Lisez! icon: Search engine

Pour seul refuge - Grand Prix des Enquêteurs 2019

Robert Laffont
EAN : 9782221240465
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 1 x 200 mm
Nouveauté
Pour seul refuge - Grand Prix des Enquêteurs 2019

Collection : La Bête noire
Date de parution : 12/09/2019
La plus terrible des prisons est celle qui n’a pas de murs.

De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d’altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge...

De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d’altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge qui l’a condamné.
Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or :
Ensemble, ils s’entretueront. Séparés, ils mourront.

Un premier thriller sélectionné parmi 150 manuscrits.
12 jurés qui représentent chacun un maillon essentiel de toute investigation judiciaire.
Un prix littéraire pour le genre le plus populaire de France

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221240465
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 1 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cha971 Posté le 19 Novembre 2019
    Attention ! Roman à lire dans une cabane au fond des bois enneigés... C'est en tout cas dans cette ambiance que nous plonge Vincent Ortis. Un juge se retrouve coincé au bord d'une route déserte et glaciale. Un policier s'arrête et lui propose son aide. Voilà comment commence l'intrigue. En parallèle, un homme est enfermé et traité comme une bête. Que pourrais-je dire de plus sans spoiler ? Je préfère m'arrêter et vous laisser découvrir ce superbe polar froid. Vincent Ortis nous emmêle les méninges et nous fait tourner en rond. Le policier est-il si gentil ? Le juge si corrompu ? L'homme enfermé si méchant ? La vraie question est : QUI est le méchant ici ? L'ambiance glaciale au fin fond du Montana et les personnages "principaux" font de ce roman un très bon thriller bien noir.
  • Foufoubella Posté le 12 Novembre 2019
    Pour seul refuge est un premier roman et pour un premier roman c'est assez réussi. Le français Vincent Ortis nous plonge dans les paysages enneigés du Montana où les ours cohabitent avec les humains, des blancs et une minorité visible, les Amérindiens ou Natifs (je ne suis pas sûr que l'américain Natives se traduise réellement mais bon, passons, ce n'est finalement qu'un détail). Un juge un peu fatigué va se retrouver à devoir faire équipe avec un jeune Amérindien qu'il avait condamné quelques années auparavant. Leur survie, ou leur mort, dépendra de leur entente. C'est en tout cas ce que raconte grosso modo la quatrième de couverture, ce qui n'arrivera vraiment que dans la seconde partie du roman. Ce roman se découpe en deux parties, la première prend le temps de poser le contexte, les personnages, l'intrigue. L'action est de mise dans la seconde. Et c'est selon moi cette progression trop linéaire qui fait que le roman manque de souffle. J'ai vraiment beaucoup aimé la première partie, j'ai aimé que l'auteur prenne son temps; mon plaisir est nettement retombé dans la deuxième partie car j'ai trouvé que ça manquait alors d'entrain, d'allant, comme si l'auteur voulait en finir. Il faut dire que... Pour seul refuge est un premier roman et pour un premier roman c'est assez réussi. Le français Vincent Ortis nous plonge dans les paysages enneigés du Montana où les ours cohabitent avec les humains, des blancs et une minorité visible, les Amérindiens ou Natifs (je ne suis pas sûr que l'américain Natives se traduise réellement mais bon, passons, ce n'est finalement qu'un détail). Un juge un peu fatigué va se retrouver à devoir faire équipe avec un jeune Amérindien qu'il avait condamné quelques années auparavant. Leur survie, ou leur mort, dépendra de leur entente. C'est en tout cas ce que raconte grosso modo la quatrième de couverture, ce qui n'arrivera vraiment que dans la seconde partie du roman. Ce roman se découpe en deux parties, la première prend le temps de poser le contexte, les personnages, l'intrigue. L'action est de mise dans la seconde. Et c'est selon moi cette progression trop linéaire qui fait que le roman manque de souffle. J'ai vraiment beaucoup aimé la première partie, j'ai aimé que l'auteur prenne son temps; mon plaisir est nettement retombé dans la deuxième partie car j'ai trouvé que ça manquait alors d'entrain, d'allant, comme si l'auteur voulait en finir. Il faut dire que j'avais compris très vite de quoi il en retournait. Néanmoins, cela reste un polar très correct, qui ne révolutionne pas le genre, certes, mais qui se lit vite et bien. L'écriture est agréable, quelques phrases sont même bien senties et ont fait mouche auprès de moi. Je me suis demandé au départ pourquoi ancrer l'histoire dans les grands espaces américains (j'ai quelques difficultés à concevoir que des auteurs français, ou européens, prennent le parti de situer leur action aux États-Unis, surtout s'ils ont matière à la situer chez eux, mais c'est très personnel comme point de vue) mais ici ça ne m'a pas gênée, j'ai même trouvé que Vincent Ortis se débrouillait bien. En résumé, un roman que j'ai lu très vite et qui me laisse un souvenir plaisant sans pour autant être inoubliable. Un auteur à suivre, je lirai bien un deuxième roman de lui. Challenge multi-défis 2019 Challenge Trivial Reading IV Challenge ABC 2919/2020 Challenge des sept familles
    Lire la suite
    En lire moins
  • claire50 Posté le 3 Novembre 2019
    Il serait difficile de ne pas féliciter Vincent Ortis pour ce premier roman. Tout d'abord l'auteur a parfaitement bien choisi où situer son intrigue :les grands espaces du Montana, l'hiver, dans le froid, la neige et l'isolement , éléments parfaits pour déjà frissonner. L'intrigue est originale et on est bluffé par les personnages . Le lecteur change d'opinion sur eux au fur et à mesure, passant de la sympathie à l'effroi pour Ted, de l'exaspération à la sympathie pour Le juge et à l'inverse de l'aversion au doute pour le jeune indien . Même si j'ai trouvé que tous les éléments mettaient du temps à se mettre en place j'ai dévoré la deuxième moitié du livre.
  • elofal33 Posté le 17 Octobre 2019
    Quelle belle réussite pour un premier roman. J'ai été tentée de découvrir un roman sélectionné parmi tant d'autres et je ne suis pas déçue. L'intrigue se passe effectivement dans le Montana. Le froid est présent et on s'imagine bien les personnages isolés dans la montagne. On aperçoit que tardivement dans le roman la fin de l'histoire et ça c'est top. Surprise surprise.
  • quoilire Posté le 10 Octobre 2019
    Pour seul refuge, le roman de Vincent Ortis, est surprenant à plus d'un titre. Tout d'abord, alors que c'est son premier roman, l'auteur montre déjà une certaine maîtrise maîtrise du principe narratif pour un thriller. Il a eu la bonne idée d'adopter le schéma classique des deux (puis trois) histoires en parallèle : celle du méchant d'un côté et des gentils de l'autre. Cette technique fort connue et employée dans ce domaine permet de faire de ce thriller un vrai page-turner. On finit un chapitre, mais on ne peut s'empêcher de commencer l'autre pour voir ce qui arrive à la partie adverse. Et heureusement que l'histoire a été architecturée de cette façon, qu'elle permet de garder l'auteur en haleine car la trame du roman est assez convenue et sans grande surprise. Les amateurs du genre auront vite déjoué les fausses-pistes semées par l'auteur sur le chemin de l'histoire. Il n'y a vraiment que le petit twist final qui donne une saveur d'imprévue dans cette histoire convenue. Toutefois, le lecteur aura plaisir à découvrir l'Amérique profonde des grands espaces et des parcs nationaux; de cette Amérique qui a deux vies, une en été, une autre en hiver; une Amérique aux pointes de la technologie,... Pour seul refuge, le roman de Vincent Ortis, est surprenant à plus d'un titre. Tout d'abord, alors que c'est son premier roman, l'auteur montre déjà une certaine maîtrise maîtrise du principe narratif pour un thriller. Il a eu la bonne idée d'adopter le schéma classique des deux (puis trois) histoires en parallèle : celle du méchant d'un côté et des gentils de l'autre. Cette technique fort connue et employée dans ce domaine permet de faire de ce thriller un vrai page-turner. On finit un chapitre, mais on ne peut s'empêcher de commencer l'autre pour voir ce qui arrive à la partie adverse. Et heureusement que l'histoire a été architecturée de cette façon, qu'elle permet de garder l'auteur en haleine car la trame du roman est assez convenue et sans grande surprise. Les amateurs du genre auront vite déjoué les fausses-pistes semées par l'auteur sur le chemin de l'histoire. Il n'y a vraiment que le petit twist final qui donne une saveur d'imprévue dans cette histoire convenue. Toutefois, le lecteur aura plaisir à découvrir l'Amérique profonde des grands espaces et des parcs nationaux; de cette Amérique qui a deux vies, une en été, une autre en hiver; une Amérique aux pointes de la technologie, et une autre beaucoup plus sauvage. Au final, Vincent Ortis offre un agréable moment de lecture de roman policier.
    Lire la suite
    En lire moins
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.