RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Orwell ou l'horreur de la politique

            Plon
            EAN : 9782259202466
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 126
            Format : 127 x 185 mm
            Orwell ou l'horreur de la politique

            Date de parution : 02/11/2006

            Concernant la personnalité, l’itinéraire et l’œuvre de Georges Orwell, l’essai analytique de Simon Leys est et demeure la référence.

            Publié initialement pour saluer la date orwellienne de 1984, cet essai était devenu introuvable. Pressé de le rééditer par de nombreux lecteurs, Simon Leys s’est relu à quelque vingt ans de distance : il a constaté que le sujet n’avait rien perdu de son actualité et que ses propres vues...

            Publié initialement pour saluer la date orwellienne de 1984, cet essai était devenu introuvable. Pressé de le rééditer par de nombreux lecteurs, Simon Leys s’est relu à quelque vingt ans de distance : il a constaté que le sujet n’avait rien perdu de son actualité et que ses propres vues restaient essentiellement inchangées. Il s’est donc contenté de modifier un jugement littéraire sur un point de détail, d’ajouter deux informations inédites, de mettre à jour la bibliographie et d’enrichir le bêtisier consacré aux ennemis d’Orwell.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259202466
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 126
            Format : 127 x 185 mm
            Plon
            15.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • JeanLouisBOIS Posté le 22 Décembre 2014
              Orwell, en toute liberté. Que peut-on écrire sur Orwell après la magistrale biographie de Bernard Crick en 1980 ? L’essayiste et sinologue Simon Leys nous invite à réfléchir sur un point essentiel de la pensée de Georges Orwell : Il adorait le politique mais détestait la politique. Il était passionné par la façon dont les hommes arrivent à vivre en société, mais il haïssait les partis avec leurs magouilles, leurs combines, leurs ententes pratiquées toujours au détriment des individus qu’ils sont sensés défendre. C’est là le sens du sous-titre du livre de Leys : l’horreur de la politique. Dans ce court essai, on retrouve toute la personnalité d’Orwell : sa générosité, sa liberté, son humanisme, son honnêteté, son courage. Pour lui, toute vérité est bonne à proclamer et ce vieux fond anarchiste lui a attiré beaucoup d’ennemis. Sa « révélation » se produit en 1936 pendant la guerre d’Espagne. Il est engagé avec les anarchistes. Mais il se rend très vite compte que le fanatisme de ses alliés communistes est plus fort que l’intérêt des Républicains eux-mêmes. Cette expérience lui ouvre les yeux, le marque à tout jamais et fait de lui un homme sans illusion mais jamais désabusé. Quand Eric Blair... Orwell, en toute liberté. Que peut-on écrire sur Orwell après la magistrale biographie de Bernard Crick en 1980 ? L’essayiste et sinologue Simon Leys nous invite à réfléchir sur un point essentiel de la pensée de Georges Orwell : Il adorait le politique mais détestait la politique. Il était passionné par la façon dont les hommes arrivent à vivre en société, mais il haïssait les partis avec leurs magouilles, leurs combines, leurs ententes pratiquées toujours au détriment des individus qu’ils sont sensés défendre. C’est là le sens du sous-titre du livre de Leys : l’horreur de la politique. Dans ce court essai, on retrouve toute la personnalité d’Orwell : sa générosité, sa liberté, son humanisme, son honnêteté, son courage. Pour lui, toute vérité est bonne à proclamer et ce vieux fond anarchiste lui a attiré beaucoup d’ennemis. Sa « révélation » se produit en 1936 pendant la guerre d’Espagne. Il est engagé avec les anarchistes. Mais il se rend très vite compte que le fanatisme de ses alliés communistes est plus fort que l’intérêt des Républicains eux-mêmes. Cette expérience lui ouvre les yeux, le marque à tout jamais et fait de lui un homme sans illusion mais jamais désabusé. Quand Eric Blair choisit comme pseudonyme Georges Orwell, il ne s’agit pas seulement d’un déguisement ou d’une protection quelconque, il transfère sur ce personnage qui signe ses productions littéraires toutes les exigences et les qualités que doit posséder un écrivain idéal selon lui : la littérature, doit devenir le véhicule irréprochable de ses pensées. En fait, l’homme et l’écrivain ne se dissocient pas, il ne peut et il ne doit y avoir qu’un minimum d’écart entre la pensée et l’action. L’homme ne peut être que le prolongement de sa pensée. On peut considérer qu’Orwell a produit 2 types de littérature. Au début de sa vie, une littérature « journalistique » avec Les Quais de Wigan, et Hommage à la Catalogne et vers la fin de son existence, des romans : 1984 et la Ferme des Animaux. Venu à l’écriture par le journalisme, il est considéré comme le fondateur du roman-sans-fiction (bien avant Truman Capote ou Norman Mailer), mais qu’on ne s’y trompe pas, ses récits ne sont pas de simples reportages réalistes, ils sont le fruit d’une mise en scène savamment orchestrée de façon à mettre en valeur la vérité que révèle les faits dont il a été témoin. Le déroulement des événements ne doit jamais constituer une contrainte pour qu’un récit soit réussi. Leys nous livre une évocation vivante et engagée d’un authentique auteur en mettant en relief les différents aspects de l’homme attachant (Eric Blair) et de l’écrivain exigeant (Georges Orwell), indissociables l’un de l’autre. Il nous laisse l’image d’un écrivain pour qui l’écriture est une forme de combat et d’exigence. Il faut être à la fois réaliste et juste, ce qui n’empêche pas certains aménagements de mise en scène qui, loin de dénaturer la réalité, en dégagent les aspects essentiels. Orwell, par ses techniques littéraires autant que par ses convictions, demeure le maître incontestable d’une lutte pour la liberté des hommes face aux régimes politiques qui cherchent à les opprimer. Sans être individualiste, il apparaît aussi comme le détecteur infatigable de toutes les circonstances qui pourraient empiéter sur le libre arbitre.
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…