RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Mock Boys

            Syros
            EAN : 9782748524864
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 150 x 220 mm
            Mock Boys

            Collection : Hors collection
            Date de parution : 05/04/2018
            On rêve tous de percer la carapace de ceux qui nous fascinent.
            Un roman bluffant de vérité.
             
            MOCK / Définition
            1. Verbe : se moquer, tourner en dérision
            C’est ce que savent si bien faire Raoul et Baptiste, les garçons cool du lycée, drôles, à l’aise, désinvoltes. Ils ont fait le pari de sortir avec le plus de filles possible, sans se laisser prendre par l’émotion, sans jamais s’attacher....
            MOCK / Définition
            1. Verbe : se moquer, tourner en dérision
            C’est ce que savent si bien faire Raoul et Baptiste, les garçons cool du lycée, drôles, à l’aise, désinvoltes. Ils ont fait le pari de sortir avec le plus de filles possible, sans se laisser prendre par l’émotion, sans jamais s’attacher. Car ils ne croient qu’en l’amitié.
            2. Adjectif : faux, factice
            Et si la désinvolture n’était qu’une posture ? Et si leur pacte a priori indestructible était bouleversé par une rencontre ?
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782748524864
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 150 x 220 mm
            Syros
            17.95 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • NanouAnne25 Posté le 9 Mars 2019
              Retour dans l’adolescence et les histoires de cœur qui vont avec. Les « mock boys » du lycée, c’est Raoul et Baptiste. Ils sont en seconde, ils sont super potes, ils aiment la danse et leur amitié compte plus que tout pour eux. Pas question qu’une fille vienne semer la zizanie, alors ils se lancent le défi (permettez-moi de rajouter de le qualifier de « stupide ») de sortir avec le plus de filles possible mais sans jamais s’attacher. Sauf que l’arrivée de Sandy va changer la donne… Présenté ainsi, le livre me fait prendre en aversion Raoul et Baptiste d’entrée de jeu. Alors pourquoi j’ai voulu le lire ? Parce que j’espérais bien que Sandy serait ce grain de sable qui se glisserait dans les rouages de cette amitié. Et qu’en est-il au terme de cette lecture ? J’ai été un peu surprise par la tournure des évènements et par l’évolution des personnages. J’aurais dû détester Raoul, cet être complètement désinvolte, qui aime la provoc et qui se moque de tout et de tout le monde, et même de lui-même. Dans sa relation avec Baptiste, c’est lui le dominant. Il dit, Baptiste fait. Mais voilà, tout au long du livre, on découvre... Retour dans l’adolescence et les histoires de cœur qui vont avec. Les « mock boys » du lycée, c’est Raoul et Baptiste. Ils sont en seconde, ils sont super potes, ils aiment la danse et leur amitié compte plus que tout pour eux. Pas question qu’une fille vienne semer la zizanie, alors ils se lancent le défi (permettez-moi de rajouter de le qualifier de « stupide ») de sortir avec le plus de filles possible mais sans jamais s’attacher. Sauf que l’arrivée de Sandy va changer la donne… Présenté ainsi, le livre me fait prendre en aversion Raoul et Baptiste d’entrée de jeu. Alors pourquoi j’ai voulu le lire ? Parce que j’espérais bien que Sandy serait ce grain de sable qui se glisserait dans les rouages de cette amitié. Et qu’en est-il au terme de cette lecture ? J’ai été un peu surprise par la tournure des évènements et par l’évolution des personnages. J’aurais dû détester Raoul, cet être complètement désinvolte, qui aime la provoc et qui se moque de tout et de tout le monde, et même de lui-même. Dans sa relation avec Baptiste, c’est lui le dominant. Il dit, Baptiste fait. Mais voilà, tout au long du livre, on découvre sa « face cachée », son côté sensible, ses failles, ce qu’il ne veut surtout pas montrer. Il sera pris à son propre