RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Nos âmes la nuit

            Robert Laffont
            EAN : 9782221187845
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 180
            Format : 135 x 215 mm
            Nos âmes la nuit

            Anouk NEUHOFF (Traducteur)
            Collection : Pavillons
            Date de parution : 01/09/2016
            « Quantité de romans évoquent la quête de l’amour, mais celui-ci est illuminé par sa présence. »​
            The Guardian
            Dans la petite ville de Holt, Colorado, dans une Amérique profonde et isolée, Addie, une septuagénaire, veuve depuis des décennies, fait une étrange proposition à son voisin, Louis, également veuf : voudrait-il bien passer de temps à autre la nuit avec elle, simplement pour parler, pour se tenir compagnie ?... Dans la petite ville de Holt, Colorado, dans une Amérique profonde et isolée, Addie, une septuagénaire, veuve depuis des décennies, fait une étrange proposition à son voisin, Louis, également veuf : voudrait-il bien passer de temps à autre la nuit avec elle, simplement pour parler, pour se tenir compagnie ? La solitude est parfois si dure… Bravant les cancans, Louis se rend donc régulièrement chez Addie. Ainsi commence une très belle histoire d’amour, lente et paisible, faite de confidences chuchotées dans la nuit, de mots de réconfort et d’encouragement. Une nouvelle jeunesse apaisée, toute teintée du bonheur de vieillir ensemble.
            Mais voilà, les choses ne vont pas se passer si simplement, les cancans vont bon train, et les familles s’en mêlent… Que va-t-il advenir de cette bulle de douceur si précieuse qu’Addie et Louis avaient réussi à construire ?
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221187845
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 180
            Format : 135 x 215 mm
            Robert Laffont
            18.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • PhilippeCastellain Posté le 21 Janvier 2019
              Un être humain a généralement deux grandes craintes : la mort et la solitude. Pas la solitude du penseur romantique sur la montagne contemplant la mer de nuage, non ; la vilaine solitude de celui ou celle qui, jour après jour traverse la foule au regard étranger, rentre dans son petit logement vide, où il trompe son ennui en attendant que la nuit tombe… Or de nos jours, le fait est qu’au moment d’approcher de la première on se trouve souvent confronté à la seconde. Qu’y-a-t-il de plus difficile dans la solitude ? Manger seul, se promener seul, rester devant la télévision seul ? Dormir seul, d’après les personnages de ce livre. Il faut dire que tous deux sont veufs. Tous deux ont habité à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre pendant des années, se connaissant comme on connait un voisin. Ont connu le mari de l’une, l’épouse de l’un. Ne savent pas tant de chose de l’autre, mais savent que c’est une bonne personne. Pourquoi ne viendrais-tu pas le soir, propose-t-elle un jour. On boirait un verre.... Un être humain a généralement deux grandes craintes : la mort et la solitude. Pas la solitude du penseur romantique sur la montagne contemplant la mer de nuage, non ; la vilaine solitude de celui ou celle qui, jour après jour traverse la foule au regard étranger, rentre dans son petit logement vide, où il trompe son ennui en attendant que la nuit tombe… Or de nos jours, le fait est qu’au moment d’approcher de la première on se trouve souvent confronté à la seconde. Qu’y-a-t-il de plus difficile dans la solitude ? Manger seul, se promener seul, rester devant la télévision seul ? Dormir seul, d’après les personnages de ce livre. Il faut dire que tous deux sont veufs. Tous deux ont habité à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre pendant des années, se connaissant comme on connait un voisin. Ont connu le mari de l’une, l’épouse de l’un. Ne savent pas tant de chose de l’autre, mais savent que c’est une bonne personne. Pourquoi ne viendrais-tu pas le soir, propose-t-elle un jour. On boirait un verre. On discuterait. Et puis on s’allongerait cote à cote, et on s’endormirait sans sentir le lit remplit d’absence à ses côtés… En douceur, une relation se tisse. Chacun découvre l’autre. Quand aux ragots, le plus simple est d’assumer, voir d’aller au devant, même si tout reste platonique. Un jour, elle reçoit un coup de fil de son fils. Ses affaires vont mal, et sa femme l’a quitté. Pourrait-elle prendre son petit-fils le temps d’un été ? Le style se démarque par sa grande sobriété, sa simplicité et son élégance – exactement ce qui semble avoir disparu de la littérature française ces derniers temps. Croyez-le ou non, mais ça fait un bien fou. Surtout quand quelqu’un vous a concocté la bonne playlist pour aller avec !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Adriatik Posté le 16 Novembre 2018
              Un petit livre lu en une soirée. Ce récit publié à titre posthume se déroule une fois de plus dans le village fictif de Holt. Il parle de la solitude qui s'installe parfois dans la vie des personnes d'un certain âge et de la manière dont elles tentent de vivre entre la routine de tous les jours et les insomnies de la nuit. Eh bien, je l'ai trouvée vraiment courageuse cette veuve de 75 ans qui ose défier les mentalités pour chercher le bonheur dans la compagnie de son voisin. Il y a beaucoup de pudeur dans cette belle histoire qui commence tout doucement et qui par son déroulement touche le lecteur. L'écriture de Kent Haruf est simple, à l'image de ses personnages, mais les émotions sont là, dans chaque mot prononcé par les protagonistes, dans chaque geste. Pas un mot ne sonne faux dans ‘Nos âmes la nuit', rien n'est ridicule ni caricatural. Certes, on ne retrouve pas dans ce livre autant d'action ni la même splendeur d'écriture que dans ‘Le chant des plaines ‘, mais c'est doux, plein de tendresse et de délicatesse. C'est du Kent Haruf, quoi ...
            • Lampyre Posté le 31 Octobre 2018
              Une bien jolie histoire qui pourrait être une banale histoire d'amour entre Louis et Addie . Mais Louis et Addie , tous deux veufs, ont plus de 70 ans et cherchent d'abord à tromper la solitude , en dépit du "qu'en dira t'on" et laissent l'amour s'installer entre eux . On les sent heureux et on se plait à penser que ce bonheur va durer . Mais ...Il y a toujours un mais .... Une belle histoire toute simple qui nous invite à la tolérance et à plus de simplicité dans nos relations humaines et affectives . J'ai beaucoup aimé le personnage d'Addie , qui prend sa vie en main et nous donne justement une belle leçon de vie .
            • Mespetitescritiqueslitteraires Posté le 28 Octobre 2018
              Lorsque l’on est veuve et que l’on habite dans une petite bourgade perdue dans le Colorado, il est tout à fait légitime de se soucier du qu’en dira-t-on. Mais lorsque l’on a soixante-dix ans et que l’on se rend compte que toute sa vie n’a été vécue qu’en fonction des autres, de leur bien-être ou de leur bien-pensance, alors l’urgence de vivre nous indique combien il est important de profiter de chaque instant. Cependant, ce besoin impérieux est-il compatible avec la sagesse qu’est censée apporter la vieillesse? Et quand bien même, doit-on forcément être sage lorsqu’on a soixante-dix ans? Addie, jolie vieille femme, a décidé que non. Peu lui importe ce que peuvent penser les gens, la proposition qu’elle fait à Louis n’a rien de scandaleux. Ils n’ont aucune raison de se cacher ou d’avoir honte. Leur relation sera donc connue de tous mais vécue dans la plus stricte intimité de la chambre d’Addie. Kent Haruf, tout en retenu et discrétion, entrebâille la porte de la chambre d’Addie et, de la pointe de la plume, il couche sur le papier leurs confidences, leurs états d’âme, leurs blessures, leurs fractures. Rassuré par cette marque d’attention et de respect, conforté par l’obscurité de... Lorsque l’on est veuve et que l’on habite dans une petite bourgade perdue dans le Colorado, il est tout à fait légitime de se soucier du qu’en dira-t-on. Mais lorsque l’on a soixante-dix ans et que l’on se rend compte que toute sa vie n’a été vécue qu’en fonction des autres, de leur bien-être ou de leur bien-pensance, alors l’urgence de vivre nous indique combien il est important de profiter de chaque instant. Cependant, ce besoin impérieux est-il compatible avec la sagesse qu’est censée apporter la vieillesse? Et quand bien même, doit-on forcément être sage lorsqu’on a soixante-dix ans? Addie, jolie vieille femme, a décidé que non. Peu lui importe ce que peuvent penser les gens, la proposition qu’elle fait à Louis n’a rien de scandaleux. Ils n’ont aucune raison de se cacher ou d’avoir honte. Leur relation sera donc connue de tous mais vécue dans la plus stricte intimité de la chambre d’Addie. Kent Haruf, tout en retenu et discrétion, entrebâille la porte de la chambre d’Addie et, de la pointe de la plume, il couche sur le papier leurs confidences, leurs états d’âme, leurs blessures, leurs fractures. Rassuré par cette marque d’attention et de respect, conforté par l’obscurité de la nuit, le lecteur accepte également de s’arrêter devant la porte et de coller son visage au plus près de cet interstice créé par l’auteur. Tout ce qu’il y voit, tout ce qu’il y entend n’est qu’hymne à la tendresse, à la douceur, à la résilience. Une véritable ode à la liberté. Il assiste donc, le sourire aux lèvres et le coeur léger, à la transformation d’Addie et de Louis. Malheureusement, les traditions sont tenaces et les mentalités ne changent pas aussi vite qu’on aimerait. Alors, quand Gene, le fils d’Addie, et Holly, la fille de Louis, apprennent cette étrange relation, ce désir brûlant de vivre paisiblement, à deux, entouré d’amour et de confidences, attentif à l’autre mais indifférent aux qu’en-dira-t-on, se verra ébranlé de la pire des manières qui soit. Ce livre, vous l’aurez compris, est pour moi un chef d’œuvre et ce, pour beaucoup de raisons. Tout d’abord, grâce à son sujet qui n’est pas le sujet de prédilection de la littérature contemporaine, car dans cette société, souvent atteinte de jeunisme, les situations amoureuses des sexagénaires et au-delà se nimbent souvent d’un voile de mystère, comme prisonnières d’un tabou. Outre le sentiment de solitude et d’abandon des personnes âgées, il dessine le profil psychologique des liens enfants-parents. Les enfants, arrivés à l’âge adulte, font leur vie sans l’aide de leurs parents. Ils font des choix, les assument plus ou moins. Ils leur demandent rarement conseils et ne souffrent aucun jugement de leur part. Tout conseil pourrait être perçu comme un désir d’ingérence dans leur vie. Mais lorsque les parents ne font pas des choix jugés responsables par leurs enfants, ces derniers n’hésitent pas à s’immiscer dans leur vie, à user d’un chantage affectif et psychologique affaiblissant ainsi toute tentative de (ré)conciliation. Enfin, la puissance dramatique des dernières pages est telle qu’il est impossible au lecteur de ne pas refermer le livre la gorge serrée, les yeux rougis de tristesse, le coeur gros mais ébloui par la beauté, la poésie et l’humour dont regorge chaque page. Kent Haruf nous offre ici son dernier livre, paru quelques mois après sa mort. Nos âmes la nuit est l’œuvre qui l’a fait connaître au grand public. Adapté sur grand écran, il fallait deux monstres sacrés pour interpréter les rôles d’Addie et de Louis. Jane Fonda et Robert Redford sonnaient comme deux évidences.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Allantvers Posté le 8 Octobre 2018
              Une histoire toute simple, très épurée, un peu facile en dépit de son originalité (l'amour dans la vieillesse est un thème assez rare en littérature et ailleurs, presque tabou) mais d'autant plus touchante qu'on la sent sortir du fond de l'âme de l'auteur, juste avant sa mort. Elle donne l'image d'un homme bon et authentique, qui pour sa dernière production littéraire avant le grand saut revient à l'essentiel et laisse une trace de douceur et d'optimisme. Je me suis laissée prendre à cette jolie balade, et c'est un ravissement.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.