RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Ostland

            Presses de la cité
            EAN : 9782258117938
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 225 mm
            Ostland

            Brigitte HÉBERT (Traducteur)
            Collection : Sang d'Encre
            Date de parution : 14/10/2015
            Descente aux enfers d'un nazi
            Berlin, 1941. Le jeune et ambitieux Georg Heuser entre dans la police en tant qu’inspecteur à la brigade criminelle. Il est rapidement affecté à la traque d’un tueur en série qui terrorise la ville. Sous la tutelle de son supérieur et mentor, il affirme ses dons d’enquêteur, apprend la loyauté... Berlin, 1941. Le jeune et ambitieux Georg Heuser entre dans la police en tant qu’inspecteur à la brigade criminelle. Il est rapidement affecté à la traque d’un tueur en série qui terrorise la ville. Sous la tutelle de son supérieur et mentor, il affirme ses dons d’enquêteur, apprend la loyauté envers ses collègues et se jure d’œuvrer toujours au service des innocents. Jusqu’au jour où, pour le féliciter, on le promeut au sein de la SS.
            Envoyé à Minsk, Georg va prendre en charge l’arrivée des convois de déportés juifs et l’organisation du ghetto. Soucieux de plaire à sa hiérarchie, il obéit aux ordres et s’interdit de penser au crime odieux auquel il est en train de participer. Mais peut-on rester dans cet état d’insensibilité lorsqu’on devient soi-même le monstre qu’on s’est toujours promis de poursuivre ?

            Dérangeant et poignant. Un thriller, inspiré d’une histoire vraie, qui pose une question extrêmement délicate, celle de la responsabilité. 

            « Enquête, thriller, drame judiciaire, réalité et fiction ; un mélange fascinant. » The Times
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258117938
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 400
            Format : 140 x 225 mm
            Presses de la cité
            21.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Holon Posté le 18 Mars 2018
              Ostland de David Thomas est une gifle un acte d'accusation a l'humanité. Pour les esprits libres que nous sommes, impossibles me direz-vous d'êtres comme ces monstres qui ont exécutés les ordres de l'état-major Nazi sans l'ombre d'une rébellion ou d'une remise en question du bien-fondé de cette Shoah par balles. L'auteur nous réponds que tous selon le contexte politique et économique nous en sommes capable de la même manière, souvenez-vous du film I comme Icare la démonstration scientifique de l'obéissance des masses. Chaque État dans le monde a dans son placard un génocide que nos livres d'histoires ont gommé que cela soit fait sous une dictature ou une démocratie n'y change rien. Une histoire vraie d'un policier exemplaire avec une conscience du bien et du mal qui se retrouve dans le chaudron de la guerre à faire l'impensable seulement bien faire son travail avec comme exutoire un possible avancement de sa carrière et la vodka pour noyer ses états d'âme. J'ai fouillé sur Google Image pour mettre un visage sur le principal personnage l'inspecteur de police Georg Heuser....un homme ordinaire rien d'un monstre comme vous et moi.
            • Fofie64 Posté le 30 Mai 2016
              Un roman en deux parties : celle de l'Allemagne nazie puis l'Allemagne dans les années 60. 1941, Georg Heuser, jeune flic ambitieux entre à la Kripo au moment de l'affaire d'un tueur en série. Puis, il part pour Minsk où il se retrouve impliquer dans la shoah! 1959, Paula Siebert, jeune juriste participe à l'arrestation puis au jugement de Heuser pour crime de guerre. Ce roman retrace le parcours de fonctionnaires allemands qui ont obéi aux ordres même l'impensable! L'auteur pose la question : comment devient-on un monstre ? Heuser jeune flic ambitieux qui chasse un tueur en série devient lui aussi un tueur en série car il avait reçu l'ordre de sa hiérarchie. J'ai aimé ce roman à la fois thriller et roman historique. Une belle découverte!
            • monromannoir Posté le 21 Mai 2016
              Dépeints comme des monstres presque surnaturels, les auteurs s’attachent bien souvent aux portraits originaux de sérials killers qu’ils façonnent et dont les destins troubles et parfois outranciers fascinent le lecteur, ceci au détriment de l’éternel enquêteur ou profileur en quête de rédemption, devant, au prix d’une souffrance parfois insurmontable, se mettre dans la peau de l’odieux suspect qu’il traque sans relâche. Ostland de David Thomas se démarque de ces récits formatés puisqu’il dresse l’étrange parcours de Georg Heuser, un inspecteur de police affecté au sein d’une unité traquant un sérial killer sévissant à Berlin pour devenir ensuite un officier de la SS chargé de l’élimination des déportés juifs dans le ghetto de Minsk. Même s’il prend parfois la forme d’un thriller, Ostland se détache singulièrement de la kyrielle d’ouvrages consacrés aux sérials killers puisqu’il se base sur des faits réels. En effet, l’auteur a choisi de romancer le parcours atypique de cet inspecteur de police traquant un sérial killer puis devenant lui-même un tueur sanguinaire à la solde du nazisme. La partie la plus romancée est celle qui s’intéresse aux divers éléments que les enquêteurs recueillent dans le cadre du procès pour crime de guerre à l’encontre de Georg Heuser.... Dépeints comme des monstres presque surnaturels, les auteurs s’attachent bien souvent aux portraits originaux de sérials killers qu’ils façonnent et dont les destins troubles et parfois outranciers fascinent le lecteur, ceci au détriment de l’éternel enquêteur ou profileur en quête de rédemption, devant, au prix d’une souffrance parfois insurmontable, se mettre dans la peau de l’odieux suspect qu’il traque sans relâche. Ostland de David Thomas se démarque de ces récits formatés puisqu’il dresse l’étrange parcours de Georg Heuser, un inspecteur de police affecté au sein d’une unité traquant un sérial killer sévissant à Berlin pour devenir ensuite un officier de la SS chargé de l’élimination des déportés juifs dans le ghetto de Minsk. Même s’il prend parfois la forme d’un thriller, Ostland se détache singulièrement de la kyrielle d’ouvrages consacrés aux sérials killers puisqu’il se base sur des faits réels. En effet, l’auteur a choisi de romancer le parcours atypique de cet inspecteur de police traquant un sérial killer puis devenant lui-même un tueur sanguinaire à la solde du nazisme. La partie la plus romancée est celle qui s’intéresse aux divers éléments que les enquêteurs recueillent dans le cadre du procès pour crime de guerre à l’encontre de Georg Heuser. On y découvre Paula Siebert, jeune femme juriste à une époque où l’on peine à accepter la gent féminine à de tels postes et son mentor, Max Kraus, ancien soldat de l’Afrika Korps, dirige l’enquête. Ce sont les personnages fictifs de ce roman qui mettent en perspective toute la monstruosité de ces citoyens ordinaires revenus à la vie civile qui paraissent avoir oublié tous les actes odieux qu’ils ont commis durant la guerre. A mesure que l’on progresse dans les différentes phases de préparation au procès, nous découvrons le parcours de Georg Heuser. Il y a tout d’abord l’enquête classique où l’on nous présente une équipe de la police criminelle traquant un tueur sévissant dans la ville de Berlin. Georg Heuser est un policier novice qui fait ses armes auprès d’un commissaire de police expérimenté qui lui apprend l’obéissance mais également la loyauté envers ses collègues. Impliqué, le jeune policier va tout faire pour appréhender ce criminel, ceci sous la férule du sinistre général Heydrich qui dirigeait alors la Gestapo mais également la Kriminalpolizei. On y décèle déjà cette ambivalence où un officier programmant la solution finale se souciait des actes odieux d’un tueur en série. David Thomas dresse le portrait sombre d’une ville Berlin qui n’a pas encore plongé dans le chaos. Les cabarets y sont encore présents et l’on parvient encore à faire la fête dans une atmosphère pesante alors qu’un criminel court dans les rues glacées de la ville. L’ombre de Peter Kurten, surnommé le vampire de Düsseldorf, qui inspira Fritz Lang plane sur cette partie du récit. Promu au sein de la SS, Georg Heuser est désormais affecté à Minsk où il doit prendre en charge des convois de déportés juifs qui sont méthodiquement exécuté par ses soins. Dans un contexte de devoir et d’obéissance, l’officier devient ainsi le monstre qu’il a traqué quelques mois auparavant sans qu’il n’en prenne vraiment conscience à l’instar de la confrontation qu’il a avec une jeune juive dont il tombe amoureux et qu’il tente de sauver. Il peine à comprendre que la jeune femme puisse le rejeter, lui son sauveur. Un déni qui persistera au-delà de ces années de guerre. Néanmoins il y a l’alcool pour oublier et quelques conversations sur le sens de ces massacres qui n’excusent pas les actes auxquels il adhère de manière particulièrement zélée. C’est donc une succession de descriptions poignantes, parfois difficilement soutenables que l’auteur aborde sans complaisance. On y perçoit l’influence de l’entourage direct qui accepte l’inacceptable sous le prétexte de la guerre en s’acclimatant à l’horreur quotidienne. On y distingue également l’odieux sens du devoir que son ancien mentor l’enjoint à accomplir sans aucune distinction entre le bien et le mal. Tout cela n’excuse évidemment pas Georg Heuser, mais au-delà de ces notions de mal et de bien, l’ouvrage pose, de manière sous-jacente, la question ultime qui est de savoir ce que l’on aurait fait à la place de cet officier SS dans de telles circonstances. Héro devenu bourreau, Ostland de David Thomas pose donc les différents contextes qui font d’un homme un tueur en série ou un officier zélé et sérieux. Intriguant, édifiant et effrayant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • TerreduNoir Posté le 6 Janvier 2016
              Roman coup de poing, docu-fiction, témoignage bouleversant, ce livre est tout ça à la fois. Découpé en deux parties, il retrace la vie d'un policier allemand devenu l'un des acteurs de l'extermination des juifs pendant la seconde guerre mondiale. Il commence donc comme un thriller. Georg Heuser, récemment auréolé d'une position de major de promo à l'école de police est parachuté auprès d'un des meilleurs enquêteurs du pays. Sa première mission : traquer le tueur de femmes qui sévit autour du réseau ferré. Tiré d'une histoire réelle, cette traque marquera les esprits de chacun des protagonistes. Fort de cette première victoire, Heuser pensera être promu. Il va vite déchanter et dans la seconde partie, l'auteur va nous décrire sa dérive inéluctable vers l'horreur. Maintes fois posée dans divers films, récits, romans, la question centrale est : jusqu'à quand doit on obéir aux ordres les plus abjects qui soient ? Jusqu'où un homme peut-il aller sous prétexter de suivre les consignes ? Comment un type qui a pu traquer un tueur en série se retrouve tueur de masse ? On peut évidemment penser à l'expérience du psycho-sociologue Milgram qui a beaucoup travaillé sur ces questions. David Thomas relate également en parallèle... Roman coup de poing, docu-fiction, témoignage bouleversant, ce livre est tout ça à la fois. Découpé en deux parties, il retrace la vie d'un policier allemand devenu l'un des acteurs de l'extermination des juifs pendant la seconde guerre mondiale. Il commence donc comme un thriller. Georg Heuser, récemment auréolé d'une position de major de promo à l'école de police est parachuté auprès d'un des meilleurs enquêteurs du pays. Sa première mission : traquer le tueur de femmes qui sévit autour du réseau ferré. Tiré d'une histoire réelle, cette traque marquera les esprits de chacun des protagonistes. Fort de cette première victoire, Heuser pensera être promu. Il va vite déchanter et dans la seconde partie, l'auteur va nous décrire sa dérive inéluctable vers l'horreur. Maintes fois posée dans divers films, récits, romans, la question centrale est : jusqu'à quand doit on obéir aux ordres les plus abjects qui soient ? Jusqu'où un homme peut-il aller sous prétexter de suivre les consignes ? Comment un type qui a pu traquer un tueur en série se retrouve tueur de masse ? On peut évidemment penser à l'expérience du psycho-sociologue Milgram qui a beaucoup travaillé sur ces questions. David Thomas relate également en parallèle l'histoire de deux avocats qui feront tout pour traduire les nazis devant un tribunal 20 ans après les faits. Mais l'affaire n'est pas simple. Heuser reste un héros de guerre et les obstacles sont importants. En début de chronique, j'ai dit qu'il s'agissait d'un roman. On pourra alors reprocher à l'auteur d'intégrer dans son récit des faits ou des pensées totalement imaginées. Notamment en ce qui concerne le personnage de Heuser. Pour ma part, je lui pardonne car j'ai été happé par cette lecture qui n'a pas la prétention d'être un livre d'histoire. A découvrir absolument.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.