Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265115620
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 130 x 200 mm

Mes amis devenus

Xavier d' ALMEIDA (Direction de collection)
Date de parution : 12/05/2016
Qu'avons nous fait de nos rêves ?
Que sont nos amis et nos amours devenus ?
Ouessant.
Accoudé à l'embarcadère, un homme scrute la ligne d'horizon.
Dans quelques instants, le ferry va se dessiner dans le lointain et lui apporter ses quatre amis. Le premier est comme son frère, mais il n'a pas revu les trois autres depuis quarante ans.
Le vent fouette son visage ; les mouettes crient...
Ouessant.
Accoudé à l'embarcadère, un homme scrute la ligne d'horizon.
Dans quelques instants, le ferry va se dessiner dans le lointain et lui apporter ses quatre amis. Le premier est comme son frère, mais il n'a pas revu les trois autres depuis quarante ans.
Le vent fouette son visage ; les mouettes crient ; le jour décline.
Lours' est-il toujours une force de la nature ? Luce est-elle toujours aussi folle ? Mara ressemble-t-elle encore à celle qui l'avait ensorcelé, autrefois?
Et lui-même, comment sera-t-il à leurs yeux ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265115620
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 130 x 200 mm
Fleuve éditions

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Melancolie63 Posté le 21 Décembre 2019
    Un petit roman sans prétention, sans sophistication, mais si riche en émotion....Simplicité, authenticité, fluidité, spontanéité, et surtout ces petites touches d'humour omniprésentes et pétillantes ! Un petit bonbon tendre, pas toujours rose mais jamais guimauve ! Un environnement familier dans lequel j'ai eu plaisir à me retrouver et à m'y promener ! PS: née à peu prés la même année, et à peu près la même région, nous aurions pu nous croiser sur les bancs de l'école, je vous aurais volontiers prêter ma gomme, et vous m'auriez peut-être susurrer à l'oreille quelques historiettes germées en votre tête ! Merci, Mr Mourlevat, pour cette âme d'enfant préservée, et ce regard d'adulte si bienveillant ! J'attendrai patiemment votre prochain roman. Je sais que vous écrivez surtout pour les enfants, je vais me sentir un peu lésée, et frustrée....Mais eux, qu'est-ce qu'ils vont se régaler !
  • nilebeh Posté le 19 Novembre 2019
    Qui n'a pas souhaité un jour retrouver le joli temps de l'adolescence (si tant est qu'il fût joli), revivre les fous rires, les rêves, les idées généreuses et le désir de refaire le monde en plus beau ? C'est peut-être l'idée qu'a eue Jean devenu sexagénaire. A l'aide de son ami Silvère, le narrateur-écrivain, il organise les retrouvailles avec Lours', Mara et Luce, le quintette des belles années. L'île d'Ouessant sera le théâtre de la rencontre. Je me suis d'abord demandé si nous n'allions pas avoir une sorte de remake des Dix petits nègres, avec île bouclée, drame, épilogue inattendu. J'en ai été pour mes frais : seul l'épilogue inattendu était au programme et c'est tant mieux. Car J-C Mourlevat fait revivre tout une époque (Ah ! le « Quitte ou double » de Zappy Max! C'était autre chose que la Roue de la Fortune ! Et le Solex, le premier véhicule de mon amoureux !), avec humour, tendresse, précision. Un brin de nostalgie pour la lectrice « âgée » que je suis devenue, de vrais moments drôles, une fine analyse de la fragilité des rapports entre les humains, sans mélancolie ni regrets exagérés, l'importance de la découverte amoureuse, le tout servi par une plume agréable et fine, drôle et sensible. Après... Qui n'a pas souhaité un jour retrouver le joli temps de l'adolescence (si tant est qu'il fût joli), revivre les fous rires, les rêves, les idées généreuses et le désir de refaire le monde en plus beau ? C'est peut-être l'idée qu'a eue Jean devenu sexagénaire. A l'aide de son ami Silvère, le narrateur-écrivain, il organise les retrouvailles avec Lours', Mara et Luce, le quintette des belles années. L'île d'Ouessant sera le théâtre de la rencontre. Je me suis d'abord demandé si nous n'allions pas avoir une sorte de remake des Dix petits nègres, avec île bouclée, drame, épilogue inattendu. J'en ai été pour mes frais : seul l'épilogue inattendu était au programme et c'est tant mieux. Car J-C Mourlevat fait revivre tout une époque (Ah ! le « Quitte ou double » de Zappy Max! C'était autre chose que la Roue de la Fortune ! Et le Solex, le premier véhicule de mon amoureux !), avec humour, tendresse, précision. Un brin de nostalgie pour la lectrice « âgée » que je suis devenue, de vrais moments drôles, une fine analyse de la fragilité des rapports entre les humains, sans mélancolie ni regrets exagérés, l'importance de la découverte amoureuse, le tout servi par une plume agréable et fine, drôle et sensible. Après « Et je danse aussi », juste envie de continuer à découvrir cet auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • remygrenier Posté le 30 Septembre 2019
    Mes dix mots inspirés par cette lecture : - Tendresse - Premiers amours - Apprentissages - "Théorie de la main" - Eusa - Vérités - Révélations - Palette d'émotions - "Autrefois" - Hérisson
  • favie Posté le 10 Septembre 2019
    J'ai ouvert "Mes amis devenus" à la première page et je l'ai posé... à la dernière, encore groggy par l'excellent moment que je venais de passer. J’émerge lentement de ma lecture dans laquelle je n'ai trouvé aucune mièvrerie, aucun mélo dans le récit de cette tranche de vie. D'une plume légère et joyeuse, l'auteur a su me conter cette belle histoire d'amours et d'amitiés avec réalisme, délicatesse et humour... J'avoue aussi que la fin m'a agréablement surprise par sa finesse. J'ai adoré ce roman, j'ai me suis accrochée à ces souvenirs d'enfance ainsi qu'aux retrouvailles 40 années plus tard. J’ai aussi adoré le principe des têtes de chapitres qui fonctionnent comme une succession de mots ou d’expressions assemblées, sans queue ni tête. Bref, c'est une toute simple mais néanmoins superbe histoire, un auteur facile à lire et plein d'humour, des textes vrais : un livre magique. Ha, j'ai failli oublier mon petit mot pour l'auteur : génial le hérisson !
  • DavidG75 Posté le 19 Juillet 2019
    Cher Monsieur Mourlevat, C’est à bord du ferry qui m’emmène de Livorno à Bastia, que je referme votre livre avec beaucoup d’émotions. Dans le sillage de ce géant blanc des flots, les formes douces et sombres de Capri se dessinent derrière moi, telle une île mystérieuse qui semble glisser sur l’horizon au fur et à mesure que nous fendons les vagues, tandis que la mer de Ligurie nous offre son scintillement d’azurs à perte de vue... Assis sur le pont arrière du bateau, tout de bleu et blanc vêtu, mes pensées sont encore embrumées de vos mots, la faute également, je dois bien le reconnaître, à une nuit bien trop courte (c’est fou comme la climatisation est particulièrement bruyante sur ces gros navires !). L’endroit m’est apparu parfait pour profiter de votre second roman en littérature adulte, mes yeux encore humides d’embruns marins que nous livre le Libeccio, ce vent du Sud, mêlés aux douces émotions océanes que vous m’avez occasionnées durant cette traversée. Certes, ce n’est pas Ouessant qui m’attend comme vous au bout du débarcadère, mais qu’elles soient du Sud comme du Nord, toutes les mers du monde possèdent en elles cette même force tranquille qui nous poussent à nous questionner... Cher Monsieur Mourlevat, C’est à bord du ferry qui m’emmène de Livorno à Bastia, que je referme votre livre avec beaucoup d’émotions. Dans le sillage de ce géant blanc des flots, les formes douces et sombres de Capri se dessinent derrière moi, telle une île mystérieuse qui semble glisser sur l’horizon au fur et à mesure que nous fendons les vagues, tandis que la mer de Ligurie nous offre son scintillement d’azurs à perte de vue... Assis sur le pont arrière du bateau, tout de bleu et blanc vêtu, mes pensées sont encore embrumées de vos mots, la faute également, je dois bien le reconnaître, à une nuit bien trop courte (c’est fou comme la climatisation est particulièrement bruyante sur ces gros navires !). L’endroit m’est apparu parfait pour profiter de votre second roman en littérature adulte, mes yeux encore humides d’embruns marins que nous livre le Libeccio, ce vent du Sud, mêlés aux douces émotions océanes que vous m’avez occasionnées durant cette traversée. Certes, ce n’est pas Ouessant qui m’attend comme vous au bout du débarcadère, mais qu’elles soient du Sud comme du Nord, toutes les mers du monde possèdent en elles cette même force tranquille qui nous poussent à nous questionner sur notre passé, sur notre vie, nos joies, nos doutes, nos regrets, nos amis devenus... Les vôtres, ces amis devenus, c’est sur le ponton de l’île d’Ouessant qu’ils se retrouvent, quarante ans après, leur jeunesse derrière eux, pour se questionner et partager une dernière fois leurs souvenirs, effleurer leurs vies du bout des doigts et leurs amours d’un battement de cils, évoquer leurs regrets ou au contraire, tenter de les exorciser... « On se racontera ce qu’on est devenus. En réalité, nous n’en faisons rien. C’est plus subtil que ça : nous procédons par petites touches qui finissent par dessiner le paysage de chacun. » Tels les cinq doigts de la main, il y a là Lours’, grand et fort mais aussi mélancolique ; Luce l’électron libre un peu fofolle ; Jean le guide, sage et rassembleur, Sylvère le pilier au cœur tendre et la jolie Mara, celle qui les unit finalement tous... Avec eux, c’est une palette émotionnelle forte que vous avez tissée pour nous, dans un style drôle, tendre, dramatique et simple à la fois... comme devraient toujours l’être de belles retrouvailles entre vieux amis. Après avoir adoré Et je danse aussi, vos mots m’ont une nouvelle fois emporté. Merci pour cette traversée maritime en votre compagnie et cet instant parfait, Monsieur Mourlevat. Je vous laisse à présent... la Corse m’attend au bout de mon ponton à moi !
    Lire la suite
    En lire moins
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.