En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Moonglow - Édition française

        Robert Laffont
        EAN : 9782221199121
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 528
        Format : 135 x 215 mm
        Nouveauté
        Moonglow - Édition française

        Isabelle D. PHILIPPE (Traducteur)
        Collection : Pavillons
        Date de parution : 16/08/2018
        « Quel que ce soit son genre : roman, Mémoires, tissu de mensonges ou un mélange de tout cela, ce livre est beau. » The New York Times

        En 1947, à la synagogue de Baltimore, un jeune vétéran de la guerre de 39-45 épouse une réfugiée française. Sur le bras, elle porte un tatouage de chiffres bleus. Fragile et fantasque, elle est hantée par des visions d’un cheval écorché qui semble symboliser pour elle toute l’horreur nazie.
        À l’opposé,...

        En 1947, à la synagogue de Baltimore, un jeune vétéran de la guerre de 39-45 épouse une réfugiée française. Sur le bras, elle porte un tatouage de chiffres bleus. Fragile et fantasque, elle est hantée par des visions d’un cheval écorché qui semble symboliser pour elle toute l’horreur nazie.
        À l’opposé, le marié, maquettiste de fusées, fasciné par la conquête spatiale, mesure tout à l’aune de la raison. Mais il a participé à la libération du camp de concentration de Dora et il sait quel prix certains hommes ont payé les avancées scientifiques. Les terreurs, les fugues, les séjours en hôpital psychiatrique de son épouse tant aimée achèvent de bouleverser le socle de ses certitudes.
        Un roman existentiel sur le rêve américain, l’exploration intergalactique et les origines nazies de l’innovation technologique. Un conte sur la puissance des secrets et des mensonges. Un hommage brûlant à l’amour, si compliqué soit-il.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221199121
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 528
        Format : 135 x 215 mm
        Robert Laffont
        23.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • berni_29 Posté le 6 Juillet 2018
          Moonglow, dernier roman de cet auteur américain, Michael Chabon, est un livre que l’on peut qualifier de roman, mais dont la forme audacieuse ébranle sérieusement les codes traditionnels de la fiction. Au départ, le lecteur est désorienté par l’absence de structuration du texte et une chronologie totalement désordonnée. Nous avons l’impression d’errer dans tous les sens et ça, c’est vraiment déstabilisant. Dans un déséquilibre habilement suscité, nous semblons osciller sans arrêt sur le fil qui sépare la réalité de la fiction, à travers l’histoire d’une vie réelle. A d’autres moments, nous tournons les pages et avons totalement l’impression de vivre un tissu de mensonges. Mais qu’importe ! Nous sommes pris dans l’ivresse des mots... Cela ne veut pas dire que le livre manque de structure, mais plutôt que sa structure est déterminée par la logique de la mémoire, et que l'auteur a résisté à l'envie de faire trop de rangement et de rationalisation. Ainsi, l'action zigzague à travers le temps et la géographie. Moonglow se présente au lecteur comme la mémoire d’un vieil homme qui revient sur les pas de sa vie, rapportée au narrateur, son petit-fils, sans doute l’auteur lui-même, sur le lit de mort de son aïeul. Le narrateur, - qui s’appelle... Moonglow, dernier roman de cet auteur américain, Michael Chabon, est un livre que l’on peut qualifier de roman, mais dont la forme audacieuse ébranle sérieusement les codes traditionnels de la fiction. Au départ, le lecteur est désorienté par l’absence de structuration du texte et une chronologie totalement désordonnée. Nous avons l’impression d’errer dans tous les sens et ça, c’est vraiment déstabilisant. Dans un déséquilibre habilement suscité, nous semblons osciller sans arrêt sur le fil qui sépare la réalité de la fiction, à travers l’histoire d’une vie réelle. A d’autres moments, nous tournons les pages et avons totalement l’impression de vivre un tissu de mensonges. Mais qu’importe ! Nous sommes pris dans l’ivresse des mots... Cela ne veut pas dire que le livre manque de structure, mais plutôt que sa structure est déterminée par la logique de la mémoire, et que l'auteur a résisté à l'envie de faire trop de rangement et de rationalisation. Ainsi, l'action zigzague à travers le temps et la géographie. Moonglow se présente au lecteur comme la mémoire d’un vieil homme qui revient sur les pas de sa vie, rapportée au narrateur, son petit-fils, sans doute l’auteur lui-même, sur le lit de mort de son aïeul. Le narrateur, - qui s’appelle Michael, mais pas forcément Chabon... tiens c’est un peu comme Marcel et Proust dans À la recherche du temps perdu : l’un est le narrateur, l’autre l’auteur, - bref le narrateur nous parle de sa famille autour d’un personnage principal, son grand-père. Ce récit nous plonge dans la fin de la guerre 39-45, il nous parle de l’Holocauste, de l’Allemagne en ruines au lendemain de la guerre, d’une grand-mère fragile, schizophrène et fantasque, du rêve américain, du programme spatial, de l’obsession du grand-père pour les certitudes et les fusées et enfin de ses doutes, de l’amour qu’il ressent, des sentiments qui parviennent comme un écho ultime à sa vie. Ce désordre donne parfois le tournis, déstabilise, mais cela ressemble aussi aux sautes d’humeur de la mémoire et le caractère aléatoire de ce qu’il faut retenir d’une vie accomplie et qu’il faut relater dans l’urgence d’une mort qui vient. Il y a une scène cruciale vers la fin du roman qui me semble illustrer ce livre insolite. Mike et sa mère feuillètent un vieil album de photos dont quatre photos - de la grand-mère du narrateur - sont manquantes. Les photographies qui sont présentes sont si rapidement balayées que nous ne les voyons presque pas ; puis, sur plusieurs pages, Mike et sa mère travaillent ensemble pour reconstituer les photos manquantes. Ce travail de l'imagination, le remplissage des blancs - c'est sans doute une manière de résumer à elle seule une des intentions cachées de ce roman. Moonglow est un livre qui cherche à défier la prééminence des faits. « Tout ce que tu me dis est vrai, n'est-ce pas ?» demande Mike à son grand-père à un moment donné. « Eh bien, c'est comme ça que je m'en souviens », répond le grand-père. Certaines relations entre les membres de cette famille sont par moments peintes de manière délicate et émouvante. C’est un désordre de situations, un méli-mélo de phrases, de sensations, d’émotions qui s’enchaînent au gré des pages. En définitive, malgré son côté totalement décousu mais qui en fait aussi son charme, c’est un roman que j’ai trouvé plutôt attachant. Ce livre est finalement un hommage brûlant à l’amour. Ah, j’oubliais de vous dire quelque chose d’important : Moonglow est aussi le titre d’une magnifique chanson de Billie Holiday, toute façonnée de fêlures. Elle traverse un moment les pages du livre comme une étoile filante...
          Lire la suite
          En lire moins
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !

        • Festival America 2018 : tous nos auteurs présents
          20Sep.
          Par Lisez | Salon | Vincennes 20 Septembre de 14h à 19h

          Festival America 2018 : tous nos auteurs présents

          La neuvième édition du Festival America se déroulera du 20 au 23 septembre 2018 à Vincennes. Cette année, la littérature canadienne sera à l’honneur, avec plus de trente auteurs invités pour l’occasion.

          Lire l'article