Lisez! icon: Search engine
L'Archipel
EAN : 9782809825664
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 443
Format : 154 x 240 mm

Profession dictateur - Ces despotes qui nous gouvernent

Collection : Essais et documents
Date de parution : 06/02/2019
De Kim Jong-un à Bachar el-Assad, en passant par Poutine, Mugabe, Duterte ou encore Kadyrov : un panorama des 49 dictateurs en exercice , doublé d'une réflexion sur les habits neufs dont s'affublent les tyrans modernes pour entretenir le doute sur leur nature.
Leur délirante avidité de pouvoir  Tyrans mégalos, vieillards inamovibles, bourreurs d’urnes et de crânes, faux démocrates et vrais satrapes... Les dictateurs d’aujourd’hui, s’ils ne sont pas moins cruels que ceux d’hier, ont appris à faire mentir l’image caricaturale du despote assoiffé de pouvoir et de sang.Qu’ils soient des héritiers (tels... Leur délirante avidité de pouvoir  Tyrans mégalos, vieillards inamovibles, bourreurs d’urnes et de crânes, faux démocrates et vrais satrapes... Les dictateurs d’aujourd’hui, s’ils ne sont pas moins cruels que ceux d’hier, ont appris à faire mentir l’image caricaturale du despote assoiffé de pouvoir et de sang.Qu’ils soient des héritiers (tels Kim Jong-un, Bachar el-Assad, Raúl Castro), tirant leur légitimité d’une famille qui s’est illustrée, pour le pire, dans l’histoire de leur pays, des nostalgiques du modèle soviétique (Poutine ou Loukachenko) et de ses méthodes, ou encore des autocrates africains (Afewerki, Obiang Nguema, Omar el-Béchir...) pilleurs des ressources de leur peuple, tous ont compris qu’aujourd’hui, pour durer, il faut changer de méthode. Savoir jouer avec les règles démocratiques et être un communiquant hors pair. Réseaux sociaux, fake news... La manipulation de l’opinion 2.0 est désormais une arme aussi efficace que l’usage de la force.Face à ces régimes, l’Europe est-elle sûre d’être vaccinée contre la tentation du despotisme ? Si la démocratie reste le « pire des systèmes à l’exception de tous les autres », la fascination croissante pour les « hommes forts » – Orbán, Kurz, Kaczyn ski, Salvini, figures emblématiques de la montée des populismes – doit nous interroger.Dans une période de perte de repères politiques, cette galerie de portraits peut aider à abattre les masques dont s’affublent les dicta- tures modernes.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782809825664
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 443
Format : 154 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LouxiBlues Posté le 20 Mars 2019
    Je remercie Masse Critique ainsi que les éditions de l’Archipel pour l’envoi de ce livre. Autant le dire tout de suite : c’est une lecture que j’ai adoré. Le sujet m’intéresse tout particulièrement, je le trouve passionnant et j’ai du mal à trouver des livres qui en parlent avec pertinence, variété et vérité. Emmanuelle Raimondi a réussi. Elle dresse un portrait de dix-septdictateurs chacun d’une vingtaine de pages environ, ils sont divisés par catégories. Ainsi il y a les héritiers, les nostalgiques de l’empire soviétiques, les dictateurs africains, les faux-démocrates ainsi que le cas particulier de la Chine. Je pense qu’il s’agit d’une introduction poussée au sujet car l’autrice a forcément laissé des choses de côté (on ne peut pas faire la vie d’un dictateur en vingt pages). Plusieurs fois elle fait référence aux ouvrages, des biographies plus complètes qu’elle a lu pour se documenter si jamais nous voulons approfondir sur tel ou tel personnage. Il y a forcément des passages un peu compliqués, des termes dont on n’a pas l’habitude d’entendre ou de lire mais à chaque fois l’autrice précise de quoi il s’agit. Elle développe tel courant, tel personnage, tel évènement qui a un lien avec le dictateur... Je remercie Masse Critique ainsi que les éditions de l’Archipel pour l’envoi de ce livre. Autant le dire tout de suite : c’est une lecture que j’ai adoré. Le sujet m’intéresse tout particulièrement, je le trouve passionnant et j’ai du mal à trouver des livres qui en parlent avec pertinence, variété et vérité. Emmanuelle Raimondi a réussi. Elle dresse un portrait de dix-septdictateurs chacun d’une vingtaine de pages environ, ils sont divisés par catégories. Ainsi il y a les héritiers, les nostalgiques de l’empire soviétiques, les dictateurs africains, les faux-démocrates ainsi que le cas particulier de la Chine. Je pense qu’il s’agit d’une introduction poussée au sujet car l’autrice a forcément laissé des choses de côté (on ne peut pas faire la vie d’un dictateur en vingt pages). Plusieurs fois elle fait référence aux ouvrages, des biographies plus complètes qu’elle a lu pour se documenter si jamais nous voulons approfondir sur tel ou tel personnage. Il y a forcément des passages un peu compliqués, des termes dont on n’a pas l’habitude d’entendre ou de lire mais à chaque fois l’autrice précise de quoi il s’agit. Elle développe tel courant, tel personnage, tel évènement qui a un lien avec le dictateur en question et l’on se retrouve rarement dérouté. Ce que j’ai beaucoup aimé c’est l’écriture de l’autrice car je trouve qu’elle a beaucoup d’ironie et cela se voit, des petites remarques par-ci, par-là avec plus ou moins de subtilité. La seule chose que je déplore c’est qu’il n’y ait aucune image à l’exception de la couverture avec Kim Jong-Un. Je trouve que cela aurait apporté un plus car on a toujours envie de savoir a quoi ressemble ces personnages, une par dictateur aurait pu combler la curiosité de certains lecteurs. Enfin, j’espère sincèrement qu’il y aura une seconde partie peut-être sur les anciens dictateurs qui ont marqué l’histoire et dont Emmanuelle Raimondi fait référence (je pense à Kadhafi, Ceausescu, Sese Soko…). J’ai passé un bon moment de lecture, j’ai même fait des petites fiches pour me souvenir car il y a plein de choses intéressantes à retenir !
    Lire la suite
    En lire moins
  • lechristophe Posté le 15 Mars 2019
    Cet ouvrage d'essai politique présente les portraits, de 25 pages environ chacun, de 17 dictateurs sévissant toujours en 2018. Se basant sur des entretiens qu'elle a eu avec des journalistes spécialisés, des chercheurs, des membres d'ONG comme Human Rights Watch, généralement natifs du pays concerné, Emmanuelle Raimondi nous propose le parcours de chacun des dictateurs, depuis son enfance jusqu'à nos jours, et son cheminement pour se hisser à la tête de son pays. En même temps, elle nous dresse l'état général actuel du pays en question et les faibles espaces de liberté disponibles pour ses habitants. À chaque dictature son histoire mais les moyens employés sont généralement identiques : enrichissement personnel, culte de la personnalité, parti unique, populisme, élections truquées, arrestations arbitraires, emprisonnement des opposants, torture, propagande, restrictions des libertés individuelles, censure... Au passage, il est à noter que les dictateurs les plus mégalomanes semblent être les plus méconnus (Berdimuhamedow du Turkménistan et Afewerki d'Érythrée). L'épilogue de l'ouvrage n'incite pas à l'optimisme puisque Emmanuelle Raimondi y pose le cas de nos sociétés occidentales. Certes, elles n'ont plus de dictateurs en leurs seins, mais elles voient apparaître des populistes (Orbán en Hongrie, Bolsonaro au Brésil, Conte et Salvini en Italie, et celui qui a le... Cet ouvrage d'essai politique présente les portraits, de 25 pages environ chacun, de 17 dictateurs sévissant toujours en 2018. Se basant sur des entretiens qu'elle a eu avec des journalistes spécialisés, des chercheurs, des membres d'ONG comme Human Rights Watch, généralement natifs du pays concerné, Emmanuelle Raimondi nous propose le parcours de chacun des dictateurs, depuis son enfance jusqu'à nos jours, et son cheminement pour se hisser à la tête de son pays. En même temps, elle nous dresse l'état général actuel du pays en question et les faibles espaces de liberté disponibles pour ses habitants. À chaque dictature son histoire mais les moyens employés sont généralement identiques : enrichissement personnel, culte de la personnalité, parti unique, populisme, élections truquées, arrestations arbitraires, emprisonnement des opposants, torture, propagande, restrictions des libertés individuelles, censure... Au passage, il est à noter que les dictateurs les plus mégalomanes semblent être les plus méconnus (Berdimuhamedow du Turkménistan et Afewerki d'Érythrée). L'épilogue de l'ouvrage n'incite pas à l'optimisme puisque Emmanuelle Raimondi y pose le cas de nos sociétés occidentales. Certes, elles n'ont plus de dictateurs en leurs seins, mais elles voient apparaître des populistes (Orbán en Hongrie, Bolsonaro au Brésil, Conte et Salvini en Italie, et celui qui a le plus de pouvoir, Trump aux USA) un peu partout, employant certaines des méthodes des despotes, et, le plus étonnant, réclamés par une fraction croissante des populations. La marche du monde ne s'arrête jamais et au cours de la lecture de cet ouvrage plusieurs événements en rapport avec les dictateurs cités ont eu lieu. D'une part, Kim Jong-un a ridiculisé une nouvelle fois Trump au cours d'un sommet à Hanoï, et d'autre part, un opposant s'est levé pour affronter Nicolás Maduro au Venezuela. Je n'ai qu'une petite remarque concernant la forme. Il manque, au début de chaque chapitre, une photo du dictateur en question et une localisation de son pays sur un planisphère. En effet, ces "affreux" ne sont pas tous célèbres ni leur pays. Je remercie les Éditions de l'Archipel et Babelio de m'avoir fait parvenir "Profession dictateur" remporté suite à une Masse Critique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mfrance Posté le 11 Mars 2019
    Arrêtons-nous d'abord sur la couverture, remarquablement choisie ! A voir la grosse face de lune hilare de Bébé Kim, entouré d'un aréopage d'officiers à l'air réjoui, (posture diplomatique ou réalité ?), on acquiert la certitude que la profession de dictateur est sacrément enviable ! Sans doute l'est-elle, car Emmanuelle Raimondi nous en fait l'état des lieux et le dictateur pullule sur tous les continents ! Pour autant, son existence ne donne pas l'impression d'être une vraie sinécure. Car conquérir le pouvoir apparaît exaltant, s'y installer est gratifiant, mais s'incruster dans la durée, c'est une autre affaire ! Enfin, il y a bien quelques recettes qui permettent d'assurer la continuité ! et l'auteur de nous les détailler de façon très exhaustive. Poutine a l'air de bien les connaître et il n'est pas le seul. Quant à Kim Jong Un, il n'a aucun souci à se faire. Héritier de la dynastie qui a mis depuis soixante quinze ans la Corée du Nord à sa botte, il est considéré quasiment comme un dieu vivant ! Emmanuelle Raimondi ne nous apprend rien de vraiment neuf, du moins en ce qui concerne Kim Jong Un, Raul Castro, Bachar El-Assad, Erdogan, Xi Jinping et les plus célèbres de ces... Arrêtons-nous d'abord sur la couverture, remarquablement choisie ! A voir la grosse face de lune hilare de Bébé Kim, entouré d'un aréopage d'officiers à l'air réjoui, (posture diplomatique ou réalité ?), on acquiert la certitude que la profession de dictateur est sacrément enviable ! Sans doute l'est-elle, car Emmanuelle Raimondi nous en fait l'état des lieux et le dictateur pullule sur tous les continents ! Pour autant, son existence ne donne pas l'impression d'être une vraie sinécure. Car conquérir le pouvoir apparaît exaltant, s'y installer est gratifiant, mais s'incruster dans la durée, c'est une autre affaire ! Enfin, il y a bien quelques recettes qui permettent d'assurer la continuité ! et l'auteur de nous les détailler de façon très exhaustive. Poutine a l'air de bien les connaître et il n'est pas le seul. Quant à Kim Jong Un, il n'a aucun souci à se faire. Héritier de la dynastie qui a mis depuis soixante quinze ans la Corée du Nord à sa botte, il est considéré quasiment comme un dieu vivant ! Emmanuelle Raimondi ne nous apprend rien de vraiment neuf, du moins en ce qui concerne Kim Jong Un, Raul Castro, Bachar El-Assad, Erdogan, Xi Jinping et les plus célèbres de ces estimables personnages. Parmi les autres, certains m'étaient totalement inconnus, mais je ne suis pas abonnée au Bottin Mondain de la politique internationale ! en outre on n'est pas forcément au courant au jour le jour des faits et gestes de tous les tyrans de la planète ! Et certains d'entre eux ont si bien "cadenassé" leur pays que le vulgum pecus n'en sait pas grand chose. Le grand mérite de cet ouvrage est, pour chacun des chapitres réservés à chacun de ces tyrans, d'avoir réussi une compilation de leur parcours singulier, utilisant des articles de presse, des travaux de journaliste, des témoignages de première main, des rapports d'ONG ... réussissant ainsi à donner une image complète de la réalité terrifiante imposée aux malheureux habitants des pays concernés par les agissements du dictateur de profession. En condensant toutes ces informations, l'auteur nous brosse un tableau édifiant de chacune de ces dictatures où l'on retrouve peu ou prou les mêmes ingrédients destinés à fabriquer une cuisine indigeste pour celui qui la consomme mais infiniment roborative pour le maître queux qui la concocte ! népotisme, pillage des richesses du pays, adoration du chef, parti unique, assassinats, torture, terreur organisée par des milices à la botte du chef, manipulation des foules, populisme, sens de la communication, utilisation de la démocratie pour parvenir au pouvoir, et ensuite musellement du pays pour empêcher toute velléité de contestation. .... tant et tant de "bonnes" idées pour assurer la durée d'un régime. Les pays satellites de l'ex-Urss ont quasi naturellement accepté une nouvelle dictature, tant ils y étaient auparavant déjà habitués. Leurs dirigeants, suivant en cela le chef de file Poutine, pratiquent allègrement "la verticale du pouvoir" selon sa célèbre formule ! Parmi ceux-ci, l'auteur nous offre un portrait sidérant du satrape ubuesque sévissant au Turkménistan, Gurbanguly Berdimuhamedow, - (déjà qu'avec un nom aussi imprononçable, les journalistes ne risquent pas d'envahir les journaux télévisés d'informations le concernant) - imposant au peuple qu'il met à genoux des contraintes hallucinantes de bêtise. Mais ce pays n'est pas inconnu pour tout le monde. Bouygues y fait ses choux gras avec de juteux contrats pour des travaux pharaoniques payés des fortunes, et ce au détriment de la population autochtone qui crève de misère ! La richesse du pays, le gaz, permet n'importe quelle excentricité à son dirigeant. "Quand le Turkménistan sera vidé de ses ressources naturelles, Berdimuhamedow reposera depuis longtemps dans son mausolée de marbre blanc, construit par les bons soins de Bouygues. Après lui, le déluge." ! Quant aux tyrans africains, ils n'ont rien à envier à Mobutu et Idi Amin Dada de sinistre mémoire ! Ils sont d'excellents élèves et connaissent les bonnes recettes destinées à remplir leurs poches et ruiner leur pays respectif. S'appuyant sur une abondante documentation et proposant une substantielle bibliographie, ce document laisse au lecteur écoeuré un sentiment de profonde amertume. Comment le monde peut-il encore en être là et tolérer de semblables horreurs au XXIe siècle ? Sidérant et terrifiant de constater à quel point l'être humain est doué pour assujettir ses semblables ! En refermant cet ouvrage, et entre autres questions, celle que l'on se pose le plus est la suivante : mais où est donc l'enfer sur terre ? En Syrie, en Tchétchénie, au Turkménistan ou plus certainement en Erythrée (ce "camp de travail géant dont tout le monde se fout") sous la férule de l'abominable Afewerki ? difficile de répondre ... Une autre question douloureuse, et celle-là directement posée par l'auteur : qu'en est-il de l'état de nos démocraties occidentales, menacées par l'augmentation des inégalités et les désordres causés par la mondialisation de l'économie ? Cet ouvrage m'a été attribué lors de la dernière Masse Critique de Babelio, que je remercie, ainsi que les Editions de l'Archipel, pour ce témoignage infiniment dérangeant et très éclairant sur les faces obscures du monde.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Lisez Histoire
Vous aimez l'histoire ? Vous souhaitez être informé de toutes nos parutions ? Abonnez-vous dès maintenant.