Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355846403
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 220 mm
Ne fais confiance à personne
Fabrice Pointeau (traduit par)
Date de parution : 31/08/2017
Éditeurs :
Sonatine

Ne fais confiance à personne

Fabrice Pointeau (traduit par)
Date de parution : 31/08/2017
Il y a pire que de tuer quelqu’un : ne pas savoir si on l’a tué.

Le nouveau thriller étourdissant de Paul Cleave
 
Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le... Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes et favoriser un passage à... Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes et favoriser un passage à l’acte aux conséquences funestes. Eux les premiers, qui pensent connaître toutes les ficelles du crime parfait, ne sont pas à l’abri de faire de leurs fictions une réalité.

Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd’hui où il en est. À force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation ? Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu’il est persuadé d’avoir commis des crimes ? Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau commence à se resserrer. Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

Entre Shutter Island (Dennis Lehane) et Un employé modèle, Paul Cleave signe sans conteste avec Ne fais confiance à personne son chef d’œuvre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355846403
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"A chaque page, ce thriller psychologique exceptionnel oblige le lecteur à remettre en question la réalité.  Un coup de maître ! "
Publishers Weekly
"Breaking Bad revu et corrigé par les frères Coen."
Kirkus Review

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nathalire 14/07/2022
    C’était la première fois que je lisais un roman de Paul Cleave, et je suis assez satisfaite de cette première rencontre avec l'auteur. Comme le mentionne le résumé en 4ème de couverture, « Ne fais confiance à personne » est un thriller psychologique avec comme principal protagoniste un auteur de thriller, atteint de la maladie d'Alzheimer : "A force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, Jerry Grey, célèbre romancier, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation de passer à l’acte ? Traité pour un Alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau se resserre." Paul Cleave a choisi de faire de Jerry le narrateur d'une aventure dont chaque fait ou chaque souvenir est sujet au doute, compte tenu de la défaillance progressive de sa mémoire, créant ainsi une réelle confusion dans l'esprit des lecteurs.  Il alterne le récit des événements du présent et les extraits d'un "carnet de folie" rédigé par Jerry depuis le diagnostic de sa maladie. Ce type de narration permet de faire avancer l’histoire tout en nous livrant des éléments du passé, dévoilant... C’était la première fois que je lisais un roman de Paul Cleave, et je suis assez satisfaite de cette première rencontre avec l'auteur. Comme le mentionne le résumé en 4ème de couverture, « Ne fais confiance à personne » est un thriller psychologique avec comme principal protagoniste un auteur de thriller, atteint de la maladie d'Alzheimer : "A force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, Jerry Grey, célèbre romancier, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation de passer à l’acte ? Traité pour un Alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau se resserre." Paul Cleave a choisi de faire de Jerry le narrateur d'une aventure dont chaque fait ou chaque souvenir est sujet au doute, compte tenu de la défaillance progressive de sa mémoire, créant ainsi une réelle confusion dans l'esprit des lecteurs.  Il alterne le récit des événements du présent et les extraits d'un "carnet de folie" rédigé par Jerry depuis le diagnostic de sa maladie. Ce type de narration permet de faire avancer l’histoire tout en nous livrant des éléments du passé, dévoilant petit à petit le déroulement de l’affaire.  Le fait que nous prenions connaissance, dans ce carnet, des impressions et errements du personnage principal, nous permet de mieux comprendre sa psychologie et de ressentir énormément d'empathie pour lui. J'ai beaucoup aimé cette construction en alternance présent/passé, qui apporte du rythme au récit, et l'humour noir de l'écrivain, qui allège un peu l'atmosphère lourde créée par les répétitions, nécessaires pour représenter la confusion du dément, les méandres de son esprit tourmenté par la maladie d'Alzheimer. On se perd au milieu des fausses pistes, des vrais rebondissements et des chemins détournés dont l'auteur nous régale. Et même si j'ai rapidement deviné certains éléments, le suspense est au rendez-vous et le dénouement très intéressant. Bref, "Ne fais confiance à personne" est un livre assez addictif que j'ai lu en quelques heures et qui convenait parfaitement pour m'accompagner durant mes vacances ! 
    Lire la suite
    En lire moins
  • diablotin0 16/06/2022
    Je vais oublier très rapidement ce livre et ce ne sera pas un signe avant-coureur de la maladie d'Alzheimer. Je me suis ennuyée, ce qui est inédit avec Paul Cleave qui, jusqu'à présent, m'a tenue en haleine et fait sourire. Alors oui bien sûr, l'idée était prometteuse , est-ce que Jerry Grey , auteur de romans policiers est un assassin dans la vraie vie ? Voilà une question épineuse d'autant plus que ce Jerry est fait prisonnier par le capitaine A, en d'autres termes il a la maladie d'Alzheimer. Donc oui il y avait de quoi nous faire travailler les neurones mais on tourne en rond et je me suis fortement ennuyée au point de ne pas avoir envie de lire. :-( La souffrance de Jerry devant cette fichue maladie est bien rendue et c'est poignant par moment, mais cela ne rachète pas pour moi toutes ces longueurs. Je suis d'ailleurs étonnée d'apprendre, par le biais de ses remerciements, que "ne fais confiance à personne" est le livre qui lui a donné le plus de plaisir. Je regrette d'autant plus de ne pas avoir moi aussi eu du plaisir à le lire.
  • lecturesdudimanche 23/02/2022
    S’il y a bien une maladie qui m’effraye particulièrement, c’est Alzheimer… L’idée d’oublier mes proches, mon passé, de devenir un poids, de faire des idioties ridicules devant la terre entière… tout ça me fait vraiment peur ! Ce qui vit le héros de cette histoire, c’est encore pire, car il n’a qu’une quarantaine d’années lorsque la maladie le happe ! D’auteur connu et reconnu, Jerry devient ce pauvre être qui fuit sa maison par la fenêtre, oublie le nom de sa femme ou vandalise le jardin de sa voisine sans n’en garder aucun souvenir. Lorsque la tempête s’abat sur Jerry, il pense qu’avec sa femme, Sandra, ils viendront à bout de toutes les difficultés. Mais c’est sans compter sur les facéties de la maladie qui met l’esprit de Jerry en vrac. Pour tenter de garder une trace de ce qu’il fut, Jerry entame un espèce de journal intime qu’il intitule « Carnet de la folie ». Nous, lecteurs, alterneront les chapitres entre le carnet de la folie entamé à l’annonce de la maladie et le quotidien de Jerry quelques mois plus tard, interné dans une maison de soins. Parfois, il s’échappe, Jerry, et quand on le retrouve, il ne sait plus... S’il y a bien une maladie qui m’effraye particulièrement, c’est Alzheimer… L’idée d’oublier mes proches, mon passé, de devenir un poids, de faire des idioties ridicules devant la terre entière… tout ça me fait vraiment peur ! Ce qui vit le héros de cette histoire, c’est encore pire, car il n’a qu’une quarantaine d’années lorsque la maladie le happe ! D’auteur connu et reconnu, Jerry devient ce pauvre être qui fuit sa maison par la fenêtre, oublie le nom de sa femme ou vandalise le jardin de sa voisine sans n’en garder aucun souvenir. Lorsque la tempête s’abat sur Jerry, il pense qu’avec sa femme, Sandra, ils viendront à bout de toutes les difficultés. Mais c’est sans compter sur les facéties de la maladie qui met l’esprit de Jerry en vrac. Pour tenter de garder une trace de ce qu’il fut, Jerry entame un espèce de journal intime qu’il intitule « Carnet de la folie ». Nous, lecteurs, alterneront les chapitres entre le carnet de la folie entamé à l’annonce de la maladie et le quotidien de Jerry quelques mois plus tard, interné dans une maison de soins. Parfois, il s’échappe, Jerry, et quand on le retrouve, il ne sait plus très bien ce qu’il a fait. Parfois aussi, il avoue des meurtres, mais ce sont ceux qu’il a écrits lorsqu’il était un auteur renommé. Pourtant, à chaque nouvelle escapade, un corps est découvert. Le Jerry des bons jours est inquiet : et s’il était coupable ? Commence alors pour Jerry une course contre lui-même et son esprit défaillant qui complique singulièrement sa recherche de vérité. La cadence en deux rythmes un chapitre sur deux apporte une belle dynamique. En effet, le Jerry du passé qui tente d’expliquer à Jerry du futur qui il était et comment tout s’est effondré est cynique et drôle, malgré la gravité de la situation. Le Jerry totalement perdu du présent est bien plus flou et terrifié. Tantôt, il se sait meurtrier, tantôt il se croit victime d’une machination. On va commencer par arracher le pansement d’un coup : non, je n’ai pas eu de surprise. J’ai espéré jusqu’au bout que les indices gros comme des camions qui m’avaient amené à une conclusion rapide ne servaient peut-être qu’à perdre le lecteur. En fait, pas du tout. Mauvaise nouvelle, comme l’écrirait Jerry dans son carnet de la folie, j’ai tout compris ! Oui mais il y a aussi la bonne nouvelle : j’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteur et j’ai adoré Jerry qui m’a beaucoup émue. Son quotidien bascule et il en a conscience, au début, à 99% du temps (il a égaré ses clés, ce n’est pas bien grave…). Pourtant, ce pourcentage décline à vue d’œil en emportant le lecteur dans une longue descente aux enfers. Avec la démence naissent aussi de terribles angoisses et la croyance que le monde entier s’est ligué contre lui, alors que sa femme déploie toute son énergie pour le protéger de lui-même. Mention spéciale pour l’horrible fin qui, bien qu’elle soit attendue, est simplement déchirante… Une lecture qui ne fait pas forcément carton plein au niveau de l’intrigue mais que j’ai malgré tout pris plaisir à lire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • DelphineWR 15/02/2021
    Un thriller psychologique comme je les aime ! On entre dans la peau d un écrivain malade mais malgré cela on comprend l intrigue ! C est bien ficelé et avec un humour particulier en plus ! Un écrivain que je ne connaissais pas, je n hésiterais pas à lire d autres romans !
  • Citrouille_mecanique 25/10/2020
    Un livre assez déroutant, un peu dans la même veine que le thriller psychologique "Avant d'aller dormir". Les deux jouent avec la mémoire du narrateur, et le font bien, de façon à balader assez aisément le lecteur. La difficulté ? C'est de ne pas rendre le texte trop répétitif. Et avec la mémoire défaillante, et les poussées de sénilité du personnage principal, c'est un peu compliqué. C'est en même temps fascinant, parce que pour le coup, la maladie d'Alzheimer est plutôt bien retranscrite, c'est intéressant pour peu que le sujet nous intéresse un peu de base, et ça nous offre une intrigue où on sait jamais trop où on va. Bon, on part parfois un peu dans tous les sens, mais ça fait le charme du livre. C'est plutôt plaisant. D'autant que la narration est bien faite avec une alternance de la chronologie. Un récit pas trop linéaire, et où il faut un minimum se creuser la tête pour y trouver quelque chose. Une petite touche d'humour aussi, avec des dialogues parfois un peu loufoques et qui permettent de donner une petite touche de légèreté à un sujet bien plus sombre. Mais bon, la confusion du récit (volontairement assumé, bien évidemment) et l'aspect très répétitif aura... Un livre assez déroutant, un peu dans la même veine que le thriller psychologique "Avant d'aller dormir". Les deux jouent avec la mémoire du narrateur, et le font bien, de façon à balader assez aisément le lecteur. La difficulté ? C'est de ne pas rendre le texte trop répétitif. Et avec la mémoire défaillante, et les poussées de sénilité du personnage principal, c'est un peu compliqué. C'est en même temps fascinant, parce que pour le coup, la maladie d'Alzheimer est plutôt bien retranscrite, c'est intéressant pour peu que le sujet nous intéresse un peu de base, et ça nous offre une intrigue où on sait jamais trop où on va. Bon, on part parfois un peu dans tous les sens, mais ça fait le charme du livre. C'est plutôt plaisant. D'autant que la narration est bien faite avec une alternance de la chronologie. Un récit pas trop linéaire, et où il faut un minimum se creuser la tête pour y trouver quelque chose. Une petite touche d'humour aussi, avec des dialogues parfois un peu loufoques et qui permettent de donner une petite touche de légèreté à un sujet bien plus sombre. Mais bon, la confusion du récit (volontairement assumé, bien évidemment) et l'aspect très répétitif aura eu raison de moi : de grosses longueurs, pour un final assez prévisible. C'est une lecture intéressante globalement, mais loin du coup de cœur.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    Sonatine

    3 questions à Paul Cleave, à l'occasion de la sortie de son roman "Cauchemar"

    Après Un employé modèle et Ne fais confiance à personne, Paul Cleave s'essaie à un nouveau genre de polar. Son dernier roman, Cauchemar, va vous embarquer - dans une histoire menée tambours battants - jusqu'à Acacia Pines, une petite ville perdue des Etats-Unis. Pour savoir exactement de quoi il en retourne, et pourquoi de tels changements dans ses habitudes, nous avons posé quelques questions à Paul Cleave.

    Lire l'article