Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365694025
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 225 mm

Rivage de la colère - Prix Maison de la Presse 2020

Collection : Domaine français
Date de parution : 09/01/2020
Prix Après le succès de Et soudain, la liberté, co-écrit avec Evelyne Pisier, voici le nouveau roman de Caroline Laurent. Au coeur de l'océan Indien, ce roman de l'exil met à jour un drame historique méconnu. Et nous offre aussi la peinture d'un amour impossible.
PRIX MAISON DE LA PRESSE 2020
Certains rendez-vous contiennent le combat d’une vie.
Septembre 2018. Pour Joséphin, l'heure de la justice a sonné. Dans ses yeux, le visage de sa mère…
Mars 1967. Marie-Pierre Ladouceur vit à Diego Garcia, aux Chagos, un archipel rattaché à l’île Maurice. Elle qui va pieds nus, sans...
PRIX MAISON DE LA PRESSE 2020
Certains rendez-vous contiennent le combat d’une vie.
Septembre 2018. Pour Joséphin, l'heure de la justice a sonné. Dans ses yeux, le visage de sa mère…
Mars 1967. Marie-Pierre Ladouceur vit à Diego Garcia, aux Chagos, un archipel rattaché à l’île Maurice. Elle qui va pieds nus, sans brides ni chaussures pour l’entraver, fait la connaissance de Gabriel, un Mauricien venu seconder l’administrateur colonial. Un homme de la ville. Une élégance folle.
Quelques mois plus tard, Maurice accède à l’indépendance après 158 ans de domination britannique. Peu à peu, le quotidien bascule et la nuit s’avance, jusqu’à ce jour où des soldats convoquent les Chagossiens sur la plage. Ils ont une heure pour quitter leur terre. Abandonner leurs bêtes, leurs maisons, leurs attaches. Et pour quelle raison ? Pour aller où ?
Après le déchirement viendra la colère, et avec elle la révolte.
 
Roman de l’exil et de l’espoir, Rivage de la colère nous plonge dans un drame historique méconnu, nourri par une lutte toujours aussi vive cinquante ans après.

Caroline Laurent est lauréate du Prix Maison de la Presse 2020

Rivage de la colère finaliste de nombreux prix :
  • Prix des Maisons de la Presse - Lauréate
  • Prix France Bleue/ Page des Libraires
  • Prix des Libraires
  • Prix Françoise Sagan
  • Prix Orange
  • Prix des lecteurs Babelio

À propos de Et soudain, la liberté :
« Singulier et attachant. Un ouvrage né d’une promesse du crépuscule. »
Olivia de Lamberterie, Elle
« Un hymne à la vie, une vie dont on se souvient longtemps après avoir refermé le livre. » Françoise Dargent, Le Figaro
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365694025
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 225 mm
Les Escales

Ils en parlent

"Très bien documenté, porté par des descriptions remarquables et une belle langue un peu créole, Rivage de la colère saisit le courage et la constance d'êtres qui se battent pour retrouver leur monde quand ce dernier a basculé. Une véritable leçon d'espoir en ces temps troublés."
Gladys Marivat / Le Monde

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JeanPierreV Posté le 11 Septembre 2020
    Le paradis peut devenir l'enfer d'une vie...! Allez hop dégagez le terrain! Abandonnez là tous vous animaux domestiques, vos poules et vos chiens! Partez faire un dernier adieu à vos ancêtres enterrés là!... Nous avons besoin de votre île pour que nos amis américains y implantent une base militaire, puissent y faire atterrir et entretenir leurs B 52, les ravitailler en kérosène et en bombes... « Les ordres sont les ordres. Vous avez une heure pour rassembler quelques affaires. Pas de meubles, pas de choses encombrantes. le strict minimum. Une heure ! Les soldats vont vous accompagner. » Et il partirent larmes aux yeux, sans aucun espoir de retour...Les tombes familiales tomberont en ruine, les chiens seront gazés. Roman fiction...? Non ! Dure réalité de ces habitants de cet archipel des Chagos dépendant de Maurice. Pourtant tous avaient voté et approuvé le projet d'indépendance de Maurice proposé par le gouvernement anglais en août 1967...projet dont était exclue l'île de Diego Garcia, "détachée de Maurice" et restant sous gouvernement anglais car lorgnée par les Américains pour sa position et sa géographie... On leur avait caché, qu'ils devraient l'abandonner....pour 50 ans reconductibles. Dur exil de ces familles quittant tout, avec une valise pour seul bagage. Émouvant et révoltant... Le paradis peut devenir l'enfer d'une vie...! Allez hop dégagez le terrain! Abandonnez là tous vous animaux domestiques, vos poules et vos chiens! Partez faire un dernier adieu à vos ancêtres enterrés là!... Nous avons besoin de votre île pour que nos amis américains y implantent une base militaire, puissent y faire atterrir et entretenir leurs B 52, les ravitailler en kérosène et en bombes... « Les ordres sont les ordres. Vous avez une heure pour rassembler quelques affaires. Pas de meubles, pas de choses encombrantes. le strict minimum. Une heure ! Les soldats vont vous accompagner. » Et il partirent larmes aux yeux, sans aucun espoir de retour...Les tombes familiales tomberont en ruine, les chiens seront gazés. Roman fiction...? Non ! Dure réalité de ces habitants de cet archipel des Chagos dépendant de Maurice. Pourtant tous avaient voté et approuvé le projet d'indépendance de Maurice proposé par le gouvernement anglais en août 1967...projet dont était exclue l'île de Diego Garcia, "détachée de Maurice" et restant sous gouvernement anglais car lorgnée par les Américains pour sa position et sa géographie... On leur avait caché, qu'ils devraient l'abandonner....pour 50 ans reconductibles. Dur exil de ces familles quittant tout, avec une valise pour seul bagage. Émouvant et révoltant témoignage mêlant vérité historique, vice du gouvernement britannique et passion entre deux jeunes adultes, notre narratrice et Gabriel, créole travaillant dans les services du gouverneur. Tous deux manipulés par L Histoire et les hommes. Passion prétexte pour nous montrer le vice de ces gouvernants, le dénuement de ces populations débarquant sur l'île Maurice, sans solution d'accueil convenable pour les loger, se retrouvant dans des bidonvilles... et L Histoire écrite par les puissants sans aucune considération pour les petits. Mais ce n'est pas nouveau ! « Si les Chagossiens avaient été blancs, jamais ils n'auraient été chassés de cette façon.» Bref...un beau coup de coeur, une belle claque !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ninaalu Posté le 8 Septembre 2020
    J'avais adoré le portrait de femme libre dépeint dans Et soudain la liberté et j'étais très curieuse de découvrir ce roman inspiré d'un fait historique que je ne connaissais pas. Au cœur de l'Archipel des Chagos nous faisons la connaissance avec Marie-Pierre, jeune femme forte et indépendante, mère célibataire, proche de sa sœur et fière de son île. Un jour, elle fait la connaissance de Gabriel, Maurciien qui va travailler à l’administration coloniale. Si elle aime se balader pieds nus, lui est un garçon "bien sous touts rapports". Entre eux l'étincelle s'enflamme et nous allons suivre leur histoire d’amour sur plusieurs années. Une histoire aussi belle que cruelle sur fond de classes sociales, de colonialisme et de colorisme. De leur amour naîtra un enfant, Joséphin, dont nous entendrons la voix dans une temporalité future, tandis qu'il continuera la lutte de sa mère à notre époque. Le drame se déroule en 1965, lorsque la couronne britannique accorde l'indépendance à l’Île Maurice et en même temps conspire avec les États-Unis afin de leur remettre les îles Chagos, vidées de leur peuple afin qu'ils construisent des bases militaires. Sans signe avant-coureur, les Chagossiens apprennent leur exil forcé et n'ont qu'une heure pour quitter leur île... J'avais adoré le portrait de femme libre dépeint dans Et soudain la liberté et j'étais très curieuse de découvrir ce roman inspiré d'un fait historique que je ne connaissais pas. Au cœur de l'Archipel des Chagos nous faisons la connaissance avec Marie-Pierre, jeune femme forte et indépendante, mère célibataire, proche de sa sœur et fière de son île. Un jour, elle fait la connaissance de Gabriel, Maurciien qui va travailler à l’administration coloniale. Si elle aime se balader pieds nus, lui est un garçon "bien sous touts rapports". Entre eux l'étincelle s'enflamme et nous allons suivre leur histoire d’amour sur plusieurs années. Une histoire aussi belle que cruelle sur fond de classes sociales, de colonialisme et de colorisme. De leur amour naîtra un enfant, Joséphin, dont nous entendrons la voix dans une temporalité future, tandis qu'il continuera la lutte de sa mère à notre époque. Le drame se déroule en 1965, lorsque la couronne britannique accorde l'indépendance à l’Île Maurice et en même temps conspire avec les États-Unis afin de leur remettre les îles Chagos, vidées de leur peuple afin qu'ils construisent des bases militaires. Sans signe avant-coureur, les Chagossiens apprennent leur exil forcé et n'ont qu'une heure pour quitter leur île adorée, qu'ils n'ont, pour la plupart, jamais quittée. C'est le déchirement. L'injustice de cette décision est couplée au manque total de considération pour les autochtones. Après un voyage en bateau, parqués comme des bêtes, ils atterrissent à Maurice, où les attendent, non pas une vie plus moderne mais une vie de misère dans des taudis. Marie-Pierre, en plus de vivre cet exil douloureux, vivra d'autres drames et sa relation avec Gabriel s'assombrira. Dans cette vie de misère, Marie-Pierre décidera tout de même de ne pas laisser se faire. Face à l'adversité et même si elle ne peut compter que sur elle-même, elle décidera de se battre pour son peuple. Et surtout pour retourner sur son île, sur laquelle se trouve ses souvenirs et la tombe de sa mère. Elle entraînera son entourage dans sa lutte. C’est une héroïne courageuse qui ne pourra que vous marquer, même si elle n'est ni de votre génération, ni de votre histoire. De plus, l'autrice vous donne la sensation d'avoir les pieds dans le sable mauricien et de connaître tous ces personnages fictifs. C'est très bien écrit. Je ne suis pas très sensible, et pourtant certains des passages sont bouleversants. Ce récit inspiré d'une histoire vraie où se mêle histoire d'amour compliquée, deuils, migrations forcées, misère sociale, racisme mais aussi espoir et solidarité m'a réellement touché et je vous conseille vivement de le mettre tout en haut de votre Pal !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Rustycat Posté le 8 Septembre 2020
    Très beau roman ! A tout points de vues ce livre m'a conquise. Par son aspect historique, très bien documenté, concernant l'archipel des Chagos et la lutte des habitants de Diego Garcia, ile dépendant initialement l'île Maurice, qui ont été trompés, bafoués, chassés de leur île par les Anglais après le vote pour l'indépendance de Maurice en 1967. L'ile de Diego Garcia, sa beauté ses habitants, leurs vies, leurs joies et leurs peines, leur révolte, la lutte longue...très longue....pour entrevoir un peu de justice...nous émeuvent et nous attachent. Le style de Caroline Laurent est précis, bien structuré ,est très agréable à lire. La postface nous révèle des origines très personnelles pour cet ouvrage Merci à Caroline Laurent pour ce très beau roman. Et dire que je n'ai pas lu "Et soudain, la liberté ", cela ne saurait tarder.
