Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749100661
Façonnage normé : BROCHE

Quitte à avoir un père, autant qu'il s'appelle Gabin...

Date de parution : 09/01/2003

Ce livre n'est ni une biographie de Gabin ni une autobiographie, mais un merveilleux vagabondage au fil de souvenirs cocasses ou émouvants. Comédien, homme et simplement père, Jean Gabin apparaît ici dans toute sa démesure et aussi toute son humanité bourrue. Misanthrope capable de fraternité, il était aussi un être...

Ce livre n'est ni une biographie de Gabin ni une autobiographie, mais un merveilleux vagabondage au fil de souvenirs cocasses ou émouvants. Comédien, homme et simplement père, Jean Gabin apparaît ici dans toute sa démesure et aussi toute son humanité bourrue. Misanthrope capable de fraternité, il était aussi un être à l'anxiété dévorante. On retrouve ici son sens de la réplique, dont nombre auraient pu être signées Audiard, et sa légendaire mauvaise foi dont il usait comme d'un art.

Florence Moncorgé-Gabin dresse aussi, au gré d'anecdotes savoureuses, le portrait de tous ceux qui formaient la famille cinématographique de Gabin. Les Ventura, Delon, Brialy, Grangier, Verneuil, etc. ou ceux qu'elle croisa lors de tournages auxquels elle a collaboré.

Plus qu'un volume de souvenirs, c'est le film de la vie d'une femme avec des images en noir et blanc… et d'autres en couleurs.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749100661
Façonnage normé : BROCHE
Cherche midi

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ChristianAttard Posté le 5 Mai 2018
    "Quitte à avoir un père autant qu'il s'appelle Gabin" La phrase est belle et elle est de Béatrice Dalle. Florence Moncorgé-Gabin, la seconde fille de Pépé le Moko ne l'oubliera pas. Pour ma part, je ne pense pas, après la lecture de ce recueil de mémoires, que beaucoup de femmes auraient aimé avoir comme père l'acteur mythique ! On fantasme beaucoup sur la vie de nos stars mais au fond, Jean Gabin avait tout du parvenu qui ne réussit jamais â être accepté dans des milieux qui n'étaient pas les siens. Je pense qu'il n'a jamais compris que s'acheter comptant une ferme ou un haras ne faisait pas de lui un paysan. Pour le reste, il avait toutes les caractéristiques des pères obtus de l'époque : machistes, autoritaires, peu affectueux, peu cultivés. On ne peut même pas dire qu'il se soit occupé correctement de ses enfants qui se sont fait eux-mêmes, victimes du nomadisme immobilier de leur père et de son nombrilisme. Un paradoxe aussi que cet homme élégant à la ville, ayant épousé un mannequin de chez Lanvin mais capable d'aller diner en charentaises et parlant comme un vendeur de journaux. Ecrits avec simplicité et sincérité, ces souvenirs plus amers que doux laissent... "Quitte à avoir un père autant qu'il s'appelle Gabin" La phrase est belle et elle est de Béatrice Dalle. Florence Moncorgé-Gabin, la seconde fille de Pépé le Moko ne l'oubliera pas. Pour ma part, je ne pense pas, après la lecture de ce recueil de mémoires, que beaucoup de femmes auraient aimé avoir comme père l'acteur mythique ! On fantasme beaucoup sur la vie de nos stars mais au fond, Jean Gabin avait tout du parvenu qui ne réussit jamais â être accepté dans des milieux qui n'étaient pas les siens. Je pense qu'il n'a jamais compris que s'acheter comptant une ferme ou un haras ne faisait pas de lui un paysan. Pour le reste, il avait toutes les caractéristiques des pères obtus de l'époque : machistes, autoritaires, peu affectueux, peu cultivés. On ne peut même pas dire qu'il se soit occupé correctement de ses enfants qui se sont fait eux-mêmes, victimes du nomadisme immobilier de leur père et de son nombrilisme. Un paradoxe aussi que cet homme élégant à la ville, ayant épousé un mannequin de chez Lanvin mais capable d'aller diner en charentaises et parlant comme un vendeur de journaux. Ecrits avec simplicité et sincérité, ces souvenirs plus amers que doux laissent une drôle d'impression... Non cela n'a pas du être facile d'être la fille de ce monstre sacré !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Dariadgille Posté le 2 Juin 2015
    J'ai beaucoup aimé cette autobiographie de Florence Moncorgé-Gabin. Avec tendresse et recul, elle jette un regard critique, mais pas désabusé, sur ses débuts, ses passions, sa carrière. Elle nous ouvre les portes de son métier de scripte et trace en filigrane un portrait intime, tout en nuances, de ce père à la fois tendre, bourru, exigeant et attentionné. A travers son récit, elle nous offre aussi un cliché des coulisses du cinéma français à une grande époque ( Ventura, Blier, Delon, Audiard, Renoir). Pas facile d'être scripte et d'avoir un père dans le métier, surtout s'il s'appelle Gabin.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !