Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221117064
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 135 x 215 mm

Parce qu'on est d'ici

Marie VILA CASAS (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 04/11/2010

« Villatoro est indubitablement l'une des valeurs les plus solides de la prose catalane contemporaine. »
El Mundo

« Pourquoi t'es revenu ? » demande Albert, quinze ans, à Jaume, son père parti quatre ans auparavant comme correspondant à Buenos Aires, quittant sa femme Rosa et ses deux enfants, Glòria et Albert. De retour chez lui pour revoir son propre père, qui est en train de mourir, Jaume cherche...

« Pourquoi t'es revenu ? » demande Albert, quinze ans, à Jaume, son père parti quatre ans auparavant comme correspondant à Buenos Aires, quittant sa femme Rosa et ses deux enfants, Glòria et Albert. De retour chez lui pour revoir son propre père, qui est en train de mourir, Jaume cherche à renouer le fil d'une relation totalement distendue avec son fils et l'invite à assister à la finale de la Ligue des champions entre le Barça et Arsenal, qui se joue à Paris [en mai 2006]. Le livre est le roman de ce voyage du père et du fils à Paris, le roman d'une histoire familiale brusquement interrompue quatre ans plus tôt, la somme d'histoires individuelles qui se révèlent à l'occasion de cet événement considérable pour tout Catalan qui se respecte : la victoire du Barça en Ligue des champions. Pendant deux jours et trois nuits, un homme dont le père est en train de mourir va tenter de devenir véritablement le père de son fils.
Autour du football, et bien au-delà de l'exploit sportif, Villatoro explore les multiples contenus émotionnels et sentimentaux du sentiment d'appartenance à une entité géographico-politique, la Catalogne, qui s'exprime dans le fait d'« être du Barça », d'être barceloniste, expressions courantes désignant le fait de n'être pas un simple supporter mais un acteur à part entière de cette équipe de football représentant à elle seule la Catalogne aux yeux du monde.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221117064
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont

Ils en parlent

À propos de Parce qu'on est d'ici :

« Deux places pour la finale […] est un ballon bien contrôlé par Vicenç Villatoro qui le récupère, marque un but et le renvoie. C’est un livre que l’on lira jusqu’au bout, une fois acheté et commencé. C‘est la qualité d’un roman qui est un miroir réfléchissant dans lequel de nombreux lecteurs se reconnaîtront facilement. […] L’auteur est un joueur très expérimenté, un vétéran qualifié, ce qui apparaît à la lecture du roman. Il manifeste son habileté dans l’écriture déjà récompensée par l’obtention de prix littéraires : Documenta, Prudenci Bertrana, Sant Jordi, Ramon Llull, reçus au long des trente dernières années. […] Le livre inaugure un genre littéraire peu fréquenté dans notre littérature qui est le roman "sportif". »

Time out

« Villatoro est indubitablement l’une des valeurs les plus solides de la prose catalane contemporaine. […] Par un authentique coup de génie, Villatoro a intégré le sujet du sport dans le panorama de la fiction catalane, et il l’a fait à la manière de la littérature américaine moderne (de You Know me Al de Ring Lardner en 1916 à The Sports Writer de Richard Ford en 1986), car le sport lui sert de poste d’observation d’où il contemple le monde qui l’entoure, la société et la culture qui sont les siennes. […] Le roman possède un argument narratif : un père séparé (un Ulysse contemporain) qui chercher à rétablir une relation avec son fils devenu un étranger (un Télémaque d’aujourd’hui âgé de quinze ans) et l’invite à Paris pour voir la finale. L’histoire est le récit du voyage aller, du séjour à Paris avec le match puis du retour à Barcelone. Cet axe vertébral simple offre une grande liberté à l’auteur qui en profite au maximum pour diversifier les points de vue et les personnages (le père, la mère, le fils, la fille, le grand-père…), les tons discursifs (émotivité, ironie, colère…), les lieux (Paris, Barcelone, Buenos Aires…), le cadre temporel (passé, présent et futur), le rythme narratif (il accélère et ralentit selon l’intensité de l’épisode, de la plus forte exaltation à l’ennui), les recours textuels (collage de fragments, récit, dialogues, textes étrangers au récit incrustés comme les chroniques journalistiques…). Cette liberté d’écriture permet également à l’auteur de consacrer une grande attention à l’exploration en profondeur de la vie morale des personnages. […] Nous nous trouvons devant un roman sur la vie vécue de l’intérieur. À ce propos, nous osons affirmer que Villatoro possède une qualité plutôt rare dans le panorama de la littérature actuelle : le courage de l’authenticité, de la sincérité. Sans tabous et a priori absurdes, Villatoro nous révèle les ombres et les lumières de tous ses personnages, […] il ne recule pas devant la vie et c’est la raison pour laquelle son roman est tellement humain, crédible, convaincant. Deux places pour la finale est une mécanique d’une grande complexité artistique qui fonctionne à la perfection sans faiblir. »

Daniel Sam Abrams, El Mundo

« Il est impératif d’affirmer, d’entrée de jeu, que Deux places pour la finale est effectivement un roman sur le Barça car la géographie émotionnelle blaugrana, si particulière, cette manière de vivre et de sentir le club comme une force tellurique, profondément symbolique, imprègne et renforce tous les personnages et les tensions dramatiques du livre. Néanmoins […] ce n’est ni la valeur ni le thème essentiel du roman. […] Villatoro a construit un roman ferme et solide comme un menhir, assis sur des fondements littéraires très solides et fiables. […] Le roman n’est pas une historiette pour passer le temps mais une œuvre ambitieuse, profondément humaniste. Les références à la pensée et à la mythologie classiques en forme de dialectique constante entre la Bible et l’Odyssée sont la preuve évidente que Villatoro a souhaité injecter de la sève à son histoire et l’établir sur des bases classiques tout à fait reconnaissables et en même temps très exigeantes. […] Deux places pour la finale est un roman de la maturité, riche en trouvailles brillantes. »

Toni Vall, El fil, la permanència

PRESSE
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.