  • HundredDreams Posté le 5 Septembre 2020
    Dès la première page, j'ai été transportée sur les ilots paradisiaques de l'Archipel des Chagos. Fermez les yeux et imaginez une plage immaculée bordée de cocotiers, un beau lagon aux eaux turquoise et transparentes. Là, résident, quelques familles, descendant des esclaves déportés de Madagascar, vivant paisiblement et dignement, en accord avec la nature, de la pêche et de la culture du coprah issu de la noix de coco. * Préservé de la civilisation moderne, ce bel endroit aux allures de carte postale va être le théâtre d'un drame. Nous sommes en 1967, la vie des Chagossiens est rythmée par la vie à la plantation et l'arrivée de bateaux de ravitaillement apportant des denrées de première nécessité et parfois quelques visiteurs. Ils ne s'inquiètent pas des envies d'autonomie de Maurice, et ne se préoccupent pas non plus des manoeuvres politiques, de la corruption et sont loin de se douter que leur destin est en train de jouer et virer au cauchemar. * Le 7 août 1967, l'île Maurice devient indépendante par referendum, après 157 ans de colonialisme britannique. Mais l'indépendance est conditionnée au détachement de l'archipel des Chagos. Ces petites îles restent donc propriété du Royaume-Unis qui vont louer le territoire des Chagos, vierge de... Dès la première page, j'ai été transportée sur les ilots paradisiaques de l'Archipel des Chagos. Fermez les yeux et imaginez une plage immaculée bordée de cocotiers, un beau lagon aux eaux turquoise et transparentes. Là, résident, quelques familles, descendant des esclaves déportés de Madagascar, vivant paisiblement et dignement, en accord avec la nature, de la pêche et de la culture du coprah issu de la noix de coco. * Préservé de la civilisation moderne, ce bel endroit aux allures de carte postale va être le théâtre d'un drame. Nous sommes en 1967, la vie des Chagossiens est rythmée par la vie à la plantation et l'arrivée de bateaux de ravitaillement apportant des denrées de première nécessité et parfois quelques visiteurs. Ils ne s'inquiètent pas des envies d'autonomie de Maurice, et ne se préoccupent pas non plus des manoeuvres politiques, de la corruption et sont loin de se douter que leur destin est en train de jouer et virer au cauchemar. * Le 7 août 1967, l'île Maurice devient indépendante par referendum, après 157 ans de colonialisme britannique. Mais l'indépendance est conditionnée au détachement de l'archipel des Chagos. Ces petites îles restent donc propriété du Royaume-Unis qui vont louer le territoire des Chagos, vierge de tout habitant, pour une période de cinquante ans renouvelable aux Etats-Unis qui veulent y implanter une base militaire ! * En 1971, par une magnifique journée, les Chagossiens, sans aucune explication, sous la menace armée de soldats anglais, vont être sauvagement arrachés à leurs terres, leur maison, leur identité, leur culture, leurs chers disparus. Caroline Laurent retrace cet épisode méconnu de la décolonisation à travers l'histoire tragique et émouvante d'une famille chagossienne dominée par la personnalité de Marie, une jeune femme rebelle et attachante. Chaque tête de chapitre s'ouvre sur une date et des moments heureux ou plus sombres de sa vie. C'est un roman féministe qui laisse la place à des destins de femmes fortes. * Comme Marie, j'ai ressenti tout au long du roman la peur, l'incompréhension, l'injustice, la colère. Comment ne pas être révoltée lorsque les îlois, hommes, femmes, enfants, seront jetés dans les cales d'un navire, comme au XIXème siècle lorsque les esclaves noirs étaient envoyés en Amérique dans des bateaux négriers, et qu'ils seront abandonnés à Port-Louis sans aucun soutien ? * « Rivage de la colère » est un cri de douleur et de rage face au déracinement d'un peuple. Je ne connaissais pas l'histoire des Chagossiens et c'est donc révoltée que j'ai suivi leur combat pour retrouver leurs îles. De nombreuses années de procédures judiciaires et d'actions pour que leurs revendications soient reconnues comme légitimes. * Nourrie par sa propre histoire, l'autrice signe un beau roman bien documenté qui parle d'amour, de souffrance, de doute, d'espoir, d'exil, de perte identitaire, de courage, de lutte, de droit, de justice. Une histoire poignante à découvrir. * "Tout n'est pas à vendre. On n'achète passa la dignité. On n'achète pas un pays. On n'achète pas l'âme ou la foi. Certains choses sont sacrées et doivent le rester."
    Lire la suite
    En lire moins
  • catherine-foucher Posté le 24 Août 2020
    L’ile Maurice, paradisiaque penseront certains, idyllique… Mais pas pour tout le monde. Sur cette ile se cache encore aujourd’hui une grande douleur méconnue. Deux histoires s’entremêlent dans ce livre. Une classique histoire d’amour pleine de souffrance puis une autre, historique expliquant comment ont été laissés sur le bas-côté des centaines de Mauriciens venus de l’ile de Chagos et abandonnés par les leurs. Caroline Laurent nous embarque dans son roman où l'on suit ses personnages attachants, et touchants, écrasés par l'Histoire, qui peu à peu vont retrouver leur dignité dans le combat. Eux qui sont pour la plupart analphabètes, reprennent vie grâce aux mots de la jeune écrivaine. Les Chagossiens de l’époque, leurs enfants, petits-enfants tous se souviennent et vivent avec déchirement, cette blessure. Bon nombre d’entre eux résident encore à Maurice dans des bidonvilles, peine à trouver du travail. Malgré l’eldorado promis à leur départ, leur vie est toujours troublée, difficile car ils sont aujourd’hui encore des paria. Pour mieux comprendre : l'archipel des Chagos, relié à l'île Maurice jusqu'en 1967, a été vendu aux Britanniques lors de l'indépendance de Maurice ; ses habitants ont été évacués, leurs îles transformées en base militaire. Depuis les années 1970, la base de... L’ile Maurice, paradisiaque penseront certains, idyllique… Mais pas pour tout le monde. Sur cette ile se cache encore aujourd’hui une grande douleur méconnue. Deux histoires s’entremêlent dans ce livre. Une classique histoire d’amour pleine de souffrance puis une autre, historique expliquant comment ont été laissés sur le bas-côté des centaines de Mauriciens venus de l’ile de Chagos et abandonnés par les leurs. Caroline Laurent nous embarque dans son roman où l'on suit ses personnages attachants, et touchants, écrasés par l'Histoire, qui peu à peu vont retrouver leur dignité dans le combat. Eux qui sont pour la plupart analphabètes, reprennent vie grâce aux mots de la jeune écrivaine. Les Chagossiens de l’époque, leurs enfants, petits-enfants tous se souviennent et vivent avec déchirement, cette blessure. Bon nombre d’entre eux résident encore à Maurice dans des bidonvilles, peine à trouver du travail. Malgré l’eldorado promis à leur départ, leur vie est toujours troublée, difficile car ils sont aujourd’hui encore des paria. Pour mieux comprendre : l'archipel des Chagos, relié à l'île Maurice jusqu'en 1967, a été vendu aux Britanniques lors de l'indépendance de Maurice ; ses habitants ont été évacués, leurs îles transformées en base militaire. Depuis les années 1970, la base de Diego Garcia est devenue stratégique pour les Etats-Unis, jouant un rôle clef dans la guerre froide, ainsi que dans les bombardements en Irak et en Afghanistan dans les années 2000. Aujourd'hui, le drame est toujours en jugement devant la Cour Internationale de Justice de La Haye. Marie-Pierre Ladouceur est parti au pays d'où l'on ne revient pas et son fils Joséphin poursuit la lutte... Résumé Un roman au grand souffle qui raconte l’histoire d’une injustice. Roman de l'exil et de la révolte, protagonistes attachants "Rivage de la colère" nous plonge dans un drame historique méconnu, nourri par une lutte toujours aussi vive cinquante ans après.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !

Lisez maintenant, tout de suite !