Lisez! icon: Search engine
Héloïse d'Ormesson
EAN : 9782350874746
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 189
Format : 140 x 206 mm

Pleurer des rivières

Date de parution : 23/08/2018
Court, rythmé, incisif, Pleurer des rivières explore les clivages sociaux et révèle les multiples visages de la détresse. Alain Jaspard se glisse derrière l'apparente vérité, souvent froide et implacable, et refusant de s'engouffrer dans les évidences, il prend un malin plaisir à les démonter.
Franck le savait, il n'aurait pas dû se laisser attendrir quand Sammy, fauché comme les blés, lui a parlé de son plan infaillible  – sur le banc des accusés le constat est amer. Heureusement, Julien, leur avocat commis d’office, connaît ses dossiers et obtient facilement sa relaxe. Franck est un... Franck le savait, il n'aurait pas dû se laisser attendrir quand Sammy, fauché comme les blés, lui a parlé de son plan infaillible  – sur le banc des accusés le constat est amer. Heureusement, Julien, leur avocat commis d’office, connaît ses dossiers et obtient facilement sa relaxe. Franck est un type bien, marié à Mériem et père de sept enfants. D’ailleurs la joyeuse bande vit, ou survit, sur l'aire des gens du voyage d'Argenteuil, où Julien fait leur connaissance.
Choc des cultures pour ce bourgeois parisien confortablement installé avec Séverine, auteur jeunesse à succès qui écrit pour les enfants qu'elle ne parvient pas à avoir. Et si rien ne prédestinait les deux couples à se rencontrer, le ventre fécond de Mériem va sceller un pacte dont ils ne pourront plus revenir...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350874746
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 189
Format : 140 x 206 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lizouzou Posté le 29 Avril 2020
    Franck est un gitan. Il vit avec sa femme Mériem et leurs sept enfants. Franck n'a jamais eu affaire à la justice. Pourtant, son pote Sammy l'entraîne dans un gros coup, mais ils se font vite rattraper par la police. Franck et Sammy sont représentés par un avocat commis d'office : Julien. Celui ci arrive à faire éviter la prison pour Franck. Tout les sépare et pourtant leurs épouses respectives vont passer un marché surprenant et illégal ... Comment vont réagir leurs maris ? J'avais entendu du bien de ce court roman dont c'est le premier roman de l'auteur Alain Jaspard. Je trouve la couverture sublime et l'histoire m'a tout de suite attiré. L'auteur nous plonge dans deux familles totalement différentes : d'un côté Franck, Mériem et leurs sept enfants. Des gitans qui galèrent à joindre les deux bouts, qui vivent dans une caravane et les ennuis de justice qui viennent débarquer dans leur vie. Et d'un autre côté, nous avons Julien et Séverine, lui avocat et elle auteure de livres pour enfants, avec une situation aisée et un couple qui semble heureux. Et pourtant tout risque de se briser lorsque les deux femmes font un étrange marché qui pourrait arranger tous... Franck est un gitan. Il vit avec sa femme Mériem et leurs sept enfants. Franck n'a jamais eu affaire à la justice. Pourtant, son pote Sammy l'entraîne dans un gros coup, mais ils se font vite rattraper par la police. Franck et Sammy sont représentés par un avocat commis d'office : Julien. Celui ci arrive à faire éviter la prison pour Franck. Tout les sépare et pourtant leurs épouses respectives vont passer un marché surprenant et illégal ... Comment vont réagir leurs maris ? J'avais entendu du bien de ce court roman dont c'est le premier roman de l'auteur Alain Jaspard. Je trouve la couverture sublime et l'histoire m'a tout de suite attiré. L'auteur nous plonge dans deux familles totalement différentes : d'un côté Franck, Mériem et leurs sept enfants. Des gitans qui galèrent à joindre les deux bouts, qui vivent dans une caravane et les ennuis de justice qui viennent débarquer dans leur vie. Et d'un autre côté, nous avons Julien et Séverine, lui avocat et elle auteure de livres pour enfants, avec une situation aisée et un couple qui semble heureux. Et pourtant tout risque de se briser lorsque les deux femmes font un étrange marché qui pourrait arranger tous leurs problèmes. Malheureusement, cela n'est pas très légal... Vont-ils réussir à aller jusqu'au bout sans se faire prendre ? Je ne dirais rien de ce pacte échangé entre Séverine et Mériem car cela fait partie du rebondissement de cette histoire et cela mérite de ne pas être spoilé ! J'ai aimé le style d'écriture de l'auteur. C'est facile d'accès, parfois un peu comme du langage parlé, parfois avec de belles formes. Dans tous les cas, on sent que l'auteur explore pleine de choses à travers ce style. Il nous interroge sur la notion du bien et du mal à travers ce mystérieux pacte. Il met également en avant les inégalités sociales entre ces deux situations familiales, à l'opposé l'une de l'autre. L'auteur donne la parole à ces quatre personnages et le lecteur prend plaisir à les découvrir un par un. On s'y attache et on parvient à comprendre les terribles choix qu'ils vont devoir faire. Bref, un très bon premier roman qui nous fait réfléchir tout en passant un agréable moment !
    Lire la suite
    En lire moins
  • nanek Posté le 24 Avril 2020
    Intéressante immersion dans le monde gitan. On fait la rencontre de Franck tzigane, père de famille nombreuse, sept enfants. De sa femme Meriem une Yéniche, mère courage et inquiète pour sa descendance face aux difficultés sociales et économiques éprouvées par leurs communautés disparates. Ils vivotent grâce à la ferraille. Franck et Sammy, un ami, ne sont pas inspirés sur un plan de récupération de cuivre hors légalité, qui les conduit en comparution immédiate et à la perte de leur outil de travail vital, le camion. Ils sont assisté par un avocat commis d’office Julien. Celui-ci vit l’amour plein avec Séverine. Des quadras pour qui tout roule excepté un désir d’enfant mis à mal par la stérilité de Séverine, illustratrice pour enfant renommée mais que la nature et son histoire de vie empêche de rajouter des couleurs à ce bonheur. La rencontre des deux hommes va induire une amitié entre les deux femmes et faire naitre un espoir de pansement face aux écorchures subies, une idée germe à contre-courant, au culot. Ce touchant premier roman met en lumière pas mal de sujets relativement peu médiatisés que sont les communautés « nomades », leur fonctionnement interne et la place de la femme-mère, l’existence d’un racisme... Intéressante immersion dans le monde gitan. On fait la rencontre de Franck tzigane, père de famille nombreuse, sept enfants. De sa femme Meriem une Yéniche, mère courage et inquiète pour sa descendance face aux difficultés sociales et économiques éprouvées par leurs communautés disparates. Ils vivotent grâce à la ferraille. Franck et Sammy, un ami, ne sont pas inspirés sur un plan de récupération de cuivre hors légalité, qui les conduit en comparution immédiate et à la perte de leur outil de travail vital, le camion. Ils sont assisté par un avocat commis d’office Julien. Celui-ci vit l’amour plein avec Séverine. Des quadras pour qui tout roule excepté un désir d’enfant mis à mal par la stérilité de Séverine, illustratrice pour enfant renommée mais que la nature et son histoire de vie empêche de rajouter des couleurs à ce bonheur. La rencontre des deux hommes va induire une amitié entre les deux femmes et faire naitre un espoir de pansement face aux écorchures subies, une idée germe à contre-courant, au culot. Ce touchant premier roman met en lumière pas mal de sujets relativement peu médiatisés que sont les communautés « nomades », leur fonctionnement interne et la place de la femme-mère, l’existence d’un racisme à l’intérieur de ces groupes régis par la culture, la famille, le religieux. L’excision fait aussi une brève mais violente apparition tout comme les conditions de détention carcérales. L’histoire est courte, incisive par l’écriture, accrocheuse par sa tendresse et son humour. Elle appelle aussi à une réflexion sur le bonheur aliéné par la Loi, son excès de zèle parfois. Démontrant les difficultés pour la justice de s’attacher aux particularismes de chaque situation humaine, de ce qui observé de loin, parait être faits-divers mais questionne le bonheur, l’amour et jusqu’où peut mener l’amitié et l’envie d’aider. (Au passage, encore merci à Alain Jaspard de me l’avoir offert lors d’une très agréable rencontre autour d’un jeu littéraire au festival rue des livres)
    Lire la suite
    En lire moins
  • ManouB Posté le 24 Janvier 2020
    Voilà un roman qui nous parle du désir de maternité, tout comme de son non-désir d'ailleurs. Mais il nous parle aussi de la place de l'enfant dans nos sociétés et de la notion de bien et de mal. Mais pourquoi faire du bien, serait-il mal ? Qui en a décidé ainsi ? Julien est un brillant avocat qui s'occupe plutôt des beaux quartiers et des personnes désirant placer leur argent en lieu sûr pour payer moins d'impôts. Une fois par mois, il accepte de plaider pour des comparutions immédiates. Séverine sa femme, écrit des livres pour enfant, qu'elle illustre elle-même et qui connaissent à présent un certain succès. Seule ombre dans leur vie, ils n'arrivent pas à avoir d'enfants et ils en ont assez d'aller de visites médicales en visites médicales, et Séverine, de "pleurer des rivières"... Franck et Meriem à l'inverse sont pauvres et n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Ils ont déjà sept enfants quand le huitième pointe son nez. Ils s'aiment et ne veulent employer aucun moyen de contraception. ça ne se fait pas chez eux ! Sur l'aire des gens du voyage d'Argenteuil, où ils vivent dans leur caravane, la vie n'est pas facile, les enfants ne vont pas... Voilà un roman qui nous parle du désir de maternité, tout comme de son non-désir d'ailleurs. Mais il nous parle aussi de la place de l'enfant dans nos sociétés et de la notion de bien et de mal. Mais pourquoi faire du bien, serait-il mal ? Qui en a décidé ainsi ? Julien est un brillant avocat qui s'occupe plutôt des beaux quartiers et des personnes désirant placer leur argent en lieu sûr pour payer moins d'impôts. Une fois par mois, il accepte de plaider pour des comparutions immédiates. Séverine sa femme, écrit des livres pour enfant, qu'elle illustre elle-même et qui connaissent à présent un certain succès. Seule ombre dans leur vie, ils n'arrivent pas à avoir d'enfants et ils en ont assez d'aller de visites médicales en visites médicales, et Séverine, de "pleurer des rivières"... Franck et Meriem à l'inverse sont pauvres et n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Ils ont déjà sept enfants quand le huitième pointe son nez. Ils s'aiment et ne veulent employer aucun moyen de contraception. ça ne se fait pas chez eux ! Sur l'aire des gens du voyage d'Argenteuil, où ils vivent dans leur caravane, la vie n'est pas facile, les enfants ne vont pas toujours régulièrement à l'école, mais la solidarité est bien présente et prime sur les soucis de chacun. Aussi lorsque Sammy, l'ami de Franck lui demande de lui prêter son camion, celui-ci ne peut pas lui refuser son aide. Mais Franck ne veut pas le laisser conduire et l'accompagne. C'est alors que les deux amis se retrouvent au mauvais endroit, au mauvais moment, en plein règlement de compte. Ils sont bien entendus arrêtés. Franck aurait du savoir que Sammy, qui a déjà fait de la prison, avait souvent des plans foireux ! Grâce à Julien qui s'occupe de son cas, Franck va être relaxé. Mais les soucis ne s'arrêtent pas là car en retournant chez lui, il apprend que Meriem est de nouveau enceinte. Comment vont-ils arriver à nourrir une bouche de plus sans le camion de Franck et sans son boulot de ferrailleur ? Sammy, du fond de sa cellule, a une idée pour aider son ami. Et si ils faisaient un échange de bébé ! Cette idée incongrue suit son chemin dans la tête de chacun des protagonistes. Julien ne veut pas en entendre parler. Mais Séverine et Meriem ont beaucoup d'imagination et elles vont monter tout un stratagème pour obliger leurs maris à accepter leur idée. Voici un court roman facile à lire et léger dans lequel l'auteur pose un regard empli de bienveillance sur un sujet difficile, sur la loi, sur notre société. Il est plein d'humour et très vivant. Les personnages sont attachants et l'histoire pas banale pour autant. L'auteur nous propose tout d'abord de revoir nos a-priori, si on en avait, sur les peuples nomades. Frank et Meriem sont yéniches (et non pas Roms ou Gitans). Il nous propose aussi de jeter un regard nouveau sur les événements et sur la souffrance engendrée par le manque d'enfants. Il nous parle du choc des cultures, certes et des différences, mais aussi de ce qui nous unit, quel que soit notre milieu social, les uns aux autres. Sans fioriture, il nous raconte la vie de ce jeune couple qui ne peuvent se toucher et s'aimer sans concevoir un enfant, leurs difficultés, mais aussi la détresse qui les habite quand il s'agit de nourrir leur famille. Franck est un mari parfait, travailleur et sérieux, et le lecteur comprend tout de suite qu'il n'aurait jamais dû accepter le plan foireux de son ami Sammy. Du coup on compatit... Le lecteur s'interroge donc sur le bien et le mal car parfois ce qui est un mal par rapport à la loi et s'explique sur le papier, peut s'avérer être un bien sur le plan humain... J'ai été emportée par l'histoire et je voulais savoir la fin, que j'aurais voulu toutefois différente et que j'ai trouvé beaucoup trop cruelle. Un bon moment de lecture donc qui fait du bien mais qui hélas nous rappelle que la vie réelle n'est pas toujours un conte de fée...
    Lire la suite
    En lire moins
  • saphoo Posté le 13 Octobre 2019
    Très belle histoire de deux mondes que tout oppose et pourtant, le ver dans la pomme a fini par migrer et les deux familles vont se trouver mêler à une histoire d'enfant. C'est bien écrit avec un juste équilibre d'émotion, de vérité, d'espoir. J'ai beaucoup aimé l'approche de ces deux femmes, leur amitié. Les personnages sont attachants, que ça soit l'avocat ou Franck, chacun assume un rôle de poids dans cet engrenage. Une peinture de notre société bien menée, des sourires, des pleurs, un tout qui nous laisse un peu amer quand une sage-femme a l'oeil et n'a pas dit son dernier mot. Pleurer des rivières, c'est un titre de chanson, c'est l'état de Séverine avant que son mari croise le chemin de Franck. Je vous invite à lire ce récit qui ne mange pas de pain mais pourtant retient le lecteur au delà des pages.
  • Affranchie Posté le 12 Septembre 2019
    C’est une histoire entre deux mondes qui n’auraient sans doute jamais dû se croiser. Celle de Franck, un gitan d’Argenteuil, et de Julien, avocat. Le premier est marié depuis ses quinze ans avec Mériem, jeune gitane rencontrée sur le pèlerinage aux Saintes Maries de la Mer. Celle qui est devenue mère quelques semaines après ses noces à Marseille a alors vingt-huit ans. Depuis leur caravane de la capitale, elle attend son huitième enfant. « Elle se serait bien passée de toutes ces grossesses, ces vergetures, ces hanches en cruche, ce ventre flasque, mais elle aimait ses mômes, louve en furie pour qui lèverait une main sur eux… » Le deuxième, notre avocat commis d’office, vit avec Séverine, illustratrice. Depuis des années, Séverine attend désespérément de tomber enceinte. Et face à son ventre qui refuse d’accueillir la vie, le soir, Séverine « pleure des rivières. » Comme dans la chanson de Viktor Lazlo. Franck travaille dans le bâtiment afin de nourrir toute cette famille. Mais c’est la ferraille qu’il préfère. Un jour, il accompagne son ami Sammy dans une opération risquée : le vol de plusieurs câbles de cuivre pour alimenter le plateau de tournage d’un film. Tombés au milieu d’un règlement... C’est une histoire entre deux mondes qui n’auraient sans doute jamais dû se croiser. Celle de Franck, un gitan d’Argenteuil, et de Julien, avocat. Le premier est marié depuis ses quinze ans avec Mériem, jeune gitane rencontrée sur le pèlerinage aux Saintes Maries de la Mer. Celle qui est devenue mère quelques semaines après ses noces à Marseille a alors vingt-huit ans. Depuis leur caravane de la capitale, elle attend son huitième enfant. « Elle se serait bien passée de toutes ces grossesses, ces vergetures, ces hanches en cruche, ce ventre flasque, mais elle aimait ses mômes, louve en furie pour qui lèverait une main sur eux… » Le deuxième, notre avocat commis d’office, vit avec Séverine, illustratrice. Depuis des années, Séverine attend désespérément de tomber enceinte. Et face à son ventre qui refuse d’accueillir la vie, le soir, Séverine « pleure des rivières. » Comme dans la chanson de Viktor Lazlo. Franck travaille dans le bâtiment afin de nourrir toute cette famille. Mais c’est la ferraille qu’il préfère. Un jour, il accompagne son ami Sammy dans une opération risquée : le vol de plusieurs câbles de cuivre pour alimenter le plateau de tournage d’un film. Tombés au milieu d’un règlement de comptes, les deux gitans se retrouvent au poste de police. C’est là que Franck rencontre Julien, cet avocat qui lui fera éviter la prison. Mais pas que. Cette rencontre, c’est aussi l’éclosion d’une idée, et pas n’importe laquelle. Une idée que ces deux femmes que tout oppose vont employer corps et âme pour leur bonheur. Quitte à tromper la Justice… Pleurer des rivières est un livre tendre sur ces visages opposés qui constituent notre société. Il est une fenêtre bienveillante, portée par une plume qui oscille entre larme et rire, ouverte sur cette amitié étonnante entre deux familles que tout oppose. Alain Jaspard essaie de sortir du stéréotype et de nos croyances portées autour du monde des gens du voyage. Sa voix parfois facétieuse s’interdit tout jugement. On s’attache à ces personnages de papier dont on sent battre le cœur à travers les lignes, on pleure avec ces femmes qui unissent leurs forces contre vents et marées. A 78 ans, le premier roman du réalisateur et scénariste Alain Jaspard ne laisse pas indifférent.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.