RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Notre poison quotidien

            La Découverte
            EAN : 9782707157706
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 155 x 240 mm
            Notre poison quotidien
            La responsabilité de l'industrie chimique dans l'épidémie des maladies chroniques

            Collection : Cahiers libres
            Date de parution : 24/03/2011

            Dans ce nouveau livre choc, fruit d'une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe, l'auteure du Monde selon Monsanto montre que la cause principale de l'épidémie de cancers est d'origine environnementale et due aux quelque 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

            Au cours des trente dernières années, le taux d'incidence du cancer a augmenté de 40 % (déduction faite du facteur de vieillissement de la population). Durant cette période, la progression des leucémies et des tumeurs cérébrales chez l'enfant a été d'environ 2 % par an. Et on constate une évolution...

            Au cours des trente dernières années, le taux d'incidence du cancer a augmenté de 40 % (déduction faite du facteur de vieillissement de la population). Durant cette période, la progression des leucémies et des tumeurs cérébrales chez l'enfant a été d'environ 2 % par an. Et on constate une évolution similaire pour les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) et auto-immunes, ou pour les dysfonctionnements de la reproduction. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits « développés » ?
            C'est à cette question que répond Marie-Monique Robin dans ce nouveau livre choc, fruit d'une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. S'appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de chercheurs et de représentants des agences de réglementation, elle montre que la cause principale de l'épidémie est d'origine environnementale : elle est due aux dizaines de milliers de molécules chimiques qui ont envahi notre quotidien et notre alimentation depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
            Pour cela, l'auteure retrace le mode de production des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu'à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires). Elle décortique le système d'évaluation et d'homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l'aspartame ou du bisphénol A, et montre qu'il est totalement défaillant et inadapté. Surtout, elle raconte les pressions et les manipulations de l'industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782707157706
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 155 x 240 mm
            La Découverte
            22.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Après le succès de Le monde selon Monsanto, un documentaire à charge contre le leader américain d'OGM, c'est au système d'homologation et de réglementation des produits chimiques contenus dans les aliments que la réalisatrice s'en prend. Deux ans d'investigations et un impressionnant travail de recherche plus tard, son constat est sans appel. Ce système auquel nous accordons une confiance aveugle est arbitraire (les liens entre l'industrie et les agences de réglementations sont inextricables), fallacieux (les études sont menées par l'industrie elle-même et ses données brutes, jamais publiées) et approximatif (impossible de connaître l'effet sur le long terme). Le résultat est affolant d'autant plus que l'enquête est menée avec un calme olympien (on est très loin de l'hystérie et du pathos de Michael Moore) et que Marie-Monique Robin s'attaque aux problèmes structurels plutôt que de s'épancher sur le triste sort des victimes. Reste à savoir si une agriculture non chimique est envisageable à l'heure de la mondialisation et si les pouvoirs publics ont encore la capacité d'infléchir la tendance. »
            L'EXPRESS

            « Marie-Monique Robin, journaliste d'investigation pugnace (et bourreau de travail), s'est souvenue de ses racines paysannes quand elle s'est attaquée à Monsanto, cette firme agrochimique connue pour son rôle dans le développement des OGM, devenue sa bête noire, comme en témoigne son livre à succès Le monde selon Monsanto. Cette fois, avec Notre poison quotidien, la réalisatrice, fille d'agriculteurs des Deux-Sèvres, part à nouveau de l'agriculture mais élargit son travail à diverses conséquences de l'industrie chimique sur la santé. Son constat n'est certes pas nouveau. Mais ce qui fait la force de Marie-Monique Robin c'est l'exhaustivité et la précision; le choc des chiffres et le croisement des infos. Dans son documentaire et encore plus dans son livre, elle accumule références et citations, car dans ce domaine controversé, la puissance des firmes industrielles est telle qu'on a intérêt à accumuler les arguments et les nombres et les citations exactes si on veut les contester. »
            LES INROCKUPTIBLES

            « Fruit d'un travail d'enquête de deux ans mené en France et en Italie en passant par l'Inde, Genève et les États-Unis, Marie-Monique Robin nous emmène au plus près d'agriculteurs atteints de graves maladies, des fabricants de produits phytosanitaires, des scientifiques chargés d'étudier l'éventuelle toxicité des produits et résidus chimiques dans notre alimentation au sens large. »
            LA CROIX

            « L'enquête-choc de Marie-Monique Robin sur le géant des OGM et des pesticides Monsanto l'a rendue célèbre : 1,6 million de spectateurs pour le film diffusé en 2008, et un livre vendu à 100 000 exemplaires et traduit en 16 langues. Marie-Monique Robin, mordante enquêtrice, s'attaque désormais à la contamination chimique de notre assiette. Son film Notre poison quotidien et son livre éponyme démontent le système pervers par lequel nos repas sont devenus mortels. »
            TÉLÉ OBS

            « Comment évaluer la nocivité de ces substances qui se glissent entre la poire et le fromage dans nos assiettes ? Comment savoir si les matières plastiques ou les additifs sont dangereux comme le soupçonnent nombre d'associations de défense de l'environnement ? C'est la dose qui fait le poison, répondent les industriels. Ils ont pour cette raison inventé la "dose journalière acceptable". Soit la quantité que l'on peut ingérer chaque jour sans effet sur la santé. Sans effet, vraiment ? C'est la question que pose Marie-Monique Robin dans son livre, et dans le documentaire tourné simultanément. Selon la méthode déjà employé pour Le monde selon Monsanto, la journaliste a épluché des milliers de documents, interrogé des spécialistes, en s'intéressant aux pesticides, à l'aspartame. »
            ÇA M'INTERESSE

            « On en regretterait nos cent derniers repas. Après Le monde selon Monsanto qui épinglait la multinationale américaine et son obsession des OGM, Marie-Monique Robin, journaliste indépendante, descend la chaîne alimentaire pas à pas. Depuis les corps de nos agriculteurs, gangrenés par les cancers, à nos assiettes, la journaliste marque les produits toxiques à la culotte. Comment passent-ils entre les mailles des filets de contrôle ? Après des jours et des jours passés dans les archives des agences de contrôle sanitaire et des heures d'interview avec leurs responsables, Marie-Monique Robin lève le voile sur un drôle de système. Dans ce monde-ci, la "dose journalière admissible", qui régit la présence de substances toxiques dans nos aliments, ne serait qu'un calcul arbitraire inventé par quatre experts. »
            TERRA ECO

            « Voici la version écrite du documentaire diffusé par Arte le 15 mars dernier sur la façon dont les produits chimiques mettent nos vies en danger, en particulier de par leur présence dans notre alimentation. Plusieurs parties montrent les effets nocifs de divers produits - pesticides, aspartame, bisphénol A… - sur notre santé à partir d'exemples très concrets. Mais tout l'intérêt du livre se trouve ailleurs. A partir d'enquêtes précises, informées, minutieuses, l'auteure met à jour l'alliance entre une partie de la communauté scientifique et la grande industrie pour truquer, tromper et cacher les conséquences nocives de l'utilisation que cette dernière fait de certains produits chimiques. Et on a encore plus froid dans le dos lorsque la suite démontre, à partir de la notion de " dose journalière acceptable " de cochonneries que notre organisme est censé supporter, que les autorités publiques chargées de nous protéger sont au mieux dépassées, au pire complices de la quête de profits des entreprises, quel qu'en soit le coût en termes de santé publique. Comment s'en sortir ? A court terme, manger bio. A moyen terme, restreindre par la loi l'utilisation des produits toxiques. Et tout de suite, informer pour que vive un débat démocratique et contradictoire sur ce sujet. Ce livre y apporte une pierre importante. »
            ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • ktycat Posté le 7 Mars 2019
              J'aime beaucoup le travail de Marie-Monique Robin qui, à travers plusieurs documentaires et livres, nous livre toujours des enquêtes choc sur notre monde contemporain. Notre poison quotidien s'intéresse aux produits chimiques dans notre quotidien et, là encore, son documentaire arrive vraiment à nous faire prendre conscience des maux de notre société actuelle et aux conséquences délétères des lobbies chimiques sur notre santé. Un livre à recommander à tous ceux qui souhaitent savoir ce qu'ils mangent et qui était déjà en 2011 avant-gardiste quand on voit qu'on commence à peine à parler des aliment ultra-transformés.
            • Stella580 Posté le 1 Avril 2016
              Un livre qui n'est pas à portée de tout le monde de par ses nombreuses explications, ses longueurs etc... Mais très très instructif, je le conseille à quiconque s'interesse à la nutrition
            • Davalian Posté le 27 Octobre 2014
              Voici une lecture qui ne choque, interpelle, fait froid jusque dans les tréfonds de la moelle osseuse ! Il ne s'agit pourtant pas là d'un roman écrit par un maitre de l’épouvante (hélas) mais d’une véritable monographie à caractère scientifique sur les ravages des pollutions dues aux pesticides. Le propos est l'œuvre d'une journaliste qui maitrise son sujet, joue le jeu de l'approche scientifique en citant systématiquement ses sources. Son engagement et sa passion ne laisse pas de place au doute, mais il est parfois difficile de la suivre tant le propos peut être (souvent) complexe. Il sera donc nécessaire de faire un effort de concentration et d'être pleinement éveillé avant d'entreprendre cette lecture. La démarche n'est par ailleurs par exempte de petit travers. Ainsi à de nombreuses reprises, l'auteur nous fait part des nombreuses difficultés qui touchent à la reconnaissance d'un (ou de plusieurs) phénomènes. Ces épisodes sont assez redondants. Ils servent à enfoncer le clou, démontrer des permanences d'autant plus incompréhensibles qu'elles concernent des humains. Ce choix (qui se justifie amplement) donne toutefois un côté revendicateur qui dessert le livre. Le périmètre de l'enquête tel qu'il ressort de la lecture n'est au demeurant pas aussi complet et immersif que le laisse... Voici une lecture qui ne choque, interpelle, fait froid jusque dans les tréfonds de la moelle osseuse ! Il ne s'agit pourtant pas là d'un roman écrit par un maitre de l’épouvante (hélas) mais d’une véritable monographie à caractère scientifique sur les ravages des pollutions dues aux pesticides. Le propos est l'œuvre d'une journaliste qui maitrise son sujet, joue le jeu de l'approche scientifique en citant systématiquement ses sources. Son engagement et sa passion ne laisse pas de place au doute, mais il est parfois difficile de la suivre tant le propos peut être (souvent) complexe. Il sera donc nécessaire de faire un effort de concentration et d'être pleinement éveillé avant d'entreprendre cette lecture. La démarche n'est par ailleurs par exempte de petit travers. Ainsi à de nombreuses reprises, l'auteur nous fait part des nombreuses difficultés qui touchent à la reconnaissance d'un (ou de plusieurs) phénomènes. Ces épisodes sont assez redondants. Ils servent à enfoncer le clou, démontrer des permanences d'autant plus incompréhensibles qu'elles concernent des humains. Ce choix (qui se justifie amplement) donne toutefois un côté revendicateur qui dessert le livre. Le périmètre de l'enquête tel qu'il ressort de la lecture n'est au demeurant pas aussi complet et immersif que le laisse entendre la quatrième de couverture. Marie-Monique Robin opère des choix en parlant des pesticides agricoles, des perturbateurs endocriniens, de l'aspartame et du bisphénol A. Autant dire que nous touchons là aux intrants et contenants mais pas directement aux aliments... dommage ! D'autant que le texte donne une curieuse impression de répétions à de nombreuses reprises. Les témoignages auraient sans doute gagnés à être moins nombreux ou traités de manière plus succincte, même si là aussi ils dénotent la qualité de la recherche. L'équilibre entre exhaustivité et confort de lecture est toujours difficile à trouver… Le style de la journaliste est heureusement là pour nous réveiller à plusieurs reprises, tant les thématiques sont complexes. Assez étrangement, ces moments-là ne sont pas très fréquents. Ils démontrent également que l'ouvrage est moins le travail d'une journaliste (sinon pour les investigations qui ont demandé tant de temps et d'énergie) que celui d'une scientifique. En résumé Notre poison quotidien est un manuel, un ouvrage complexe mais une référence. Il amène à une prise de conscience, d'autant plus nécessaire qu'elle touche le quotidien des humains à l'échelle planétaire (ou du moins des pays industrialisés). Et oui... rien de moins. Une lecture à mettre dans toutes les mains donc... et le plus rapidement possible !
              Lire la suite
              En lire moins
            • koklikovert Posté le 10 Juillet 2014
              Sans commentaire
            • Coxinel2 Posté le 12 Juin 2011
              Peut-on établir un lien entre la contamination de la chaîne alimentaire par des substances chimiques et l’épidémie de maladies chroniques que l’Organisation mondiale de la Santé(OMS) constate un peu partout dans le monde ? Ce livre nous plonge dans une enquête haletante qui a conduit Marie-Monique Robin dans six pays européens (France, Italie, Allemagne, Suisse, Grande Bretagne, Danemark), aux États Unis, au Canada, au Chili, et en Inde. Elle dresse le bilan d’études longtemps ignorées sur l’épidémie actuelle de cancers, les maladies neurologiques et le dysfonctionnements du système immunitaire. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, elle montre que la cause principale de l’épidémie est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour cela, elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A. Le constat est terrible car l’enquête met en évidence la réalité des effets des molécules chimiques qui ont envahi notre alimentation et notre environnement mais surtout le mensonge de l’industrie alimentaire et des décideurs politiques quant aux conséquences de l’utilisation de ces molécules ! On se rend compte que la... Peut-on établir un lien entre la contamination de la chaîne alimentaire par des substances chimiques et l’épidémie de maladies chroniques que l’Organisation mondiale de la Santé(OMS) constate un peu partout dans le monde ? Ce livre nous plonge dans une enquête haletante qui a conduit Marie-Monique Robin dans six pays européens (France, Italie, Allemagne, Suisse, Grande Bretagne, Danemark), aux États Unis, au Canada, au Chili, et en Inde. Elle dresse le bilan d’études longtemps ignorées sur l’épidémie actuelle de cancers, les maladies neurologiques et le dysfonctionnements du système immunitaire. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, elle montre que la cause principale de l’épidémie est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour cela, elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A. Le constat est terrible car l’enquête met en évidence la réalité des effets des molécules chimiques qui ont envahi notre alimentation et notre environnement mais surtout le mensonge de l’industrie alimentaire et des décideurs politiques quant aux conséquences de l’utilisation de ces molécules ! On se rend compte que la surveillance des produits de l’industrie agroalimentaire est autant soumise aux pressions et aux conflits d’intérêts que celle du médicament (mis en lumière par le médiator). Mais dans le cas du médicament, il existe au moins une chaîne de vérification qui n’existe pas dans l’agroalimentaire. Il est rare de trouver encore aujourd’hui des journalistes qui proposent des enquêtes de fond et posent les bonnes questions. C’est ce que fait ici Marie-Monique Robin et c’est un vrai plaisir que de la suivre dans son cheminement. Seul petit bémol : j’aurais aimé que des solutions ou alternatives plus concrètes soient proposées car on se sent un peu démuni face au constat de cette enquête.
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
            Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !