Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221116906
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 135 x 215 mm

Prière de laisser ses armes à la réception

Date de parution : 26/08/2010

Dans le même élan satirique que son  premier roman Un mort par page,
Daniel Fohr nous offre sous forme de western contemporain les chroniques déjantées
d'un hôtel plutôt minable à la clientèle très cosmopolite.

Lorsque le narrateur, gérant hypocondriaque et paranoïaque d'un hôtel médiocre, découvre un registre de comptabilité plus que douteux ayant appartenu aux anciens propriétaires, deux corses rentrés au pays, tout est en place pour un enchaînement d'événements qui vont rivaliser d'extravagance, entre loufoqueries diverses et cadavres en série. Mais l'intrigue menée...

Lorsque le narrateur, gérant hypocondriaque et paranoïaque d'un hôtel médiocre, découvre un registre de comptabilité plus que douteux ayant appartenu aux anciens propriétaires, deux corses rentrés au pays, tout est en place pour un enchaînement d'événements qui vont rivaliser d'extravagance, entre loufoqueries diverses et cadavres en série. Mais l'intrigue menée tambour battant ne sera qu'un prétexte pour camper la vie quotidienne et décalée d'un hôtel à travers ses résidents souvent bizarres, et son personnel plus bizarre encore.
Apprenant qu'une partie du Dernier tango à Paris aurait été tournée dans l'établissement, Joseph le gardien de l'hôtel voit une formidable  opportunité pour aider son patron à dynamiser l'hôtel et satisfaire sa clientèle. Son imagination débordante va l'amener très loin dans ce qu'il croit être bon pour leur business, jusqu'à se prendre lui-même pour Marlon Brando et appeler sa chienne Cheyenne, comme la fille de l'acteur. Il va aussi se lancer dans l'organisation d'animations créatives ayant pour thème les pays d'origine de ses clients. Mais la vie peu paisible de l'hôtel sera chamboulée lorsque le narrateur tombe amoureux d'Estelle, une serveuse topless d'un bar voisin, le Saloon, avec laquelle il n'arrive jamais à conclure : un feu se déclare, il se fait agresser et casser le nez, deux cadavres sont découverts dans la benne à ordures, le speculum d'un client disparaît. Déjà sujet aux questionnement existentiels qu'il calme à coups de tisanes de millepertuis, valériane et passiflore, le gérant décide d'employer les grands moyens et se met à investir dans tout ce qui peut exister comme instrument de dissuasion et de protection : caméra, gilet pare-balles, portique de sécurité… Tel le sherif qui attend l'arrivée dans sa ville des desesperados, notre gérant parviendra-t-il à  se protéger et protéger ses résidents du pire ? Le pire, on le sait, n'est jamais certain, mais dans cet hôtel très singulier, même l'impensable peut arriver !

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221116906
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 135 x 215 mm

Ils en parlent

REVUE DE PRESSE


À propos de Un mort par page :


« Fohr parle de la mort de manière vivante. Son roman plein d’allant est mené tambour battant. Voilà un écrivain à suivre de très près »
Olivier Delcroix, Figaro Littéraire


« Daniel Fohr, qui fait son entrée dans le monde des lettres avec ce premier roman drôle et absurde, qui n’est pas sans rappeller le seul roman de Desproges, Des femmes qui tombent. A l’opposé des romans romans neurasthéniques, celui-ci fait l’effet d’une bonne blague. Mais, à l’inverse des histoires drôles on ne racontera pas ce livre, on l’offrira »
Renaud Czarnes, Les Echos


« Les sujets actuels les plus épiques sont abordés avec sérieux et dérision. Un pur plaisir »
Anne Malat, Pages


« C’est insolite et drôle »
L’Est éclair


« À mourir de Rire ! un livre frais, un brin décalé, juste comme il faut pour nous faire passer un excellent moment sans temps mort »
Havre libre


« Au-delà de l’histoire, amusante et originale, on se laisse immédiatement séduire par la contrainte littéraire que s’est imposé l’auteur dans ce premier roman très réussi. »
Presse Océan

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sifak Posté le 8 Juin 2014
    Il y avait longtemps qu'un livre découvert par hasard ne m'avait captivée à ce point ! L'histoire est déjantée... et imprévisible ! Chaque fois qu'on imagine un ressort du texte, c'est le contraire qui arrive. Désagréable, me direz-vous ? Eh bien, non : l'auteur maitrise l'art de titiller le lecteur tout en préservant son rôle. On s'attache rapidement à ce gérant d'hôtel maladroit qui sursaute à l'arrivée de chaque nouveau client. Pas de bol, lorsqu'on est coincé à la réception d'un hôtel... qui accueille chaque jour de nouveaux clients ! Derrière cette histoire rocambolesque, il y a aussi un jeu subtil sur les stéréotypes nationaux : les anciens gérants, des bandits corses, l'organisation de semaines dédiées à un pays au sein de l'hôtel... tout ça avec un humour décapant. Bref, je vous conseille ce livre qui fait mouche... Quant à moi, je vais de ce pas me procurer le précédent roman de Daniel Fohr. Son titre, "Un mort par page", me fait déjà rêver !
  • littleone Posté le 2 Octobre 2012
    Ai-je raison, mais ce livre m'a fait tout de suite penser à Eduardo Mendoza (quelque chose de "Sans nouvelles de Gurb ") et pour moi c'est un compliment n'en doutez pas. Le style, les situations tragi-comiques vécues par des personnages étranges qui se croisent dans un hôtel bas de gamme à la clientèle cosmopolite... tout cela sous le regard d'un gérant quelque peu parano, mais qui ne manque pas de bon sens... je suis tombée dessus par hasard à la bibliothèque, j'ai passé d'agréables moments, et je vous le recommande.
  • pyrouette Posté le 11 Juin 2011
    Il s’en passe dans un hôtel minable surtout quand le propriétaire est sympathique, lucide même si parano, et drôle. Une lecture sympathique et agréable dans un emploi du temps plus que chargé !
  • geybuss Posté le 10 Octobre 2010
    Le pitch de ce roman me promettait une lecture divertissante, amusante, décalée, un peu déjantée. Objectif atteint très vite, peut-être trop vite.... Dès le début, je me suis régalée à chaque page devant l'incongruité des situations et le libellé des choses. L'auteur maîtrise parfaitement le sens de la formule hilarante qui fait mouche, qui fait rire, qui met du bon sens et de la pertinance dans des faits si simples qu'on pourrait ne pas les remarquer. A tel point que je décidais de ne plus lâcher mon crayon à papier pour apposer mes petites croix dans la marge à chaque réplique " à retenir".Toute l'histoire ou presque se déroule dans cet hôtel 1*, à qui il manque de la moquette dans l'escalier et de la couleur dans les TV pour prétendre à une deuxième étoile. Et le centre de l'hôtel, c'est bien sûr, la réception. Tout un petit monde cosmopolite et hétéroclite s'y croise et donne lieu à des galeries de portraits bien croqués. Notre réceptioniste ne manque pas d'idées pour dynamiser sa réception. En fonction des nationalités de ses clients, il l'a décore d'un thème différent, pour que chacun se sente un peu chez soi. Nous avons donc la... Le pitch de ce roman me promettait une lecture divertissante, amusante, décalée, un peu déjantée. Objectif atteint très vite, peut-être trop vite.... Dès le début, je me suis régalée à chaque page devant l'incongruité des situations et le libellé des choses. L'auteur maîtrise parfaitement le sens de la formule hilarante qui fait mouche, qui fait rire, qui met du bon sens et de la pertinance dans des faits si simples qu'on pourrait ne pas les remarquer. A tel point que je décidais de ne plus lâcher mon crayon à papier pour apposer mes petites croix dans la marge à chaque réplique " à retenir".Toute l'histoire ou presque se déroule dans cet hôtel 1*, à qui il manque de la moquette dans l'escalier et de la couleur dans les TV pour prétendre à une deuxième étoile. Et le centre de l'hôtel, c'est bien sûr, la réception. Tout un petit monde cosmopolite et hétéroclite s'y croise et donne lieu à des galeries de portraits bien croqués. Notre réceptioniste ne manque pas d'idées pour dynamiser sa réception. En fonction des nationalités de ses clients, il l'a décore d'un thème différent, pour que chacun se sente un peu chez soi. Nous avons donc la Semaine espagnole, la Semaine Irlandaise... Quand enregistre un apatride... C'est la semaine de l'ONU qui est célébrée. Bonne idée, sympa à lire. Mais n'oublions pas les menaces qui pèsent sur notre gérant.... Et les cadavres qui s'amoncellent tout doucement dans l'hôtel ou dans le quartier... De très bonnes idées donc dans ce livre... Sauf que j'ai commencé à me lasser un peu. Un moment, j'ai cru que ce livre ne finirait jamais, un peu comme un veilleur de nuit à la réception de l'hôtel regarde la petite aiguille trop immobile d'une pendule. Le style répétitif aussi m'a parfois agacée. Qu'est-ce qu'un style répétitif ? Voici un exemple " J'avoue aussi que je trouvais aussi que c'était plus simple, que ça éviterait de tout compliquer"... D'ailleurs, l'écriture du livre est de celle qui se veulent faussement légères alors que je suis sûre que tout y est posé au millimètre près. Et la chute me direz vous ? Etonnante et en même temps, tout ça pour ça. Bon, en même temps, dès les premières pages, on s'est qu'on s'aventure dans une lecture décalée, pas de raison que les dernières pages ne le soient pas aussi. "prière de laisser vos armes à la réception" aurait pu être un excellent divertissement avec 50 pages de moins. Cependant, en épurant un peu, si un metteur en scène avait l'idée de porter cette histoire au théâtre, je suis persuadée que le succès serait au rendez vous. Car je le répète, la matière première est vraiment sympa et je me suis vraiment régalée de certaines "citations" !
    Lire la suite
    En lire moins
  • nelson Posté le 18 Septembre 2010
    C'est un excellent livre, plein de fantaisie, d'humour, et de questions pertinentes sur ce qui fait notre époque. Ça se passe dans un hôtel inquiétant où tous les personnages sont attachants. Il y a une vraie tonalité et un sens de l'écriture très affirmé. Et qu'est-ce que c'est drôle !
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.