RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés

            Les Escales
            EAN : 9782365691451
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 225 mm
            Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés

            Karine REIGNIER-GUERRE (Traducteur)
            Collection : Domaine étranger
            Date de parution : 18/08/2016
            Partez à la rencontre de Mazie Phillips, inoubliable héroïne à la gouaille mordante du New York des années folles.
            RENTRÉE LITTÉRAIRE 2016


            Personnage haut en couleur, Mazie Phillips tient la billetterie du Venice, cinéma new-yorkais du Bowery, quartier populaire du sud de Manhattan où l’on croise diseuse de bonne aventure, mafieux, ouvriers, etc. Le jazz vit son âge d’or, les idylles et la consommation d’alcool – malgré la Prohibition –...
            RENTRÉE LITTÉRAIRE 2016


            Personnage haut en couleur, Mazie Phillips tient la billetterie du Venice, cinéma new-yorkais du Bowery, quartier populaire du sud de Manhattan où l’on croise diseuse de bonne aventure, mafieux, ouvriers, etc. Le jazz vit son âge d’or, les idylles et la consommation d’alcool – malgré la Prohibition – vont bon train. Mazie aime la vie, et ne se fait jamais prier pour quitter sa « cage » et faire la fête, notamment avec son amant « le capitaine ».
            Avec l’arrivée de la Grande Dépression, les sans-abri affluent dans le quartier et la vie de Mazie bascule. Elle aide sans relâche les plus démunis et décide d’ouvrir les portes du Venice à ceux qui ont tout perdu. Surnommée « la reine du Bowery », elle devient alors une personnalité incontournable de New York.
            Dans ce roman polyphonique, Jami Attenberg nous fait découvrir Mazie – dont on entend la gouaille à travers les lignes de son journal intime –, mais aussi Sœur Ti, son unique amie, sa sœur Jeanie, l’agent Mack Walters, porté sur la bibine et qui aime flirter avec elle… Le lecteur découvre, fasciné, une personnalité hors du commun et tout un monde bigarré et terriblement attachant.


            « L'écriture d'Attenberg, tour à tour lyrique et crue, correspond parfaitement à Mazie. Cette voix intime - teintée de l'argot des années jazz et d'une honnêteté rafraîchissante – est le chef d'œuvre d'Attenberg. Un livre profond et provocateur. »
            Boston Globe

            « Lecteur, lectrice, si vous commencez ce livre, sachez que vous allez tomber amoureux ! Mazie fait partie de ces personnages dont on a du mal à se séparer : généreuse, intrépide et terriblement émouvante ! » 
            PAGE

            « Une véritable déclaration d'amour à New York et une lecture opportune pour ce XXIème siècle. » 
            The Guardian

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782365691451
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 225 mm
            Les Escales
            21.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Amour, alcool, sexe et noblesse d’âme … Attenberg se réapproprie le travail haut en couleur et plein d’esprit de Joseph Mitchell et propose une œuvre vive et originale. »
            New York Times Book Review

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • GoodBooksGoodFriends Posté le 23 Janvier 2019
              C'est l'histoire de Mazie Phillips-Gordon qui nous est racontée, l'histoire d'une new-yorkaise qui n'abandonne pas les autres, qui veut se "rendre utile" et aider ceux qui en ont besoin. Cette belle âme aide dans la mesure de ses moyens les sans-abri ; elle leur donne un peu d'argent, leur offre à boire, un endroit où se réchauffer en hiver, appelle des ambulances lorsqu'ils sont blessés ou malades, leur tient la main ou les écoute parler. Avec ce roman, nous traversons la Prohibition (qui n'empêche pas bien sûr les new-yorkais de boire), le krach boursier de 1929, l'attentat à la bombe à Wall Street en 1920 ; nous nous promenons dans New-York, traversant Chinatown, le Knickerbocker Village et pour mon plus grand plaisir Coney Island. L'auteure s'est inspirée d'un article de Joseph Mitchell titré « Mazie », décrivant la vie de Mazie Phillips, new-yorkaise ayant réellement existé.
            • Marie2406 Posté le 2 Janvier 2019
              Quel caractère cette Mazie ! que nous découvrons peu à peu tant par la lecture de son journal intime que les témoignages de ceux qui l'ont cotoyé ou dont l'histoire familiale a été bouleversée par Mazie. Je n'avais pas envie de quitter Mazie, femme libre au début du XXème siècle qui se moquait des conventions et du qu'en dira-t-on. Mazie nous prouve que seules nos peurs et les chaines que nous nous créons nous empêchent de vivre Un roman époustouflant qu'il est impossible de quitter avant d'avoir tourné la dernière page
            • AnneNY Posté le 20 Septembre 2018
              Très bon roman. Mazie est une sacrée bonne femme. Je ne sais pas dans quelle mesure son personnage a été romancé, mais c’est indéniable c’est la Reine de New York. Elle a du caractère, un esprit libre, elle est loyale. Elle s’occupe de tout le monde mais malheureusement personne ne s’occupe d’elle. Ce roman est le portrait d’une femme incroyable, mais c’est surtout un magnifique portrait de New York. Le New York des années 1900 – 1920 – 1930. La crise, sa population, l’évolution de la ville et de ses quartiers : Queens, Coney Island, Brooklyn ….. Il y a un parallèle entre la vie de Mazie et New York tout au long de l’histoire. La ville s’intensifie à mesure que la vie de Mazie se complique. Côté écriture c’est un vrai plaisir, il y a différents styles de narration : témoignages – journal intime – dialogues. On se retrouve dans le passé, puis dans le présent sans trop savoir qui mène l’histoire qui est le rapporteur de la vie de Mazie. En terminant ce livre, je dois bien admettre que le mystère reste entier. J’ai été un peu, voire très frustrée de ne pas en savoir plus sur la Reine Mazie. Elle me... Très bon roman. Mazie est une sacrée bonne femme. Je ne sais pas dans quelle mesure son personnage a été romancé, mais c’est indéniable c’est la Reine de New York. Elle a du caractère, un esprit libre, elle est loyale. Elle s’occupe de tout le monde mais malheureusement personne ne s’occupe d’elle. Ce roman est le portrait d’une femme incroyable, mais c’est surtout un magnifique portrait de New York. Le New York des années 1900 – 1920 – 1930. La crise, sa population, l’évolution de la ville et de ses quartiers : Queens, Coney Island, Brooklyn ….. Il y a un parallèle entre la vie de Mazie et New York tout au long de l’histoire. La ville s’intensifie à mesure que la vie de Mazie se complique. Côté écriture c’est un vrai plaisir, il y a différents styles de narration : témoignages – journal intime – dialogues. On se retrouve dans le passé, puis dans le présent sans trop savoir qui mène l’histoire qui est le rapporteur de la vie de Mazie. En terminant ce livre, je dois bien admettre que le mystère reste entier. J’ai été un peu, voire très frustrée de ne pas en savoir plus sur la Reine Mazie. Elle me manque.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Cassy Posté le 16 Septembre 2018
              Mazie Phillips Gordon est une figure locale, à New York. Nous découvrons ce personnage haut en couleurs à travers différents moyens : des extraits de son journal intime, des interviews de personnes qui l’ont connue ou qui en ont entendu parler. Nous rencontrons Mazie lorsqu’elle débute son journal intime, à l’âge de 10 ans. On est en 1907 et elle rejoint sa grande sœur, Rosie, à New York. Le foyer se compose donc des trois sœurs Phillips : Rosie, Mazie et la jeune Jeanie ainsi que le mari de Rosie, Louis. D’emblée, on s’aperçoit que Mazie est une jeune fille atypique pour l’époque, qui a un besoin irrépressible de liberté. Elle se fiche des règles, du couvre-feu, du « qu’en dira-t-on ». Rien ne compte à part s’amuser et faire ce qui lui plaît. Sauf que les années passent et Rosie et Louis l’obligent à tenir le guichet du Venice, le cinéma dont ils sont propriétaires. La Grande Dépression arrive, les clients habituels du cinéma perdent leur travail et bien souvent, leur maison. Mazie refuse de rester les bras croisés et va aider son prochain. L’histoire de Mazie avait tout pour me plaire : un personnage fort, un voyage à travers les... Mazie Phillips Gordon est une figure locale, à New York. Nous découvrons ce personnage haut en couleurs à travers différents moyens : des extraits de son journal intime, des interviews de personnes qui l’ont connue ou qui en ont entendu parler. Nous rencontrons Mazie lorsqu’elle débute son journal intime, à l’âge de 10 ans. On est en 1907 et elle rejoint sa grande sœur, Rosie, à New York. Le foyer se compose donc des trois sœurs Phillips : Rosie, Mazie et la jeune Jeanie ainsi que le mari de Rosie, Louis. D’emblée, on s’aperçoit que Mazie est une jeune fille atypique pour l’époque, qui a un besoin irrépressible de liberté. Elle se fiche des règles, du couvre-feu, du « qu’en dira-t-on ». Rien ne compte à part s’amuser et faire ce qui lui plaît. Sauf que les années passent et Rosie et Louis l’obligent à tenir le guichet du Venice, le cinéma dont ils sont propriétaires. La Grande Dépression arrive, les clients habituels du cinéma perdent leur travail et bien souvent, leur maison. Mazie refuse de rester les bras croisés et va aider son prochain. L’histoire de Mazie avait tout pour me plaire : un personnage fort, un voyage à travers les époques, une narration polyphonique et originale. Et je suis loin d’être déçue. J’ai adoré les personnages rencontrés qui bouleversent les codes sans tomber dans le surréalisme. Mazie nous apparaît sans fards, avec ses forces et ses faiblesses, elle fait le bien, et parfois, elle commet des erreurs. Les personnages secondaires comme Rosie et Jeanie sont captivants, j’avais autant envie de connaître leur destinée que celle de Mazie. Et par-dessus tout, j’ai adoré me plonger dans cette époque fascinante. Une histoire très touchante et un regret, celui de quitter Mazie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • EveQ Posté le 22 Juillet 2018
              Le roman prend la forme du journal de Mazie Phillips Gordon entrecoupé de témoignages de personnes l'ayant connu ou ayant trouvé son journal intime. Il commence le 1er novembre 1907, vers ses 10 ans, lorsqu'elle rejoint sa sœur Rosie à New York, avec sa petite sœur Jeanie. A 20 ans, elle travaille dans le cinéma qui appartient à son beau-frère, Louis. Derrière la vitre, elle observe les passants défiler et prend conscience de la pauvreté de certaines familles. Elle sort parfois de sa "cage", pour aider les habitants du quartier qui sont dans le besoin. Le titre du roman n'est pas très évocateur. A travers le journal de Mazie, ce roman nous plonge dans le quotidien New York des années 1920 et 1930, marqué par la fin de la première guerre mondiale, la prohibition et la grande dépression. Le récit à plusieurs voix permet de dresser un portrait nuancé de Mazie, à la fois femme forte et (trop) libre pour l'époque mais également altruiste. Il évoque également des sujets très actuels comme la place des femmes dans la société, la complexité des relations familiales et le libre arbitre.
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
            Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !