En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Mille ans après la guerre

        Les Escales
        EAN : 9782365692670
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 140 x 225 mm
        Mille ans après la guerre

        Collection : Domaine français
        Date de parution : 07/09/2017
        Un autre regard sur la guerre d'Espagne.
        Miguel est un vieux solitaire, veuf depuis des années, qui n’apprécie que la compagnie de son chien Ramon. Il vit dans une cité ouvrière de la région de Tolède. Un matin, il reçoit une lettre de sa sœur Nuria. Elle a perdu son époux et compte venir vivre auprès de... Miguel est un vieux solitaire, veuf depuis des années, qui n’apprécie que la compagnie de son chien Ramon. Il vit dans une cité ouvrière de la région de Tolède. Un matin, il reçoit une lettre de sa sœur Nuria. Elle a perdu son époux et compte venir vivre auprès de lui. Le vieux est pris de panique : sa sœur chez lui, c'en est fini de sa tranquillité, de son bonheur innocent avec Ramon. Il faut fuir ! Son chien sur les talons, le vieux prend un autocar en direction de l’Estrémadure, où il n’était jamais retourné depuis la guerre civile.
        Montepalomas, le village de son enfance, est enseveli sous les eaux d’un barrage. Pourtant du lac les souvenirs remonteront. Des pans entiers  de sa jeunesse belle et terrible, quand on l'appelait Medianoche (« Minuit ») et que vivait encore son frère jumeau, Mediodia (« Midi »). Un frère assassiné par les Franquistes et dont le visage, mille ans après la guerre, hante toujours Miguel. Mais peut-être est-il temps de se libérer du passé...
         
        Dans un style ample et généreux, Carine Fernandez dessine ce voyage intérieur vers la rédemption, tout en revenant sur les années les plus noires qu'ait connues l'Espagne.

        Prix RomanGier 2018, Prix LireElire 2018 et Prix de l'Académie Française Henri Regnier 2018

        Le site de l'auteure
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365692670
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 140 x 225 mm
        Les Escales
        17.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • sandrine57 Posté le 3 Mai 2018
          Ils étaient deux, Miguel et Ramon, des jumeaux inséparables. Miguel, dit Medianoche, le taiseux, le raisonnable et Ramon, Mediodia, le joyeux, le turbulent. Mais la guerre est passée par là et des jumeaux, seul reste Medianoche. Il a survécu à la guerre, à la prison, aux camps de travail, au mariage et au veuvage. Depuis cinq ans que la Pura, son épouse revêche, a été enterré, Medianoche partage son temps entre les fleurs de son jardin et ses promenades sans fin en compagnie de Ramon, son chien, son ami, son frère. Il est enfin libre de vivre à sa guise et c'est bien de la terreur pure qu'il ressent quand sa sœur Nuria lui annonce par lettre que, désormais veuve elle aussi, elle vient s'installer chez lui pour s'occuper de son foyer. Alors Medianoche prend la fuite. Avec son chien, il grimpe dans un car et part vers son village natal, ce petit pays d'Estemadure qu'il a quitté à l'âge de 17 ans et n'a pas revu depuis soixante ans. Le village n'existe plus, noyé par un barrage, mais dans la tête et le cœur de Medianoche, les souvenirs sont intacts : son jumeau fusillé, son arrestation, ses dix années d'enfermement,... Ils étaient deux, Miguel et Ramon, des jumeaux inséparables. Miguel, dit Medianoche, le taiseux, le raisonnable et Ramon, Mediodia, le joyeux, le turbulent. Mais la guerre est passée par là et des jumeaux, seul reste Medianoche. Il a survécu à la guerre, à la prison, aux camps de travail, au mariage et au veuvage. Depuis cinq ans que la Pura, son épouse revêche, a été enterré, Medianoche partage son temps entre les fleurs de son jardin et ses promenades sans fin en compagnie de Ramon, son chien, son ami, son frère. Il est enfin libre de vivre à sa guise et c'est bien de la terreur pure qu'il ressent quand sa sœur Nuria lui annonce par lettre que, désormais veuve elle aussi, elle vient s'installer chez lui pour s'occuper de son foyer. Alors Medianoche prend la fuite. Avec son chien, il grimpe dans un car et part vers son village natal, ce petit pays d'Estemadure qu'il a quitté à l'âge de 17 ans et n'a pas revu depuis soixante ans. Le village n'existe plus, noyé par un barrage, mais dans la tête et le cœur de Medianoche, les souvenirs sont intacts : son jumeau fusillé, son arrestation, ses dix années d'enfermement, son ami Andrès, son premier amour, sa rencontre avec Pura, son fils disparu, toute une vie marquée par l'infamie d'être un Rouge dans l'Espagne franquiste. Retour sur la Guerre d'Espagne à travers les souvenirs d'un vieil homme qui n'a rien oublié de la violence des phalangistes, de la terreur, des humiliations, des exécutions sommaires et du silence de plomb qui a suivi la défaite. De sa jeunesse fauchée par la barbarie, il a gardé la conviction d'avoir été du bon côté. Et même s'il a fallu vivre dans la honte des vaincus, même s'il a fallu se taire et supporter l'arrogance du régime, la déformation des faits historiques et la misère, Medianoche est resté l'homme libre qu'il était déjà à 17 ans. Il a conservé précieusement le souvenir de son jumeau, mort d'avoir profané une église, celui aussi d'Andrès, son compagnon d'infortune dans les camps, celui de Rosario à qui il a renoncé parce qu'elle était institutrice et fille de notaire et lui presque analphabète. Si la République avait survécu, peut-être...Tous égaux, hommes comme femmes, tous instruits, fils de berger ou de médecin, alors, oui, peut-être...Mais l'esprit de liberté et d'égalité a été balayé par Franco et ses troupes sanguinaires. Au cri de ''Viva la muerte'', ils ont exterminé ceux qui résistaient, ceux qui voulaient redistribuer les terres, chasser les curés, vivre libres. Un beau roman sur l'amour, l'amitié et bien sûr sur la guerre civile qui déchira le peuple espagnol de 1936 à 1939 et les années de plomb qui suivirent. Franco resta au pouvoir jusqu'en 1975, année de la réconciliation nationale qui plongea encore une fois les vaincus dans l'oubli et le déni de leurs souffrances. Le roman souffre peut-être d'un côté un peu trop didactique pour être un coup de cœur. Carine Fernandez s'est bien renseignée sur la guerre d'Espagne et elle étale un peu ses connaissances, mais l'ensemble reste émouvant.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Delphine-Olympe Posté le 10 Février 2018
          A l’aube du XXIe siècle, le vieux Medianoche goûte enfin une existence paisible. Veuf, il peut désormais fumer comme bon lui semble et savourer la compagnie de son chien Ramon sans que quiconque y trouve à redire. Les jours se succèdent, invariablement, dans la touffeur de l’été espagnol. Aussi lorsque sa sœur, qu’il n’a pas revue depuis des années, lui écrit une lettre pour lui annoncer le décès de son mari et son arrivée prochaine, il préfère éviter la cohabitation en quittant sur-le-champs son bourg des environs de Tolède. Avec son chien, il prend le premier car pour Montepalomas, le village de son enfance, où il n’était plus retourné depuis la guerre civile. Ce voyage fait évidemment resurgir des souvenirs qu’il avait choisi d’ignorer. A l’image de son village, qui a été enseveli sous les flots depuis qu’un barrage a été construit, l’histoire de Medianoche, comme celle de tous les Espagnols, a été soigneusement enfouie sous une chape de silence. On ne parle pas de aquello, de ça. Ou bien tout bas, dans un murmure coupable... Des massacres, des trahisons, de la torture, des camps, Medianoche n’a jamais rien dit, pas même à son fils. Tant que Franco régnait en maître,... A l’aube du XXIe siècle, le vieux Medianoche goûte enfin une existence paisible. Veuf, il peut désormais fumer comme bon lui semble et savourer la compagnie de son chien Ramon sans que quiconque y trouve à redire. Les jours se succèdent, invariablement, dans la touffeur de l’été espagnol. Aussi lorsque sa sœur, qu’il n’a pas revue depuis des années, lui écrit une lettre pour lui annoncer le décès de son mari et son arrivée prochaine, il préfère éviter la cohabitation en quittant sur-le-champs son bourg des environs de Tolède. Avec son chien, il prend le premier car pour Montepalomas, le village de son enfance, où il n’était plus retourné depuis la guerre civile. Ce voyage fait évidemment resurgir des souvenirs qu’il avait choisi d’ignorer. A l’image de son village, qui a été enseveli sous les flots depuis qu’un barrage a été construit, l’histoire de Medianoche, comme celle de tous les Espagnols, a été soigneusement enfouie sous une chape de silence. On ne parle pas de aquello, de ça. Ou bien tout bas, dans un murmure coupable... Des massacres, des trahisons, de la torture, des camps, Medianoche n’a jamais rien dit, pas même à son fils. Tant que Franco régnait en maître, mieux valait ne pas montrer qu’on avait soutenu la république. Après la mort de celui-ci, il n’y a plus ni vainqueurs ni vaincus. L’amnésie serait le meilleur terreau de la démocratie... Mais comment réellement oublier quand une partie de soi vous a été arrachée, quand il faut continuer à vivre alors qu’un frère jumeau a été sommairement exécuté ? Dans ce roman, Carine Fernandez revient sur les années sombres de l’histoire de l’Espagne pour tenter de lever le voile qui a été pudiquement posé sur le pays. Nombreux sont aujourd’hui les écrivains espagnols à vouloir évoquer ce passé pour le regarder en face et dire ce qu’il s’est réellement déroulé. Carine Fernandez, auteure française, participe à ce dessein avec un roman à la fois sobre et sensible, à l'écriture fluide et très accessible.
          Lire la suite
          En lire moins
        • sylvaine Posté le 29 Novembre 2017
          Miguel et Ramon ou Medianoche et Mediodía ,deux frères , des jumeaux. Seul Medianoche , l’aîné , est encore en vie. Bien vieux, veuf depuis quelques années, avec pour seul compagnon son chien. Il passe ses journées à arpenter les chemins en compagnie de Ramon le chien. Quand il apprend que sa soeur Nuria , veuve elle aussi, veut venir s’installer chez lui , il s’affole , prend quelques affaires et le car… Les heures défilent et les souvenirs aussi… Tous sont là bien présents même si la chape de plomb de silence imposée par la dictature de Franco existe bel et bien. Un voyage qui le ramènera à ses origines . Un roman certes poignant, certes douloureux mais illuminé par l’écriture de Carine Fernandez . Plume à la fois conteuse et charmeuse ; les mots s’égrènent , les phrases s’enchainent , le mot est juste , précis et fait mouche . Le temps passe mais la plaie s’est elle refermée? Ce long voyage harassant va t’il permettre à Miguel de poursuivre sa route ? Un livre au parler vrai, une période douloureuse de l’histoire de l’Espagne , des générations marquées pour toujours, les langues se délient espérons... Miguel et Ramon ou Medianoche et Mediodía ,deux frères , des jumeaux. Seul Medianoche , l’aîné , est encore en vie. Bien vieux, veuf depuis quelques années, avec pour seul compagnon son chien. Il passe ses journées à arpenter les chemins en compagnie de Ramon le chien. Quand il apprend que sa soeur Nuria , veuve elle aussi, veut venir s’installer chez lui , il s’affole , prend quelques affaires et le car… Les heures défilent et les souvenirs aussi… Tous sont là bien présents même si la chape de plomb de silence imposée par la dictature de Franco existe bel et bien. Un voyage qui le ramènera à ses origines . Un roman certes poignant, certes douloureux mais illuminé par l’écriture de Carine Fernandez . Plume à la fois conteuse et charmeuse ; les mots s’égrènent , les phrases s’enchainent , le mot est juste , précis et fait mouche . Le temps passe mais la plaie s’est elle refermée? Ce long voyage harassant va t’il permettre à Miguel de poursuivre sa route ? Un livre au parler vrai, une période douloureuse de l’histoire de l’Espagne , des générations marquées pour toujours, les langues se délient espérons que la plaie finira par cicatriser. Un immense merci aux éditions Les escales via NetGalley pour ce moment passé avec Medianoche .
          Lire la suite
          En lire moins
        • AudreyT Posté le 24 Novembre 2017
          ***,* Miguel, appelé Médianoche, fuit sa maison et sa sœur par peur de perdre sa liberté. Depuis le décès de sa femme, il profite du jour, de son jardin, des plaisirs simples et de son chien, Ramon. Tous deux sont plus qu'une bête et son maître, ils sont deux amis, deux êtres malmenés par la vie et qui se suffisent à eux mêmes. Alors qu'il revient vers son village natal, les souvenirs affluent. Médianoche se rappelle le village enfoui sous les eaux, son jumeau fusillé et la prison. La guerre civile espagnole fait encore rage dans sa tête et les humiliations et les mauvais traitements font partie de son histoire... "Mille an après la guerre" est un roman d'une grande intensité, d'une grande sensibilité et écrit avec talent. Je connais assez peu cette période et j'ai découvert avec la simplicité du personnage, les actes terribles menés en Espagne. Cet homme nous touche par sa solitude, sa honte et son manque de confiance en lui. Il nous émeut et on ne peut que saluer son courage au milieu de ce monde dur et cruel. Médianoche fait partie de ses personnages qu'on ne peut oublier facilement... Un grand merci à NetGalley et aux éditions des Escales pour... ***,* Miguel, appelé Médianoche, fuit sa maison et sa sœur par peur de perdre sa liberté. Depuis le décès de sa femme, il profite du jour, de son jardin, des plaisirs simples et de son chien, Ramon. Tous deux sont plus qu'une bête et son maître, ils sont deux amis, deux êtres malmenés par la vie et qui se suffisent à eux mêmes. Alors qu'il revient vers son village natal, les souvenirs affluent. Médianoche se rappelle le village enfoui sous les eaux, son jumeau fusillé et la prison. La guerre civile espagnole fait encore rage dans sa tête et les humiliations et les mauvais traitements font partie de son histoire... "Mille an après la guerre" est un roman d'une grande intensité, d'une grande sensibilité et écrit avec talent. Je connais assez peu cette période et j'ai découvert avec la simplicité du personnage, les actes terribles menés en Espagne. Cet homme nous touche par sa solitude, sa honte et son manque de confiance en lui. Il nous émeut et on ne peut que saluer son courage au milieu de ce monde dur et cruel. Médianoche fait partie de ses personnages qu'on ne peut oublier facilement... Un grand merci à NetGalley et aux éditions des Escales pour le partage de ce beau roman.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Cathy Carotte Posté le 16 Novembre 2017
          Avant tout, si vous projetez de lire Mille ans après la guerre et que le résumé vous laisse penser qu’il s’agit d’un texte léger, sachez que ce n’est absolument pas le cas. Suite à la venue de sa sœur, Miguel va quitter son domicile et entreprendre un voyage qui lui permettra de marcher sur les pas de son histoire personnelle, le tout avec une écriture qui laisse place aux détails et empreinte de nostalgie. Miguel peut sembler assez désagréable et peu communicatif au premier abord, qui ne semble attaché qu’à son chien…

        Ils en parlent

        "Carine Fernandez est pour moi un des très grands auteurs de ce siècle, elle tisse une œuvre forte et rare, loin du battage médiatique. [...]  Laissez-vous porter par l’écriture puissante, déchirante souvent, de Carine Fernandez, accompagnez son héros cabossé par l’Histoire dans sa recherche et sa libération des fantômes du passé. Vous ne regretterez pas ce très beau moment de littérature et d’humanité."
        Papiers d'arpèges
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com