Lisez! icon: Search engine
Syros
EAN : 9782748512908
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 904
Format : 150 x 220 mm

Méto l'intégrale

,

Collection : Hors collection
Date de parution : 29/09/2012

Les trois tomes de la trilogie culte d'Yves Grevet enfin réunis en un seul volume, avec un magnifique portfolio de 8 pages couleur reproduisant les originaux des couvertures de Thomas Ehretsmann et la carte de l'île. Et, en fin d'ouvrage, le storyboard de la bande-annonce.

Soixante-quatre enfants vivent coupés du monde, dans une grande maison.
Chacun d’eux sait qu’il devra en partir lorsqu’il aura trop grandi.
Mais qu’y a-t-il après la Maison ?

La trilogie culte de Yves Grevet, traduite en 8 langues et récompensée par 13 prix littéraires.

EAN : 9782748512908
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 904
Format : 150 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ramettes Posté le 4 Juillet 2021
    Il s’agit de l’intégrale sortie pour les dix ans de « METO ». Non je ne suis pas en retard… J’ai adoré Nox, Koridwen, Contagion, La fille qui sentait les orages… La liste est longue je vous laisse découvrir sur mon blog les différentes chroniques… Nous sommes en confinement et j’ai décidé de me faire plaisir alors je pioche au gré de mes envies dans ma Pal (urgente et géante). L’autre jour j’ai voulu proposer un livre à mon ado alors j’ai pioché dans les jeunesses… finalement c’est moi qui me suis plongé dans cette aventure. Je viens de dévorer le premier tome qui traite d’un confinement accepté… Nous allons donc être dans un milieu clos où l’on élève 64 enfants « mâles »… Ils sont divisés en quatre sections… Méto fait partie de la dernière celle de ceux qui vont finir leur cycle de vie… que ce passe t-il avant et après leur arrivé nul ne le sait. Il n’y a aucune présence féminine, aucune représentation… il n’y a pas de famille et toute la terminologie autour de cette thématique leur est inconnue. La sexualité n’est évoquée que dans les cours sur la reproduction animale nécessaire pour ceux qui devront un jour s’occuper... Il s’agit de l’intégrale sortie pour les dix ans de « METO ». Non je ne suis pas en retard… J’ai adoré Nox, Koridwen, Contagion, La fille qui sentait les orages… La liste est longue je vous laisse découvrir sur mon blog les différentes chroniques… Nous sommes en confinement et j’ai décidé de me faire plaisir alors je pioche au gré de mes envies dans ma Pal (urgente et géante). L’autre jour j’ai voulu proposer un livre à mon ado alors j’ai pioché dans les jeunesses… finalement c’est moi qui me suis plongé dans cette aventure. Je viens de dévorer le premier tome qui traite d’un confinement accepté… Nous allons donc être dans un milieu clos où l’on élève 64 enfants « mâles »… Ils sont divisés en quatre sections… Méto fait partie de la dernière celle de ceux qui vont finir leur cycle de vie… que ce passe t-il avant et après leur arrivé nul ne le sait. Il n’y a aucune présence féminine, aucune représentation… il n’y a pas de famille et toute la terminologie autour de cette thématique leur est inconnue. La sexualité n’est évoquée que dans les cours sur la reproduction animale nécessaire pour ceux qui devront un jour s’occuper des élevages. Tout est chronométré, bridé, contrôlé… Tout est basé sur la peur et la douleur. Nous avons un groupe où la méfiance est de rigueur. Un monde de violence contenu à grand renfort de sport et frustrations. Méto semble avoir accepté cette vie, même s’il y a une part de lui qui se pose des questions, observe et réfléchi. L’histoire donc au moment où il devine qu’il lui reste entre 3 et 6 mois avant sa sortie de la maison. Il a su attirer les bonnes personnes, il est apprécié pour ces qualités de déduction et de négociation… Une suite de petits incidents va venir modifier le cours des événements et il va devoir faire des choix. A trop cogiter il va voir des choses et il va faire partie des meneurs… C’est subtilement amené pour que le lecteur apprenne petit à petit le fonctionnement de la « maison », mais on ne sait toujours pas le but d’une telle organisation. Le premier tome s’achève avec l’ouverture vers l’inconnu … Tome 2 Le passage souterrain, la terre, les odeurs, le sang, la douleur … Est-ce une renaissance, un passage de l’enfant à l’adulte ? Bien qu’il se retrouve à l’extérieur de la maison il est encore pendant un moment confiné dans un lieu de transition. La confrontation à d’autres groupes, d’autres règles ne va pas se faire sans heurts ni souffrances. Il a été conditionné depuis son enfance, il doit faire des efforts pour s’adapter. Pour certains de ces compagnons c’est bien plus difficile. Nouvelles rencontres, nouvelles découvertes… Confrontation avec le monde adulte… Ce tome deux se présente comme une nouvelle étape vers l’émancipation… Le troisième tome se nomme : le monde et je suppose que l’ouverture cette fois-ci sera complète… je préfère écrire cette chronique avant la fin de ma lecture pour ne pas divulgâcher et vous laisser en plein suspens. Car je suppose qu’on aura toutes les réponses à nos questions. Encore une histoire forte en émotions qui vous reste dans la tête…
    Lire la suite
    En lire moins
  • maboiteauxlivres Posté le 31 Janvier 2019
    Une fois n’est pas coutume, je vais compléter ce résumé plutôt succinct même si de mon côté cela a suffit pour me donner envie de débuter cette intégrale réunissant l’ensemble de la trilogie. Tout au long des presque 900 pages on suit Méto, adolescent qui pense avoir environ 14 ans. Sans grande certitude car il n’a aucun souvenir précédant son arrivée à « la Maison ». Rapidement on découvre par le biais du nouveau venu qu’il est chargé de former aux us et coutumes du lieu, qu’ils sont tous soumis à des règles étranges. Par exemple, aux repas ils doivent attendre un nombre précis de secondes entre chaque bouchée. Les enfants et adolescents sont encadrés par des Césars qui n’hésitent pas à user de tortures psychologiques et de manipulations pour garder leurs « pensionnaires » sous contrôle. Voilà pour le cadre qui je l’espère vous donnera envie d’en savoir davantage car ici ce n’est qu’une infime parcelle de tout l’univers crée par Yves Grevet. Ce dernier m’a passionné dès les premières pages et même les premières lignes. Pour commencer j’aimerais vous parler de Méto qui est un personnage que j’ai énormément apprécié. Il est volontaire, intelligent et courageux tout en n’étant pas parfait évitant... Une fois n’est pas coutume, je vais compléter ce résumé plutôt succinct même si de mon côté cela a suffit pour me donner envie de débuter cette intégrale réunissant l’ensemble de la trilogie. Tout au long des presque 900 pages on suit Méto, adolescent qui pense avoir environ 14 ans. Sans grande certitude car il n’a aucun souvenir précédant son arrivée à « la Maison ». Rapidement on découvre par le biais du nouveau venu qu’il est chargé de former aux us et coutumes du lieu, qu’ils sont tous soumis à des règles étranges. Par exemple, aux repas ils doivent attendre un nombre précis de secondes entre chaque bouchée. Les enfants et adolescents sont encadrés par des Césars qui n’hésitent pas à user de tortures psychologiques et de manipulations pour garder leurs « pensionnaires » sous contrôle. Voilà pour le cadre qui je l’espère vous donnera envie d’en savoir davantage car ici ce n’est qu’une infime parcelle de tout l’univers crée par Yves Grevet. Ce dernier m’a passionné dès les premières pages et même les premières lignes. Pour commencer j’aimerais vous parler de Méto qui est un personnage que j’ai énormément apprécié. Il est volontaire, intelligent et courageux tout en n’étant pas parfait évitant ainsi de le rendre parfait, amenant de fait à un personnage qui aurait pu provoquer de l’agacement. Le voir régulièrement douter n’a fait que le rendre plus réel et plus humain. J’ai aimé suivre toutes les péripéties et les machinations qu’il met en place pour aider les personnes qu’il aime. Une place assez importante est aussi laissé au thème de la quête d’identité, mais sans jamais alourdir le récit. En parallèle de Méto, il y a de nombreux personnages secondaires qui sont pour la plupart suffisamment développés même du point de vu de Méto. J’ai aimé qu’au fil des pages l’auteur s’éloigne du schéma « Césars = méchants » qui est mis en avant au début du récit. C’est aussi le cas pour d’autres groupes de personnages que je vous laisse le soin de découvrir, mais sachez que c’est particulièrement appréciable de voir un livre classé jeunesse qui ne se laisse pas enfermer dans un carcan manichéen. Je sais que beaucoup de lecteurs apprécient davantage le premier tome mais de mon côté j’ai trouvé que les trois tomes avaient tous leur place. La continuité du récit y est à chaque moment parfaitement respecté. Ma préférence va quand même au premier et troisième tome mais il s’agit simplement de mes goûts personnels en terme des décors et des événements mis en avant. L’écriture d’Yves Grevet est extrêmement fluide et agréable à lire. J’ai bien l’intention à terme de découvrir ses autres ouvrages car je pense, que c’est le genre d’auteur avec lequel il est aisé de s’immerger dans tous les mondes qu’il peut proposer. En conclusion je dirais que la fin m’a tout autant satisfaite que le cœur du récit avec en bonus quelques éléments qui sans changer fondamentalement l’histoire m’ont surpris. Jusqu’au bout l’auteur ne s’est pas laissé entraîner dans la facilité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • XanderOne Posté le 23 Janvier 2019
    « Méto » est une série de trois romans jeunesse édités chez PKJ. Parus entre 2013 et 2015, cette saga est plutôt récente. Son auteur, Yves Grevet, est français. Vous connaissez peut-être déjà son travail pour sa participation à la série U4 dont les quatre premiers tomes, bien qu’écrits par quatre auteurs différents, forment une seule histoire et peuvent être lus dans l’ordre de son choix. J’ai découvert « Méto » un peu par hasard lors de la sortie du premier tome de son adaptation en bande dessinée et j’ai eu envie de me plonger directement dans l’oeuvre originale plutôt que de commencer par un produit dérivé. Je peux vous dire tout de suite que je n’ai pas été déçue, loin de là. Avec cette histoire fantastique pleine d’aventure et de rebondissements on se retrouve dans un univers inconnu (et un peu angoissant) qui fera sans doute écho chez tous les fans d’Harry Potter. En effet, on retrouve pas mal des codes créés par J. K. Rowling dans cette saga jeunesse qui a forcément été inspirée par le succès toujours grandissant du jeune sorcier à lunettes. Ici, par contre, pas de magie à l’horizon. Mais « La maison » du premier tome compte... « Méto » est une série de trois romans jeunesse édités chez PKJ. Parus entre 2013 et 2015, cette saga est plutôt récente. Son auteur, Yves Grevet, est français. Vous connaissez peut-être déjà son travail pour sa participation à la série U4 dont les quatre premiers tomes, bien qu’écrits par quatre auteurs différents, forment une seule histoire et peuvent être lus dans l’ordre de son choix. J’ai découvert « Méto » un peu par hasard lors de la sortie du premier tome de son adaptation en bande dessinée et j’ai eu envie de me plonger directement dans l’oeuvre originale plutôt que de commencer par un produit dérivé. Je peux vous dire tout de suite que je n’ai pas été déçue, loin de là. Avec cette histoire fantastique pleine d’aventure et de rebondissements on se retrouve dans un univers inconnu (et un peu angoissant) qui fera sans doute écho chez tous les fans d’Harry Potter. En effet, on retrouve pas mal des codes créés par J. K. Rowling dans cette saga jeunesse qui a forcément été inspirée par le succès toujours grandissant du jeune sorcier à lunettes. Ici, par contre, pas de magie à l’horizon. Mais « La maison » du premier tome compte quelques petites ressemblances avec Poudlard. Des ressemblances assez subtiles pour qu’on n’ai pas l’impression de lire une redite ou un plagiat de cette oeuvre, ce qui est très agréable. D’ailleurs, l’aspect angoissant et très dictatorial du système qui règne dans « La maison » nous fait tout de suite ressentir cette différence. L’histoire est simple et percutante. Le héros et ses amis sont particulièrement attachants. On se retrouve vite immergé dans leur vie, avec l’impression de vivre toutes leurs aventures à leurs cotés. Le style de l’auteur est simple et accessible. Il n’est cependant pas du tout rebutant pour un public adulte, l’auteur ne prenant pas son lectorat pour une bande d’imbéciles. L’histoire est crédible, bien que certains retournements de situations soient un peu faciles, littérature jeunesse oblige. Mais autant vous le dire tout de suite, certaines révélations sont parfois carrément impossibles à deviner et feront palpiter votre coeur, je vous l’assure. Les trois livres s’enchainent parfaitement. Chacun d’entre eux voit l’univers de Méto grandir un peu plus, mais l’histoire se développe de l’un à l’autre sans qu’il y ai de véritable accroc. Je dirais même que l’histoire de « Méto » ressemble plus à une grosse intrigue divisée en trois parties qu’à trois axes vraiment dissociés. Mais ne vous fiez pas à l’impression que peut donner le début du premier tome. Vous finirez pas sortir de cette « maison » en compagnie de Méto et vous découvrirez bien vite un monde très vaste à explorer ! En bref, cette trilogie est un vrai petit chef-d’oeuvre qui mériterait d’être un peu plus connue du grand public. Ceux qui auraient l’intention de se lancer dans la lecture de cette passionnante série ne seront pas déçu, je peux le leur garantir !
    Lire la suite
    En lire moins
  • orbe Posté le 8 Octobre 2018
    A l'occasion des dix ans de la publication de la trilogie Méto et de sa sortie en bande dessinée, les éditions Syros proposent une intégrale de cette fabuleuse dystopie. Méto est un jeune garçon qui vit dans la Maison. Les règles y sont strictes et souvent incompréhensibles. Mais le plus inquiétant est que les plus grands disparaissent soudainement... Un récit en trois actes parsemé d'enquêtes mais aussi d'actions et d'aventures. Au système dictatorial mis en place par les adultes, les enfants vont tenter de répondre par l'amitié et l'entraide. Méto représente avant tout des valeurs. Celles du choix de l'humain contre une machine à broyer les être qui a été mise en place. Dans le premier volet le lecteur s'interroge avec le héros sur le mécanisme de la Maison. Ensuite, il va se confronter avec un extérieur pas forcément plus accueillant avant de choisir d'être définitivement celui qui est prêt à tout risquer pour changer le système en profondeur. Il y a une dimension mythique au parcours de Méto. Il est le petit face aux adultes et doit semer ses graines pour sauver son peuple opprimé. La dimension post apocalyptique du récit et le sort réservé aux plus... A l'occasion des dix ans de la publication de la trilogie Méto et de sa sortie en bande dessinée, les éditions Syros proposent une intégrale de cette fabuleuse dystopie. Méto est un jeune garçon qui vit dans la Maison. Les règles y sont strictes et souvent incompréhensibles. Mais le plus inquiétant est que les plus grands disparaissent soudainement... Un récit en trois actes parsemé d'enquêtes mais aussi d'actions et d'aventures. Au système dictatorial mis en place par les adultes, les enfants vont tenter de répondre par l'amitié et l'entraide. Méto représente avant tout des valeurs. Celles du choix de l'humain contre une machine à broyer les être qui a été mise en place. Dans le premier volet le lecteur s'interroge avec le héros sur le mécanisme de la Maison. Ensuite, il va se confronter avec un extérieur pas forcément plus accueillant avant de choisir d'être définitivement celui qui est prêt à tout risquer pour changer le système en profondeur. Il y a une dimension mythique au parcours de Méto. Il est le petit face aux adultes et doit semer ses graines pour sauver son peuple opprimé. La dimension post apocalyptique du récit et le sort réservé aux plus faibles comme les réfugiés qui tentent en bateau de rejoindre la Terre, font aussi échos à l'actualité. Méto est prêt à changer la société pour plus de justice et de protection, et vous ? A lire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • gl622 Posté le 17 Août 2017
    Une brillante série d'anticipation, dont on a du mal à relever le nez (d'où l'intérêt de lire d'emblée l'intégrale!). L'écriture peut paraître parfois un peu froide dans l'expression des sentiments mais l'histoire est passionnante.
SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !