En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Moscou Babylone

        Les Escales
        EAN : 9782365690560
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 145 x 225 mm
        Moscou Babylone

        Collection : Domaine étranger
        Date de parution : 22/08/2013

        Par l’auteur des Enfants de Staline, une odyssée moscovite entre Dostoïevski et Bret Easton Ellis.

        « En Russie, j’ai aimé et j’ai tué. Et j’ai découvert que, des deux, c’est l’amour qui est le plus terrible. »

        Avec ses bonnes manières oxfordiennes et son costume en tweed, Roman Lambert arrive à Moscou en 1995 tel un explorateur victorien en safari, déterminé à profiter de la jungle...

        « En Russie, j’ai aimé et j’ai tué. Et j’ai découvert que, des deux, c’est l’amour qui est le plus terrible. »

        Avec ses bonnes manières oxfordiennes et son costume en tweed, Roman Lambert arrive à Moscou en 1995 tel un explorateur victorien en safari, déterminé à profiter de la jungle moscovite postsoviétique. D’origine anglaise, est-ce le sang russe de sa mère qui le rend aussitôt apte à toutes les démesures ?

        Des soirées dans les derniers clubs à la mode aux manifestations proto-fascistes de Limonov, des scènes de résilience et de survie quotidiennes aux week-ends orgiaques dans sa datcha, le jeune étranger se fond dans ce monde impitoyable et violent, enviant la dépravation sans scrupules de ses nouveaux amis expatriés et autochtones.

        Commence alors une métamorphose que précipite sa rencontre avec Sonia, aussi belle et tragique qu’une peinture du Caravage, une descente aux enfers qui va l’emmener par-delà le bien et le mal, jusqu’à commettre l’irréparable...

        Mais, à Moscou Babylone, comment trouver les voies de la rédemption ?

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365690560
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 145 x 225 mm
        Les Escales
        22.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Nikoz Posté le 13 Mars 2018
          Un étrange roman/témoignage/intrigue policière... Inclassable, comme l'est cette aventure.
        • sweetie Posté le 10 Mars 2015
          Qu'est-ce que l'« âme russe »? Un jeune Britannique, fraîchement diplômé d'Oxford, sera confronté à cette question lors de son séjour à Moscou en 1995, tout juste après le démantèlement du communisme. Un emploi dans la publicité l'amènera à côtoyer toute une faune prête à mordre à pleines dents dans le capitalisme sauvage. Une jeunesse désabusée, adepte des drogues dures, et son cortège de mafieux attireront notre héros dans une spirale dangereuse. Un très bon roman psychologique sur la Russie moderne et ses nombreuses contradictions.
        • delphine92 Posté le 3 Janvier 2015
          Très bon livre, on ne s'ennuie pas en le lisant, avec des rebondissements quand on croit le calme revenir dans la vie de ce jeune anglais expatrié à Moscou
        • Drych Posté le 19 Septembre 2014
          Un roman déprimant dans le cadre du Moscou décadent des années Eltsine. Découverte du capitalisme sauvage, argent sale et excès en tous genre d'une faune opportuniste et sans scrupule, d'une part, masses populaires décontenancées par la perte de tous leurs repères d'autre part. Ce roman, inspiré de scènes vécues, n'est qu'une vision partiale, mais on sent que ce qui y est décrit comporte une part de réalité, et il s'en dégage un point de vue pessimiste qui me rappelle American psycho de Bret Easton Ellis en plus triste, car plus plausible. Le livre est bon, bien écrit et facile à lire, même si j'ai détesté ce que j'y ai lu.
        • spleen Posté le 9 Août 2014
          Drôle d'impression en lisant ce roman : l'action se déroule principalement au moment de l'élection de Boris Eltsine et de la dissolution de l'Union Soviétique début des années 90. On ressent la fin de cette époque comme une période post-apocalyptique, presque en dehors de la réalité avec d'une part le commun des futurs-ex soviétiques qui apparait complètement paumé , n'ayant plus les repères qui ont dicté leur existence ni la manne étatique qui même si la vie n'était pas brillante , au moins avait un sens et le quotidien était assuré. Cette vision crue est à mille lieux de ce que j'ai pu moi-même imaginer, la fin du communisme représentant à mes yeux naïfs plutôt le début de la liberté pour le peuple russe ... L'autre versant, c'est celui dans lequel évolue notre héros, Roman Lambert, un jeune anglais, russe par sa mère et qui a décidé de travailler à Moscou et de faire émerger cette moitié russe en rejetant son éducation anglaise . Milieu perverti, corrompu avec tout ce qu'il y a de plus vil chez l'homme: la recherche de l'argent facile, la corruption,la drogue, l'alcool et les filles, souvent très jeunes, arrivant de la campagne et à qui on promet une vie... Drôle d'impression en lisant ce roman : l'action se déroule principalement au moment de l'élection de Boris Eltsine et de la dissolution de l'Union Soviétique début des années 90. On ressent la fin de cette époque comme une période post-apocalyptique, presque en dehors de la réalité avec d'une part le commun des futurs-ex soviétiques qui apparait complètement paumé , n'ayant plus les repères qui ont dicté leur existence ni la manne étatique qui même si la vie n'était pas brillante , au moins avait un sens et le quotidien était assuré. Cette vision crue est à mille lieux de ce que j'ai pu moi-même imaginer, la fin du communisme représentant à mes yeux naïfs plutôt le début de la liberté pour le peuple russe ... L'autre versant, c'est celui dans lequel évolue notre héros, Roman Lambert, un jeune anglais, russe par sa mère et qui a décidé de travailler à Moscou et de faire émerger cette moitié russe en rejetant son éducation anglaise . Milieu perverti, corrompu avec tout ce qu'il y a de plus vil chez l'homme: la recherche de l'argent facile, la corruption,la drogue, l'alcool et les filles, souvent très jeunes, arrivant de la campagne et à qui on promet une vie meilleure et qui deviennent des prostituées . Mais n'est pas slave qui veut , même avec une partie de ses gènes russes, Roman Lambert reste un étranger et un homme finalement médiocre . Récit sans faux-fuyant d'une intégration ratée inspirée de l'expérience même d'Owen Matthews. J'ai hâte de lire Les Enfants de Staline du même auteur !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Au travers de portraits saisissants, Owen Matthews donne à voir la détresse des habitants. Tout, ici, émeut par sa justesse. […] Matthews excelle aussi à décrire la foire aux vanités des “nouveaux Russes”. Roman très contemporain par sa langue efficace et imagée, Moscou Babylone n’est pas si éloigné des textes tutélaires de la littérature russe dont les échos émaillent le texte. Matthews ne rejoint-il pas l’ambition de Lermontov, qui écrivait vouloir faire, à travers la description d’un homme, le “portrait composé des vices de toute une génération, dans leur plein épanouissement ?” »

        Stéphanie Dupays / Le Monde
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.