Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221157923
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 414
Format : 135 x 215 mm

Nora Webster - Édition française

Anna GIBSON (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 18/08/2016

Irlande, fin des années 1960. Nora, qui élève seule ses quatre enfants depuis la mort de son mari, tente de refaire sa vie sous l’oeil critique des habitants de la petite ville où elle vit depuis toujours. Opiniâtre et indocile, elle s’affranchit peu à peu des cancans et s’autorise de...

Irlande, fin des années 1960. Nora, qui élève seule ses quatre enfants depuis la mort de son mari, tente de refaire sa vie sous l’oeil critique des habitants de la petite ville où elle vit depuis toujours. Opiniâtre et indocile, elle s’affranchit peu à peu des cancans et s’autorise de menues libertés : prendre des cours de chant, s’acheter une chaîne stéréo… La profondeur des émotions que soulève en elle la musique s’accorde au réveil de sa sensibilité et de sa personnalité.
Le récit de la renaissance de Nora dans une société irlandaise en pleine mutation est magistralement servi par une prose musicale, délicate et nuancée : « Ce sont les phrases renfermant de l’émotion qui m’intéressent, dit Colm Tóibín. À travers le rythme, il faut contenir l’émotion, la relâcher, la contenir, la relâcher. » Et derrière le portrait de Nora, c’est la vérité de sa mère qu’il tente d’atteindre. Il lui a fallu plus d’une décennie pour terminer ce livre, trop intimidant, trop personnel.

« Aujourd’hui, peu de romanciers ont le courage, comme Tóibín, de montrer la vie telle qu’elle est plutôt que comme la voudrait l’art, et ce en nous émouvant profondément. » John Banville

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221157923
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 414
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fuyating Posté le 2 Août 2020
    J'ai beaucoup aimé l'histoire en elle-même de Nora, cette femme qui essaie de prendre sa vie en main après la mort de son mari. Nous voyons toute son évolution, de "la femme de..." à Nora Webster tout court, pour ce qu'elle est. Nous découvrons une femme qui a l'impression de ne décider de rien et de subir les choix des autres, puis elle s'affirme peu à peu et fait face aux difficultés. J'ai aussi aimé découvrir le contexte de l'époque en Irlande, avec les tensions politiques, les émeutes, la difficulté de vivre dans une petite ville où tout le monde connaît vos moindres faits et gestes. Les relations familiales sont également au coeur de ce roman, certaines plus tendues que d'autres. Par contre, je dois avouer qu'il y a eu quelques petites longueurs et surtout qu'est-ce que c'est que cette fin ? Nous avons l'impression de débarquer dans sa vie et de repartir tout aussi vite, alors que Nora continue de son côté. Ce n'est pas une fin, j'aurais voulu faire encore un bout de chemin avec elle. J'ai lu énormément de bonnes critiques sur cet auteur et vais donc continuer mon exploration de son œuvre.
  • Himerope Posté le 14 Mai 2020
    Le portrait d’une femme courageuse 🇮🇪 Colm Toíbín raconte l’Irlande des années 60 avec justesse. Sa plume authentique met en lumière les travers d’une société religieuse intolérante. Nora Webster vit à contre-courant, elle rejette cette Irlande sectaire. Elle refuse l’étiquette qu’on lui attribue et préfère écouter son cœur. La mort de son mari Maurice se révèle être un déclencheur pour la mère de famille qui va participer à des mouvements syndicaux. Elle va également faire de la musique sa passion. L’auteur retranscrit les tensions entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, omniprésentes à cette époque. Si vous êtes à la recherche d’un roman ébouriffant, passez votre chemin... En revanche, il faut souligner l’atmosphère oppressante qui se dégage du récit. Au début du livre, les voisins/vautours s’enchaînent pour prendre des nouvelles à la mort de son mari mais cela devient vite suffocant pour la veuve. Cette lecture m’a rappelé la plume de John Boyne, on retrouve toujours chez ces deux auteurs la soif de la vérité historique très plaisante à lire.
  • flair275 Posté le 9 Janvier 2020
    Irlande années 60. Nora Webster élève seule ses quatre enfants depuis la mort de son mari Maurice, professeur apprécié. Elle vit dans le sud de l'Irlande non loin de Dublin, à la fin des années soixante. On sent dans ce livre la tension entre le nord et le sud. Elle tente de refaire sa vie sous l’oeil critique des habitants de la petite ville où elle vit depuis toujours. Colm Toibin nous offre dans ce dernier roman un beau portrait de femme, j’ai été frappée par la justesse des émotions dépeintes par l’écrivain. Un beau livre à découvrir!
  • cmpf Posté le 1 Novembre 2019
    Il s’agit donc du portrait d’une femme, assez peu sympathique au demeurant, dans l'irlande de années 60. Il semblerait que l’auteur se soit inspiré de la vie de sa mère. Nora est l’épouse d’un professeur très apprécié de sa petite ville. C’est là son plus grand mérite, elle a deux grandes fille Fiona et Ains qui ont quitté la maison et étudient, et deux garçons Donal et Conor qui vivent encore avec elle. Quand nous rencontrons Nora son époux vient de mourir d’une maladie douloureuse. Elle doit apprendre à vivre seule. Et tout d’abord trouver un travail, renoncer à la maison de vacances… Peu à peu elle va commencer à prendre des décisions seule et il faut reconnaître qu’elle se débrouille plutôt bien, mais son caractère est souvent agaçant je lui trouve une très bonne opinion d’elle-même pas du tout justifiée, sinon par son statut social “d’épouse de professeur”. Le livre se lit sans déplaisir mais sans enthousiasme non plus. Il est souvent question de la situation entre les deux Irlandes mais ma méconnaissance des événements ne m’a pas permis de vraiment les apprécier. C’est mon second Colm Toibin, j'essaierai encore avec Brooklyn mais si je ne suis pas plus emballée, ce... Il s’agit donc du portrait d’une femme, assez peu sympathique au demeurant, dans l'irlande de années 60. Il semblerait que l’auteur se soit inspiré de la vie de sa mère. Nora est l’épouse d’un professeur très apprécié de sa petite ville. C’est là son plus grand mérite, elle a deux grandes fille Fiona et Ains qui ont quitté la maison et étudient, et deux garçons Donal et Conor qui vivent encore avec elle. Quand nous rencontrons Nora son époux vient de mourir d’une maladie douloureuse. Elle doit apprendre à vivre seule. Et tout d’abord trouver un travail, renoncer à la maison de vacances… Peu à peu elle va commencer à prendre des décisions seule et il faut reconnaître qu’elle se débrouille plutôt bien, mais son caractère est souvent agaçant je lui trouve une très bonne opinion d’elle-même pas du tout justifiée, sinon par son statut social “d’épouse de professeur”. Le livre se lit sans déplaisir mais sans enthousiasme non plus. Il est souvent question de la situation entre les deux Irlandes mais ma méconnaissance des événements ne m’a pas permis de vraiment les apprécier. C’est mon second Colm Toibin, j'essaierai encore avec Brooklyn mais si je ne suis pas plus emballée, ce sera fini avec cet auteur, il y en a tant d’autres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ConfidencesLitteraires Posté le 30 Septembre 2019
    Début des années 70 en Irlande. Nora Webster est veuve de fraîche date. Ses deux grandes filles poursuivent leurs études tandis que ses plus jeunes garçons sont encore à la maison. Les voisins et la famille s'invitent régulièrement pour faire part de leur compassion. Mais Nora Webster n'a que faire de la pitié des autres. Elle aimerait pouvoir vivre son deuil comme elle l'entend sans qu'on lui dise ce qu'elle doit ressentir, trouver une solution aux problèmes d'argent qui s'annoncent, savoir comment continuer à vivre malgré la douleur et l'absence et comment s'assurer que ses plus jeunes fils iront bien eux aussi. Malgré les apparences, Nora est une forte tête. Trouver un travail, tenir tête aux bons sentiments un peu trop autoritaires de ses proches… Elle compte bien gérer sa nouvelle vie sans tenir compte de l'opinion des autres, qui trouveront toujours à lui reprocher l'achat d'une nouvelle robe, une nouvelle coiffure ou l'excentricité de cours de chant. Le début est déprimant au possible. L'ambiance est morose, Nora se sent presque traquée par son entourage, elle ne sait pas ce que ressentent ses enfants… Mais petit à petit, elle reprend des forces et nous avec elle. J'ai ressenti son épuisement à être... Début des années 70 en Irlande. Nora Webster est veuve de fraîche date. Ses deux grandes filles poursuivent leurs études tandis que ses plus jeunes garçons sont encore à la maison. Les voisins et la famille s'invitent régulièrement pour faire part de leur compassion. Mais Nora Webster n'a que faire de la pitié des autres. Elle aimerait pouvoir vivre son deuil comme elle l'entend sans qu'on lui dise ce qu'elle doit ressentir, trouver une solution aux problèmes d'argent qui s'annoncent, savoir comment continuer à vivre malgré la douleur et l'absence et comment s'assurer que ses plus jeunes fils iront bien eux aussi. Malgré les apparences, Nora est une forte tête. Trouver un travail, tenir tête aux bons sentiments un peu trop autoritaires de ses proches… Elle compte bien gérer sa nouvelle vie sans tenir compte de l'opinion des autres, qui trouveront toujours à lui reprocher l'achat d'une nouvelle robe, une nouvelle coiffure ou l'excentricité de cours de chant. Le début est déprimant au possible. L'ambiance est morose, Nora se sent presque traquée par son entourage, elle ne sait pas ce que ressentent ses enfants… Mais petit à petit, elle reprend des forces et nous avec elle. J'ai ressenti son épuisement à être jugée par tout le monde, à ce que le moindre de ses actes soit commenté, et j'ai adoré la voir répondre aux autres à sa façon. La narration est très sensible, mais aussi détachée, en un sens, en ce qu'elle nous explique très peu « pourquoi » les personnages agissent ainsi – j'ai trouvé ça juste et émouvant, puisque dans la vraie vie, on ne sait pas toujours « pourquoi » on fait quelque chose, on suit son instinct, ses émotions. C'est une histoire très humaine sur le deuil, qui nous dépeint également l'Irlande au début du conflit nord-irlandais. J'aurais aimé que les tenants et les aboutissants de ce conflit politique soit plus approfondi, pour mieux comprendre le contexte du roman. C'est mon deuxième roman de l'auteur – d'ailleurs, tout au début, est évoqué ce que devient l'héroïne de Brooklyn, j'ai aimé ce clin d'oeil à son précédent roman !
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.