jeu. J’aurais dû m’attacher à Baptiste, le dominé, le suiveur. C’est un sentimental, mais il le cache pour garder son amitié avec Raoul. Il vit dans un contexte familial compliqué. Oui mais voilà, même si j’ai éprouvé de la sympathie pour lui, j’avais surtout envie de le bousculer, de lui donner des baffes et de lui dire « eh oh ! Réveille-toi et vis ta vie ! ». Et que dire de Sandy ? Sandy, elle met de la distance, tant avec les garçons qu’avec son lecteur. C’est la fille un peu sauvage, et pour cause : ses parents avaient 19 ans quand ils l’ont eue, sa mère l’a « abandonnée », elle vit avec son père que l’on peut qualifier d’homme volage, ce qu’elle ne cautionne pas. Alors elle s’interdit de tomber amoureuse. Sauf que Baptiste, avec ses manières qu’elle prend pour sincères, va débarquer dans sa vie. J'ai senti la fragilité de Sandy et j’ai eu peur que Baptiste, avec son pari stupide, lui fasse du mal, car alors elle se serait repliée encore plus sur elle-même. J’ai aimé suivre l’évolution des sentiments de ces trois personnages pendant les trois premiers mois de l’année scolaire, et voir comment Raoul et Baptiste allaient (enfin !) commencer à grandir. Et alors la fin, que je pensais cousue de fil blanc, eh bien j’en ai été surprise. Mon cœur de romantique espérait une autre fin, mais qui n’aurait pas été plaisante pour l’un des personnages ; l’auteure a préféré une fin plus « juste », et c’est tant mieux. J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman jeunesse, les pages se tournent facilement, il devrait plaire aux ados.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Pepparshoes Posté le 9 Juin 2018
              En commençant ce roman, je me suis demandée vers où il allait me mener. Dés le départ, j’ai senti qu’entre Raoul et moi, la relation allait être chaotique. Il est en seconde, il est arrogant, sûr de lui, et à l’aise dans son corps. Sans mentir, c’est mon petit frère tout craché ! Sauf que Raoul fait de la danse, mais peu importe. Tout cela ne pouvait être que façade, et il n’est pas toujours évident de s’imaginer dans la tête d’un adolescent au caractère aussi fort. Baptiste est plus calme, plus effacé surtout. Il ne s’est pas encore trouvé ce qui le rend extrêmement influençable, et Raoul s’en sert, bien qu’aucun des deux ne soit en mesure de s’en rendre compte. Jusqu’à l’arrivée de la nouvelle : Sandy. Repoussé par elle, Raoul va parier que Baptiste serait incapable de la séduire. Sûr de lui, il va tomber de haut. La jeune femme est sensible, compliquée et surtout très cachottière. Sa sphère privée le reste, et pour rien au monde elle ne divulguerait ce qu’il se passe chez elle. De quoi séduire tout garçon un peu trop curieux de nature, ce qu’ils sont tous les deux. En tous cas, j’ai apprécié... En commençant ce roman, je me suis demandée vers où il allait me mener. Dés le départ, j’ai senti qu’entre Raoul et moi, la relation allait être chaotique. Il est en seconde, il est arrogant, sûr de lui, et à l’aise dans son corps. Sans mentir, c’est mon petit frère tout craché ! Sauf que Raoul fait de la danse, mais peu importe. Tout cela ne pouvait être que façade, et il n’est pas toujours évident de s’imaginer dans la tête d’un adolescent au caractère aussi fort. Baptiste est plus calme, plus effacé surtout. Il ne s’est pas encore trouvé ce qui le rend extrêmement influençable, et Raoul s’en sert, bien qu’aucun des deux ne soit en mesure de s’en rendre compte. Jusqu’à l’arrivée de la nouvelle : Sandy. Repoussé par elle, Raoul va parier que Baptiste serait incapable de la séduire. Sûr de lui, il va tomber de haut. La jeune femme est sensible, compliquée et surtout très cachottière. Sa sphère privée le reste, et pour rien au monde elle ne divulguerait ce qu’il se passe chez elle. De quoi séduire tout garçon un peu trop curieux de nature, ce qu’ils sont tous les deux. En tous cas, j’ai apprécié découvrir ces adolescents qui croquent la vie a pleine dent, parfois même sans le savoir. L’amitié, les premiers amours, et l’environnement personnel de chacun se retrouve au centre de cette histoire. Ces trois jeunes sont décortiqués et mis a nus devant le lecteur, qui est le seul à connaître leurs secrets. Et tout ce qu’ils préfèrent garder caché. Au fil des pages, nous découvrons qui ils sont derrière les apparences. Leur point commun est la danse contemporaine, qui donne une certaine poésie, une certaine musicalité à l’ensemble. Et surtout, qui permet de démontrer physiquement que leurs caractères se reflètent dans leurs gestes, et leur attitude. En couple, en solo, je trouvais dommage que leur professeur de danse ne soit pas capable de déceler cela, en fait. Cela dit, j’ai trouvé la fin précipité. Et peut-être un peu simple aussi. J’aurai aimé que Marie Leymarie aille d’avantage au bout de cette histoire. Je me suis sentie mise a distance sur les dernières pages. Comme si les adolescents avaient fait 1 pas en avant pour en refaire 3 en arrière, et que c’était ainsi que se terminait cette chronique de jeunes artistes parisiens. Quelle est donc la conclusion ? Je me posais plein de questions sur ce que voulait dire cette fin. Et si elle est sensée susciter un questionnement chez les adolescents, je trouve cela intéressant, mais aussi frustrant. Quelle leçon tire-t-on de la vie ? Des préjugés ? Des apparences ? C’était trop ouvert pour moi, simplement. Marie Leymarie nous compte une histoire où de jeunes gens dansent à travers l’adolescence. Certains trop rapidement, d’autres trop doucement, parfois en rythme et parfois non, désarticulés ou parfaitement synchronisés. J’aurai simplement aimé plus de prise de position, afin de ne pas être frustrée par rapport à cette fin, trop rapide à mon goût.
              Lire la suite
              En lire moins
            • MademoiselleBouquine Posté le 7 Juin 2018
              Un grand merci aux éditions Syros et en particulier à Véronique pour cet envoi ! --------------------------------------------------------------- Raoul et Baptiste sont meilleurs amis, confidents, rivaux, challengers l'un de l'autre, complices, comparses. Ensemble, ils suivent un exigeant double cursus scolaire en danse contemporaine, ensemble, ils se défient d'en faire toujours plus, d'aller toujours plus loin dans la transgression, dans la séduction, dans la désinvolture. Ce sont les mock boys. Il y a le mocking boy, Raoul, le garçon moqueur, celui pour qui rien ne compte vraiment, celui qui tourne tout en dérision, celui qui s'en sort toujours par une pirouette ou un grand sourire, et il y a le mock boy, Baptiste, le garçon factice, celui qui fait tout pour de faux, celui qui se sent usurpateur en permanence sans savoir au juste ce qu'il usurpe, intrus à sa propre vie, celui qui se ment à lui-même. L'équilibre entre Raoul et Baptiste dure depuis des années et des années, mais il va suffire de l'arrivée d'une fille dans leur vie pour que leurs rapports soient perturbés de façon irréversible. Baptiste en tombe amoureux, mais le cache à Raoul qui le verrait comme une trahison, un parjure à leur promesse de ne jamais tomber amoureux et... Un grand merci aux éditions Syros et en particulier à Véronique pour cet envoi ! --------------------------------------------------------------- Raoul et Baptiste sont meilleurs amis, confidents, rivaux, challengers l'un de l'autre, complices, comparses. Ensemble, ils suivent un exigeant double cursus scolaire en danse contemporaine, ensemble, ils se défient d'en faire toujours plus, d'aller toujours plus loin dans la transgression, dans la séduction, dans la désinvolture. Ce sont les mock boys. Il y a le mocking boy, Raoul, le garçon moqueur, celui pour qui rien ne compte vraiment, celui qui tourne tout en dérision, celui qui s'en sort toujours par une pirouette ou un grand sourire, et il y a le mock boy, Baptiste, le garçon factice, celui qui fait tout pour de faux, celui qui se sent usurpateur en permanence sans savoir au juste ce qu'il usurpe, intrus à sa propre vie, celui qui se ment à lui-même. L'équilibre entre Raoul et Baptiste dure depuis des années et des années, mais il va suffire de l'arrivée d'une fille dans leur vie pour que leurs rapports soient perturbés de façon irréversible. Baptiste en tombe amoureux, mais le cache à Raoul qui le verrait comme une trahison, un parjure à leur promesse de ne jamais tomber amoureux et de continuer à voir la vie avec nonchalance. S'ensuivent mensonges, tours de passe-passe et des heures et des heures d'introspection... Le roman en lui-même se lit extrêmement bien, à toute vitesse même, et on se familiarise très vite avec ce petit groupe d'adolescents aux aspirations et aux personnalités plutôt bien définies et assez nuancées. L'écriture est simple mais fine, et l'approche en général du sujet de l'adolescence évite les clichés indigestes - même si on a parfois tendance à se dire que la concentration en drames personnels et dilemmes moraux est particulièrement inquiétante au sein de ce lycée. Le principal reproche que j'adresserai au roman est que l'on n'a pas tant l'impression de suivre des personnages en classe de Seconde, âgés donc de 14 à 15 ans, que des individus en toute fin d'adolescence, prêts à passer à l'âge adulte. Nul doute qu'il doit bien exister des garçons et filles aussi jeunes et déjà sensibilisés à toutes les expériences évoquées par l'auteure, mais de mon propre vécu qui n'est pas si lointain, les jeunes de 14-15 ans sont loin d'avoir ces priorités, ces réflexions, cette façon de fonctionner, ces comportements aussi adultes et détachés notamment dans les relations amoureuses et sexuelles. 14 ans, c'est très très jeune, et lire des pensées aussi nuancées et avancées chez des personnages de cet âge suscite une sorte de décalage. C'est dommage, parce que cela résulte en un mélange de thématiques hétéroclites : on a d'un côté des relations conflictuelles, avec les parents par exemple, très "basiques", des motifs de jalousie qui témoignent de puérilité, de manque de réflexion des adolescents, et de l'autre une vie amoureuse et sexuelle extrêmement banalisée et "poussée", et surtout des pensées torturantes sur le plan émotionnel et psychologique dont la formulation même paraît impossible chez des individus qui se comportent par ailleurs de façon aussi immature - le simple serment de ne jamais tomber amoureux de Raoul et Baptiste montre bien ce côté encore assez enfantin. On regrette surtout le fait que l'auteure semble avoir abandonné ou du moins délaissé sa démarche en cours de route : après quelques chapitres, on perd de plus en plus cette étude des postures des deux garçons, de leur jeu de dupes, pour se concentrer pratiquement exclusivement sur leurs relations amoureuses. Et oui, ces relations sont bien décrites et approchées de façon plutôt complexe, mais il s'agit là d'une dimension bien trop réductrice. On aurait aimé se concentrer plus sur cette notion passionnante et essentielle de l'identité qui constitue à mes yeux le cœur de l'adolescence, ce jeu de miroirs où l'on s'abuse à naviguer entre différentes versions de soi jusqu'à ne plus bien savoir laquelle était l'originale et laquelle on veut épouser. C'était très bien fait dans les premières pages, mais hélas absent par la suite. Mock Boys reste un très bon moment de lecture à plus d'un égard, et est globalement bien au-dessus de la moyenne de ce qui se fait en roman sur les adolescents pour les adolescents. C'est aussi à cause de cette qualité globale que je me permets de faire ces reproches, qui n'ont pas de vrai impact sur le plaisir que l'on retire de la découverte du récit. J'aurais donc plutôt tendance à recommander cet ouvrage, qui transmet des messages à mon sens bénéfiques et encourage la communication, le respect, l'ouverture à l'autre, en vous poussant à rester critique sur la cohérence et l'aspect réaliste des personnages d'adolescents proposés.
