En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés

        Les Escales
        EAN : 9782365691451
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 225 mm
        Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés

        Karine REIGNIER-GUERRE (Traducteur)
        Collection : Domaine étranger
        Date de parution : 18/08/2016
        Partez à la rencontre de Mazie Phillips, inoubliable héroïne à la gouaille mordante du New York des années folles.
        RENTRÉE LITTÉRAIRE 2016


        Personnage haut en couleur, Mazie Phillips tient la billetterie du Venice, cinéma new-yorkais du Bowery, quartier populaire du sud de Manhattan où l’on croise diseuse de bonne aventure, mafieux, ouvriers, etc. Le jazz vit son âge d’or, les idylles et la consommation d’alcool – malgré la Prohibition –...
        RENTRÉE LITTÉRAIRE 2016


        Personnage haut en couleur, Mazie Phillips tient la billetterie du Venice, cinéma new-yorkais du Bowery, quartier populaire du sud de Manhattan où l’on croise diseuse de bonne aventure, mafieux, ouvriers, etc. Le jazz vit son âge d’or, les idylles et la consommation d’alcool – malgré la Prohibition – vont bon train. Mazie aime la vie, et ne se fait jamais prier pour quitter sa « cage » et faire la fête, notamment avec son amant « le capitaine ».
        Avec l’arrivée de la Grande Dépression, les sans-abri affluent dans le quartier et la vie de Mazie bascule. Elle aide sans relâche les plus démunis et décide d’ouvrir les portes du Venice à ceux qui ont tout perdu. Surnommée « la reine du Bowery », elle devient alors une personnalité incontournable de New York.
        Dans ce roman polyphonique, Jami Attenberg nous fait découvrir Mazie – dont on entend la gouaille à travers les lignes de son journal intime –, mais aussi Sœur Ti, son unique amie, sa sœur Jeanie, l’agent Mack Walters, porté sur la bibine et qui aime flirter avec elle… Le lecteur découvre, fasciné, une personnalité hors du commun et tout un monde bigarré et terriblement attachant.


        « L'écriture d'Attenberg, tour à tour lyrique et crue, correspond parfaitement à Mazie. Cette voix intime - teintée de l'argot des années jazz et d'une honnêteté rafraîchissante – est le chef d'œuvre d'Attenberg. Un livre profond et provocateur. »
        Boston Globe

        « Lecteur, lectrice, si vous commencez ce livre, sachez que vous allez tomber amoureux ! Mazie fait partie de ces personnages dont on a du mal à se séparer : généreuse, intrépide et terriblement émouvante ! » 
        PAGE

        « Une véritable déclaration d'amour à New York et une lecture opportune pour ce XXIème siècle. » 
        The Guardian

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365691451
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 225 mm
        Les Escales
        21.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Armelle38069 Posté le 21 Janvier 2018
          J'ai bien aimé me promener avec Mazie même si j'ai ressentie des lenteurs dans ma lecture
        • Batsheba Posté le 2 Janvier 2018
          Ce livre est tout simplement sublime!! Plein de tendresse, d'émotion, d'humanité, de vie. Impossible de s'en détacher et Mazie reste avec nous tout le temps, même une fois le livre fermé! Un petit bijoux qui donne envie de découvrir les autres œuvres de cette auteure!
        • Boom Posté le 12 Décembre 2017
          Mazie conte ces journées dans son journal intime, on a donc le plaisir de pouvoir le découvrir, entrecoupé des récits de personnes tierces, contemporaines ou non de son époque et pourquoi pas, de sa vie ! La plume de l'auteur m'a conquise, le côté très intime et proche des protagonistes m'a comblé, le mélange de passé et présent était également mené d'une main de maître. Je n'ai rien à redire sur cet ouvrage, je ne m'attendais pas à une telle force à travers ces lignes, à une leçon de vie admirable sur l’émancipation de la femme mais également sur le partage envers les plus démunis, sur la foi en une religion, énormément de sujets traités dans la vie de Mazie. Je pense que ce roman vaut largement le détour, qu'il ,mérite d'être lu car il est intelligent, touchant et divertissant. Un dernier mot? Est-ce que je pourrai en avoir encore? Mazie me manque déjà énormément !
        • Acoun Posté le 11 Octobre 2017
          Juste un petit mot en passant pour exprimer mon désarroi. Y a-t-il des gens qui sont payés, dans les maisons d'édition pour choisir les titres des ouvrages ? Il y a maintenant des titres si longs qu'ils couvrent toute la première de couverture. On a aussi ceux qui n'ont absolument rien à voir avec le contenu mais qui sonnent bien. Et voici maintenant des titres qui donnent autant envie de plonger dans la lecture que de déguster un potage aux poireaux tiède dans une cafétéria de Guéret, le lundi soir à 21h00, en compagnie d’Édouard Balladur. Franchement, « »Mazie, Sainte Patronne des fauchés et des déshérités », c'est sexy hein ? Le titre original (de l'américain) est « Saint Mazie »... Va comprendre l'éditeur français... Si ma bibliothécaire préférée n'avait pas affiché un coup de cœur sur ce roman, je pense que je n’aurais même pas eu la curiosité de lire la 4eme de couv. Et tout à fait franchement, ça aurait été dommage... Mêlant faux journal intime et faux témoignages de proches, Jami Attenberg nous conte de façon romancée la vie de ce personnage haut en couleurs du New York des années 30. Mazie Phillips Gordon a réellement existé et a marqué les cœurs et les esprits des petites gens de... Juste un petit mot en passant pour exprimer mon désarroi. Y a-t-il des gens qui sont payés, dans les maisons d'édition pour choisir les titres des ouvrages ? Il y a maintenant des titres si longs qu'ils couvrent toute la première de couverture. On a aussi ceux qui n'ont absolument rien à voir avec le contenu mais qui sonnent bien. Et voici maintenant des titres qui donnent autant envie de plonger dans la lecture que de déguster un potage aux poireaux tiède dans une cafétéria de Guéret, le lundi soir à 21h00, en compagnie d’Édouard Balladur. Franchement, « »Mazie, Sainte Patronne des fauchés et des déshérités », c'est sexy hein ? Le titre original (de l'américain) est « Saint Mazie »... Va comprendre l'éditeur français... Si ma bibliothécaire préférée n'avait pas affiché un coup de cœur sur ce roman, je pense que je n’aurais même pas eu la curiosité de lire la 4eme de couv. Et tout à fait franchement, ça aurait été dommage... Mêlant faux journal intime et faux témoignages de proches, Jami Attenberg nous conte de façon romancée la vie de ce personnage haut en couleurs du New York des années 30. Mazie Phillips Gordon a réellement existé et a marqué les cœurs et les esprits des petites gens de son époque. En compagnie de cette femme hors du commun, faites une virée dans le Manhattan populaire des années folles et partagez trente ans de vie d'une femme pas comme les autres...
          Lire la suite
          En lire moins
        • LaRousseBouquine Posté le 13 Août 2017
          Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés emporte directement son lecteur dans le New York des années 20 – et ça va swinger. Jami Attenberg signe un roman d’une force extrême porté par une héroïne haute en couleurs non sans rappeler les flappers des Années Folles ; Mazie, une jeune femme qui vit avec sa grande sœur Rosie et son mari. Son loisir favori (avec le fait d’amasser des flasques sous son manteau) est sans doute de leur tenir tête et de tout faire pour échapper à leur morale qu’elle juge un peu arriérée. Quand on lui impose de les aider financièrement en travaillant comme ouvreuse du cinéma qu’ils possèdent « Le Venice », elle s’y oppose farouchement. En quoi une femme aussi libre qu’elle pourrait-elle apprécier le fait d’être recluse dans une cage de verre ? Et pourtant, depuis son observatoire privilégié sur les rues de New York, elle va pouvoir admirer – ou s’insurger contre cet incroyable spectacle qui se joue tous les jours juste devant ses yeux. Quitte à vouloir absolument en faire partie, et laisser sa marque à sa façon. Mazie est une héroïne pleine d’entrain et de caractère à laquelle le lecteur ne peut que... Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés emporte directement son lecteur dans le New York des années 20 – et ça va swinger. Jami Attenberg signe un roman d’une force extrême porté par une héroïne haute en couleurs non sans rappeler les flappers des Années Folles ; Mazie, une jeune femme qui vit avec sa grande sœur Rosie et son mari. Son loisir favori (avec le fait d’amasser des flasques sous son manteau) est sans doute de leur tenir tête et de tout faire pour échapper à leur morale qu’elle juge un peu arriérée. Quand on lui impose de les aider financièrement en travaillant comme ouvreuse du cinéma qu’ils possèdent « Le Venice », elle s’y oppose farouchement. En quoi une femme aussi libre qu’elle pourrait-elle apprécier le fait d’être recluse dans une cage de verre ? Et pourtant, depuis son observatoire privilégié sur les rues de New York, elle va pouvoir admirer – ou s’insurger contre cet incroyable spectacle qui se joue tous les jours juste devant ses yeux. Quitte à vouloir absolument en faire partie, et laisser sa marque à sa façon. Mazie est une héroïne pleine d’entrain et de caractère à laquelle le lecteur ne peut que s’attacher. Elle est effrontée, têtue mais pleine de générosité, donne des sucettes à tous les mômes qui passent devant sa caisse pour qu’ils arrêtent de chouiner et dégage les soûlards de son cinéma sans ménagement, ce qui ne l’empêche pas d’avoir un cœur énorme. Elle tient énormément à sa famille et à ses amis, et sous sa carapace un peu bourrue se cache une femme pleine de compassion et de patience. Jami Attenberg nous offre une fresque magnifique du New York des années 20 et 30, avec sa folie des grandeurs, ses fêtes souterraines, ses magnats de l’immobilier mais aussi ses hommes déchus et ses sans-abris qui jonchent les rues. Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés est un roman fort, un tourbillon d’émotions, une fresque historique incroyable, un roman américain comme on les aime et qu’on refuse de lâcher avant la fin. Un coup de coeur retentissant et qui laisse peu de place aux autres lectures.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Amour, alcool, sexe et noblesse d’âme … Attenberg se réapproprie le travail haut en couleur et plein d’esprit de Joseph Mitchell et propose une œuvre vive et originale. »
        New York Times Book Review
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.