Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221197721
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 464
Format : 140 x 225 mm

Ragdoll - édition française

Natalie BEUNAT (Traducteur)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 09/03/2017
Votre nom figure sur la liste du tueur. La date de votre mort aussi… 
Un « cadavre » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l’a aussitôt baptisé Ragdoll, la poupée de chiffon.
Tout juste réintégré à...
Votre nom figure sur la liste du tueur. La date de votre mort aussi… 
Un « cadavre » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l’a aussitôt baptisé Ragdoll, la poupée de chiffon.
Tout juste réintégré à la Metropolitan Police de Londres, l’inspecteur « Wolf » Fawkes dirige l’enquête sur cette effroyable affaire, assisté par son ancienne coéquipière, l’inspecteur Baxter.
Chaque minute compte, d’autant que le tueur s’amuse à narguer les forces de l’ordre : il a diffusé une liste de six personnes, assortie des dates auxquelles il a prévu de les assassiner.
Le dernier nom est celui de Wolf.
Coup d’essai, coup de maître pour ce thriller déjà vendu dans plus de 35 pays avant parution et en cours d’adaptation pour une série TV. 


« À vous couper le souffle ! Si vous avez aimé Seven, vous adorerez Ragdoll. » M. J. Arlidge, auteur d’Am Stram Gram

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221197721
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 464
Format : 140 x 225 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ColineK Posté le 13 Juillet 2020
    Ce fut une lecture lancé sur les chapeau de roues, prédestiné à devenir un coup de coeur mais tout à coup tout s'effondre. On passe d'un début vraiment prenant, à quelque chose qui devient brouillon, jusqu'au dénouement plus que décevant !
  • cannibalector Posté le 3 Juillet 2020
    Dernier jour du procès de Naguib Khalid : coupable ou non coupable d'avoir tué et cramé ( on le surnomme le crématiste) 27 enfants en 27 jours? Non coupable. Le flic qui a dirigé l'enquête, "Wolf Fawkes" pète un câble , traverse le prétoire et casse la gueule au pauvre innocent: maîtrisé par ses collègues, il sera envoyé à l'asile pendant un an Evidemment , nous sommes en pleine actualité (même si ce roman date de 2018): un représentant d'une minorité passe des mois en détention provisoire à cause de preuves qui ne sont pas suffisantes pour convaincre un jury. Un flic viole toutes les lois et agresse donc un innocent Mais un autre point plus subtil et plus troublant m'a surpris : Fawkes est le nom du principal instigateur de la "conspiration des poudres" : tentative d'assassinat du roi anglais Jacques 1er . Fawkes avait réuni de nombreux barils de poudre dans une cave sous le parlement où siégeait le roi. Cet épisode est très connu en Angleterre et fêté tous les ans début novembre Récemment, les héros du film " V pour Vendetta" se cachent sous un masque stylisé de Fawkes ainsi que le groupe subversif des "ANONYMOUS" Pour en revenir à l'histoire... Dernier jour du procès de Naguib Khalid : coupable ou non coupable d'avoir tué et cramé ( on le surnomme le crématiste) 27 enfants en 27 jours? Non coupable. Le flic qui a dirigé l'enquête, "Wolf Fawkes" pète un câble , traverse le prétoire et casse la gueule au pauvre innocent: maîtrisé par ses collègues, il sera envoyé à l'asile pendant un an Evidemment , nous sommes en pleine actualité (même si ce roman date de 2018): un représentant d'une minorité passe des mois en détention provisoire à cause de preuves qui ne sont pas suffisantes pour convaincre un jury. Un flic viole toutes les lois et agresse donc un innocent Mais un autre point plus subtil et plus troublant m'a surpris : Fawkes est le nom du principal instigateur de la "conspiration des poudres" : tentative d'assassinat du roi anglais Jacques 1er . Fawkes avait réuni de nombreux barils de poudre dans une cave sous le parlement où siégeait le roi. Cet épisode est très connu en Angleterre et fêté tous les ans début novembre Récemment, les héros du film " V pour Vendetta" se cachent sous un masque stylisé de Fawkes ainsi que le groupe subversif des "ANONYMOUS" Pour en revenir à l'histoire du roman, Naguib Khalid est arrêté peu de temps après , pris en flagrant délit d'assassinat d'un autre enfant. Quelques années plus tard, Wolf a réintégré la police quand il est appelé sur une scène de crime où l'on découvre un cadavre composé des restes de six personnes dont la tête de Khalid A coté, une liste de six personnes que le tueur promet de tuer: le dernier est Wolf. Beaucoup d'idées originales et un suspens haletant On peut cependant regretter un style confus et une fin vraiment quelconque Un auteur en devenir et prometteur Mais ce n'est que mon humble avis
    Lire la suite
    En lire moins
  • ya2meufs_qui_lisentetvoyagent Posté le 20 Juin 2020
    #9995;RECHERCHE MAIN GAUCHE DÉSESPÉRÉMENT !🗡 Pour démarrer l'été en force, on avait envie de faire le plein d'adrénaline avec un vrai BGT ( Bon Gros Thriller) On n'a pas été déçues avec Ragdoll et son lot de fausses pistes, de twist, de cliffhangers, le tout mâtiné d'une touche d'humour british. Déjà, le pitch avait tout pour nous plaire. Un cadavre est retrouvé par la police londonienne. Sa particularité : il est recomposé à partir de 6 victimes, le bras d'un homme, le torse d'une femme etc, chacun assemblé par des points de suture.🤢 Ce patchwork sanglant est baptisé Ragdoll (poupée de chiffon) par la presse avide de détails croustillants. Le serial-killer responsable de cette macabre mise en scène a parachevé son œuvre en diffusant une liste des noms de de ses 6 prochaines victimes avec la date à laquelle il va les assassiner. L'inspecteur Wolf qui dirige l'enquête va engager une course contre la montre d'autant plus stressante que le dernier nom de la liste est... le sien ! 😱 Ce premier roman de Daniel Cole, c'est de la haute suture grand luxe, à tel point qu'il est en cours d'adaptation pour une série télé... 🐈
  • beatriceferon Posté le 24 Mai 2020
    William Fawkes, qu'on surnomme « Wolf » assiste au procès du redoutable « tueur crématiste » qu'il a réussi, non sans mal, à arrêter. Vingt-sept victimes en vingt-sept jours . Triste record. Et pourtant, ses avocats arrivent à faire douter les jurés. Comme le doute bénéficie à l'accusé, le voilà libre. Wolf se jette sur lui et l'aurait certainement tué si un agent ne lui avait fracassé le poignet à coups de matraque. Après un séjour en hôpital psychiatrique, Wolf est réintégré dans son service. Quatre ans ont passé. Et voici qu'on découvre un cadavre, horrible patchwork constitué à l'aide de six corps. C'est suite à de nombreuses critiques enthousiastes que je me suis lancée dans cette lecture. Le début est assez déconcertant. Nous suivons une des jurées d'un procès très médiatisé, celui du « tueur crématiste » dont le péché mignon est de regarder de jeunes femmes brûler vives. Pourtant, par un tour de passe-passe, le voilà transformé