Lisez! icon: Search engine
Héloïse d'Ormesson
EAN : 9782350875224
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 205 mm

Que tout soit à la joie

Date de parution : 06/06/2019
Juliette vient de s’installer à Paris. Entre la prépa et les cours de théâtre, elle essaie de trouver sa voie. Mais un beau matin, un scandale vient sonner la fin de l’insouciance et éclabousser sa famille. Des années plus tard, c’est justement ce scandale qu’elle va tenter de démêler à... Juliette vient de s’installer à Paris. Entre la prépa et les cours de théâtre, elle essaie de trouver sa voie. Mais un beau matin, un scandale vient sonner la fin de l’insouciance et éclabousser sa famille. Des années plus tard, c’est justement ce scandale qu’elle va tenter de démêler à travers
l’écriture. Pour dire sa vérité. Celle de cet oncle aimé et admiré. Une résolution qui est loin de faire l’unanimité. Forte du soutien de quelques proches, Juliette, cette fois, ne renoncera pas.

Que tout soit à la joie retrace l’itinéraire d’une femme aspirant à s’affranchir des conventions. À ses côtés, l’esprit d’un homme qui a chu et s’est abîmé dans les mémoires. Qui était cet ecclésiastique respecté, ami des prostituées ? Peut-on être homme de Dieu et homme de chair ?
Les deux parcours s’éclairent et se répondent.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350875224
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

C’est passionnant. Emmanuelle de Boysson réussit un roman « presque » autobiographique, et nous donne une envie folle de relire toute son œuvre. 
Sandrine Mariette / ELLE
Emmanuelle de Boysson nous rappelle, avec ce beau livre qui mêle deux destins, que la quête du bonheur est un rodéo, les certitudes une chimère, les classes sociales un trampoline. 
Pierre Vavasseur / Le Parisien
Une ode à l'écriture sans concessions, aux rencontres, à la fidélité que l'on se doit à soi même, ainsi qu'aux êtres que l'on a chéris. 
Jessica Nelson / Point de vue

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Verdure35 Posté le 4 Septembre 2019
    Très jolie présentation des Edts Heloïse d'Ormesson pour ce texte très personnel de l'auteur, déguisé en roman. En effet, E de Boysson est la petite nièce du Cardinal Danielou (Dantec dans le roman) , jésuite dévoué à sa lourde charge, mais malheureusement décédé en 1976 dans un lieu que la morale réprouve comme on le disait plus ou moins pudiquement à l'époque.Ce qui a donné lieu à des accusations indignées voire moqueuses, en tous cas infamantes pour la famille.(Dieu merci les réseaux sociaux n'existaient pas) Et justement dans ce roman , Juliette , fille de famille de la haute bourgeoisie, arrive à Paris pour y étudier , sans trop savoir quelles matières lui conviendront. Elle touche à tout, tombe amoureuse d'un beau gosse de son milieu, mais elle est une parmi d'autres, elle fantasme donc. Puis elle se marie, a des enfants(un enfant mort-né va la toucher à jamais) . La quarantaine arrive , elle voudrait écrire, le passé de son grand-oncle l'intéresse , elle a des relations, elle va essayer malgré le non formel de sa famille de démontrer que cet ecclésiastique voulait avant tout aider son prochain, même si parfois il s'agissait de dames de petite... Très jolie présentation des Edts Heloïse d'Ormesson pour ce texte très personnel de l'auteur, déguisé en roman. En effet, E de Boysson est la petite nièce du Cardinal Danielou (Dantec dans le roman) , jésuite dévoué à sa lourde charge, mais malheureusement décédé en 1976 dans un lieu que la morale réprouve comme on le disait plus ou moins pudiquement à l'époque.Ce qui a donné lieu à des accusations indignées voire moqueuses, en tous cas infamantes pour la famille.(Dieu merci les réseaux sociaux n'existaient pas) Et justement dans ce roman , Juliette , fille de famille de la haute bourgeoisie, arrive à Paris pour y étudier , sans trop savoir quelles matières lui conviendront. Elle touche à tout, tombe amoureuse d'un beau gosse de son milieu, mais elle est une parmi d'autres, elle fantasme donc. Puis elle se marie, a des enfants(un enfant mort-né va la toucher à jamais) . La quarantaine arrive , elle voudrait écrire, le passé de son grand-oncle l'intéresse , elle a des relations, elle va essayer malgré le non formel de sa famille de démontrer que cet ecclésiastique voulait avant tout aider son prochain, même si parfois il s'agissait de dames de petite vertu. L'effort est louable, l'époque bien reconnaissable, grande simplicité d'écriture tout de même.
    Lire la suite
    En lire moins
  • antigoneCH Posté le 7 Juillet 2019
    Les romans de juin sont sortis cette année en toute discrétion sur les réseaux, tant le battage sur la rentrée littéraire a été fort et précoce… Que tout soit à la joie est de ces romans qui sont sortis en juin, et quel dommage de passer à côté ! Avec sa couverture bien intrigante, à la fois précieuse et surannée, très jolie, je me demandais pour autant de quoi il pouvait bien parler. Nous sommes dans les années 70, Juliette est étudiante sur Paris. Solange Dumontel, une vieille amie de classe de sa mère, a invité la jeune-fille à un goûter-dîner avec ses enfants. Mis à part une cousine, ses grands-parents et son oncle Paul, elle ne connaît personne sur la capitale. Elle accepte donc avec curiosité cette rencontre. Le fils aîné, Jean-Michel, est à Polytechnique. Grand charmeur, il séduit immédiatement Juliette, comme toute la cour des demoiselles qui gravite autour de lui. Elle décide alors, dans l’innocence de sa jeunesse, et son envie de vivre quelque chose d’enthousiasmant, qu’elle est amoureuse. Mais d’autres événements vont bouleverser sa vie, le décès brutal de son grand-père, puis de son oncle tant aimé. Cet ecclésiastique respecté a été retrouvé mort chez... Les romans de juin sont sortis cette année en toute discrétion sur les réseaux, tant le battage sur la rentrée littéraire a été fort et précoce… Que tout soit à la joie est de ces romans qui sont sortis en juin, et quel dommage de passer à côté ! Avec sa couverture bien intrigante, à la fois précieuse et surannée, très jolie, je me demandais pour autant de quoi il pouvait bien parler. Nous sommes dans les années 70, Juliette est étudiante sur Paris. Solange Dumontel, une vieille amie de classe de sa mère, a invité la jeune-fille à un goûter-dîner avec ses enfants. Mis à part une cousine, ses grands-parents et son oncle Paul, elle ne connaît personne sur la capitale. Elle accepte donc avec curiosité cette rencontre. Le fils aîné, Jean-Michel, est à Polytechnique. Grand charmeur, il séduit immédiatement Juliette, comme toute la cour des demoiselles qui gravite autour de lui. Elle décide alors, dans l’innocence de sa jeunesse, et son envie de vivre quelque chose d’enthousiasmant, qu’elle est amoureuse. Mais d’autres événements vont bouleverser sa vie, le décès brutal de son grand-père, puis de son oncle tant aimé. Cet ecclésiastique respecté a été retrouvé mort chez une prostituée. Le scandale est énorme et éclabousse toute la famille, persuadée elle que le religieux n’a été surpris que dans une de ses nombreuses œuvres de charité. Le temps passe. Juliette se marie et a des enfants, navigue entre envies d’écriture, de théâtre, et son travail temporaire de formatrice pour adultes. Un jour, lui est donnée enfin l’opportunité d’écrire sur cet oncle, de mettre à jour une vérité qui lui rendrait hommage… mais c’est compter sans l’opposition de sa famille maternelle et les silences de ceux qui savent. J’ai beaucoup aimé cette première plongée dans l’univers un peu feutré et particulier des grandes familles dans laquelle Juliette a du mal à trouver sa place, puis ensuite son parcours de jeune-fille amoureuse, de mère débordée, de femme déterminée à vivre son rêve, et son travail d’écrivain en butte aux difficultés du milieu. Un roman qui a su réveiller mes souvenirs de jeunesse étudiante, mais aussi m’émouvoir, avec son écriture personnelle et fraîche, délicatement séduisante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Agathethebook Posté le 20 Juin 2019
    Voici un roman qui porte merveilleusement bien son titre. La vie n’étant pas toujours un long fleuve tranquille, autant décider dès le départ de se placer du bon côté de la rive plutôt que de plonger chaque jour dans le fleuve de la mélancolie. C’est le cas de Juliette, la narratrice. Elle retrace son parcours depuis son arrivée à Paris lorsqu’elle était étudiante, ses désirs d’écriture et de théâtre. À l’image de son grand-oncle, un ecclésiastique renommé, elle déborde d’amour et d’optimisme malgré des épreuves qui vont jalonner sa vie. Jamais elle ne renoncera à ses rêves, et peu importe le temps que cela prendra. [Chère amie taureau, j’ai bien reconnu l’ardeur et l’élan de ce signe du zodiaque que vous mentionnez et que je partage) Du premier amour à la vie de famille, au gré des rencontres et à la croisée des chemins, Juliette petit à petit trouvera sa voie au sein d’un monde qu’elle aime et embellit. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette narratrice comme si l’on piochait à chaque chapitre dans le journal intime de sa vie. Juliette n’est ni légère ni mondaine, elle est vive et de bonne humeur, elle aime ses proches,... Voici un roman qui porte merveilleusement bien son titre. La vie n’étant pas toujours un long fleuve tranquille, autant décider dès le départ de se placer du bon côté de la rive plutôt que de plonger chaque jour dans le fleuve de la mélancolie. C’est le cas de Juliette, la narratrice. Elle retrace son parcours depuis son arrivée à Paris lorsqu’elle était étudiante, ses désirs d’écriture et de théâtre. À l’image de son grand-oncle, un ecclésiastique renommé, elle déborde d’amour et d’optimisme malgré des épreuves qui vont jalonner sa vie. Jamais elle ne renoncera à ses rêves, et peu importe le temps que cela prendra. [Chère amie taureau, j’ai bien reconnu l’ardeur et l’élan de ce signe du zodiaque que vous mentionnez et que je partage) Du premier amour à la vie de famille, au gré des rencontres et à la croisée des chemins, Juliette petit à petit trouvera sa voie au sein d’un monde qu’elle aime et embellit. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette narratrice comme si l’on piochait à chaque chapitre dans le journal intime de sa vie. Juliette n’est ni légère ni mondaine, elle est vive et de bonne humeur, elle aime ses proches, elle tient à ses projets et ne s’encombre pas longtemps des idées et personnes négatives. Juliette a raison, que tout soit à la joie, que l’amour triomphe des peines et des trahisons! Le style est sobre et le ton entraînant, j’ai trouvé ce roman lumineux et sincère.
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslecturesdemy Posté le 6 Juin 2019
    Une belle découverte. Dans la première partie du roman, Juliette est une jeune fille de bonne famille. Elle étudie à Paris, loin des siens. Plus tard, on la retrouve mariée et mère de famille. Elle devrait être comblée par sa vie mais non. Sa passion? L’écriture. Et l’envie d’écrire devient de plus en plus forte au fur et à mesure des années. Elle décidera d’écrire un roman sur la vie de son grand-oncle, le père Dantec. Mais la rédaction de ce livre va réveiller de vieux secrets de famille… La pression familiale est forte. Mais Juliette essaie de tenir bon. Deux thèmes sont évoqués dans ce roman : l’épanouissement personnel et la sexualité au sein de l’Église. Juliette veut être plus qu’une bonne épouse et mère de famille, elle veut s’émanciper, s’épanouir personnellement. Vivre de sa passion et faire autre chose que « maman-épouse ». Quand je parle de sexualité au sein de l’Eglise, je veux surtout parler du célibat des prêtres. En effet, Juliette veut écrire la biographie de son grand-oncle, qui était prêtre (adoré de tous)… mais retrouvé mort chez une prostituée! De là deux choix s’offraient aux gens : soit ils continuaient à défendre Dantec, soit ils le... Une belle découverte. Dans la première partie du roman, Juliette est une jeune fille de bonne famille. Elle étudie à Paris, loin des siens. Plus tard, on la retrouve mariée et mère de famille. Elle devrait être comblée par sa vie mais non. Sa passion? L’écriture. Et l’envie d’écrire devient de plus en plus forte au fur et à mesure des années. Elle décidera d’écrire un roman sur la vie de son grand-oncle, le père Dantec. Mais la rédaction de ce livre va réveiller de vieux secrets de famille… La pression familiale est forte. Mais Juliette essaie de tenir bon. Deux thèmes sont évoqués dans ce roman : l’épanouissement personnel et la sexualité au sein de l’Église. Juliette veut être plus qu’une bonne épouse et mère de famille, elle veut s’émanciper, s’épanouir personnellement. Vivre de sa passion et faire autre chose que « maman-épouse ». Quand je parle de sexualité au sein de l’Eglise, je veux surtout parler du célibat des prêtres. En effet, Juliette veut écrire la biographie de son grand-oncle, qui était prêtre (adoré de tous)… mais retrouvé mort chez une prostituée! De là deux choix s’offraient aux gens : soit ils continuaient à défendre Dantec, soit ils le détestaient. Juliette ne veut qu’une seule chose, connaître la vérité et l’écrire. Je me suis attachée au personnage de Juliette. C’est une personne qui n’aime pas faire de mal et qui fait tout pour que tout le monde soit content. Mais en faisant ça elle se perd… Mais elle change son fusil d’épaule et prends sa vie en main. C’est ce que j’aime chez elle, cette volonté d’enfin vivre la vie qu’elle souhaite. Par contre elle m’a aussi énervé par sa naïveté. Elle fait trop confiance aux gens et ça va lui jouer des tours. La plume de l’auteure est très fluide et agréable à lire. Les mots sont employés avec beaucoup de justesse. C’est le premier livre que je lis d’Emmanuelle de Boysson mais ce ne sera pas le dernier. Je vous conseille vivement de lire ce livre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • TRIEB Posté le 29 Mai 2019
    QUE TOUT SOIT A LA JOIE Juliette Monin est une fille d’extraction bourgeoise, de bonne famille , qui a confortablement vécu , en Alsace , au Maroc .Elle s’installe à Paris .Nous sommes dans ces années soixante-dix, cette parenthèse enchantée marquée par la recherche de l’émancipation générée dans le sillage de Mai 68 , où tout semble à portée de réalisation .Juliette veut s’émanciper , elle tombe amoureuse de Jean-Michel Dumontel jeune homme rencontré lors d’une réception de présentation tenue au domicile de ce dernier . Pourtant, les contradictions ne manquent pas de perturber le parcours de Juliette : comment aimer sans se trahir ? Comment prendre ses distances avec ses origines, son milieu ? Objectif difficile, mais Juliette, qui comprend très vite que Jean-Michel Dumontel ne lui vouera jamais une passion amoureuse sincère et intense, décide de se consacrer au théâtre, puis à l’écriture. N’est-elle pas la nièce du Cardinal Paul Dantec, auteur d’ouvrages théologiques et décédé chez une prostituée…Qui était-il vraiment ? Un homme cachant une double vie et un secret inavouable, ou un individu réellement... QUE TOUT SOIT A LA JOIE Juliette Monin est une fille d’extraction bourgeoise, de bonne famille , qui a confortablement vécu , en Alsace , au Maroc .Elle s’installe à Paris .Nous sommes dans ces années soixante-dix, cette parenthèse enchantée marquée par la recherche de l’émancipation générée dans le sillage de Mai 68 , où tout semble à portée de réalisation .Juliette veut s’émanciper , elle tombe amoureuse de Jean-Michel Dumontel jeune homme rencontré lors d’une réception de présentation tenue au domicile de ce dernier . Pourtant, les contradictions ne manquent pas de perturber le parcours de Juliette : comment aimer sans se trahir ? Comment prendre ses distances avec ses origines, son milieu ? Objectif difficile, mais Juliette, qui comprend très vite que Jean-Michel Dumontel ne lui vouera jamais une passion amoureuse sincère et intense, décide de se consacrer au théâtre, puis à l’écriture. N’est-elle pas la nièce du Cardinal Paul Dantec, auteur d’ouvrages théologiques et décédé chez une prostituée…Qui était-il vraiment ? Un homme cachant une double vie et un secret inavouable, ou un individu réellement soucieux d’aider son prochain ? Juliette, qui s’est entre-temps mariée, cherche sa voie : l’écriture ou le théâtre ? Elle prend des cours, entre en contact avec le milieu de l’édition, vit en colocation avec d’autres jeunes filles, se frotte aux réalités de la coexistence. C’est un portait plaisant que nous livre Emmanuelle de Boysson dans son nouveau roman .Ce personnage de Juliette nous attache, car il n’est pas monolithique , il est en proie au doute , au questionnement . L’époque est bien restituée :les ambitions d’une partie de la jeunesse, celle des grandes écoles, des beaux quartiers , sont décrites avec justesse .Que tout soit à la joie Illustre bien les difficultés d’une émancipation réussie :vivre et réaliser ses choix, triompher au bout du compte de la culpabilité et de la douleur : « Non, je ne saborderai pas ce que j’ai de plus précieux ( …) Je ne veux pas être dépossédée de mon livre .Je ne veux pas qu’il soit réécrit, je ne veux pas d’un ouvrage formaté . » L’auteure de ce roman choisit le pardon comme réponse à la question soulevée au début du récit .Pourquoi pas ?
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.