En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        On a retrouvé l'histoire de France

        Robert Laffont
        EAN : 9782221111574
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 135 x 215 mm
        On a retrouvé l'histoire de France
        Comment l'archéologie raconte notre passé

        Date de parution : 15/03/2012

        Quand l’archéologie décape toutes les idées reçues et nous raconte la vraie histoire de France.

        C’est fou le nombre de clichés que nous continuons de véhiculer à propos de l’histoire de France. Ainsi : nos ancêtres sont les Gaulois, d’ailleurs de pittoresques barbares – heureusement que les Romains sont passés par là… Le Moyen Âge n’est qu’une sorte de longue nuit où il ne se...

        C’est fou le nombre de clichés que nous continuons de véhiculer à propos de l’histoire de France. Ainsi : nos ancêtres sont les Gaulois, d’ailleurs de pittoresques barbares – heureusement que les Romains sont passés par là… Le Moyen Âge n’est qu’une sorte de longue nuit où il ne se serait pas passé grand-chose… Clovis fut un acteur majeur de l’identité de la France… Les Barbares nous ont envahis… Et tout à l’avenant.
        Or, comme le dévoile ce livre avec maestria, les fouilles menées surtout depuis vingt ans nous prouvent à quel point le passé sur le territoire que nous appelons France n’a rien à voir avec ce que continuent de raconter les leçons encore préconisées par l’Éducation nationale. Des leçons dépassées qui traduisent chez nombre de responsables (de programmes, voire politiques) « au mieux une inculture, au pire des a priori idéologiques accablants ». Regrettable : la richesse de ces fouilles qui apparaissent ici dans toute leur multiplicité n’est montrée que ponctuellement à la télévision, à destination du grand public, et leur sens profond n’est pas toujours explicité.
        C’est donc à un décapage vigoureux que se livre – non sans humour – Jean-Paul Demoule, qui fut pendant plus de dix ans à la tête de l’institut majeur de fouilles en activité sur notre territoire, l’Inrap, invitant son lecteur à reprendre le fil de l’histoire réelle, tout en en dénonçant les manipulations. Audacieux, il évoque d’emblée la préhistoire quand les premiers immigrants semblent déjà arrivés d’Afrique sur notre territoire actuel (vers Béziers). Ensuite, nous allons rencontrer les Homo sapiens, créateurs d’art dans les grottes ornées il y a 35 000 ans, les « colons du Moyen-Orient » apportant l’agriculture et l’élevage il y a environ 7 800 ans, les Gaulois experts dans la métallurgie du fer, les Romains et… des Barbares moins barbares que leur nom ne continue de le suggérer ! Sans oublier de revisiter les modes de vie plus proches de nous, au Moyen Âge, à la Renaissance et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, selon les couches de la société et ses membres très divers.

        L’archéologie nous raconte une nouvelle histoire de France – concrète et argumentée – et non sa reconstruction idéologique poussiéreuse, voire dangereuse, remontant au XIXe siècle et à la IIIe République.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221111574
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 135 x 215 mm
        Robert Laffont
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • FrancoiseSC Posté le 6 Septembre 2015
          On ne regarde plus l'histoire de la même manière après la lecture de ce livre facile à lire, instructif et bluffant.
        • livius Posté le 13 Avril 2015
          Un essai comprenant deux parties: tout d'abord, une première partie dans laquelle l'auteur expose les derniers résultats de l'archéologie préventive en France....Puis, une réflexion sur le rôle de l'archéologie et surtout de l'archéologie préventive, dans notre société. Il explique la démarche des archéologues et quelles sont leurs relations (tumultueuses) avec les dirigeants politiques...Un livre important pour comprendre les enjeux de l'archéologie préventive pour nos sociétés modernes.
        • Bequelune Posté le 10 Juillet 2014
          Une bonne première moitié du livre est consacrée à présenter les récentes découvertes sur notre passé dues aux progrès de l'archéologie. Ces découvertes doivent en bonne partie à la généralisation des fouilles dites "préventives", soit l'autorisation pour les archéologues d'aller sur les chantiers pour sauver ce qui peut l'être avant que le béton de nos parkings ou autoroutes modernes ne détruisent à jamais ces reliques des siècles passés. De fait, c'est seulement depuis quelques années que l'on peut connaitre notre passé par la réalité des sols et non seulement par les textes laissés, souvent partisans. En quelques mots, ces découvertes : - l'agriculture a été amené en Europe par deux vagues de migration (une suivant le Danube, l'autre la Méditerranée) issue du Proche Orient, submergeant les chasseurs-cueilleurs locaux. Cette époque est celle de l'invention des chefs et des inégalités. - les Gaulois ne sont pas des barbares vivant dans la forêt mais une constellation de peuples organisés en proto-Etats, guerriers et technologiquement avancés. - la chute de l'Empire Romain n'a pas eu lieu. Les peuples germaniques qui se sont installés en Gaule et en Espagne suite à sa crise étaient souvent romanisé, et il n'y guère eu de destruction massive. Seulement on est revenu... Une bonne première moitié du livre est consacrée à présenter les récentes découvertes sur notre passé dues aux progrès de l'archéologie. Ces découvertes doivent en bonne partie à la généralisation des fouilles dites "préventives", soit l'autorisation pour les archéologues d'aller sur les chantiers pour sauver ce qui peut l'être avant que le béton de nos parkings ou autoroutes modernes ne détruisent à jamais ces reliques des siècles passés. De fait, c'est seulement depuis quelques années que l'on peut connaitre notre passé par la réalité des sols et non seulement par les textes laissés, souvent partisans. En quelques mots, ces découvertes : - l'agriculture a été amené en Europe par deux vagues de migration (une suivant le Danube, l'autre la Méditerranée) issue du Proche Orient, submergeant les chasseurs-cueilleurs locaux. Cette époque est celle de l'invention des chefs et des inégalités. - les Gaulois ne sont pas des barbares vivant dans la forêt mais une constellation de peuples organisés en proto-Etats, guerriers et technologiquement avancés. - la chute de l'Empire Romain n'a pas eu lieu. Les peuples germaniques qui se sont installés en Gaule et en Espagne suite à sa crise étaient souvent romanisé, et il n'y guère eu de destruction massive. Seulement on est revenu à un système politique beaucoup moins centralisé, moins urbain aussi, et ce n'est pas forcément une régression. Ensuite Demoules s'attarde rapidement sur une archéologie des temps modernes, passage que j'ai trouvé peu intéressant. Je me suis aussi demandé pourquoi il ne parlait pas de la Renaissance. Dans la deuxième moitié du livre, il se demande pourquoi les élites politiques sont souvent acharnés à mettre des bâtons dans les roues des archéologues. Comme s'il y avait une sorte de haine de notre passé. Parce qu'il y a un paradoxe avec l'archéologie en France : alors que les musées consacrés à l'archéologie romaine, ou grecque, ou égyptienne touchent beaucoup de subventions, de louanges, etc, il n'y a presque rien sur l'archéologie de notre propre sol. Étrange et regrettable. Un livre que j'ai trouvé très agréable à lire, très enrichissant. Ça m'a un peu fait penser à "Nos ancêtres les Gaulois et autres fadaises" dans la volonté de montrer que ça n'a pas de sens de parler d'histoire nationale française avant la révolution puisque le cadre "la France" n'existait ni dans les faits ni dans les têtes. La différence entre les 2 livres, c'est que Demoules s'attarde beaucoup plus sur les époques préhistoriques et antiques. Mais c'est normal, c'est son domaine de recherche !
          Lire la suite
          En lire moins