en victime et le policier qui l'a arrêté devient un coupable. Ce prologue m'a surprise car il m'a donné l'impression d'avoir manqué un épisode et de lire la suite de l'affaire qu'on va juger. Ce n'est pourtant pas le cas. Ce roman est le premier de Daniel Cole. On entre... William Fawkes, qu'on surnomme « Wolf » assiste au procès du redoutable « tueur crématiste » qu'il a réussi, non sans mal, à arrêter. Vingt-sept victimes en vingt-sept jours . Triste record. Et pourtant, ses avocats arrivent à faire douter les jurés. Comme le doute bénéficie à l'accusé, le voilà libre. Wolf se jette sur lui et l'aurait certainement tué si un agent ne lui avait fracassé le poignet à coups de matraque. Après un séjour en hôpital psychiatrique, Wolf est réintégré dans son service. Quatre ans ont passé. Et voici qu'on découvre un cadavre, horrible patchwork constitué à l'aide de six corps. C'est suite à de nombreuses critiques enthousiastes que je me suis lancée dans cette lecture. Le début est assez déconcertant. Nous suivons une des jurées d'un procès très médiatisé, celui du « tueur crématiste » dont le péché mignon est de regarder de jeunes femmes brûler vives. Pourtant, par un tour de passe-passe, le voilà transformé en victime et le policier qui l'a arrêté devient un coupable. Ce prologue m'a surprise car il m'a donné l'impression d'avoir manqué un épisode et de lire la suite de l'affaire qu'on va juger. Ce n'est pourtant pas le cas. Ce roman est le premier de Daniel Cole. On entre ensuite dans l'histoire de « ragdoll » qui commence quatre ans plus tard, période dont, à ce stade, le lecteur ne sait rien. Comment Wolf est-il sorti de son asile et est-il redevenu policier ? Mystère. Mais il a tout perdu de son ancienne vie, sauf son métier. Ce matin-là, on l'appelle sur une scène de crime peu banale, dont il s'aperçoit qu'elle se situe juste en face de son appartement. Cette enquête s'annonce particulièrement complexe, puisque, comme le révèle la couverture, un seul corps, mais six victimes. Moderne Frankenstein, le tueur a constitué son « ragdoll » (poupée de chiffon) en cousant grossièrement ensemble, membres, torse et tête prélevés sur des corps différents. Comment les identifier? Qu'est-ce qui différencie un bras d'un autre ? Très vite, les choses se compliquent encore : la presse semble avoir toujours un coup d'avance sur les enquêteurs. La principale journaliste n'est autre que l'ex-femme de Wolf, qui a reçu une liste des six prochaines victimes, ainsi que la date de leur exécution. Pourquoi elles ? Quel lien avec le « ragdoll » ? Comment empêcher le tueur de les atteindre ? A mon avis, le lecteur doit rester extrêmement attentif. Certains chapitres se passent au présent de l'affaire, soit en 2014, mais des rétrospectives renvoient en 2010 lorsque Wolf était interné. Celles-ci distillent des éléments capitaux qui permettront de reconstituer le puzzle et il ne faut pas en manquer un seul sous peine d'être perdu. Les personnages m'ont paru assez antipathiques. Tout d'abord, j'ai eu du mal à assimiler leurs grades : « commander » ou « sargeant ». Wolf est une sorte de brute qui n'en fait qu'à sa tête, n'écoute personne, suit son idée sans en parler avec aucun de ses collaborateurs. Il va même jusqu'à en agresser un et violemment ! J'ai lu que certains le comparaient à Harry Bosch, or, il n'a pas son charisme et surtout, contrairement à Bosch, il met son entourage en danger. Cette aventure est la première d'une trilogie, mais je n'ai pas envie de le retrouver. Pas plus que Baxter, sa coéquipière et amie. Enfin, si on peut dire, car leur relation est assez trouble. Elle aussi se la joue perso et ne manque pas une occasion de maltraiter son stagiaire, que pourtant elle apprécie. Car ce pauvre Edmunds, malgré son dévouement absolu n'aura jamais droit au moindre encouragement, à un merci. C'est, pour moi, le seul qui tire son épingle du jeu. La « commander » Vanita, quant à elle, semble s'ingénier à mettre des bâtons dans les roues de ses subordonnés, réduisant les équipes, renvoyant l'un ou l'autre des acteurs principaux, bref, on dirait qu'elle fait tout pour faciliter la tâche du tueur. Les médias jouent un rôle effrayant, n'hésitant pas, pour faire de l'audience, à publier des photos bien sanglantes, ou à révéler des informations qui nuisent à l'enquête. Le rédac-chef ne trouve rien de mieux que de demander à Andrea de lire à l'antenne les noms des prochaines victimes, qui apprendront ainsi sans ménagement que leurs jours sont comptés. C'est écœurant. Enfin, j'ai aussi trouvé que l'auteur se complaît dans la violence. Un meurtre particulièrement cruel et odieux est ainsi détaillé sur plusieurs pages. J'ai déploré certaines longueurs qui auraient pu passer à la trappe sans déforcer l'intrigue, déjà suffisamment complexe. J'ai vu que certains lecteurs se plaignaient de n'avoir pas (tout) compris . Ce n'est pas mon cas, mais il faut s'accrocher et rester bien concentré. Mon avis est donc mitigé et je m'en tiendrai là. Je ne lirai pas la suite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sallyrose Posté le 23 Mars 2020
    Un cadavre – Six victimes Un policier au sang chaud Une course-poursuite contre le temps Une chasse à l’homme Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un thriller aussi captivant avec tous les bons ingrédients bien dosés : complexité de l’intrigue, style, humour britannique, psychologie des personnages. Parfait pour s’immerger jusqu’au petit matin. La bonne surprise est qu’il s’agit du 1er tome d’une trilogie…

les contenus multimédias

Chargement en cours...
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.