              Lire la suite
              En lire moins
            • orbe Posté le 3 Mai 2018
              Depuis longtemps Raoul et Baptiste sont inséparables alors même qu'ils ont des caractères très différents. L'un est très sûr de lui, provocateur et à l'aise en toutes circonstances alors que l'autre séduit plus par son charme et sa discrétion. Pourtant ils ont toujours l'air d'accord. Tout au moins jusqu'à l'arrivée de Sandy, une nouvelle élève. Les deux garçons vont, comme à leur habitude, se lancer le défi de séduire cette improbable conquête au risque de voir leur propres faiblesses apparaître au grand jour et leur amitié se fissurer... Un roman subtile qui commence à la manière des liaisons dangereuses par un pari, celui du mensonge et de la manipulation. Il nous offre ensuite une plongée dans l'âme des trois personnages, de leurs secrets et de leur intimité. La danse pratiquée par les trois personnages est révélatrice de cette recherche d'identité. A travers du thème de la fausse indifférence, c'est la relation à soi qui est abordée de manière très personnelle. A découvrir !
            • SophieSonge Posté le 24 Avril 2018
              Raoul et Baptiste, deux adolescents complémentaires et inséparables se sont fait la promesse de ne jamais tomber amoureux. Ils friment beaucoup, jouent un rôle, jusqu'au jour où une jeune fille les perce à jour et remet alors tout en question... Ce roman ne survole pas les émotions, il va au cœur de celles-ci, les magnifient, les rend palpables, vivantes. Il y a une précision, une vérité dans l'approche de l'adolescence, qui nous murmure à l'oreille des sentiments contraires, des pulsions, des sensations incontrôlables. L'auteur réussit avec beaucoup de finesse et de justesse à nous rapprocher de ses personnages, à bousculer nos impressions pour aller creuser plus loin... L'écriture est sensible, intelligente, intime. Elle nous emporte sur des chemins complexes, denses, escarpés. Il y a une volonté de mettre l'accent sur les peurs, les fragilités, les côtés face des personnalités. Une énergie s'opère, un espace s'est créé et se rétracte dans cet univers de la danse qui sied si bien à la métamorphose des corps, de la psyché. On aime l'expression des liens forts de l'amitié, les troubles amoureux qui s'insinuent dans tous les pores, toutes les connexions neuronales. On se laisse envelopper par le tumulte des histoires tourmentées, télescopées, éprouvées, mais vraies. Ces adolescents... Raoul et Baptiste, deux adolescents complémentaires et inséparables se sont fait la promesse de ne jamais tomber amoureux. Ils friment beaucoup, jouent un rôle, jusqu'au jour où une jeune fille les perce à jour et remet alors tout en question... Ce roman ne survole pas les émotions, il va au cœur de celles-ci, les magnifient, les rend palpables, vivantes. Il y a une précision, une vérité dans l'approche de l'adolescence, qui nous murmure à l'oreille des sentiments contraires, des pulsions, des sensations incontrôlables. L'auteur réussit avec beaucoup de finesse et de justesse à nous rapprocher de ses personnages, à bousculer nos impressions pour aller creuser plus loin... L'écriture est sensible, intelligente, intime. Elle nous emporte sur des chemins complexes, denses, escarpés. Il y a une volonté de mettre l'accent sur les peurs, les fragilités, les côtés face des personnalités. Une énergie s'opère, un espace s'est créé et se rétracte dans cet univers de la danse qui sied si bien à la métamorphose des corps, de la psyché. On aime l'expression des liens forts de l'amitié, les troubles amoureux qui s'insinuent dans tous les pores, toutes les connexions neuronales. On se laisse envelopper par le tumulte des histoires tourmentées, télescopées, éprouvées, mais vraies. Ces adolescents nous invitent à être plus tolérants avec nous-mêmes, plus indulgents et à ouvrir la porte de son intériorité avec tout ce que cela comporte de bon et de moins bon. Un roman pour crever les certitudes et faire que les masques tombent, juste un petit peu...
              Lire la suite
              En lire moins
            SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
            Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !