Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749109541
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 348
Format : 140 x 220 mm

Saveurs assassines

Les enquêtes de Miss Lalli

Édith OCHS (Traducteur)
Collection : Domaine indien
Date de parution : 15/03/2007

Entre la miss Marple d'Agatha Christie et la Mma Ramotswe d'Alexander McCall Smith, Kalpana Swaminathan nous propose de découvrir la charmante miss Lalli, retraitée sexagénaire du service des homicides de la police de Bombay, dans cette première enquête sur fond de gastronomie indienne.

C'est un magnifique week-end gastronomique qui s'annonce...

Entre la miss Marple d'Agatha Christie et la Mma Ramotswe d'Alexander McCall Smith, Kalpana Swaminathan nous propose de découvrir la charmante miss Lalli, retraitée sexagénaire du service des homicides de la police de Bombay, dans cette première enquête sur fond de gastronomie indienne.

C'est un magnifique week-end gastronomique qui s'annonce dans la luxueuse villa de Bombay où quelques jet-setters en vue se sont retrouvés : un écrivain de best-sellers, un danseur, un mannequin, une féministe convaincue, un industriel amateur de chevaux, un médecin très médiatique, la très respectable miss Lalli et sa nièce. Un des convives ayant été retrouvé à l'état de cadavre, commence un véritable Cluedo gastronomique, et Lalli ne tarde pas à découvrir que les invités, sous des dehors très convenables, ont tous de sordides secrets à dissimuler.

Cette enquête policière passionnante, qui dévoile les multiples visages de la société indienne, est également l'occasion d'un appétissant voyage au pays des saveurs et de la cuisine de l'Inde. Elle nous invite surtout à faire connaissance avec cette fameuse miss Lalli, aussi distraite dans la vie que précise dans ses enquêtes.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749109541
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 348
Format : 140 x 220 mm
Cherche midi

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Apoapo Posté le 12 Février 2016
    D'emblée, la mélodie de ce roman m'a fait penser à un mélange entre Agatha Christie et le Salman Rushdie des Versets sataniques, mais sans le génie de l'une ni de l'autre. L'histoire, qui se déroule presque entièrement à huis clos dans une somptueuse villa isolée du monde par la mousson durant un pantagruélique week-end gastronomique, est contée par une jeune écrivaine d'aussi peu de talent que d'abondant bavardage. C'est pourquoi les personnages résultent assez caricaturaux sous sa plume ; même sa détective de tante, Lalli, plutôt qu'énigmatique semble simplement insuffisamment décrite. Les crimes ne se manifestent qu'au bout de 200 p., soit après un démarrage qui prend les deux tiers du livre. La logique de la solution de l'intrigue, elle, ne s'étend guère que sur une dizaine de pages... A se demander si on peut encore parler de roman policier. Car en fait il vaudrait mieux ne pas. Le personnage majeur est en réalité la cuisine indienne, d'une richesse et variété insoupçonnées de moi, littéralement inconcevable à cause des ingrédients inconnus ou que je suis incapable d'imaginer ensemble. Dans ce livre, la cuisine constitue aussi un récit, si bien qu'un plat peut caractériser un personnage ou au moins un épisode crucial de sa... D'emblée, la mélodie de ce roman m'a fait penser à un mélange entre Agatha Christie et le Salman Rushdie des Versets sataniques, mais sans le génie de l'une ni de l'autre. L'histoire, qui se déroule presque entièrement à huis clos dans une somptueuse villa isolée du monde par la mousson durant un pantagruélique week-end gastronomique, est contée par une jeune écrivaine d'aussi peu de talent que d'abondant bavardage. C'est pourquoi les personnages résultent assez caricaturaux sous sa plume ; même sa détective de tante, Lalli, plutôt qu'énigmatique semble simplement insuffisamment décrite. Les crimes ne se manifestent qu'au bout de 200 p., soit après un démarrage qui prend les deux tiers du livre. La logique de la solution de l'intrigue, elle, ne s'étend guère que sur une dizaine de pages... A se demander si on peut encore parler de roman policier. Car en fait il vaudrait mieux ne pas. Le personnage majeur est en réalité la cuisine indienne, d'une richesse et variété insoupçonnées de moi, littéralement inconcevable à cause des ingrédients inconnus ou que je suis incapable d'imaginer ensemble. Dans ce livre, la cuisine constitue aussi un récit, si bien qu'un plat peut caractériser un personnage ou au moins un épisode crucial de sa vie... Un glossaire de quelque 15 pages recense ces mets nommés dans la multiplicité des langues nationales du sub-continent (hindi, tamoul, malayalam, punjabi, gujerati, ourdou, marathe, télougou, bengali, mais aussi persan et vestiges du portugais, etc.) dont j'ignorais que des mots cohabitaient dans une conversation ordinaire ou dans la prose, sans parler de la gastronomie. {Depuis, j'ai appris que le système scolaire indien prévoit l'enseignement en 3 langues (la langue nationale, l'hindi langue officielle et l'anglais) chacune ayant son alphabet, dès le primaire et jusqu'à l'université (où l'on enseigne en anglais uniquement) [Comme nous cocoricos, quoi...]}
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cath36 Posté le 14 Février 2013
    Bien qu'affamée de littérature indienne, je n'ai pas dévoré plus que cela ces "saveurs assassines" , slow, très slow food. En effet, ces meurtres en huis-clos à la manière d'Agatha Christie traînent assez vite en longueur et si la conclusion réserve d'assez bonnes surprises, je suis restée sur ma faim tellement le regard sur la société indienne, assez survolé, m'a semblé manquer de piment. Non pas qu'arsenic, cyanure et pic à glace aient manqué au menu ( pour organiser un menu indien épatant, cf d'ailleurs chapitre onze), mais tout cela m'a semblé finalement très convenu. (De plus madame Swminathan se permet de déprécier la gastronomie française, ce qui est à mon avis le crime majeur de ce livre. Même pour rire, on ne plaisante pas sur ce sujet, madame, que j'ai fort chatouilleux.) Bref, un bon moment de lecture, mais je ne persévèrerai pas dans les aventures de miss Lalli, personnage au demeurant haut en couleurs et fort sympathique.
  • Rhi-Peann Posté le 28 Décembre 2012
    Une murder party à l'indienne, entre Cluedo et les aventures de Miss Marple, avec une enquêtrice hors norme et une narratrice très engageante, pour nous emmener avec elle dans les périgrinations de sa détective de tante. Un moment lecture très sympa, et une découverte des plus argréables !
  • Estellecalim Posté le 24 Avril 2012
    La narratrice est la nièce de Lalli qui se révèle être une professionnelle du crime (je ne vous en dis pas plus). Elle la seconde, raconte l'enquête, tout en restant en position de novice, comme le lecteur. Il est aussi dit que cette narratrice - dont on ne connaitra pas le nom - a écrit un roman intitulé Compartiment pour dames ! Il s'agirait donc d'Anita Nair ou, en tout cas, d'un clin d'oeil amusant de l'auteur. C'est aussi un roman gastronomique. La cuisine indienne est omniprésente, les menus sont détaillés et la liste des plats est impressionnante. Bien sûr, pour que le lecteur occidental se repère (et le lecteur d'une autre région de l'Inde), les notes de bas de page précisent le contenu des recettes et traduisent les saveurs pour nos palais occidentaux, mais cela reste très exotique. Pendant la lecture, j'ai parfois trouvé que les descriptions des menus étaient un peu longues. Je crois finalement que ce roman est assez équilibré, car les personnages sont tous charnels et ont tous quelques préoccupations corporelles. Si je devais également faire une critique, je dirais que l'histoire met un peu trop de temps à se compliquer et que le mort arrive après une centaine de page. Il... La narratrice est la nièce de Lalli qui se révèle être une professionnelle du crime (je ne vous en dis pas plus). Elle la seconde, raconte l'enquête, tout en restant en position de novice, comme le lecteur. Il est aussi dit que cette narratrice - dont on ne connaitra pas le nom - a écrit un roman intitulé Compartiment pour dames ! Il s'agirait donc d'Anita Nair ou, en tout cas, d'un clin d'oeil amusant de l'auteur. C'est aussi un roman gastronomique. La cuisine indienne est omniprésente, les menus sont détaillés et la liste des plats est impressionnante. Bien sûr, pour que le lecteur occidental se repère (et le lecteur d'une autre région de l'Inde), les notes de bas de page précisent le contenu des recettes et traduisent les saveurs pour nos palais occidentaux, mais cela reste très exotique. Pendant la lecture, j'ai parfois trouvé que les descriptions des menus étaient un peu longues. Je crois finalement que ce roman est assez équilibré, car les personnages sont tous charnels et ont tous quelques préoccupations corporelles. Si je devais également faire une critique, je dirais que l'histoire met un peu trop de temps à se compliquer et que le mort arrive après une centaine de page. Il faut toutefois préciser qu'il s'agit du premier tome d'une série, ce qui justifie sans doute les longueurs initiales destinées à présenter les personnages et leurs cadres de vie. Comme le style de l'auteur est très fluide, j'aurais tendance à attendre d'avoir lu la suite pour émettre un avis définitif.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pitchoubinou Posté le 16 Avril 2012
    Après des débuts assez laborieux, je me suis laissée prendre par ce Cluedo gastronomique Indien, même si j'en ressors un peu déçue. Un huis-clos dans une demeure somptueuse, une assemblée très hétéroclite : des personnages très sympathiques, d'autres complètement détestables (caricaturaux ?). Le meurtre est assez long à arriver, presque la moitié du roman, il fallait bien tout ça pour présenter les protagonistes de cette enquête menée par Miss Lalli, détective à qui rien n'échappe. Le côté gastronomique, qui m'avait attiré tout d'abord, m'a finalement complètement laissée sur le côté de la route car pratiquement tous les mets sont indiens, écrits en indien et non traduits, ni explicités. Pas de notes de bas de page, mais un glossaire en fin de roman (sans renvoi) que je n'ai découvert qu'après avoir achevé ma lecture. Dommage... En y repensant, l'enquête en elle-même est un peu tirée par les cheveux. Ce roman vaut en tout cas pour son ambiance (j'adore les huis-clos), sa description de la société indienne et son personnage de Miss Lalli et sa nièce la narratrice, dont ce n'est pas la dernière aventure ! (avril 2012)
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !