RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Nexus

            Presses de la cité
            EAN : 9782258109179
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 496
            Format : 140 x 225 mm
            Nexus

            Jean-Daniel BRÈQUE (Traducteur)
            Date de parution : 09/10/2014
            Prix Bob Morane 2015 dans la catégorie "Romans traduits".
            http://bobmorane.noosfere.org/

            « Le roman qui ose regarder le futur droit dans les yeux. » Alastair Reynolds

             
            2040. Le monde est plus que jamais en proie aux dérives technologiques. Les agences gouvernementales sont déterminées à éradiquer toutes les recherches scientifiques pouvant constituer un danger pour l’humanité. Parmi ces menaces : NEXUS, une nano-drogue qui permet à ses consommateurs de connecter leurs cerveaux. 

            Kade, un jeune et brillant biologiste, considère...
            2040. Le monde est plus que jamais en proie aux dérives technologiques. Les agences gouvernementales sont déterminées à éradiquer toutes les recherches scientifiques pouvant constituer un danger pour l’humanité. Parmi ces menaces : NEXUS, une nano-drogue qui permet à ses consommateurs de connecter leurs cerveaux. 

            Kade, un jeune et brillant biologiste, considère cette drogue comme un immense progrès pour la société, offrant des possibilités de communication illimitées. À l’aide d’une poignée d’amis, et malgré l’illégalité d’une telle entreprise, il parvient à l’améliorer. Mais ses recherches attisent bientôt les convoitises…

            Des couloirs universitaires aux coulisses du pouvoir ; du siège d’une agence d’élite de Washington à un laboratoire secret de Shanghai ; des fêtes clandestines de San Francisco aux marchés illicites de biotechnologie de Bangkok, en passant par  un monastère bouddhiste, Nexus met en scène avec brio notre univers au bord de l’implosion.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258109179
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 496
            Format : 140 x 225 mm
            Presses de la cité
            23.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Plus qu'un simple technothriller, Nexus est un roman intelligent et rythmé mêlant science et réflexion tout en se mettant à portée des lecteurs. Une excellente surprise !"
            René-Marc Dolhen / Noosfere
            "Avec un rythme de thriller à la Michael Crichton, l'auteur, l'ingénieur informaticien Ramez Naam soulève, sans pression dans Nexus des questions éthiques posées par les sciences de demain."
            Joël Métreau / 20 Minutes
            "C'est fort de ses connaissances que Ramez Naam a écrit ce stupéfiant techno-thriller."
             
            "Qu'on ne croie surtout pas, à cause de ce qui précède, qu'il s'agit là d'un roman abscons, étouffant sous la technique. Au contraire, le grand art de Naam est de rendre claires les notions les plus complexes, tout en mettant en scène des personnages joliment dessinés. [...] Car l'action est aussi présente tout au long de ce récit de 480 pages bien tassées, une action très james-bondesque, comme cet assaut d'un monastère bouddhiste par deux hélicoptères furtifs bourrés de SEALs crachés par un sous-marin clandestin. Voilà un livre qui, outre le plaisir de la lecture, vous donne l'impression d'en sortir plus intelligent - ce qui est loin d'être négligeable."
            L'Ecran fantastique

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MinieHouselook Posté le 23 Janvier 2019
              Nexus est une drogue qui permet d’ouvrir notre esprit au monde qui vous entoure. Vous vous dites que c’est pareil que n’importe quelle drogue psychédélique. C’est bien plus puissant que cela. En plus, ce n’est que la troisième version de la drogue. La quatrième version n’a fait que détruire irrémédiablement les neurones des utilisateurs et la DEA a réussi à stopper sa progression rapidement... Sachez qu’il s’agit d’une trilogie, alors vous serez plongé dans cette histoire réaliste et futuriste pendant un bon moment. Ramez Naam (ou son traducteur) semble s’être inspiré des écrits Les robots pour la plume et la façon de présenter le concept. Difficile à comprendre au début mais avec un peu de détermination et de connaissance informatique, vous allez vraiment apprécier cet ouvrage primé...
            • LeCombatOculaire Posté le 19 Novembre 2018
              C'est un roman tourné avant tout vers la politique, un peu binaire dans la vision des "bons" et des "méchants", mais qui met le doigt là où ça risque de faire mal dans les années à venir avec la problématique posthumaine. D'abord, le roman est entrecoupé de quelques brèves, manifestes et comptes rendus de Cour suprême, qui concernent les positions politiques, légales et étatiques sur ce sujet. Il y a difficilement une place pour la voie du milieu entre qui est pour et qui est contre cette grande avancée technologique qui permet aux humains d'être améliorés, voire plus-qu'humains. Complots, services secrets, attaques de grande envergure, politique gouvernementale et internationale, espionnage... La grosse artillerie est de sortie. Le côté très binaire est accentué par la confrontation entre le gouvernement nord-américain et le gouvernement est-asiatique (chinois et thaïlandais ici). La technologie, Ramez Naam la connaît bien. Il fera même un résumé en quelques pages à la fin du livre sur les découvertes scientifiques et techniques qui l'ont inspiré, en général et pour les besoins du roman. Nexus semble plus probable que les voitures volantes pour le moment, et on ne serait pas tant étonné•e•s que d'ici 2040, ce soit déjà bien avancé -... C'est un roman tourné avant tout vers la politique, un peu binaire dans la vision des "bons" et des "méchants", mais qui met le doigt là où ça risque de faire mal dans les années à venir avec la problématique posthumaine. D'abord, le roman est entrecoupé de quelques brèves, manifestes et comptes rendus de Cour suprême, qui concernent les positions politiques, légales et étatiques sur ce sujet. Il y a difficilement une place pour la voie du milieu entre qui est pour et qui est contre cette grande avancée technologique qui permet aux humains d'être améliorés, voire plus-qu'humains. Complots, services secrets, attaques de grande envergure, politique gouvernementale et internationale, espionnage... La grosse artillerie est de sortie. Le côté très binaire est accentué par la confrontation entre le gouvernement nord-américain et le gouvernement est-asiatique (chinois et thaïlandais ici). La technologie, Ramez Naam la connaît bien. Il fera même un résumé en quelques pages à la fin du livre sur les découvertes scientifiques et techniques qui l'ont inspiré, en général et pour les besoins du roman. Nexus semble plus probable que les voitures volantes pour le moment, et on ne serait pas tant étonné•e•s que d'ici 2040, ce soit déjà bien avancé - mais pas encore si développé que dans le livre. On revient sur un questionnement maintenant déjà bien rabattu : la technologie est-elle l'amie ou l'ennemie de l'humanité ? Ici le raisonnement se fait en noir et blanc, très peu d'entre-deux, probablement pour plonger vraiment dans les avantages et les inconvénients, qui pourraient vraiment soit servir soit détruire l'humanité. Dans tous les cas, que l'on soit du côté humain ou du côté posthumain, il y a une chose qui revient souvent : le côté élitiste, de la "race" supérieure, le besoin de pouvoir et de contrôle, et même une sorte d'eugénisme. Mis à part l'aspect technologique - fortement mis en avant sans être non plus hyper détaillé ou trop rébarbatif à qui n'est pas habitué.e - l'auteur s'attarde également beaucoup sur l'aspect plus psychologique, spirituel, communicatif - que l'on peut retrouver à petite dose avec certaines autres drogues, mais aussi comme principes de bases de certaines religions. Se basant sur le bouddhisme, Ramez Naam fait de Nexus une sorte de raccourci au cheminement spirituel qui permet de ne faire qu'un avec tout le reste du monde, de ressentir les autres, de fusionner avec son environnement, de vibrer en cadence et d'entrer en transe. Bref, Nexus comme le bouddhisme tourne principalement autour de l'empathie. Je ne sais pas ce qu'il en est pour les différents courants bouddhistes, mais il me semble effectivement avoir vu pas mal de figures importantes prôner le transhumanisme et le posthumanisme pour différentes raisons. Nexus est le premier tome d'une trilogie et le premier roman de l'auteur, à la fois un peu hippie, contestataire, dangereux et un poil réactionnaire, effleurant les possibilités technologiques sans trop s'attarder dessus non plus. Bien qu'il y ait certains raccourcis et des scènes clairement pas nécessaires, l'écriture se prête bien à l'adaptation cinématographique (ce qui est déjà envisagé, il semblerait), avec pas mal de scènes d'action et de poudre aux yeux, une esthétique très visuelle plus que littéraire et surtout des sujets-chocs (bien que pas de première main). Les personnages sont vraiment caricaturaux, j'ai eu du mal à m'attacher, mais il y en a aussi qui sont plus complexes, ou tout simplement plus vibrants, quelques retournements de situation qui les rendent moins binaires. Dans l'ensemble j'ai plutôt bien accroché, j'ai trouvé que c'était assez bien équilibré pour atteindre un public relativement large, et je lirai la suite très bientôt.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Claireandthebooks Posté le 11 Septembre 2018
              J'étais enthousiasmée par le résumé, et je n'ai pas été déçue ! J'avais peur d'être dépassée par le langage informatique mais c'est plutôt bien passé, c'était soit assez clair soit survolé pour ne pas gêner la lecture. Kade est un personnage assez attachant, idéaliste, persuadé d'œuvrer pour le plus grand bien et que la connaissance ne peut être que bénéfique. Le deuxième personnage principal est complexe: Sam est une agent américaine chargée d'empêcher le trafic de drogues. La frontière entre le bien et le mal est plus difficile à voir qu'il n'y paraît et chaque décision est à remettre en question. J'ai aimé ce livre car le lecteur lui-même ne sait pas trop quoi choisir. C'est également un livre d'action, avec beaucoup de péripéties. Si vous aimez la science-fiction, l'action et les neurosciences, vous serez comblés !
            • quoilire Posté le 12 Février 2018
              Amis lecteur férus de science-fiction, ce livre est fait pour vous. Tout d’abord c’est un vrai livre de science-fiction, du genre hard-fy, où les technologies mentionnées ne sont que l’extrapolation de technologies émergentes (dans notre monde actuel). Dès le début vous êtes au fait du sujet technologique principal ; Nexus est un substance qui permet aux gens de communiquer par l’esprit : sorte de wifi entre cerveaux. Mais plus que l’innovation technologique, l’auteur pose l’interrogation philosophique de l’intérêt de rendre publique une découverte, sur les effets, l’utilisation et le détournement de celle-ci. Si la question est simple, la réponse est complexe. Ensuite, l’auteur ne s’enlise pas dans ce genre, ni ne sombre dans multitudes de détails, principes scientifiques ou digressions philosophiques, il incorpore un second ingrédient littéraire : le roman d’action à tendance espionnage qui fait immanquablement penser à feu Tom Clancy. Ce second élément donne vivacité, rythme et action au roman. Si un point négatif devait être formulé à l’encontre de ce roman est que certaines scènes de combat sont un peu longues voire répétitives. L’écriture est d’un style parfait, fluide, agréable même dans les parties plus techniques. En conséquence de quoi, il est tout à fait logique que ce livre mérite les... Amis lecteur férus de science-fiction, ce livre est fait pour vous. Tout d’abord c’est un vrai livre de science-fiction, du genre hard-fy, où les technologies mentionnées ne sont que l’extrapolation de technologies émergentes (dans notre monde actuel). Dès le début vous êtes au fait du sujet technologique principal ; Nexus est un substance qui permet aux gens de communiquer par l’esprit : sorte de wifi entre cerveaux. Mais plus que l’innovation technologique, l’auteur pose l’interrogation philosophique de l’intérêt de rendre publique une découverte, sur les effets, l’utilisation et le détournement de celle-ci. Si la question est simple, la réponse est complexe. Ensuite, l’auteur ne s’enlise pas dans ce genre, ni ne sombre dans multitudes de détails, principes scientifiques ou digressions philosophiques, il incorpore un second ingrédient littéraire : le roman d’action à tendance espionnage qui fait immanquablement penser à feu Tom Clancy. Ce second élément donne vivacité, rythme et action au roman. Si un point négatif devait être formulé à l’encontre de ce roman est que certaines scènes de combat sont un peu longues voire répétitives. L’écriture est d’un style parfait, fluide, agréable même dans les parties plus techniques. En conséquence de quoi, il est tout à fait logique que ce livre mérite les meilleures notes; et que nous soyons impatients de lire la suite.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Radinovitch Posté le 3 Mai 2017
              Aaaaaaaah voilà que je retrouve un bon techno-thriller des campagnes (et c'est pas une insulte). Franchement, c'est pas simple d'en trouver, à croire que ça n'intéresse que 3 pelos et demi (dont je fais partie apparemment). Alors ne vous arrêtez pas à la tablette de doliprane qui fait office de couverture. J'ai mis un moment à me décider aussi à cause de ça. Franchement un bouquin sur les médocs ça ne fait vraiment pas rêver. Mais la couverture est trompeuse, ça ne parle pas du tout de cachetons mais de transhumanisme et post-humanisme. Alors vous ne direz peut-être que ça ne fait rêver non plus (c'est vrai que ces thermes sont particulièrement dégueulasses et ça n'attire pas forcément) Mais en fait si c'est bien (si si je t'assure). Les mecs, ils sont capables de s'installer des softwares directement dans le cerveau grâce à Nexus. Ils sont capables de se connecter aux autres, de ressentir les émotions des autres, de partager des rêves, des souvenirs. Alors tu comprends bien, ça fait des envieux, des détracteurs. J'en dis pas plus, prends le bouquin. L'écriture est sympa même si je pense que l'auteur est fan de Tarantino parce que sa mère il en vide des litres de sang. Mes salutations distinguées.
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.