        • liberliger Posté le 4 Janvier 2013
          Je ne reviendrai pas sur le contenu de l'ouvrage, d'autres critiques l'on déjà intelligemment fait. Par contre, j'insisterai sur le caractère pédagogique et lisible du texte, un texte accessible au plus grand public sans avoir besoin de grandes connaissances historiques ou même archéologiques. En cela, l'ouvrage est déjà une grande réussite. J'ai par contre regretté que l'auteur instruit quasiment exclusivement à charge contre les décideurs publics, j'aurai aimé que JP Demoule amorce aussi un début de réflexion sur la nécessité de faire des choix (donc de décider...), le territoire français ne pouvant se transformer en un seul musée à ciel ouvert.
        • yv1 Posté le 4 Mai 2012
          Jean-Paul Demoule, archéologue et professeur s'appuie sur les recherches et les fouilles les plus récentes pour revoir en profondeur certains pans entiers de notre histoire. L'Histoire telle qu'on nous l'a enseignée à l'école et telle qu'on continue à l'enseigner est pour lui à revisiter en grande partie. Il commence son livre par les hommes préhistoriques pas si sauvages que cela, nés en Afrique et qui ont ensuite émigré vers d'autres contrées Comme c'est bon de pouvoir le rappeler preuves à l'appui en ces jours où comme je le disais dans un billet précédent -au risque de paraître redondant voire lourd- certains prônent la haine et le mépris des différences, sous couvert de partis soit-disants démocratiques et républicains (à l'heure où j'écris ce billet, la course aux électeurs du parti arrivé troisième de l'élection est tout simplement écoeurante, je ne sais pas jusqu'où vont aller les deux finalistes et un en particulier qui surenchérit sans cesse sur ses propres paroles histoire de s'assurer quelques votes de plus. Lamentable et honteux !) Je vous passe ensuite quelques pages pour sauter directement sur les Gaulois, qui sont une grande partie du livre. Alors, barbares nos ancêtres ? Pas si sûr et même pas du tout... Jean-Paul Demoule, archéologue et professeur s'appuie sur les recherches et les fouilles les plus récentes pour revoir en profondeur certains pans entiers de notre histoire. L'Histoire telle qu'on nous l'a enseignée à l'école et telle qu'on continue à l'enseigner est pour lui à revisiter en grande partie. Il commence son livre par les hommes préhistoriques pas si sauvages que cela, nés en Afrique et qui ont ensuite émigré vers d'autres contrées Comme c'est bon de pouvoir le rappeler preuves à l'appui en ces jours où comme je le disais dans un billet précédent -au risque de paraître redondant voire lourd- certains prônent la haine et le mépris des différences, sous couvert de partis soit-disants démocratiques et républicains (à l'heure où j'écris ce billet, la course aux électeurs du parti arrivé troisième de l'élection est tout simplement écoeurante, je ne sais pas jusqu'où vont aller les deux finalistes et un en particulier qui surenchérit sans cesse sur ses propres paroles histoire de s'assurer quelques votes de plus. Lamentable et honteux !) Je vous passe ensuite quelques pages pour sauter directement sur les Gaulois, qui sont une grande partie du livre. Alors, barbares nos ancêtres ? Pas si sûr et même pas du tout répond JP Demoule. Ils étaient plusieurs clans, pas un vrai peuple uni, ce qui a facilité la victoire de Jules César dans sa conquête des Gaulles. Les notables se sont soumis au vainqueur et par force, les paysans, les petites gens ont suivi. Il y a bien eu ça et là des combats, notre Vercingétorix a bien existé, mais il n'a jamais jeté ses armes aux pieds de César. De même, les Gaulois n'ont pas été civilisés par les Romains, ils l'étaient avant. Ce sont les deux cultures qui se sont mélangées, chacune profitant de l'autre. Voilà pour quelques points importants qui sont développés et argumentés magistralement dans cet essai. A la portée de tout lecteur curieux et intéressé par l'histoire, il recadre pas mal de nos idées reçues et permet de se faire une idée plus précise de la manière dont vivaient nos aïeux. Quelques répétitions et longueurs sur la difficulté du travail de l'archéologue ; pas vraiment son travail d'ailleurs, mais plutôt la prise en compte par les politiques du bien-fondé, de la nécessité et de l'apport des fouilles qui retardent certains chantiers, un parking, un centre commercial ou encore un centre aquatique. Un essai vraiment passionnant qui permet d'enfoncer le clou de la diversité, puisque l'auteur nous dit que les Français sont sans doute l'un des peuples aux origines les plus diverses, les plus variées : beaucoup de brassages ethniques ont eu lieu en France dernier territoire de l'Europe de l'Ouest avant l'Océan. Les personnes qui arrivaient jusque sur ces terres y restaient parce qu'elles ne pouvaient aller plus loin. Ce métissage obligé fut sans doute ce qui fit la force, la puissance et la renommée de la France dans les siècles qui suivirent dans nombre de domaines. On ne s'enrichit que dans la connaissance de l'autre et de la différence.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.