Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266275453
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 225 mm

P.S.: Tu me manques

Maud ORTALDA (Traducteur)
Date de parution : 05/09/2019
La soeur d'Evie disparaît après avoir mis au monde son enfant...
Cilla, la soeur aînée d’Evie, n’est plus là. Enceinte à seize ans, elle a été envoyée en pension à des centaines de kilomètres… Alors, Evie lui écrit chaque jour ou presque : elle lui raconte son quotidien d’adolescente, le collège, la comédie musicale à laquelle elle participe, l’arrivée à l’école... Cilla, la soeur aînée d’Evie, n’est plus là. Enceinte à seize ans, elle a été envoyée en pension à des centaines de kilomètres… Alors, Evie lui écrit chaque jour ou presque : elle lui raconte son quotidien d’adolescente, le collège, la comédie musicale à laquelle elle participe, l’arrivée à l’école d’une nouvelle, June, qui fait battre son coeur un peu trop fort…
Pour toute réponse, Evie ne reçoit que deux lettres, glaciales, comme si Cilla voulait couper les ponts. Convaincue que sa soeur est en danger, Evie part à sa recherche…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266275453
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • leslecturesdeDoris Posté le 19 Juillet 2020
    P.-S. : Tu me manques est un roman particulier dont je me souviendrai sûrement longtemps. Tout d’abord, c’est un roman épistolaire, composé des lettres qu’Evie, 12 ans, envoie à sa sœur Cilla, 16 ans, envoyée chez sa tante pour cacher une grossesse problématique dans leur famille catholique ultra-pratiquante. Il n’y a que ces lettres, restées pour la plupart sans réponse. Evie y évoque ses interrogations par rapport à sa sœur, mais se pose aussi des questions sur sa vie quotidienne : la place et l’intérêt de la religion, le fait que ses parents n’évoquent plus Cilla, mais aussi sa sexualité. On suit le cheminement intellectuel de cette petite fille, très mature, parfois trop. Pour autant, cela parait juste, même si les mots utilisés ne sont pas toujours ceux d’une enfant. Elle s’interroge sur son monde, sur le fonctionnement de sa famille en la comparant aux autres, sur elle-même. Écrire est en fait un moyen d’introspection pour elle qui n’a personne à qui se confier. C’est un roman qui se lit bien. L’action n’est pas vraiment présente. En tant que lecteur, on soupçonne le fond de l’intrigue, mais tout est amené très doucement, de façon à rendre les émotions encore plus intenses. J’ai été... P.-S. : Tu me manques est un roman particulier dont je me souviendrai sûrement longtemps. Tout d’abord, c’est un roman épistolaire, composé des lettres qu’Evie, 12 ans, envoie à sa sœur Cilla, 16 ans, envoyée chez sa tante pour cacher une grossesse problématique dans leur famille catholique ultra-pratiquante. Il n’y a que ces lettres, restées pour la plupart sans réponse. Evie y évoque ses interrogations par rapport à sa sœur, mais se pose aussi des questions sur sa vie quotidienne : la place et l’intérêt de la religion, le fait que ses parents n’évoquent plus Cilla, mais aussi sa sexualité. On suit le cheminement intellectuel de cette petite fille, très mature, parfois trop. Pour autant, cela parait juste, même si les mots utilisés ne sont pas toujours ceux d’une enfant. Elle s’interroge sur son monde, sur le fonctionnement de sa famille en la comparant aux autres, sur elle-même. Écrire est en fait un moyen d’introspection pour elle qui n’a personne à qui se confier. C’est un roman qui se lit bien. L’action n’est pas vraiment présente. En tant que lecteur, on soupçonne le fond de l’intrigue, mais tout est amené très doucement, de façon à rendre les émotions encore plus intenses. J’ai été touchée par Evie et je pense que ses mots résonneront particulièrement chez les adolescents. En résumé, P.-S. : Tu me manques est un roman tout doux, mais à la fois très grave,qui trouvera sans aucun doute un écho chez son public cible.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Takalirsa Posté le 18 Avril 2020
    Les lettres touchantes d'une adolescente à sa sœur disparue. Depuis que Cilla est partie, rien ne va plus à la maison. Les parents passent leur temps à crier et se disputer ("Papa s'énerve quand les choses se cassent. Peut-être que pour lui, tu as cassé quelque chose. Notre famille. L'image qu'il avait de toi. Ton avenir"). Evie vient d'une famille catholique pratiquante et elle comprend qu'ils ont honte de leur aînée tombée enceinte à 16 ans. Sauf que leur colère rejaillit sur leur seule fille présente ("Ils se sont mis à me crier dessus aussi. Ils me traitaient comme si c'était moi qui étais tombée enceinte") et elle souffre de ce climat familial tendu. D'autant que personne ne lui explique rien. Ses parents refusant tout dialogue, s'enferment dans le silence. Ce qui choque le plus Evie, c'est lorsqu'ils la présentent comme leur fille unique à un vieil ami retrouvé... Pourquoi mentir? Pourquoi renier Cilla? Renier leur amour pour elle? "Ça ne ressemble pas du tout aux enseignements de Jésus"... Evie s'interroge, mais Cilla n'est plus là pour l'écouter, la conseiller ("Tu n'es pas là pour le faire avec moi. Tu n'es pas là pour parler avec moi")... Un flot d'émotions la traverse,... Les lettres touchantes d'une adolescente à sa sœur disparue. Depuis que Cilla est partie, rien ne va plus à la maison. Les parents passent leur temps à crier et se disputer ("Papa s'énerve quand les choses se cassent. Peut-être que pour lui, tu as cassé quelque chose. Notre famille. L'image qu'il avait de toi. Ton avenir"). Evie vient d'une famille catholique pratiquante et elle comprend qu'ils ont honte de leur aînée tombée enceinte à 16 ans. Sauf que leur colère rejaillit sur leur seule fille présente ("Ils se sont mis à me crier dessus aussi. Ils me traitaient comme si c'était moi qui étais tombée enceinte") et elle souffre de ce climat familial tendu. D'autant que personne ne lui explique rien. Ses parents refusant tout dialogue, s'enferment dans le silence. Ce qui choque le plus Evie, c'est lorsqu'ils la présentent comme leur fille unique à un vieil ami retrouvé... Pourquoi mentir? Pourquoi renier Cilla? Renier leur amour pour elle? "Ça ne ressemble pas du tout aux enseignements de Jésus"... Evie s'interroge, mais Cilla n'est plus là pour l'écouter, la conseiller ("Tu n'es pas là pour le faire avec moi. Tu n'es pas là pour parler avec moi")... Un flot d'émotions la traverse, la colère, le sentiment d'abandon et le manque, surtout ("Je t'aime toujours"). Dans ses lettres, elle évoque toutes sortes de souvenirs et d'anecdotes qu'elles ont en commun, espérant donner envie à sa sœur de revenir. Et puis écrire, "ça rend le silence un peu moins oppressant". La vie continue malgré tout, et Evie raconte son (morne) quotidien de collégienne, ce qui lui donne "presque l'impression que tu étais là avec moi". En réalité, "ces lettres sont le dernier lien qui me connecte à toi"... L'adolescente se rend compte qu'elle n'est pas "la seule à souffrir", il y a maman qui passe son temps à pleurer, Alex le père du bébé, les amies de sa sœur qui s'inquiètent également. Et elle, Cilla, "qui doit se sentir encore plus seule que moi" chez tante Maureen à la campagne. Et toujours cette question lancinante: pourquoi ne répond-elle pas aux lettres? Les reçoit-elle bien? Peu à peu les certitudes d'Evie s'ébranlent. Encore plus lorsqu'elle fait la connaissance de June qui va l'amener à s'interroger sur tout un tas de sujets, à commencer par sa foi en Dieu: "Croire en Dieu est une habitude dans laquelle je me suis engluée. A présent je réfléchis, je pose des questions". Et sa correspondance avec Cilla, même à sens unique, l'aide à y voir plus clair: "Ecrire est devenu ma façon de comprendre les choses". Il lui faudra du courage, beaucoup de courage, pour agir "comme la personne que je veux être" face à l'attitude de ses parents, leur jugement, leurs mensonges, leur intolérance, leurs regrets ("Papa et maman n'ont pas toujours raison. Je le sais maintenant"). Mais Evie en est désormais persuadée: "Les choses changeront. Les choses ont déjà changé. Les choses continuent de changer".
    Lire la suite
    En lire moins
  • LucilleCBS Posté le 22 Janvier 2020
    Ce roman prend la forme d'une correspondance entre deux sœurs, voir presque un monologue puisque la grande soeur ne répond qu'à deux reprises aux lettres quasi quotidienne de sa petite soeur. J'ai trouvé ce roman beau, les lettres reflètent les différentes émotions de la jeune fille qui passe par tous les stades: l'inquiétude, le manque, la colère, la joie puis l'apaisement... Au fur et à mesure qu'elle écrit nous sentons qu'elle grandit et aime à raconter tout ce qui se passe dans sa vie. Ce roman aborde de nombreux thèmes: la place de la religion dans certaines familles, l'adolescence, la construction de l'esprit critique, l'acceptation, l'homosexualité etc. Je recommande cette lecture !
  • Eroblin Posté le 22 Décembre 2019
    Ce roman épistolaire met en scène une jeune fille de 12 ans, Evie, qui, tout au long de l’intrigue, écrit à sa sœur Cilla. Cette dernière, s’est retrouvée enceinte à 16 ans de son petit-ami ; la nouvelle de la grossesse a fait l’effet d’une bombe dans cette famille catholique pratiquante. Face aux hurlements des parents honteux que leur fille ait fauté, Cilla est partie chez une vieille tante terminer sa grossesse et accoucher. Evie lui écrit alors quasiment tous les jours sans recevoir de réponses sauf deux courtes lettres glaciales de Cilla. Si bien qu’Evie décide de se rendre sur place. Ce roman s’adresse à un public jeune mais on peut très bien le lire car les thèmes abordés peuvent aussi nous concerner. On nous parle de relations familiales, du rapport à dieu, d’homosexualité, de pardon. Evie se heurte au silence absolu de ses parents, il n’est plus question de parler de Cilla dès son départ de la maison. Ce mutisme la perturbe et l’amène à trouver une personne qui pourrait l’aider. Cette personne s’appelle June et l’amitié qui naît entre elle est forte. Si forte qu’Evie en vient à se demander si elle n’est pas amoureuse de June. Cet... Ce roman épistolaire met en scène une jeune fille de 12 ans, Evie, qui, tout au long de l’intrigue, écrit à sa sœur Cilla. Cette dernière, s’est retrouvée enceinte à 16 ans de son petit-ami ; la nouvelle de la grossesse a fait l’effet d’une bombe dans cette famille catholique pratiquante. Face aux hurlements des parents honteux que leur fille ait fauté, Cilla est partie chez une vieille tante terminer sa grossesse et accoucher. Evie lui écrit alors quasiment tous les jours sans recevoir de réponses sauf deux courtes lettres glaciales de Cilla. Si bien qu’Evie décide de se rendre sur place. Ce roman s’adresse à un public jeune mais on peut très bien le lire car les thèmes abordés peuvent aussi nous concerner. On nous parle de relations familiales, du rapport à dieu, d’homosexualité, de pardon. Evie se heurte au silence absolu de ses parents, il n’est plus question de parler de Cilla dès son départ de la maison. Ce mutisme la perturbe et l’amène à trouver une personne qui pourrait l’aider. Cette personne s’appelle June et l’amitié qui naît entre elle est forte. Si forte qu’Evie en vient à se demander si elle n’est pas amoureuse de June. Cet amour peut-il être montré à tout le monde, ses parents seront-ils prêts à l’accepter, eux qui ont déjà rejeté leur fille aînée, eux qui voient en June une fille qu’il ne faut pas fréquenter car elle ne se rend pas à l’Eglise ? Le monde d’Evie se fragmente, toutes ses certitudes sur les parents, sur Dieu, sur la vie s’écroulent. Mais le pire de tout, c’est le silence de Cilla. Je dois dire que j’ai deviné très rapidement pourquoi sa sœur ne lui répond pas. Mais la révélation en reste tout de même émouvante. Un roman tout en délicatesse. Challenge Multi-défis 2019
    Lire la suite
    En lire moins
  • BOOKSANDRAP Posté le 21 Octobre 2019
    « Tu me manques » est un récit épistolaire sympathique ! J’ai passé un chouette moment, à lire lettre après lettre, le récit d’Evie entre sa vie à la maison depuis l’absence de sa grande sœur, à sa toute nouvelle amitié avec June. Et pourtant il m’a clairement manqué quelque chose. C’était agréable mais malheureusement pas extraordinaire. C’est dommage car ça aurait pu être beaucoup plus poignant. On effleure certains sujets sans jamais rentrer dedans et les approfondir. Je n’oublie pas que notre narratrice n’a que 12 ans et pourtant j’aurais aimé que ce soit plus poussé. On parle des mères adolescentes, d’homosexualité, de relation familiales difficiles, de religion. On aborde tout un tas de thème qui sont plus ou moins complexes et qui aurait pu être beaucoup plus forts et plus percutants s’ils avaient été mieux travaillés. Malheureusement cette lecture ne m’a pas procuré beaucoup d’émotions. Et c’est ce qui coince à mon sens dans ce roman. Le fait que les chapitres soient courts, que tout soit écrit par lettre aurait pu être un condensé d’émotions. Et finalement ça reste plutôt banal et assez simple. Ça se lit. Ça se lit même très bien et très facilement mais il ne... « Tu me manques » est un récit épistolaire sympathique ! J’ai passé un chouette moment, à lire lettre après lettre, le récit d’Evie entre sa vie à la maison depuis l’absence de sa grande sœur, à sa toute nouvelle amitié avec June. Et pourtant il m’a clairement manqué quelque chose. C’était agréable mais malheureusement pas extraordinaire. C’est dommage car ça aurait pu être beaucoup plus poignant. On effleure certains sujets sans jamais rentrer dedans et les approfondir. Je n’oublie pas que notre narratrice n’a que 12 ans et pourtant j’aurais aimé que ce soit plus poussé. On parle des mères adolescentes, d’homosexualité, de relation familiales difficiles, de religion. On aborde tout un tas de thème qui sont plus ou moins complexes et qui aurait pu être beaucoup plus forts et plus percutants s’ils avaient été mieux travaillés. Malheureusement cette lecture ne m’a pas procuré beaucoup d’émotions. Et c’est ce qui coince à mon sens dans ce roman. Le fait que les chapitres soient courts, que tout soit écrit par lettre aurait pu être un condensé d’émotions. Et finalement ça reste plutôt banal et assez simple. Ça se lit. Ça se lit même très bien et très facilement mais il ne se passe pas assez de choses pour être totalement accro à l’histoire. Le personnage d’Evie est gentil, un tantinet gamine parfois dans sa manière de penser mais c’est une jeune fille qui apprends à vivre en l’absence de sa sœur. Qui tente de survivre avec ses parents moralisateurs, qui vit sa 5ème avec ses amies et découvre les premiers émois adolescents. Et pourtant c’est à mon sens peu rythmé. Le fait que je n’ai pas ressenti beaucoup d’émotions rend l’histoire assez fade. C’est une lecture sympathique mais pas marquante. Elle ne m’aura pas fait pleuré, rire ou sourire. Je n’aurais pas vécu avec les personnages, ni éprouvé quoi que ce soit et c’est dommage. C’est ce qui différencie un coup de coeur d’une simple chouette lecture. Il est plus important d’être heureux que de suivre les règles. Et c’est une jolie leçon que l’on apprends dans cette histoire au fur et à mesure des pages. On y aborde l’orientation sexuelle et les préceptes des parents inculqués aux enfants qui changent la vision des jeunes d’eux même. Le fait est que dans l’histoire cela n’aide pas Evie à s’assumer et à être telle qu’elle le voudrait. Un petite déception pour le dernier quart du roman, lors des révélations finales, quand on apprends enfin où est Cilla. Néanmoins le fait qu’elle écrive ces lettres permet tout de même à Evie de s’émanciper et de penser par elle même. À tenir tête à ses parents quand ce qu’elle pense est différent de leur vision de la vie et c’est tout de même une jolie petite victoire. Pour conclure, c’est une histoire sympathique que j’ai lu en une soirée mais qui ne me restera pas longtemps en mémoire à mon grand regret.
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.