En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Mohicans

        Julliard
        EAN : 9782260029014
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 306
        Format : 130 x 205 mm
        Mohicans

        Date de parution : 05/11/2015

        Je voudrais avoir la froideur de l’entomologiste en entamant ce récit. Prendre les pièces une par une, remonter le temps. Éclater le temps. Disséquer. Poser. Observer. Dater. Comprendre. C’est l’histoire de deux êtres rares : Cavanna et Choron. C’est l’histoire d’un premier journal, puis d’un deuxième, d’un troisième : tous...

        Je voudrais avoir la froideur de l’entomologiste en entamant ce récit. Prendre les pièces une par une, remonter le temps. Éclater le temps. Disséquer. Poser. Observer. Dater. Comprendre. C’est l’histoire de deux êtres rares : Cavanna et Choron. C’est l’histoire d’un premier journal, puis d’un deuxième, d’un troisième : tous créés par une bande de kamikazes, ivres de liberté et bourrés de talent. Ces journaux ont amusé, éclairé, ouvert les yeux et les esprits de deux ou trois générations de lecteurs, de citoyens, d’électeurs, de journalistes. Hara-Kiri mensuel, Hara-Kiri hebdo, La Gueule ouverte, Charlie Mensuel et le dernier : Charlie Hebdo… 1960-1985 : vingt-cinq années d’insolence, d’humour, de spontanéité et de subversion. L’époque étant ce qu’elle est, ces journaux fougueux qui sentaient le foutre, la sueur, l’alcool, la liberté sont devenus des marques. C’est l’histoire de la dilapidation d’un héritage. Une histoire tumultueuse, magnifique, triste et honteuse. À mes yeux, elle est exemplaire.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260029014
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 306
        Format : 130 x 205 mm
        Julliard
        19.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • micetmac Posté le 1 Juin 2018
          Aujourd'hui Mesdamessieurs... Un sujet hautement inflammable. Charlie Hebdo. Le journal satirique, descendant de Hara Kiri, qui proclamait qu'un Français pouvait dénoncer des juifs oui mais donner un coin à champignon JAMAIS ! le journal interdit, revenu d'outre tribunal, puis asphyxié financièrement, arrêté faute de lecteurs et re-Lazarisé sur le cadavre de La Grosse Bertha avec un Philippe Val disons... Ricanant. Charlie Hebdo est maintenant une marque iternationale. Les cloches de Notre Dame ont sonné pour les défunts de Charlie Hebdo. Johnny Hallyday, Johnny Hallyday !! a chanté pour les victimes. On leur aura bien chié d'ssus... Et dès le lendemain du 7 janvier (le jour même peut-être faudrait vérifier), Philippe Val, déboule, les larmes aux yeux. Partout. Mais vraiment partout. France Inter of course, il y a son rond de serviette. Les studios télés. Il connait bien les studio télé. Il prend bien la lumière et l'est loin d'être con le Val. Ok. Je n'aime guère Philippe Val. Cela me fait une chose en commun avec Denis Robert l'auteur de MOHICANS. Là, on peut le dire sans craindre, en articulant pesamment : Charlie Hebdo c'était mieux avant. Dans le livre de Denis Robert, Godart a une belle phrase je trouve, il dit je "suis"... Aujourd'hui Mesdamessieurs... Un sujet hautement inflammable. Charlie Hebdo. Le journal satirique, descendant de Hara Kiri, qui proclamait qu'un Français pouvait dénoncer des juifs oui mais donner un coin à champignon JAMAIS ! le journal interdit, revenu d'outre tribunal, puis asphyxié financièrement, arrêté faute de lecteurs et re-Lazarisé sur le cadavre de La Grosse Bertha avec un Philippe Val disons... Ricanant. Charlie Hebdo est maintenant une marque iternationale. Les cloches de Notre Dame ont sonné pour les défunts de Charlie Hebdo. Johnny Hallyday, Johnny Hallyday !! a chanté pour les victimes. On leur aura bien chié d'ssus... Et dès le lendemain du 7 janvier (le jour même peut-être faudrait vérifier), Philippe Val, déboule, les larmes aux yeux. Partout. Mais vraiment partout. France Inter of course, il y a son rond de serviette. Les studios télés. Il connait bien les studio télé. Il prend bien la lumière et l'est loin d'être con le Val. Ok. Je n'aime guère Philippe Val. Cela me fait une chose en commun avec Denis Robert l'auteur de MOHICANS. Là, on peut le dire sans craindre, en articulant pesamment : Charlie Hebdo c'était mieux avant. Dans le livre de Denis Robert, Godart a une belle phrase je trouve, il dit je "suis" Charlie. Dans le sens de suivre et non celui d'être. Cela reflète bien ma pensée, pareil, je "suis" Charlie, depuis son retour des années 80. Je suis resté abonné tout du long quand je squeezai consciencieusement mes autre abonnements. Même pendant la période Val, je ne me suis pas résolu à couper les liens, même si je ne lisais plus qu'une page sur deux. Il faut dire que je ne savais pas tout. Le livre de Denis Robert se découpe en deux parties. l'épopée d'Hara Kiri avec le professeur Choron qui multiplie les magouilles et les ruses comptables pour sortir le journal et Cavanna qui le remplit, qui bosse comme un taré, qui frôlera même le suicide tellement le rythme était âpre. On connait tous les épisodes les plus fameux dont le bal tragique à Colombay. C'était un truc de malade Hara Kiri quand même. Charlie Hebdo sera en quelque sorte la version hebdo du mensuel Hara Kiri. Ces premières années sont épiques et Denis Robert, un intime de Cavanna et Choron, relate à merveille cette exubérance, cette tension. Quand Choron demandait à la fin des réunions de rédaction : "alors baise ou bouffe ?" En espérant très fort que les plumitifs choisirait le gueuleton car ça coûte plus cher d'organiser une partouze. Sûr que Charlie a bousculé la France Giscardienne, et a allumé un feu de joie. Avec un mauvais goût assumé, un appétit de provoc', en allant trop loin parfois, 'videmment, mais bon, suffit de tourner la page. Et puis finito. Dans un Droit de Réponse de Pollac d'anthologie Charlie Hebdo crève. Faute de lecteurs. Faute d'adaptation à l'esprit du temps aussi peut-être. Et puis... Charlie revient. Là, Denis Robert entre dans le dur. Denis Robert est un journaliste d'investigation qui mit à jour le scandale Clearstream et cette chambre de compensation occulte et nébuleuse au Luxembourg. Et qui finira dévoré, essoré et dépassé par cette enquête. Retenez bien cet épisode, cela n'est pas anodin pour ce qui va suivre. Ce qui suit est la main mise de Philippe Val sur Charlie Hebdo, la mise à l'écart de Cavanna, sans parler de Choron, et la refonte d'un journal bête et méchant en hebdo pas trop con et pas très très gentil. Autant le dire d'emblée, ça pue la haine recuite entre Philippe Val et Denis Robert. Val qui poursuivit Robert de sa vindicte d'éditos en éditos (je m'en souviens) même quand ce dernier était retiré du journalisme, au fond du trou. Il faut dire que l'avocat de Charlie Hebdo et de Clearstream est le même : Richard Malka. Denis Robert a bien conscience que son livre sent à plein nez le règlement de compte. Il s'en défend... Mollement. Il est bien plus efficace en multipliant les sources et les témoignages. Il n'empêche cette deuxième partie est plus faible. Il esquive prudemment l'affaires des caricatures et ne prend pas partie sur la pertinence de publier ces fameux dessins, pas terribles pour la plupart (mais dont on n'aurait pu juger de la qualité si personne ne les avait publiés). Ce qui est sûr c'est que Val fait la culbute et se goinfre suite à l'explosion des ventes de ce fameux numéro. Val et Cabu. Car Denis Robert égratigne méchamment le grand Duduche, homme lige de Val, fidélité assez incompréhensible et qui se fera sur le dos de Cavanna. Il défonce pas mal la nouvelle génération d'ailleurs Denis Robert, se montrant indulgent avec Charb . C'est l'une des failles de ce bouquin, ce réquisitoire modérément mesuré mais qui occulte ce phénomène d'embarquement dans une histoire commune. Peut-être mais en fait MOHICANS est surtout un hommage touchant et tendre à Cavanna. Cavanna, heureux comme un gamin de voir son bébé à nouveau dans les rotatives. Cavanna, spolié et humilié. Un chouette bonhomme, faillible, parfois naïf, très naïf, mais jamais médiocre. Alors oui. MOHICANS est à charge. Mais une charge détaillée, argumentée et polémique. Passionnante souvent, parfois un brin technique, jamais ennuyeuse.
          Lire la suite
          En lire moins
        • vellard Posté le 2 Août 2017
          Un livre tout à fait indispensable afin de tenter d'y voir clair sur la façon dont deux créateurs ,accompagnés dans leur incroyable aventure par quelques uns parmi les plus grands dans leurs domaines respectifs (Reiser, Fournier le créateur du 1er journal écolo, Delfeil de Ton, Fred,Willem et quelques autres) ont inventé ces formidables lieux de liberté que furent "Hara-Kiri" ,"Charlie Mensuel","Charlie Hebdo" et "La Gueule Ouverte". C'est un cri d'amour ,doublé d'un profond respect qu'envoie Denis Robert à Choron mais plus encore à Cavanna . Et puis après, longtemps après......vint le temps des vautours , charognards sans scrupules(peu nombreux heureusement mais cependant particulièrement destructeurs), qui utilisèrent ces diamants pour assouvir leur besoin de gloire et de reconnaissance. Ce soir, en écrivant ces quelques lignes,même si je reste Charlie, je suis ,avant tout, Cavanna et Choron !
        • Peteplume Posté le 7 Avril 2017
          J'ai failli lâcher le livre tant je me perdais au début dans les personnages et dans la chronologie. Bien sûr je connaissais les vieux de la vieille, Cavanna, Choron, Reiser, Gébé..., ceux qui étaient morts de mort naturelle, et Delfeil aussi pour les avoir lus dans Hara Kiri puis Charlie hebdo du temps que beaucoup n'ont pas connu mais qui était celui d'une jeunesse soixante-huitarde qui ne respectait pas l'ordre établi. Je n'ai pas suivi Charlie par la suite, je ne l'ai pas été au moment des attentats. Bref, le bouquin m'ennuyait mais j'ai persévéré parce que je voulais comprendre tout de même où l'auteur voulait en venir. Denis Robert a la réputation des enquêtes bien faites et je voyais bien que ce livre n'était pas juste là pour évoquer la nostalgie du temps que j'évoquais plus haut, pas juste pour faire l'apologie de Cavanna. Et puis, quand j'ai commencé à comprendre, je n'ai pas pu lâcher le bouquin jusqu'à sa toute fin. Et il a tenu ses promesses. L'investigation est sans faille, la démonstration éclatante. Ça ne va pas sans une petite déception, celle de voir que les hommes égoïstes, arrogants, cupides, manipulateurs sans scrupule ni vergogne, existent partout y... J'ai failli lâcher le livre tant je me perdais au début dans les personnages et dans la chronologie. Bien sûr je connaissais les vieux de la vieille, Cavanna, Choron, Reiser, Gébé..., ceux qui étaient morts de mort naturelle, et Delfeil aussi pour les avoir lus dans Hara Kiri puis Charlie hebdo du temps que beaucoup n'ont pas connu mais qui était celui d'une jeunesse soixante-huitarde qui ne respectait pas l'ordre établi. Je n'ai pas suivi Charlie par la suite, je ne l'ai pas été au moment des attentats. Bref, le bouquin m'ennuyait mais j'ai persévéré parce que je voulais comprendre tout de même où l'auteur voulait en venir. Denis Robert a la réputation des enquêtes bien faites et je voyais bien que ce livre n'était pas juste là pour évoquer la nostalgie du temps que j'évoquais plus haut, pas juste pour faire l'apologie de Cavanna. Et puis, quand j'ai commencé à comprendre, je n'ai pas pu lâcher le bouquin jusqu'à sa toute fin. Et il a tenu ses promesses. L'investigation est sans faille, la démonstration éclatante. Ça ne va pas sans une petite déception, celle de voir que les hommes égoïstes, arrogants, cupides, manipulateurs sans scrupule ni vergogne, existent partout y compris au sein de Charlie... C'est une lecture recommandable pour ne pas être/ne pas suivre Charlie aveuglément.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Contributeur Posté le 27 Septembre 2016
          Je ne vais pas tourner autour du pot. Denis Robert est tout sauf bête et méchant, et il est doté d’un humour très discret pour ne pas dire inexistant. « Mohicans » est paru dans un contexte qui confirme que Denis Robert est véritablement l’un des plus grands poissards des deux dernières décennies. Un livre consacré à Charlie Hebdo, à ses créateurs, à ses repreneurs, à ceux qui disparurent avant les attentats, qui disparurent le jour des attentats ou qui continuèrent tels des fantômes après les attentats de ce fameux mois de janvier 2015, c’était un pari risqué d’autant que des myriades de bouquins virent le jour sur ce thème. Poissard car Mohicans est sorti le 5 novembre 2015, soit un peu plus d’une semaine avant les attentats du Bataclan (et ailleurs dans Paris). Niveau promo, cela est juste un coup de sabre en pleine face. Mais je ne me suis pas laissé envelopper par le trauma collectif et je me suis procuré ce livre parce que j’ai une confiance aveugle pour le travail de Denis Robert. Et pourtant, j’ai entamé la lecture jusqu'à la page 62. Le rappel (certes indispensable) de la genèse de Charlie Hebdo et de Hara-Kiri... Je ne vais pas tourner autour du pot. Denis Robert est tout sauf bête et méchant, et il est doté d’un humour très discret pour ne pas dire inexistant. « Mohicans » est paru dans un contexte qui confirme que Denis Robert est véritablement l’un des plus grands poissards des deux dernières décennies. Un livre consacré à Charlie Hebdo, à ses créateurs, à ses repreneurs, à ceux qui disparurent avant les attentats, qui disparurent le jour des attentats ou qui continuèrent tels des fantômes après les attentats de ce fameux mois de janvier 2015, c’était un pari risqué d’autant que des myriades de bouquins virent le jour sur ce thème. Poissard car Mohicans est sorti le 5 novembre 2015, soit un peu plus d’une semaine avant les attentats du Bataclan (et ailleurs dans Paris). Niveau promo, cela est juste un coup de sabre en pleine face. Mais je ne me suis pas laissé envelopper par le trauma collectif et je me suis procuré ce livre parce que j’ai une confiance aveugle pour le travail de Denis Robert. Et pourtant, j’ai entamé la lecture jusqu'à la page 62. Le rappel (certes indispensable) de la genèse de Charlie Hebdo et de Hara-Kiri m’a gavé au plus haut point sans doute parce que tout le bordel que les terroristes avait mis dans la capitale française m’avait donné envie de me consacrer à autre chose. Les mois passant, j’ai eu envie d’en savoir plus. Je me rappelais qu’en janvier 2015, Malka, « l’avocat de Charlie Hebdo » était sur tous les plateaux. Je me disais alors : « Mais il n’y a pas autre chose qu’un putain d’avocat pour parler des bonhommes de cette équipe ? » J’ai lu tout le livre en quelques jours et il m’a éclairci, et m’a rappelé certains points. Je n’avais pas crié « Je suis Charlie ». Je ne l’étais pas vraiment. Touché par la mort étrange de tous ces bonhommes que je « connaissais » depuis l’enfance pour certains, oui, très touché, désolé, attristé, mais enfin non, je n’étais pas derrière le cortège de chefs d’état tous plus hypocrites et répugnants les uns que les autres, derrière cette « France » qui soutenait un journal qu’elle n’avait jamais lu, cette « France » qui défendait la liberté d’expression dans les limites du raisonnable (et des places disponibles ?) J’avais aussi encore en tête l’exclusion de Siné par Val (l’ancien patron de Charlie Hebdo devenu sarkozyste après avoir été socialiste libéral, après avoir été libertaire machin-truc, etc.) pour « antisémitisme » (ben voyons), l’attentat contre les locaux de Charlie Hebdo en 2011 après avoir relayé les caricatures du Prophète d’un journal de la droite de la droite d’Europe du Nord… J’avais le souvenir que je n’avais lu Charlie Hebdo (deuxième version étant un marmot lorsque la première existait encore) que durant la première année de sa (« re »)publication au début des années 90 considérant tout ça comme has-been et finalement pas très drôle. Si ce journal n’avait pas été attaqué par des terroristes, il aurait fait faillite, et je dirais : tant mieux. Ce livre se dévore et même si Denis Robert règle ses comptes avec Val (de façon légitime d’ailleurs au regard des saloperies écrites par le suppôt du petit Nicolas), il démontre la cupidité, l’égocentrisme, la soif de pouvoir du patron et de ses sbires (Malka, Cabu, …) Un tel bouquin n’aurait aucun intérêt sans le massacre d’une bonne partie de sa rédaction. Ça n’est pourtant pas un objet voyeuriste. L’enquête est approfondie et les histoires de fric et de musellement de la parole par Val sont riches d’enseignement. Et puis il y a Choron et Cavanna qui moururent dans une sorte de mépris collectif. Il faudrait cependant tirer un enseignement de ces vieux briscards qui tinrent tête à l’Etat dans les années 60 et 70, époque où la jeunesse rêvait de révolution, de changements et d’un monde « meilleur » : la liberté d’expression et la subversion ne sont plus à chercher dans un journal.
          Lire la suite
          En lire moins
        • rikizinho Posté le 27 Avril 2016
          l'histoire de Charlie-Hebdo telle que l'on ne la raconta pas d'habitude, c'est-à-dire les coups bas, les histoires d'argent,...Ce récit se lit d'une traite, est passionnant et un peu déprimant, car casse un peu le mythe; surtout certains dessinateurs que l'on pensait intègres, courageux, engagés...
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
        Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com