Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749107882
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 140 x 220 mm

Psycho

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Collection : Ailleurs
Date de parution : 05/04/2007

Byrne et Balzano dans l'univers des snuff-movies. Le nouveau chef-d'œuvre de l'auteur de Déviances.
 
Philadelphie vit des heures noires. Un tueur sanguinaire s'inspire des scènes de meurtre les plus célèbres de l'histoire du cinéma, de Psychose à Scarface, pour commettre des crimes atroces.

Lorsque l'inspecteur Byrne, plus sombre et tourmenté que...

Byrne et Balzano dans l'univers des snuff-movies. Le nouveau chef-d'œuvre de l'auteur de Déviances.
 
Philadelphie vit des heures noires. Un tueur sanguinaire s'inspire des scènes de meurtre les plus célèbres de l'histoire du cinéma, de Psychose à Scarface, pour commettre des crimes atroces.

Lorsque l'inspecteur Byrne, plus sombre et tourmenté que jamais, et sa coéquipière Balzano prennent l'affaire en main, c'est une véritable descente aux enfers qui les attend.

Salles obscures, clubs sado-maso, milieu du porno, univers glauque des snuff-movies : ils doivent s'immerger dans les ténèbres de l'âme humaine pour atteindre le tueur cinéphile. Quand Byrne réalisera que cette enquête le touche de près, c'est au devant de ses pires cauchemars qu'il devra aller s'il veut épargner de nouvelles vies.

Angoissante et crépusculaire, cette descente vers le mal ravira aussi bien les amateurs de films policiers que les lecteurs de thrillers. Comme dans Déviances, l'identité du tueur sadique reste une énigme jusqu'à la surprise finale.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749107882
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Un maître de l’angoisse. »
James Ellroy

« Des chapitres courts, intenses qui ne laissent aucun répit au lecteur. »
Elle

« [...] Le polar [est] bien mené, l'enquête pleine de rebondissements, la description des dessous sombres de Philadelphie saisissante, angoissante jusqu'au final en apothéose où l'on découvre que l'apprentissage du langage des sourds-muets n'est pas toujours un effort d'humanité. À retenir, dans un océan de policiers qui arrive, d'outre-Atlantique, sur nos rivages. »
F. R., Nice-Matin, novembre 2007

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Derfuchs Posté le 8 Octobre 2020
    J'avoue que je n'ai pas toujours été très agréable avec cet auteur dont le premier livre m'avait déplu ainsi que Funérailles, mais bon seuls les fous et les imbéciles ne changent pas d'avis, aussi je reconnais que j'ai été surpris par Psycho. Montanari nous emmène dans le milieu du cinéma, à Philadelphie, loin d'Hollywood et ses déceptions mais aussi sans obturer la réalité de l'engouement pour cet art et la crédulité des uns comme des autres à tout ce qui y touche. Le pouvoir, le succès, la réussite sont des facteurs de biens des maux humains sans oublier toutes les perversions que l'auteur n'oublie pas de nous tracer. L'homme est ainsi fait qu'il a du mal à réprimer ses pulsions et ses rêves loin de tout bon sens. Les protagonistes de l'histoire sont les duettistes habituels, Kevin Byrne et Jessica Balzano, inspecteurs à la crim de Philadelphie, la ville de l'amour fraternel, qui ne compte pas, pour autant, moins de crimes que les grandes villes américaines. L'assassin, un pervers de première, se sert de sa culture cinématographique pour mettre en oeuvre ses homicides (on l'aurait compris avec le titre, à ce propos le titre original : The skin gods : la peau... J'avoue que je n'ai pas toujours été très agréable avec cet auteur dont le premier livre m'avait déplu ainsi que Funérailles, mais bon seuls les fous et les imbéciles ne changent pas d'avis, aussi je reconnais que j'ai été surpris par Psycho. Montanari nous emmène dans le milieu du cinéma, à Philadelphie, loin d'Hollywood et ses déceptions mais aussi sans obturer la réalité de l'engouement pour cet art et la crédulité des uns comme des autres à tout ce qui y touche. Le pouvoir, le succès, la réussite sont des facteurs de biens des maux humains sans oublier toutes les perversions que l'auteur n'oublie pas de nous tracer. L'homme est ainsi fait qu'il a du mal à réprimer ses pulsions et ses rêves loin de tout bon sens. Les protagonistes de l'histoire sont les duettistes habituels, Kevin Byrne et Jessica Balzano, inspecteurs à la crim de Philadelphie, la ville de l'amour fraternel, qui ne compte pas, pour autant, moins de crimes que les grandes villes américaines. L'assassin, un pervers de première, se sert de sa culture cinématographique pour mettre en oeuvre ses homicides (on l'aurait compris avec le titre, à ce propos le titre original : The skin gods : la peau des dieux est plus propice à une lecture sans ambiguïté, alors que le titre français fait, immédiatement, penser à Hitchcock) de façon aussi horrible que possible eu égard aux modèles de films qu'il utilise pour ce faire. Il y a de l'hémoglobine en veux-tu, en voilà ! Cependant, jamais cela ne nuit à la lecture, le film est sanguinaire, l'acte criminel l'est autant. L'intrigue est époustouflante et les destins s'entremêlent avec brio de par la classe du narrateur. La bonne idée de Montanari, en plus, vient de sa narration à deux voix, l'une utilisant la première personne du singulier, celle du criminel, l'autre à la troisième personne, le narrateur. Le tout est bien ficelé et extrêmement prenant quitte à lire ce bouquin d'une traite. Le duo Byrne/Balzano est attachant ainsi que bien décrit. Je veux dire que les personnages sont tout particulièrement étoffés et l'étude de leurs caractères brillamment analysée. La vie de cet homme et cette femme, leurs tracas, leurs vicissitudes, les familles, leurs origines, l'un irlandais, l'autre ritale sont habilement campés et proprement définis. Le style est habile et simple, lisible sans contrainte, haletant, prenant comme dit plus haut, bref du bon Montanari ou du bon tout simplement. Un livre qui élève son auteur aux meilleurs écrivains américains, Burke, Bunker, Connely, Deaver ou anglais, Rankin, entre autres. A recommander.
    Lire la suite
    En lire moins
  • DidierLarepe Posté le 31 Octobre 2016
    Idem que précédent, l'histoire d'un père qui venge sa fille tuée lors du tournage d'un film porno
  • Legens Posté le 25 Avril 2016
    Une intrigue qui se met rapidement en place, des personnages profonds, attachants, bien campés et fouillés. Je me suis laissée happer par cette histoire de meurtres inspirés de scènes de crimes célèbres au cinéma. L'auteur nous lance sur de fausses pistes, et on ne devine le dénouement que vers les 100 dernières pages. Un page turner, que je recommande vivement.
  • Cormorobin Posté le 25 Mars 2016
    "Psycho" est le deuxième livre de la série de Philadelphie de Richard Montanari. Nous avons découvert dans "Déviances" le duo formé par le vétéran Kevin Byrne et sa jeune coéquipière Jessica Balzano. Ce duo, ainsi que leurs collègues, est particulièrement efficace, et doit faire face à une série de meurtres copiant des scènes plus ou moins mythiques de cinéma. Donc un scénario assez original, solide, violent, qui ne laisse pas indifférent. S'ajoutent au récit les parcours personnels et sentimentaux des deux protagonistes, qui trouvent leur place par moments dans l'histoire elle-même. De manière générale, ce n'est pas quelque chose que j'apprécie, car je considère que cela fait perdre un peu de crédibilité au récit. Si chaque policier était impliqué à titre personnel dans ce qu'il doit combattre au quotidien, ça se saurait. Là, ça trouve sa place sans trop d'acrobaties. Des surprises, de l'action, ça se lit bien et vite. J'avais même tendance à lire en travers pour éviter les détails un peu trop durs et aussi pour aller plus vite au dénouement. Ne pas hésiter à y passer un moment quand on est fan du genre. C'est tout de même plutôt des livres de qualité.
  • Jad_Or Posté le 8 Mai 2015
    Le chagrin harcèle lentement le coeur humain. Les gens ont souvent le sentiment que s'ils demeurent en mouvement, ils le sèmeront.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !