi très important, il est question de directions politiques différentes, de choix de société, de pêcher originel, de déluge, de tour de Babel, d’exode... avec toujours cet aspect scientifique rigoureux omniprésent. Et le plus remarquable dans ce roman, c’est qu’il se tient à la hauteur de ses énormes ambitions. Je n’ai pas trouvé de failles, et bien oui, c’est un gigantesque roman.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.