RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Notre existence a-t-elle un sens ?

            Presses de la Renaissance
            EAN : 9782856169698
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 544
            Format : 155 x 240 mm
            Notre existence a-t-elle un sens ?
            Une enquête scientifique et philosophique

            Date de parution : 05/04/2007

            Ce livre révèle une révolution dans la conception du monde et de la vie. Une révolution déjà accomplie dans des secteurs décisifs de la recherche scientifique mais niée par d’autres, donc ignorée par l’opinion. Il explore la nature de l'être humain et du monde qui l'entoure, à la lumière des connaissances scientifiques les plus récentes, décrites de façon accessible à tous.

            « Il reste de profondes questions à résoudre en science. Beaucoup d’entre elles ont d’importantes implications pour la nature et le sens de la vie. Jean Staune en a une profonde connaissance et la façon dont il les analyse est fascinante. »
            Charles Townes, Prix Nobel de physique, inventeur du laser.

            Jean...

            « Il reste de profondes questions à résoudre en science. Beaucoup d’entre elles ont d’importantes implications pour la nature et le sens de la vie. Jean Staune en a une profonde connaissance et la façon dont il les analyse est fascinante. »
            Charles Townes, Prix Nobel de physique, inventeur du laser.

            Jean Staune nous fait voyager à travers l’infiniment petit et l’infiniment grand, les sciences de la vie et les sciences de la conscience. Un parcours fascinant qui nous amène à une incroyable conclusion : la vision classique que nous avons aujourd’hui de l’homme et du monde est aussi inexacte que pouvait l’être au Moyen Âge celle d’un Univers de petite dimension dont la Terre occupait le centre !
            La vision nouvelle issue de cette synthèse nous décrit un monde ouvert sur d’autres niveaux de réalité, où notre conscience ne se résumerait pas à l’activité de nos neurones, où la vie serait inscrite dans les lois de l’Univers. De telles découvertes, qui selon de nombreux scientifiques permettent un « réenchantement du monde », ont de très grandes implications philosophiques et sociétales. Parmi celles-ci, la possibilité d’un rapprochement, après des siècles de séparation, de nos connaissances rationnelles et des intuitions des grandes traditions religieuses, pour contribuer à donner aux hommes du XXIe siècle une vision unifiée et cohérente du monde.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782856169698
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 544
            Format : 155 x 240 mm
            Presses de la Renaissance
            24.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un livre à la fois érudit et accessible, grâce auquel, peu à peu, le désenchantement cède la place à l'émerveillement. » (Le Figaro Magazine)
             

            « Jean Staune a magnifiquement réussi à faire connaître toutes ces données et à développer ses arguments en un language simple, clair, direct, amusant même à l'occasion, qui rend la lecture de ce gros livre aussi aisée que captivante et contribue à sa manière à en faire un ouvrage, à mon avis, exceptionnel. » Bernard d'Espagnat

            « C'est à la fois un formidable livre d'introduction aux sciences contemporaines, mais aussi une réflexion sur les rapports de Dieu et de la science, un très beau livre. » Luc Ferry

            « Vous avez brillamment su illustrer l'enseignement de l'Eglise sur la compatibilité entre la foi et la raison, et la justesse de votre argumentation apporte des clarifications essentielles sur des controverses actuelles. » Cardinal Paul Poupard
             

            « L’humanité s’est toujours interrogée sur l’existence d’un autre niveau de réalité que le nôtre, imaginant des dieux ou un au-delà. La science confirme-t-elle cette intuition ? Du Darwinisme aux mathématiques, de la cosmologie à l’homme neuronal, le philosophe des sciences Jean Staune nous invite à découvrir une nouvelle vision de l’homme et du monde où les barrières spatio-temporelles seraient autres, où le matérialisme serait à réinventer. Une enquête inspirée, riche d’expériences et de rencontres. » (Psychologies)
             

            « Les quatre parties du livre (la matière, l’univers, l’évolution de la vie et la nature de la conscience humaine) ne poursuivent qu’un seul but, scientifique et philosophique : répondre à la question de l’origine de l’univers. » (Pages des libraires)
             

            « Notre existence a-t-elle un sens ? de Jean Staune constitue une enquête scientifique et philosophique de haute qualité . » (Monde et vie)
             

            « C’est un véritable baril de poudre que le fondateur et secrétaire général de l’Université interdisciplinaire de Paris s’amuse à lancer dans la forteresse du scientisme et du matérialisme, déjà fortement ébranlée et lézardée, depuis quelques décennies, par les extraordinaires découvertes des explorateurs de ces disciplines nouvelles que sont l’astrophysique et la physique quantique. Avec un humour décapant qui n’entame en rien le sérieux de ses démonstrations, Jean Staune nous entraîne ainsi dans un époustouflant voyage à travers l’infiniment petit et l’infiniment grand, puis parmi les sciences de la vie et celles de la conscience, avant de nous faire partager un secret soigneusement gardé par les milieux scientifiques dominants : la vision matérialiste étriquée que ceux-ci nous donnent aujourd’hui de l’homme et du monde est tout aussi fausse que pouvait l’être au Moyen Age celle d’un univers dont la Terre occupait le centre. S’appuyant sur les travaux de dizaines de savants prestigieux, dont plusieurs prix Nobel, représentant l’avant-garde dans tous les grands domaines scientifiques, l’auteur nous offre les clés d’un monde magique et insoupçonné, ouvert sur d’innombrables niveaux de réalité. »  (Politique Magazine)
             

            « Cet autodidacte original livre ici la synthèse de dix-neuf années de recherches. Il connaît beaucoup de choses et a côtoyé bien des scientifiques sur lesquels il s’appuie. » (Le Point)
             

            « Jean Staune aime les défis. Le fondateur de l’Université Interdisciplinaire de Paris propose dans son dernier ouvrage une synthèse personnelle des découvertes scientifiques contemporaines. Par ce bel effort de vulgarisation scientifique, Jean Staune cherche ni plus ni moins à répondre aux questions existentielles de l’existence ! » (La Croix)
             

            « Un livre qui ne manquera pas de relancer le débat passionnel autour du dialogue entre raison et foi. » (Le Monde des religions)

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Wakizashi Posté le 17 Juin 2018
              Ce livre présente une synthèse des théories scientifiques majeures dans les deux grands domaines que sont les sciences de la matière et les sciences de la vie. Jean Staune est un vulgarisateur hors pair, son talent de pédagogue rend cet état des lieux de la science particulièrement clair et accessible à tout un chacun. C'est à mon avis LE livre à lire pour toute personne souhaitant se faire une idée générale de ce que nous dit la science du monde à l'heure actuelle (je regrette juste qu'il n'aborde pas la notion de fonction d'onde dans le chapitre relatif à mécanique quantique, étant donné que c'est le concept central de cette théorie, mais c'est un tout petit bémol). L'autre intérêt (et le but) de l'ouvrage est de remettre en question le matérialisme philosophique. En se basant uniquement sur les résultats scientifiques, l'auteur montre en effet que le matérialisme est tout simplement dénué de fondement rationnel. Jean Staune met en évidence le fait que, si la science a pu conforter une vision matérialiste du monde entre la révolution copernicienne et la fin du XIXe siècle, elle a opérée depuis un basculement et aurait plutôt tendance aujourd'hui à pointer vers un réel de nature... Ce livre présente une synthèse des théories scientifiques majeures dans les deux grands domaines que sont les sciences de la matière et les sciences de la vie. Jean Staune est un vulgarisateur hors pair, son talent de pédagogue rend cet état des lieux de la science particulièrement clair et accessible à tout un chacun. C'est à mon avis LE livre à lire pour toute personne souhaitant se faire une idée générale de ce que nous dit la science du monde à l'heure actuelle (je regrette juste qu'il n'aborde pas la notion de fonction d'onde dans le chapitre relatif à mécanique quantique, étant donné que c'est le concept central de cette théorie, mais c'est un tout petit bémol). L'autre intérêt (et le but) de l'ouvrage est de remettre en question le matérialisme philosophique. En se basant uniquement sur les résultats scientifiques, l'auteur montre en effet que le matérialisme est tout simplement dénué de fondement rationnel. Jean Staune met en évidence le fait que, si la science a pu conforter une vision matérialiste du monde entre la révolution copernicienne et la fin du XIXe siècle, elle a opérée depuis un basculement et aurait plutôt tendance aujourd'hui à pointer vers un réel de nature spirituelle. Ce livre est donc une pierre au gigantesque édifice du débat qui traverse l'humanité depuis des millénaires ; peut-être le débat le plus important de l'histoire de l'Homme (qui renvoie les autres débats à des broutilles sans intérêt) : à ma gauche ceux qui pensent que la vie est le fruit du hasard et qu'elle n'a aucune sens ; à ma droite ceux qui pensent exactement le contraire...
              Lire la suite
              En lire moins
            • FredMartineau Posté le 5 Mars 2018
              Quel voyage passionnant proposé par Jean Staune dans Notre existence a-t-elle un sens#8201;? Il nous emmène explorer le coeur des grandes interrogations de notre temps : la provenance de l'Univers avant le Big Bang, la réalité physique, la nature de la conscience de l'homme, l'évolution de la vie et l'efficacité des mathématiques en passant en revue les dernières théories et faits scientifiques des chercheurs spécialistes de ces questions pour dresser un panorama de l'état actuel de la connaissance. Sa démarche est rigoureuse, il prend soin à chaque fois d'exposer les hypothèses, les arguments, les impasses et les perspectives de chaque piste explicative, illustrant l'humilité des positions qu'il prend parfois par l'Histoire des dogmes brisés par de nouvelles découvertes (Ptolémée, Galilée, Newton…) et l'étendue de notre ignorance dans bien des domaines. Il va jusqu'à supposer que peut-être la réalité ne nous sera jamais totalement accessible et que les dernières avancées scientifiques accréditent plus que jamais l'existence d'un autre niveau de réalité, d'un principe créateur, d'une intelligence dépassant de loin la nôtre. Certaines religions le nomment Dieu. Elles signent la fin du matérialisme scientifique pur. J'ai plongé sans retenue dans ce livre qui résonne avec mon propre questionnement. Il a constitué une sacrée mise... Quel voyage passionnant proposé par Jean Staune dans Notre existence a-t-elle un sens#8201;? Il nous emmène explorer le coeur des grandes interrogations de notre temps : la provenance de l'Univers avant le Big Bang, la réalité physique, la nature de la conscience de l'homme, l'évolution de la vie et l'efficacité des mathématiques en passant en revue les dernières théories et faits scientifiques des chercheurs spécialistes de ces questions pour dresser un panorama de l'état actuel de la connaissance. Sa démarche est rigoureuse, il prend soin à chaque fois d'exposer les hypothèses, les arguments, les impasses et les perspectives de chaque piste explicative, illustrant l'humilité des positions qu'il prend parfois par l'Histoire des dogmes brisés par de nouvelles découvertes (Ptolémée, Galilée, Newton…) et l'étendue de notre ignorance dans bien des domaines. Il va jusqu'à supposer que peut-être la réalité ne nous sera jamais totalement accessible et que les dernières avancées scientifiques accréditent plus que jamais l'existence d'un autre niveau de réalité, d'un principe créateur, d'une intelligence dépassant de loin la nôtre. Certaines religions le nomment Dieu. Elles signent la fin du matérialisme scientifique pur. J'ai plongé sans retenue dans ce livre qui résonne avec mon propre questionnement. Il a constitué une sacrée mise à jour de mes connaissances. Notamment en biologie, domaine dans lequel je m'étais arrêté au Darwinisme. L'auteur a fait évoluer ma façon d'envisager le monde et a donné un crédit scientifique à ce que je croyais n'être que des intuitions ou de la croyance. La description des expériences scientifiques sur la conscience m'a conforté dans le sentiment que matière et esprit sont deux choses différentes qui coexistent, cohabitent, collaborent. Aller au bout de ce livre m'a pris du temps, certains passages demandent pour un néophyte une concentration de tous les instants voire une relecture. En effet, mon degré d'éveil ne me permet pas encore la lecture quantique qui me libérerait de cette dimension très matérielle.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Olivius Posté le 16 Septembre 2017
              Bien évidemment ce livre ne répond jamais à la question posée dans son titre, mais il fait mieux que ça ! Il invite chacune et chacun à entrer dans l'ambitieuse aventure du questionnement métaphysique. Lequel questionnement passe également par de nombreux domaines scientifiques, c'est un travail soigné que nous propose Jean Staune. Ce livre évoque des théories, plus ou moins séduisantes, plus ou moins ambitieuses, mais il expose ce que l'on imagine, avec sérieux et ouverture. Même si j'y ai perçu une légère préférence de la part de l'auteur pour une théorie en particulier, mais c'est personnel. Il se peut que je me sois fourvoyé en distinguant cela. En tous cas c'est un travail assez remarquable, un bon livre qui passionne, qui questionne...
            • Iulius Posté le 16 Août 2017
              Difficile mais excellent!
            • gerardmuller Posté le 13 Février 2016
              «Jean Staune/Notre existence a-t-elle un sens ? «Jean Staune nous fait voyager à travers l'infiniment petit et l'infiniment grand, les sciences de la vie et les sciences de la conscience. Un parcours fascinant qui nous amène à une incroyable conclusion : la vision classique que nous avons aujourd'hui de l'homme et du monde est aussi inexacte que pouvait l'être au Moyen Âge celle d'un Univers de petite dimension dont la Terre occupait le centre ! La vision nouvelle issue de cette synthèse nous décrit un monde ouvert sur d'autres niveaux de réalité, où notre conscience ne se résumerait pas à l'activité de nos neurones, où la vie serait inscrite dans les lois de l'Univers. De telles découvertes, qui selon de nombreux scientifiques permettent un " réenchantement du monde ", ont de très grandes implications philosophiques et sociétales. Parmi celles-ci, la possibilité d'un rapprochement, après des siècles de séparation, de nos connaissances rationnelles et des intuitions des grandes traditions religieuses, pour contribuer à donner aux hommes du XXIe siècle une vision unifiée et cohérente du monde. » » Telle se trouve être la présentation de cet ouvrage passionnant dont je viens de terminer la lecture. Le chapitre du livre de... «Jean Staune/Notre existence a-t-elle un sens ? «Jean Staune nous fait voyager à travers l'infiniment petit et l'infiniment grand, les sciences de la vie et les sciences de la conscience. Un parcours fascinant qui nous amène à une incroyable conclusion : la vision classique que nous avons aujourd'hui de l'homme et du monde est aussi inexacte que pouvait l'être au Moyen Âge celle d'un Univers de petite dimension dont la Terre occupait le centre ! La vision nouvelle issue de cette synthèse nous décrit un monde ouvert sur d'autres niveaux de réalité, où notre conscience ne se résumerait pas à l'activité de nos neurones, où la vie serait inscrite dans les lois de l'Univers. De telles découvertes, qui selon de nombreux scientifiques permettent un " réenchantement du monde ", ont de très grandes implications philosophiques et sociétales. Parmi celles-ci, la possibilité d'un rapprochement, après des siècles de séparation, de nos connaissances rationnelles et des intuitions des grandes traditions religieuses, pour contribuer à donner aux hommes du XXIe siècle une vision unifiée et cohérente du monde. » » Telle se trouve être la présentation de cet ouvrage passionnant dont je viens de terminer la lecture. Le chapitre du livre de Staune consacré à l’évolutionisme est particulièrement intéressant. Parvenu à la page 274 du livre, j’ai besoin de cogiter un peu plus sur tout ce que je viens de lire et je suppose que ceux qui l’ont lu, ont fait de même. Car cette question est cruciale, essentielle et promesse d’un avenir hasardeux , mais peut-être pas si hasardeux que cela s’il s’avère que l’évolution est orientée et que la mutation fruit du hasard est corrigée par la sélection naturelle. L’évolution est un fait et le darwinisme et le néodarwinisme qui a intégré plus tard la génétique qu’ignorait Darwin, permettent de comprendre bien des choses même s’ils n’expliquent pas tout. N’oublions pas que toutes les grandes théories n’ont que partiellement expliqué ce qu’elles étaient censées élucider. D’autres théories ont été en général élaborées pour compléter les lacunes des premières. Ce que j’ai trouvé particulièrement étonnant, ce sont les récents travaux montrant que certaines mutations semblent bien se produire plus souvent si l’organisme dans lequel elles apparaissent se trouve dans un environnement où de telles mutations sont nécessaire à sa survie ; les mutations ne se produisent donc pas toujours par hasard. Ce sont les idées des néolamarckiens. Quoi qu’il en soit, tout porte à croire que la sélection naturelle avec son pouvoir d’optimisation (travaux de Dawkins), arrive au même résultat que des mutations orientées. Très intéressante aussi la théorie de Dawkins sur le gène égoïste et celle de Wilson sur le gène de l’altruisme réciproque. L’adaptionnisme de Dennett est aussi une idée qui vient compléter cette orientation de l’évolution. La sélection naturelle est extrêmement efficace car elle est capable de susciter des adaptations extraordinaires à partir de mutations dues au seul hasard. Bien sûr il y a des darwiniens qui avancent sur la pointe des pieds ou même à reculons. C’est le cas de S.J.Gould qui doute parfois de l’évolution progressive. Il observe une stabilité des espèces en observant les fossiles sur une longue durée. Par contre, il croit à l’apparition soudaine localement de nouveaux caractères par mutation. Gould parle alors d’ « équilibre ponctué ». Des mutations apparaissent au sein de petites populations soumises à de fortes contraintes qui aboutissent à une « spéciation », c’est à dire apparition d’une nouvelle espèce. D’où la rareté des fossiles de ce genre d’espèces. On parle alors de « macro-évolution », cas où les transitions sont soudaines et non graduelles. Gould par ailleurs soutient qu’il n’y a pas d’évolution vers une plus grande complexité et imagine un « mur de la complexité minimale », en se livrant à une étude détaillée des bactéries, les êtres parmi les moins complexes qui puissent exister, pour conclure que ce qui semble un progrès n’est qu’un phénomène aléatoire éloignant les organismes de leurs minuscules ancêtres, de façon inévitable. Pour lui, l’être humain est un pur produit du hasard et non le résultat inéluctable de la directionnalité de la vie ou des mécanismes de l’évolution. Selon De Duve, le hasard cependant est canalisé, et les lois de la biochimie doivent forcément amener non seulement la production de la vie, mais encore celle de la conscience au cours de l’évolution. Ainsi donc, dans ce cas , De Duve considère qu’il y a un progrès vers plus de complexité . L’évolution n’est pas un processus aveugle, mais un processus ouvert se dirigeant vers une fin qui n’est écrite nulle part. Pour Conway-Morris, les phénomènes de convergence rendent l’émergence de quelque chose comme nous à peu près inévitable. La convergence signifie que de nombreuses voies différentes conduisent à des résultats quasi identiques ; dans cette perspective, l’ensemble de toutes les formes biologiques possibles est limitée et cette limitation exerce des contraintes sur l ‘évolution. Pour Kaufman, il n’y a pas de hasard et l’ordre n’est pas un accident. Les lois de la Nature font spontanément émerger des niveaux d’ordre complexes qui donnent à la sélection naturelle un « matériau de base » de toute autre nature que des mutations dues au hasard. Mais on peut trouver plus fort encore avec Denton qui soutient que les formes biologiques épousent des formes mathématiques complexes qui seraient sous-jacentes à la structure des protéines ; l’évolution est ainsi guidée par les lois de la nature. On parle alors de morphologies rationnelles. La thèse téléologique se trouve ainsi renforcée. Un autre concept de la sélection est mis en avant par Mae Wan Ho, celui d’auto-organisation faisant émerger des formes plus complexes au cours de l’évolution. Pour Chauvin, l’évolution correspond à un programme interne qui se déroule, ce qui revient un peu au même. Très révolutionnaires et très contestés sont les travaux de Rosine Chandebois qui affirme que c’est le cytoplasme qui serait l’architecte, tandis que l’ADN ne définirait que les matériaux employés pour la construction. Ses conceptions sont renforcées par les travaux récents de Paldi sur la génétique. Pour eux, l’évolution est l’exécution d’un programme initial qui se déroule depuis l’origine. Le rôle des gènes de régulation mis en avant par J.Chaline dans le contrôle de l’architecture des organismes, explique la macro-évolution qui fait faire des sauts à l’évolution, alors que la micro-évolution procède graduellement grâce aux mutations au sein des gènes classiques, avec sélection naturelle . Très intéressante est la thèse néo-lamarckiste grâce aux travaux de Cairns qui prend en compte la pression de l’environnement dans le phénomène des mutations. Il y existe comme une génération sélective de mutations pense Steele. L’explication de tout cela, bien difficile à trouver, a été suggérée par Mac Fadden qui parle alors d’évolution quantique et Schäfer parle même de sélection quantique. Cette piste me semble prometteuse, qui va dans le sens d’un nouvelle logique, celle de Lupasco ; on retrouve là les notions d’états virtuels (ou potentiels) et celles d’actualisation montrant que la mutation est un phénomène véritablement quantique. Pour conclure, disons qu’un Einstein de la biologie est attendu comme dirait Jean Staune, pour unifier toutes ces notions tentant d’expliquer l’évolution qui reste un phénomène indéniable, mais ô combien complexe qu’une seule théorie ne peut , à elle seule , expliquer intégralement. A présent, je veux donner mon avis sur la suite de ce livre que Jean Staune a mis dix-neuf ans à écrire ! Il faut dire qu’en matière de transdisciplinarité, il ouvre bien large la voie et offre des pistes aux théoriciens de tout bord. Une attitude zététique s’impose pour aboutir au paradigme nouveau que Jean Staune appelle de tous ses vœux. Finies les divagations des créationistes et autres farfelus, fini la procrastination constante : nous devons tous revoir notre vision du monde pour découvrir et surtout comprendre du nouveau. L’exposé de Staune est passionnant et peu à peu passionnel, surtout dans la deuxième partie de l’ouvrage. Tandis que le début aborde la physique quantique de façon simplifiée, la suite, après l’évolutionisme traite de la conscience et de la neuro physiologie ; et consécutivement, Staune semble vouloir nous faire partager son idée d’un nouveau pari pascalien, plus moderne en émettant des conclusions anthropiques et spiritualistes. Chacun jugera, adhérera on non. Mais ce dialogue entre foi et raison reste d’une belle tenue. Donc, revenons au début. Pour tout dire, alors que Bernard d’Espagnat qui a fait une présentation du livre à l’Académie, et est souvent cité au fil des chapitres, a mis deux jours pour lire les 540 pages, je dois dire que j’ai mis 55 jours, soit environ 10 pages par jour ! J’ai certes intercalé la lecture de trois romans pour reposer un peu mes neurones… ! Dès l’abord, on se trouve plongé dans un monde étrange, le nôtre pourtant, dans lequel, des phénomènes bizarres s’avèrent être le reflet d’une réalité qui nous est voilée : je veux parler de la « non localité », de la « décohérence », de la « nonséparabilité », des particules subatomiques. L’incertitude, l’indétermination, l’imprédictibilité, l’incomplétude, l’indécidabilité règnent en absolu dans le monde de la matière. De Heisenberg à Gödel, en passant par Bohr et Planck, tout devient imprécis, mais plus proche de la réalité qui nous reste toutefois dissimulée comme l’affirmait avec justesse, il y a deux mille ans déjà, Platon. La suite concerne l’évolutionisme dont j’ai déjà parlé. Puis au fil du chapitre concernant la neurophysiologie, on sent renaître une façon de dualisme .Le chapitre concernant le monde mathématique m’a particulièrement intéressé car personnellement, j’ai toujours eu une attitude plutôt platonicienne sur la question. Comme Staune me le confirme, il semble bien exister un monde mathématique que depuis des millénaires les savants tentent de découvrir par bribes ; des coins du voile sont soulevés par période, et des inspirations inexpliquées transportent des chercheurs comme Andrew WILES dans un monde fabuleux pour redécouvrir 350 ans après la démonstration du théorème de Fermat. Les mathématiques ne sont pas une construction de l’esprit humain. Les hommes explorent cet immense continent peu à peu. Et Gödel de renchérir sur la question avec sont sublime théorème d’incomplétude pour affirmer que nombres de propositions mathématiques peuvent être à la fois vraies, et indémontrables. Pour lui, l’intuition mathématique peut se passer de toute démonstration. Et il va encore plus loin hors des sentiers battus, en bon dualiste qu’il était : il affirme « qu’il se pourrait bien qu’il n’y ait pas assez de cellules nerveuses pour accomplir toutes les fonctions de l’esprit. » Avouez que pour un scientifique, il faut oser le dire !!! Déduisez-en ce que vous voulez mais là, Gödel a frappé fort. La conclusion de Staune est assez ambiguë sur le sujet ; je vous la livre et commentez si le cœur vous en dit : « L’esprit qui nous anime n’est pas uniquement un produit de l’activité neuronale, même s’il ne peut pas s’exprimer sans l’aide de celle-ci. » La belle phrase de Berrnard d’Espagnat est aussi une conclusion, plus générale cette fois : « La réalité ne s’épuise pas à ce que nous pouvons voir, toucher, mesurer et peser. » Il faut bien s’avouer l’insuffisance ontologique de la réalité dans laquelle nous vivons. Comme je l’avais évoqué précédemment au sujet de l’évolutionisme, toute quête d’un nouveau paradigme pourrait être accompagnée de la nouvelle logique ternaire de Stephane LUPASCO, en vue de cerner le caractère holistique de cette nouvelle réalité. Bon, disons le enfin : oui, pour Staune, notre existence a bien un sens, vous l’aviez deviné. Enfin, la postface de B.Laplane est d’une très grande qualité et couronne parfaitement l’édifice, la cerise sur le gâteau en somme. On y trouve quelques vérités bien assénées et des critiques acerbes. Dont voici quelques échantillons : « Je trouve scandaleux, dans un pays qui se vante d’avoir établi l’enseignement de la philosophie dans le cursus pré-universitaire, de constater que l’on ne donne à ceux qui seront de jeunes bacheliers aucune information sur la physique quantique. » « Si les théories se succèdent, elles ne reviennent jamais au point de départ. » « La liberté n’est pas la capacité de faire n’importe quoi…L’addiction à la drogue est à la fois la conséquence de ce que les sociologues appellent la liberté, et une perte de liberté. » Je vous invite tous à lire cet énorme ouvrage qui part dans tous les sens pour tenter d’ouvrir une voie et suggérer des idées nouvelles susceptibles d’orienter la recherche, dans une attitude zététique et heuristique. Jean Staune , dans cet ouvrage magnifique, nous entrouvre la porte de la transdisciplinarité et la voie vers un nouveau paradigme pour essayer de comprendre davantage notre monde. Il faut tout revoir de fond en comble, mais tout en sachant que Platon aura encore raison avec son mythe de la caverne...Nous n'aurons toujours qu'un aperçu lié aux limites de nos sens. Beau dialogue entre raison et foi. Le chapitre traitant de l'Évolution est très bien conçu et plus loin celui relatif au monde étrange des mathématiques , passionnant. D'une lecture relativement facile, ce livre doit rejoindre le chevet en se laissant feuilleter dans le désordre.
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez! La newsletter qui vous inspire !
            Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.