Lisez! icon: Search engine
Bouquins
EAN : 9782221092507
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1050

Mémoires d'un révolutionnaire et autres écrits politiques

1908-1947

Jil SILBERSTEIN (Préface)
Date de parution : 18/10/2001

Affamé de fraternité et de justice sociale, Victor Serge (Bruxelles, 1890-Mexico, 1947) devient, à vingt ans, l'un des fers de lance du mouvement anarchiste français. Injustement condamné à cinq ans de prison et cinq ans d'interdiction de séjour, il rejoint la Révolution russe en janvier 1919. Membre de l'Exécutif de...

Affamé de fraternité et de justice sociale, Victor Serge (Bruxelles, 1890-Mexico, 1947) devient, à vingt ans, l'un des fers de lance du mouvement anarchiste français. Injustement condamné à cinq ans de prison et cinq ans d'interdiction de séjour, il rejoint la Révolution russe en janvier 1919. Membre de l'Exécutif de l'Internationale communiste, avocat du bolchevisme en une période cruciale où l'écrasement menace de toutes parts, ce fils d'émigrés anti-tsaristes qui défend corps et âme les acquis d'Octobre 1917 ne tarde pas à dénoncer le sanglant Thermidor orchestré par Staline, Passé à l'opposition incarnée par Trotski, incarcéré, condamné, déporté dans l'Oural, il doit son salut au seul acharnement d'une poignée d'amis français et belges.
Expulsé en 1936, déchu de la nationalité soviétique, dépouillé de ses manuscrits, Serge revient à Bruxelles pour y devenir aussitôt la cible d'une féroce campagne de dénigrement répercutée par les fidèles du Komintern. Cet acharnement ne l'empêche pas de rendre compte, jour après jour, des purges et procès qui voient tomber, en URSS, aux côtés de centaines de milliers d'innocents, la vieille garde révolutionnaire. Il dénonce également les attaques de Staline contre anarchistes et partisans du POUM qui se battent en Espagne. En 1937, exaspéré par l'intransigeance de Trotski, il rompt avec le fondateur de la IVe Internationale. Contraint à l'exil par la Seconde Guerre mondiale, il parvient au Mexique. Indigent, esseulé, il y poursuit jusqu'à son dernier souffle son combat pour un renouvellement du socialisme.
Écartant la volumineuse œuvre romanesque et critique de Victor Serge, le présent ouvrage offre un témoignage incandescent sur le naufrage politique que fut le bolchevisme. Mais aussi et surtout il retrace la trajectoire d'un écrivain majeur qui sut dire non en écoutant sa seule conscience d'homme.
Jil Silberstein.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221092507
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1050

Ils en parlent

Il faut lire ses Mémoires d’un révolutionnaire comme l’un des grands romans du siècle.

Par Daniel RONDEAU, L’Express du 22/11/2001


Les écrits de Victor Serge séduisent […] par la richesse du style et la force des portraits que l’on découvre au fil des pages.

Par Vincent AUMONIER, Valeurs actuelles du 23/11/2001


J’avoue avoir hésité à me replonger dans ce cauchemar trop connu, mais il n’y a pas que l’Histoire, il y a là une série de portraits, de croquis pris sur le vif, écrits d’une plume incisive, qui forment une fresque impressionniste plus impressionnante qu’un travail d’historien.

Par Michel POLAC, Charlie Hebdo du 14/11/2001


Ce volume-ci propose essentiellement ce qui, dans les œuvres de Victor Serge, relève de l’expérience bolchévique, dont ces Mémoires qui furent autrefois partiellement pré-publiés par Combat. Victor Serge y raconte sa vie, et sa vie se confond avec les grands rêves et les déchirements du siècle, et c’est bouleversant.

Par Evelyne PIEILLER, La Quinzaine Littéraire du 16/11/2001

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Phil56 Posté le 3 Mars 2018
    Ceci n'est pas une critique au sens strict du terme mais plutôt une incitation, une invitation à lire ce livre ou plus si affinité. Vous dire également que Victor Serge fut de ceux, et non le moindre, qui me permirent, à une époque déjà lointaine, de prendre conscience de mes aveuglements d'adolescent et, par là, de définir et affiner mes choix ultérieurs de vie et d'engagement. QUI EST VICTOR SERGE ? - Victor Serge (Kibaltchitch pour l'état-civil) naît à Bruxelles en 1890 de parents russes émigrés anti-tsaristes de condition plus que modeste. - Fréquente et milite dès 1905 à la Jeune Garde Socialiste d'Ixelles. - Fait la connaissance et se lie d'amitié en 1906 avec un jeune voisin de son âge du nom de Raymond Callemin (le futur "Raymond-la-Science" de la bande à Bonnot). - Départ pour Paris en 1909, découvre les communes libertaires et s'implique (nom de plume "Le Rétif") dans la revue "L'anarchie" fondée par Albert Libertad et dont sa compagne Rirette Maîtrejean est responsable de publication. - Accusé de complicité dans le procès des "bandits tragiques", il est condamné, en 1913, à cinq ans de réclusion. - Libéré début 1917, il est expulsé en Espagne car apatride. - A Barcelone, il collabore à la revue "Solidaridad... Ceci n'est pas une critique au sens strict du terme mais plutôt une incitation, une invitation à lire ce livre ou plus si affinité. Vous dire également que Victor Serge fut de ceux, et non le moindre, qui me permirent, à une époque déjà lointaine, de prendre conscience de mes aveuglements d'adolescent et, par là, de définir et affiner mes choix ultérieurs de vie et d'engagement. QUI EST VICTOR SERGE ? - Victor Serge (Kibaltchitch pour l'état-civil) naît à Bruxelles en 1890 de parents russes émigrés anti-tsaristes de condition plus que modeste. - Fréquente et milite dès 1905 à la Jeune Garde Socialiste d'Ixelles. - Fait la connaissance et se lie d'amitié en 1906 avec un jeune voisin de son âge du nom de Raymond Callemin (le futur "Raymond-la-Science" de la bande à Bonnot). - Départ pour Paris en 1909, découvre les communes libertaires et s'implique (nom de plume "Le Rétif") dans la revue "L'anarchie" fondée par Albert Libertad et dont sa compagne Rirette Maîtrejean est responsable de publication. - Accusé de complicité dans le procès des "bandits tragiques", il est condamné, en 1913, à cinq ans de réclusion. - Libéré début 1917, il est expulsé en Espagne car apatride. - A Barcelone, il collabore à la revue "Solidaridad Obrera" (organe de la CNT) et à "Tierra y libertad" (organe de la FAI). Après l'insurrection manquée de juillet 1917, il décide de rejoindre la Russie où il n'arrivera finalement qu'au début 1919. - A Petrograd, il adhère au PC russe, travaille pour le bureau de l'Internationale Communiste, agent clandestin du Komintern en Allemagne, membre de l'opposition de gauche animée par Léon Trotsky il dénonce virulemment la dégénérescence stalinienne de l'état soviétique. - Épouse Liouba Roussakova et naissance, en 1920, de son fils Vladimir (dit Vlady). - Exclu du PCUS en 1928, placé sous surveillance, en butte à de perpétuelles tracasseries, condamné en 1993 à la déportation à Orenbourg (Oural), il est finalement banni en 1936 grâce à l'intervention de nombreux intellectuels et écrivains, français pour la plupart, dont Romain Rolland qui intercède personnellement en sa faveur auprès de Staline. - Naissance de sa fille Jeannine en 1935. - de 1936 à 1940 : intense activité littéraire et éditoriale (entre autres dans le quotidien syndicaliste liégeois "La Wallonie"). Lors de la guerre civile espagnole, il soutient et adhère au POUM, reste proche de Trotsky (il écrivit d'ailleurs sa biographie,en collaboration avec sa veuve Natalia Sedova, après son assassinat) mais ne rejoint pas la IVème Internationale dont il critique le sectarisme. - Après l'invasion de la France en mai-juin 1940, il se réfugie à Marseille avec sa nouvelle compagne (depuis 1937) Laurette Séjourné (de 20 ans sa cadette). Ils séjournent, entre autres, à la fameuse villa "Air Bel" . Grâce à l'association états-unienne CAS (Comité Américain de Secours), il obtient un visa pour le Mexique où il arrive le 04/09/41 en compagnie de son fils Vlady. - Début 1942, sa compagne Laurette et sa fille Jeannine le rejoignent au Mexique. - De 1942 à 1947 : rédaction de nombreux articles et romans, qu'il a le plus grand mal à publier. Il participe au cercle de réflexion "Socialismo y Libertad", qui publie la revue "Mundo". Il vit dans une grande pauvreté, sans travail et harcelé par la persécution des communistes orthodoxes espagnols et mexicains à Mexico. La guerre finie, il envisage de rentrer en France sans y parvenir. - Il meurt le 17/11/1947 à Mexico. Bonne lecture ou relecture.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.