En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Ne fais confiance à personne

        Sonatine
        EAN : 9782355846403
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 220 mm
        Ne fais confiance à personne

        Fabrice POINTEAU (Traducteur)
        Date de parution : 31/08/2017
        Il y a pire que de tuer quelqu’un : ne pas savoir si on l’a tué.

        Le nouveau thriller étourdissant de Paul Cleave
         
        Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes et favoriser un passage à... Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes et favoriser un passage à l’acte aux conséquences funestes. Eux les premiers, qui pensent connaître toutes les ficelles du crime parfait, ne sont pas à l’abri de faire de leurs fictions une réalité.

        Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd’hui où il en est. À force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation ? Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu’il est persuadé d’avoir commis des crimes ? Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau commence à se resserrer. Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

        Entre Shutter Island (Dennis Lehane) et Un employé modèle, Paul Cleave signe sans conteste avec Ne fais confiance à personne son chef d’œuvre.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355846403
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 400
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • GhostReaderInvestigation Posté le 22 Janvier 2018
          Paul Cleave est un auteur à l’esprit plutôt retors qui manie parfaitement l’humour noir, profondément noir. A son actif, de nombreuse victimes à travers ses romans. Sa nouvelle victime est un célèbre auteur de thriller. Pourquoi lui ? Parce que ses auteurs ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire des histoires abominables, de notre appétit pour des énigmes qui baignent dans le sang. Ils peuvent même donner des idées, à force d’élaborer des crimes presque parfaits. Puis entre nous, il n’y a qu’un pas, un geste à faire pour que la fiction devienne réalité… Il y a pire que de tuer quelqu'un : ne pas savoir si on l'a tué. C’est le cauchemar éveillé que va vivre Jerry Grey, auteur de thriller et atteint de la maladie d’Alzheimer. Paul Cleave vous entraine dans un récit machiavélique, nous piégeant dans les méandres de la mémoire et de l’âme humaine, au cœur d’une douce folie. C’est un récit à la fois angoissant et mystérieux. Tu te retrouves incapable de lâcher ce livre tant tu veux découvrir l’incroyable histoire de Jerry Grey et de son alter ego Henry Cutter, lui-même en quête de... Paul Cleave est un auteur à l’esprit plutôt retors qui manie parfaitement l’humour noir, profondément noir. A son actif, de nombreuse victimes à travers ses romans. Sa nouvelle victime est un célèbre auteur de thriller. Pourquoi lui ? Parce que ses auteurs ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire des histoires abominables, de notre appétit pour des énigmes qui baignent dans le sang. Ils peuvent même donner des idées, à force d’élaborer des crimes presque parfaits. Puis entre nous, il n’y a qu’un pas, un geste à faire pour que la fiction devienne réalité… Il y a pire que de tuer quelqu'un : ne pas savoir si on l'a tué. C’est le cauchemar éveillé que va vivre Jerry Grey, auteur de thriller et atteint de la maladie d’Alzheimer. Paul Cleave vous entraine dans un récit machiavélique, nous piégeant dans les méandres de la mémoire et de l’âme humaine, au cœur d’une douce folie. C’est un récit à la fois angoissant et mystérieux. Tu te retrouves incapable de lâcher ce livre tant tu veux découvrir l’incroyable histoire de Jerry Grey et de son alter ego Henry Cutter, lui-même en quête de vérité, se retrouvant piéger entre la fiction et la réalité. Avec Ne fais confiance à personne, Paul Cleave nous livre une histoire magnifiquement complexe où même le lecteur va à son tour confondre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. C’est un récit vraiment troublant. Comme à son habitude, la narration est parfaitement maitrisée. Pour la première fois, l’auteur nous livre un récit en deux temps, alternant passé et présent, tout en suivant les confidences d’un homme qui perd peu à peu sa mémoire, sombrant doucement dans une folie amère. La barrière entre la réalité et la fiction devient quasi-inexistante. L’idée d’un auteur qui va confondre ses histoires avec des faits réels, le faisant devenir le coupable idéal est vraiment original. Je vous rassure l’auteur ne s’arrête pas à cela, nous régalant de fausses pistes, de vrais rebondissements et des chemins détournés pour mieux piéger son lecteur. Le récit devient encore plus paranoïaque, avec les confidences, le journal que tiens Jerry. Dans ses pages va naitre Henry Cutter, l’alter égo. Cela ne sera plus seulement le pseudonyme de l’auteur mais une vraie personne. On assiste impuissant à un magnifique dédoublement de la personnalité, à la déchéance d’un célèbre romancier qui a peut-être succomber à la tentation de passer à l’acte. Tel est la question et l’enjeu de ce roman… En plus d’être une belle mise en garde, Ne fais confiance à personne pourrait très bien être le manifeste d’un auteur qui a succombé à la tentation, qui a sauté le pas entre la fiction et la réalité, nous dévoilant ainsi sa série de crimes. Paul Cleave ne prends seulement en otage un auteur de thriller dans ses tourments mais aussi son lecteur dans un récit prenant et troublant où l’humour noir nous ensorcèle.
          Lire la suite
          En lire moins
        • emi13 Posté le 20 Janvier 2018
          Les auteurs de romans policiers thrillers sont-ils normaux ? A toujours écrire des thrillers ne passent-ils pas la frontière de l’impossible au possible. En aucun cas ils ne sont à l’abri de l’irréparable. Très bon thriller en s’accrochant on arrive au bout.
        • silencieuse1 Posté le 1 Janvier 2018
          Malgré quelques longueurs inutiles en fin de roman, "Ne fais confiance à personne" se lit avec avidité et curiosité, laissant le lecteur dans un désarroi absolu en rapport avec le sujet lui-même (la démence) mais également l'intrigue qui le mène par le bout du nez durant au moins deux tiers du roman. Sans aucun doute, Paul Cleave est doué, il l'a prouvé maintes fois et il faut espérer qu'il continue à écrire des histoires tordues pour notre plus grand plaisir.
        • Corboland78 Posté le 30 Décembre 2017
          Paul Cleave, né en 1974 à Christchurch, est un écrivain néo-zélandais. Après avoir travaillé comme prêteur sur gages pendant sept ans, il retourne à ses premières amours - l'écriture - et publie son premier roman, Un employé modèle en 2006 qui connaît un succès international. Ne fais confiance à personne, son sixième roman traduit chez nous, est sorti en 2017. Jerry Grey, la cinquantaine, est un auteur reconnu de romans policiers qui aurait pu continuer à vivre heureux entre sa femme Sandra et leur fille Eva, s’il n’était atteint de la maladie d’Alzheimer, ce qui oblige à le placer en maison de santé. Bientôt il se retrouve soupçonné d’un, voire plusieurs crimes et sa mémoire lui faisant défaut ou lui jouant des tours, il en vient à se persuader qu’il est devenu un monstre. Mais un polar où le criminel est montré du doigt dès les premières pages, tss tss tss, est-ce vraiment crédible ? Si les intrigues convenues des polars ou des thrillers vous lassent, venez faire un tour par ici. Paul Cleave avec ce nouveau bouquin réussit à nous entrainer dans une histoire « prise de tête » qui agace au début, intrigue ensuite et finit par accrocher le... Paul Cleave, né en 1974 à Christchurch, est un écrivain néo-zélandais. Après avoir travaillé comme prêteur sur gages pendant sept ans, il retourne à ses premières amours - l'écriture - et publie son premier roman, Un employé modèle en 2006 qui connaît un succès international. Ne fais confiance à personne, son sixième roman traduit chez nous, est sorti en 2017. Jerry Grey, la cinquantaine, est un auteur reconnu de romans policiers qui aurait pu continuer à vivre heureux entre sa femme Sandra et leur fille Eva, s’il n’était atteint de la maladie d’Alzheimer, ce qui oblige à le placer en maison de santé. Bientôt il se retrouve soupçonné d’un, voire plusieurs crimes et sa mémoire lui faisant défaut ou lui jouant des tours, il en vient à se persuader qu’il est devenu un monstre. Mais un polar où le criminel est montré du doigt dès les premières pages, tss tss tss, est-ce vraiment crédible ? Si les intrigues convenues des polars ou des thrillers vous lassent, venez faire un tour par ici. Paul Cleave avec ce nouveau bouquin réussit à nous entrainer dans une histoire « prise de tête » qui agace au début, intrigue ensuite et finit par accrocher le lecteur jusqu’à la fin car jamais on ne sait vraiment ce qui se passe. Nous savons déjà que Jerry est atteint d’Alzheimer ce qui induit des pertes de repères, des souvenirs tronqués ou falsifiés. Jerry Grey écrit ses romans sous un pseudonyme, Harry Cutter, or voilà que dans l’esprit perturbé de notre héros, Jerry et Harry vivent côte à côte, deux voix, deux façons de penser, deux mémoires différentes. Inutile de vous dire que lorsque Jerry est en phase perturbée, c’est un joli bazar dans sa pauvre tête, et quand il reprend temporairement ses esprits, il ne sait plus quoi en penser. Les chapitres alternent le passé et le présent, incluant des extraits d’un carnet disparu où Jerry anticipant sa future perte de raison totale, notait des éléments de sa vie. Plus le récit avance, plus les cadavres de femmes s’empilent. La police aux trousses de Jerry cherche à élucider ces crimes, le personnel de la maison de santé tente d’aider Jerry, puis Hans, son vieux copain pas trop respectueux des lois va lui donner un coup de main. Mais quelque chose cloche, Jerry le sent bien, coincé entre ses crises de démence et ses courts moments de lucidité il va essayer désespérément de se sortir de ce cauchemar. Mais n’oubliez pas qu’il ne faut faire confiance à personne… même à soi-même ? Crises de paranoïa où Jerry et Harry conversent avec Harry et Jerry, le tourbillon machiavélique semble sans fin et le lecteur tout aussi égaré que Jerry ne peut que s’abandonner au fil de l’écriture de Paul Cleave, en espérant que l’épilogue éclaircisse cet embrouillamini ? Ajoutons à tout ce qui précède, une mise en abyme passionnante où l’écrivain réel (Paul Cleave) imagine un écrivain fictif (Jerry) aux prises avec son double (Harry) dans ce qui s’apparente à un montage genre poupées russes… Prise de tête je vous avais dit, vous ne suivez pas ?
          Lire la suite
          En lire moins
        • traversay Posté le 27 Décembre 2017
          Un personnage atteint d'Alzheimer, c'est du nanan pour un romancier comme l'a notamment démontré Martin Suter dans Small World. Avec le néo-zélandais Paul Cleave, l'on pouvait donc s'attendre à ce que Ne fais confiance à personne atteigne les sommets du vertige et, ma foi, il y parvient avec une virtuosité qui frise l'insolence. Son héros, atteint prématurément par la maladie (49 ans), qu'il surnomme Capitaine Alzheimer, est un écrivain de thrillers qui a passé son existence à imaginer les crimes les plus sordides. De là à s'accuser des assassinats qui figurent dans ses livres, dans ses mauvais jours, il n'y a qu'un pas. Et tout se complique quand il est fortement soupçonné de meurtres dans sa ville (Christchurch, évidemment) et même confiné dans une maison de santé pour celui de sa femme. De ce cerveau schizophrène et terriblement confus, Cleave ausculte les errements, les doutes et les moments de lucidité. Il alterne le présent et le passé proche quand l'écrivain rédigeait un carnet (ne lui parlez pas de journal intime, comme le font ses proches, gag récurrent). Tourne-pages redoutable, Ne fais confiance à personne est moins trash que certains de ses précédents ouvrages et s'amuse à dresser le portrait d'un... Un personnage atteint d'Alzheimer, c'est du nanan pour un romancier comme l'a notamment démontré Martin Suter dans Small World. Avec le néo-zélandais Paul Cleave, l'on pouvait donc s'attendre à ce que Ne fais confiance à personne atteigne les sommets du vertige et, ma foi, il y parvient avec une virtuosité qui frise l'insolence. Son héros, atteint prématurément par la maladie (49 ans), qu'il surnomme Capitaine Alzheimer, est un écrivain de thrillers qui a passé son existence à imaginer les crimes les plus sordides. De là à s'accuser des assassinats qui figurent dans ses livres, dans ses mauvais jours, il n'y a qu'un pas. Et tout se complique quand il est fortement soupçonné de meurtres dans sa ville (Christchurch, évidemment) et même confiné dans une maison de santé pour celui de sa femme. De ce cerveau schizophrène et terriblement confus, Cleave ausculte les errements, les doutes et les moments de lucidité. Il alterne le présent et le passé proche quand l'écrivain rédigeait un carnet (ne lui parlez pas de journal intime, comme le font ses proches, gag récurrent). Tourne-pages redoutable, Ne fais confiance à personne est moins trash que certains de ses précédents ouvrages et s'amuse à dresser le portrait d'un auteur dont nombre de traits appartiennent à Cleave lui-même. On serait de sa famille, on ferait attention quand même ! Au-delà d'un suspense volontairement éventé longtemps avant le dénouement, le livre est assez précis sur le fonctionnement erratique de cette abominable maladie. Il n'en est pas moins hilarant à de très nombreuses reprises avec un humour noir qui n'appartient qu'à cet écrivain des antipodes assez unique en son genre.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "A chaque page, ce thriller psychologique exceptionnel oblige le lecteur à remettre en question la réalité.  Un coup de maître ! "
        Publishers Weekly
        "Breaking Bad revu et corrigé par les frères Coen."
        Kirkus Review
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.