En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Rien n'est sacré, tout peut se dire

        La Découverte
        EAN : 9782707186638
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 128
        Format : 125 x 190 mm
        Rien n'est sacré, tout peut se dire
        Réflexions sur la liberté d'expression

        Robert MÉNARD (Préface)
        Collection : Cahiers libres
        Date de parution : 07/04/2015
        L’enjeu de l’usage illimité et entier de la liberté d’expression est que l’homme parvienne enfin à sortir de son état de minorité et de dépendance, à se restaurer dans sa pleine humanité.
        Un texte sans concession pour défendre une liberté qui ne doit, d’après lui, rencontrer aucune limitation, qu’elle soit politique, morale ou juridique.
        « Il n’y a ni bon ni mauvais usage de la liberté d’expression, il n’en existe qu’un usage insuffisant. » L’affirmation de Raoul Vaneigem donne le ton de cet essai qu’il consacre à la liberté la plus fondamentale de l’être humain. Un texte sans concession pour défendre une liberté qui... « Il n’y a ni bon ni mauvais usage de la liberté d’expression, il n’en existe qu’un usage insuffisant. » L’affirmation de Raoul Vaneigem donne le ton de cet essai qu’il consacre à la liberté la plus fondamentale de l’être humain. Un texte sans concession pour défendre une liberté qui ne doit, d’après lui, rencontrer aucune limitation, qu’elle soit politique, morale ou juridique.
        Contre les vérités-sanctuaires et les secrets d’État, contre les lois sur la calomnie, le racisme et la pornographie, l’auteur considère qu’on ne combattra et vaincra la bêtise et l’ignominie qu’en travaillant à faire disparaître les conditions qui les rendent possibles. Il affirme haut et fort : « Autorisez toutes les opinions, nous saurons reconnaître les nôtres, nous les combattrons, nous apprendrons à annuler la force attractive des nuisances. […] Nous les combattrons par la seule critique qui les puisse éradiquer : en pensant par nous-mêmes... » L’enjeu de l’usage illimité et entier de la liberté d’expression est, pour Raoul Vaneigem, que l’homme parvienne enfin à sortir de son état de minorité et de dépendance, à se restaurer dans sa pleine humanité.
        Ce texte, d’une grande qualité littéraire, met en pièces les idées reçues qui courent dans le débat public. Il ébranle les certitudes raisonnables des bien-pensants et bouscule les bonnes intentions des juges et des apprentis censeurs qui toujours veulent imposer des limites à une activité qui ne peut en tolérer aucune.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782707186638
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 128
        Format : 125 x 190 mm
        La Découverte
        9.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Apoapo Posté le 12 Février 2016
          Ce petit livre, je ne fais que le relire, le déguster, le rouvrir au hasard pour méditer tour à tour une seule phrase ou tout un chapitre, depuis presque un mois. Tant il est distillé. Tant sont nombreuses les implications d'un principe, celui de la liberté d'expression, qui paraît consensuel à notre convenance mais qui, poussé à peine plus loin que la vulgate, s'avère très difficilement compatible avec un grand nombre de nos convictions tout aussi superficielles que ce consensus. Sous la loupe du moindre approfondissement dans nos consciences, nous sommes tous si peu Charlie ! Mais il est impératif et urgent de se soumettre à un examen sévère. Pourquoi est-ce si difficile, mais tout aussi indispensable, d'être tolérant avec les intolérants. Car il est question ici de lutter contre l'inhumanité, sous forme du principe presqu'universel de la prédation, grâce à l'abolition absolue de toute entrave à la liberté d'expression, ainsi que de la suppression du secret, même lorsque les opinions exprimées sont abjectes et haineuses. Il faudrait partir de ceci: "Une vérité imposée s'interdit humainement d'être vraie." (p.34), ou de ceci : "L'indignation est une forme honorifique d'abdication." (p. 92), ou encore de ceci : "Il n'y a ni bon ni mauvais... Ce petit livre, je ne fais que le relire, le déguster, le rouvrir au hasard pour méditer tour à tour une seule phrase ou tout un chapitre, depuis presque un mois. Tant il est distillé. Tant sont nombreuses les implications d'un principe, celui de la liberté d'expression, qui paraît consensuel à notre convenance mais qui, poussé à peine plus loin que la vulgate, s'avère très difficilement compatible avec un grand nombre de nos convictions tout aussi superficielles que ce consensus. Sous la loupe du moindre approfondissement dans nos consciences, nous sommes tous si peu Charlie ! Mais il est impératif et urgent de se soumettre à un examen sévère. Pourquoi est-ce si difficile, mais tout aussi indispensable, d'être tolérant avec les intolérants. Car il est question ici de lutter contre l'inhumanité, sous forme du principe presqu'universel de la prédation, grâce à l'abolition absolue de toute entrave à la liberté d'expression, ainsi que de la suppression du secret, même lorsque les opinions exprimées sont abjectes et haineuses. Il faudrait partir de ceci: "Une vérité imposée s'interdit humainement d'être vraie." (p.34), ou de ceci : "L'indignation est une forme honorifique d'abdication." (p. 92), ou encore de ceci : "Il n'y a ni bon ni mauvais usage de la liberté d'expression, il n'en existe qu'un usage insuffisant." Mais cet essai n'est pas un florilège d'aphorismes. Il répond au contraire à des circonstances très précises, telles les libertés virtuelles, la liberté de la presse ("bafouée par ceux-là mêmes qui la détiennent"), l'appel au meurtre, les témoignages de sévices, la calomnie, l'insulte, la pornographie... De même, sont ici cités de célèbres ouvrages repus d'ignominie : "Le sens commun montre qu'il est inconséquent d'interdire Mon Combat de Hitler, Bagatelles pour un massacre de Céline, les Protocoles des sages de Sion, ou les ouvrages révisionnistes, et de tolérer par ailleurs les propos misogynes de Paul de Tarse et du Coran, les diatribes antisémites de saint Jérôme et de Luther, un livre truffé d'infamies comme la Bible, l'exhibition complaisante des violences qui forment la matière ordinaire de l'information, l'affichage omniprésent du mensonge publicitaire, et tant de contrevérités historiques, entérinées par l'histoire officielle." (p. 26) Il serait impossible de résumer la démonstration de la thèse de l'ouvrage - contenue principalement dans le Ch. III "Pourquoi nous voulons abolir le délit d'opinion" - en quelques phrases. L'on peut se limiter aux postulats suivants : "Tolérer toutes les idées n'est pas les cautionner", "L'interdit aiguillonne la transgression", et "Les pensées haineuses périssent de leur propre venin". Pour le reste, il faut s'en remettre à la valeur poétique de la parole à qui sa liberté a été rendue, seule arme pour "vaincre le nihilisme à la mode alors que la lecture du monde est fournie avec la grille de décryptage de la rentabilité" (p. 91).
          Lire la suite
          En lire moins
        • Luniver Posté le 28 Novembre 2013
          Petit essai de moins de cent pages sur le thème de la liberté d'expression, et de ses limites. Pour l'auteur, les limites en question ne devraient pas exister : toutes les idées doivent pouvoir être exprimées, y compris les idées racistes, négationnistes, … Ces idées doivent être défendues par l'argumentation, et pas par l'interdiction (qui donne d'ailleurs à ses défenseurs la posture de victime persécutée par le système). Théorie intéressante, mais difficilement applicable en pratique. À la fin de l'essai, Vaneigem passe en revue quelques cas particuliers qui peuvent nécessiter une interdiction : appel au meurtre, calomnie, insultes, …, mais les interprétations sont très personnelles. On n'est plus très loin du « Tout individu est libre d'exprimer les opinions qui ne me dérangent pas » qui fait tant d'adeptes chez les défenseurs de la liberté d'expression. Malgré quelques idées rafraîchissantes, l'essai semble atterrir dans la même impasse que d'autres réflexions sur le même sujet : personne n'est prêt à défendre une liberté d'expression absolue, mais toute limite posée est propre à chacun et donc hautement discutable.
        • monito Posté le 18 Septembre 2009
          Intéressante réflexion du philosophe Raoul VANEIGEM dans ce petit ouvrage facile à lire et écrit dans une belle langue classique. Poser la liberté d’expression, le droit de tout dire, comme incarnation de la générosité à laquelle aspire l’humanité, face à la prédation et l’enfermement que constitue la recherche absolue du profit, donne à la pensée de VANEIGEM un tour très politique qui n’est pas pour me déplaire. Certains passages dont je partage le fond et l’objectif me paraissent néanmoins difficiles à mettre en œuvre. L’auteur tente de faire renaître la confiance en l’homme mais n’y parvient pas totalement, ou alors idéalement seulement. S’il invite à tout dire, il n’invite pas à tout partager, mais les propos de haine, des propos révisionnistes ou de toute nature afférente sont autorisés par VANEIGEM. Il pose que l’Homme est en capacité d’être éclairé par ces propos mêmes, dans sa recherche naturelle du bonheur. Il annonce en outre que bien souvent les plus ardents défenseurs de la parole acceptable, les censeurs des propos ignobles, peuvent aussi avoir intérêt à cette mise en scène d’indignation, le bien ayant besoin du mal pour faire « prospérer » un commerce que l’auteur n’a de cesse de dénoncer sous toutes ses formes. Ce... Intéressante réflexion du philosophe Raoul VANEIGEM dans ce petit ouvrage facile à lire et écrit dans une belle langue classique. Poser la liberté d’expression, le droit de tout dire, comme incarnation de la générosité à laquelle aspire l’humanité, face à la prédation et l’enfermement que constitue la recherche absolue du profit, donne à la pensée de VANEIGEM un tour très politique qui n’est pas pour me déplaire. Certains passages dont je partage le fond et l’objectif me paraissent néanmoins difficiles à mettre en œuvre. L’auteur tente de faire renaître la confiance en l’homme mais n’y parvient pas totalement, ou alors idéalement seulement. S’il invite à tout dire, il n’invite pas à tout partager, mais les propos de haine, des propos révisionnistes ou de toute nature afférente sont autorisés par VANEIGEM. Il pose que l’Homme est en capacité d’être éclairé par ces propos mêmes, dans sa recherche naturelle du bonheur. Il annonce en outre que bien souvent les plus ardents défenseurs de la parole acceptable, les censeurs des propos ignobles, peuvent aussi avoir intérêt à cette mise en scène d’indignation, le bien ayant besoin du mal pour faire « prospérer » un commerce que l’auteur n’a de cesse de dénoncer sous toutes ses formes. Ce livre n’est pas une leçon de tolérance, mais un appel à l’éveil du sens critique et à la relativité maximale. Il peut être utile, donne à voir sous un nouvel angle, mais VANEIGEM ne me le reprocherait pas, quel est l’intérêt de l’auteur de ces propos ?
          Lire la suite
          En lire moins
        ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
        Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com