Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258161689
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 355
Format : 140 x 225 mm

Mazel Tov !

Isabelle Rosselin (Traducteur)
Date de parution : 10/10/2019
" Cherchons étudiant(e) pour donner des cours de soutien scolaire à quatre enfants (de huit à seize ans) tous les jours. "
Dans les années 1990, afin de financer ses études, la jeune Margot Vanderstraeten répond à une petite annonce. En se rendant à l’entretien d’embauche, elle ignore qu’elle s’apprête à entrer dans un monde à des années-lumière du sien : celui d'une famille juive orthodoxe de la ville d'Anvers. Dans Mazel... Dans les années 1990, afin de financer ses études, la jeune Margot Vanderstraeten répond à une petite annonce. En se rendant à l’entretien d’embauche, elle ignore qu’elle s’apprête à entrer dans un monde à des années-lumière du sien : celui d'une famille juive orthodoxe de la ville d'Anvers. Dans Mazel tov !, elle revient sur cette expérience et offre aux lecteurs une immersion unique dans cette communauté. Elle qui vivait à l’époque avec un Iranien, réfugié politique, s’est peu à peu vu accepter dans un environnement très religieux, respectueux de traditions séculaires.

Mazel tov !, c’est le récit du choc des cultures, le portrait d’une famille qui peine à concilier coutumes et modernité, mais a pourtant su nouer avec l’auteure des rapports privilégiés. Dans un contexte politique alors particulièrement tendu, marqué par la guerre du Golfe et les intifadas, Margot Vanderstraeten nous parle de respect, de curiosité, d'humour, et interroge avec brio le thème, plus brûlant que jamais, du vivre-ensemble.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258161689
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 355
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • xalatan Posté le 14 Septembre 2021
    Une jeune fille flamande, habitant Anvers, est engagée dans les années 80 pour aider les enfants d’une famille juive orthodoxe dans leurs études après l’école. C’est le choc des cultures. Elle finira par créer des liens d’amitié avec deux des enfants, avec qui elle gardera contact de loin en loin. C’est son expérience qu’elle raconte dans ce livre, des années plus tard. J’ai bien aimé ce livre. J’ai bien aimé la famille qui y est présentée. Dans le livre, l’auteur est jeune et totalement ignorante des coutumes juives. J’ai souvent été exaspérée de la voir juger si durement, et de façon répétitive, la façon de vivre de cette famille - elle trouve la famille trop sectaire et ne l’accepte pas, elle cherche à en débattre parfois avec eux - comme si elle seule détenait la « bonne » façon de vivre dans ce monde ici-bas. Sa curiosité insistante au sujet de la Shoah et de la tragédie vécue par la famille m’a également décontenancée, elle a des difficultés à accepter que la famille ne souhaite pas à en parler. Heureusement, avec l’âge, elle devient plus mature me semble-t-il, dans ses réflexions ; elle reconnaîtra certains côtés positifs au fait... Une jeune fille flamande, habitant Anvers, est engagée dans les années 80 pour aider les enfants d’une famille juive orthodoxe dans leurs études après l’école. C’est le choc des cultures. Elle finira par créer des liens d’amitié avec deux des enfants, avec qui elle gardera contact de loin en loin. C’est son expérience qu’elle raconte dans ce livre, des années plus tard. J’ai bien aimé ce livre. J’ai bien aimé la famille qui y est présentée. Dans le livre, l’auteur est jeune et totalement ignorante des coutumes juives. J’ai souvent été exaspérée de la voir juger si durement, et de façon répétitive, la façon de vivre de cette famille - elle trouve la famille trop sectaire et ne l’accepte pas, elle cherche à en débattre parfois avec eux - comme si elle seule détenait la « bonne » façon de vivre dans ce monde ici-bas. Sa curiosité insistante au sujet de la Shoah et de la tragédie vécue par la famille m’a également décontenancée, elle a des difficultés à accepter que la famille ne souhaite pas à en parler. Heureusement, avec l’âge, elle devient plus mature me semble-t-il, dans ses réflexions ; elle reconnaîtra certains côtés positifs au fait de grandir au sein d’une communauté soudée. Elle n’a pas l’air proche de sa propre famille, elle en parle très peu dans le livre, mais il est significatif que lorsqu’elle aura besoin d’un prêt, elle ira le demander auprès du père des enfants qui le lui accordera généreusement sans intérêt, alors même qu’elle reconnaît que sa famille à elle aurait les moyens de lui prêter de l’argent. On voit les enfants grandir, devenir adultes, et finalement, ce sont eux – ayant pourtant grandi dans une très petite communauté refermée sur elle-même - qui vont s’élancer à la conquête du monde, grâce à la diaspora, et fonder chacun une famille, alors qu’elle-même restera à Anvers.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mainou72 Posté le 9 Avril 2021
    En attaquant ce livre je m'attendais à une sorte de documentaire pédagogique sur les juifs orthodoxes, et bien pas du tout je suis rentrée dans un vrai roman même si il s'agit d'une histoire vraie. C'est la rencontre entre deux mondes bien différents et que rien ne prédestinait à se croiser. Une étudiante flamande répond à une petite annonce de travail de soutien scolaire, et quand elle se rend à l'entretien elle se retrouve dans le quartier diamantaire d'Anvers et dans une famille juive orthodoxe, libérale, autant dire dans un autre monde. Elle va y rester des années malgré leur différences de vie et de points du vue. Ils vont apprendre à se découvrir, s'apprivoiser, et s'aimer. Ce que j'ai aimé dans ce livre c'est qu'on apprend plein de choses, on se pose plein de questions, comme l'auteur, mais elle nous laisse faire nos propres réponses. Et on se dit, en refermant le livre, que même si nous ne partageons pas les mêmes convictions, il est frappant que nous ressentons tous les mêmes sentiments, envies et espoirs humain. Quel bonheur un peu de tolérance!!!!
  • Shabanou Posté le 29 Juillet 2020
    " Mazel Tov" de Margot Vandenstraeten (358p) Ed Presses de la Cité Bonjour les fous de lectures... Margot Vanderstraeten est une auteure et journaliste belge. Années 1990. Margot est jeune étudiante en traduction à Anvers. Pour arrondir ses fins de mois, elle décide de répondre à une petite annonce cherchant une personne pour donner des cours de soutien scolaire à de jeunes enfants d'une famille juive orthodoxe. Choc des cultures, des traditions pour cette jeune étudiante athée, un peu gaucho et qui est en ménage avec un réfugié iranien. Mazel Tov comme on dit chez eux ( Bonne chance). Margot nous raconte son expérience Petit-à-petit, chacun va apprendre à découvrir l'autre, l'accepter, le respecter. Chacun va apprendre à s'adapter, à tolérer. Incroyable expérience que celle vécue par Margot. Margot soufflera un vent de liberté au sein de cette famille orthodoxe avec laquelle elle restera toujours en contact. De son côté, cette expérience lui a appris l'acceptation des règles de l'autre sans, sans arrêts remette tout en question, sans essayer de tout comprendre. Margot y a gagné un esprit d'ouverture qui ne la quittera jamais. Livre sur la différence et la tolérance. Plume agréable et pas dénuée d'humour. Lecture que je conseille pour découvrir (un peu) ce qu'il y a derrière la porte des maisons juives orthodoxes. "Mazel Tov ",... " Mazel Tov" de Margot Vandenstraeten (358p) Ed Presses de la Cité Bonjour les fous de lectures... Margot Vanderstraeten est une auteure et journaliste belge. Années 1990. Margot est jeune étudiante en traduction à Anvers. Pour arrondir ses fins de mois, elle décide de répondre à une petite annonce cherchant une personne pour donner des cours de soutien scolaire à de jeunes enfants d'une famille juive orthodoxe. Choc des cultures, des traditions pour cette jeune étudiante athée, un peu gaucho et qui est en ménage avec un réfugié iranien. Mazel Tov comme on dit chez eux ( Bonne chance). Margot nous raconte son expérience Petit-à-petit, chacun va apprendre à découvrir l'autre, l'accepter, le respecter. Chacun va apprendre à s'adapter, à tolérer. Incroyable expérience que celle vécue par Margot. Margot soufflera un vent de liberté au sein de cette famille orthodoxe avec laquelle elle restera toujours en contact. De son côté, cette expérience lui a appris l'acceptation des règles de l'autre sans, sans arrêts remette tout en question, sans essayer de tout comprendre. Margot y a gagné un esprit d'ouverture qui ne la quittera jamais. Livre sur la différence et la tolérance. Plume agréable et pas dénuée d'humour. Lecture que je conseille pour découvrir (un peu) ce qu'il y a derrière la porte des maisons juives orthodoxes. "Mazel Tov ", a été désigné, par le grand quotidien De Standaard, comme la meilleure non-fiction de 2017 et est le premier livre de cette auteure publié en France.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nathv Posté le 29 Avril 2020
    Margot Vanderstraeten, à 20 ans, se fait engager par la famille Schneider afin d'apporter un soutien scolaire à leurs 4 enfants. Cette jeune fille pénètre ainsi dans la demeure de cette famille juive orthodoxe et c'est tout un monde qu'elle découvre… un monde fait de règles, toutes imposées par la religion. Mazzel tov est le récit de cette découverte, de l'ouverture de Margot envers cette famille mais également l'ouverture des Schneider vers cette jeune fille goy(a). Mazzel tov est une histoire de tolérance, de respect des autres, de leurs valeurs, de leur histoire où l'empathie fonctionne dans les deux sens. Le livre est composé de trois parties: la première étant ces années de soutien scolaire au sein de la famille à Anvers, la seconde est l'envol des enfants vers leurs vies d'adulte (que Margot suit de loin) et la dernière est consacrée à l'aboutissement du projet littéraire en tant que tel. S'il est vrai que nombre de coutumes et d'obligations du monde judaïque ne m'étaient pas inconnues, ce livre est une réelle immersion et m'a finalement appris énormément de choses. Enfin, j'ai pris plaisir à relire dans la langue de Vondel! Et, oh, j'ai réalisé qu'Anvers me manquait énormément… petit clin d'oeil au garnaalkroketten... Margot Vanderstraeten, à 20 ans, se fait engager par la famille Schneider afin d'apporter un soutien scolaire à leurs 4 enfants. Cette jeune fille pénètre ainsi dans la demeure de cette famille juive orthodoxe et c'est tout un monde qu'elle découvre… un monde fait de règles, toutes imposées par la religion. Mazzel tov est le récit de cette découverte, de l'ouverture de Margot envers cette famille mais également l'ouverture des Schneider vers cette jeune fille goy(a). Mazzel tov est une histoire de tolérance, de respect des autres, de leurs valeurs, de leur histoire où l'empathie fonctionne dans les deux sens. Le livre est composé de trois parties: la première étant ces années de soutien scolaire au sein de la famille à Anvers, la seconde est l'envol des enfants vers leurs vies d'adulte (que Margot suit de loin) et la dernière est consacrée à l'aboutissement du projet littéraire en tant que tel. S'il est vrai que nombre de coutumes et d'obligations du monde judaïque ne m'étaient pas inconnues, ce livre est une réelle immersion et m'a finalement appris énormément de choses. Enfin, j'ai pris plaisir à relire dans la langue de Vondel! Et, oh, j'ai réalisé qu'Anvers me manquait énormément… petit clin d'oeil au garnaalkroketten du Zuiderterras. Bon, vu le confinement et le risque de ne plus pouvoir passer une frontière avant longtemps… je vais peut-être envisager un petit city-trip anversois cet été! Portez-vous bien, lisez mais restez confinés!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Abornand2 Posté le 15 Janvier 2020
    Livre intéressant ! J’en arrive à la conclusion que le port extérieur de signes religieux favorise le racisme et les haines religieuses, quelle que soient les croyances. Il faut apprendre à se connaître pour se comprendre et pas s’isoler. Seule la laïcité civile peut nous permettre de vivre ensemble sans préjugés.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.