Lisez! icon: Search engine
Kurokawa
EAN : 9782368529799
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 128 x 182 mm

Schwarz Ragnarök - tome 03

Adrien Tchou (traduit par)
Date de parution : 10/12/2020
Va-t-il sacrifier sa soeur pour sauver le monde ?
Le Mal s’est réveillé, et partout, il sème la mort et la destruction…
Mais Gram et Thrasilla ne céderont pas ! Assez de pis-aller et de demi-mesures : avec l’aide d’Appolo et de Diana, ils sont déterminés à débarrasser le monde du Mal une fois pour toutes !
EAN : 9782368529799
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 128 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MassLunar Posté le 15 Février 2021
    Avec cet avant-dernier volume, le tempétueux et bulbeux Schwarz Ragnarok prend un chemin moins nerveux que le second tome qui se focalisait sur un combat dont l'antagoniste n'était autre que "l'arche de Noé " en personne. Ici , le rythme est plus posé et le mangaka Yuki Imada s'emploie à affirmer les relations entre les personnages autour de ce dilemme majeur : ce que l'on doit protéger et ce que l'on veut protéger... Ainsi Schwarz Ragnarok prend un ton plus sérieux, plus surprenant autour de la question du sacrifice. Certes, le tout est noyé dans un gros bouillon parfois nanardesque, notamment le dessin qui est vraiment pas top, mais, côté scénario, Imada continue d'affiner son sujet et nous passons du massacre du premier tome à une intrigue plus subtile avec des personnages qui s'étoffent toujours davantage, notamment Thrasilla, la gentille potiche, qui prend plus de force de caractère. Comme quoi, il ne faut jamais juger un titre sur sa première pierre. Mais nous restons tout de même loin d'un travail d'orfèvre. C'est un travail qu'il faut nuancer aussi car Yuki Imada signe sans doute son premier titre. Cela dit, son dessin aurait gagné à être plus précis. Dans cet opus,... Avec cet avant-dernier volume, le tempétueux et bulbeux Schwarz Ragnarok prend un chemin moins nerveux que le second tome qui se focalisait sur un combat dont l'antagoniste n'était autre que "l'arche de Noé " en personne. Ici , le rythme est plus posé et le mangaka Yuki Imada s'emploie à affirmer les relations entre les personnages autour de ce dilemme majeur : ce que l'on doit protéger et ce que l'on veut protéger... Ainsi Schwarz Ragnarok prend un ton plus sérieux, plus surprenant autour de la question du sacrifice. Certes, le tout est noyé dans un gros bouillon parfois nanardesque, notamment le dessin qui est vraiment pas top, mais, côté scénario, Imada continue d'affiner son sujet et nous passons du massacre du premier tome à une intrigue plus subtile avec des personnages qui s'étoffent toujours davantage, notamment Thrasilla, la gentille potiche, qui prend plus de force de caractère. Comme quoi, il ne faut jamais juger un titre sur sa première pierre. Mais nous restons tout de même loin d'un travail d'orfèvre. C'est un travail qu'il faut nuancer aussi car Yuki Imada signe sans doute son premier titre. Cela dit, son dessin aurait gagné à être plus précis. Dans cet opus, on retrouve les fameuses Mains du mal, ces espèces de mains ténébreuses et bulbeuses à souhait. Un antagoniste si ridicule que nous avons l'impression que nos héros sont en train de se battre contre une sorte de mélasse poisseuse façon The Blob. Ce qui fait que l'action et son découpage sont souvent illisibles et risibles comme en témoigne le combat face au boss de fin du volume même si ce dernier combat possède aussi un sens plus dramatique. Ce troisième tome est plus sobre dans son atmosphère, beaucoup moins déluré que le second volume. Par contre, on retrouve tout de même ici et là quelques marques prometteuses d'un imaginaire amoureux de la dark fantasy comme en témoigne quelques planches qui nous dévoilent un long couloir dont les murs, le sol et le plafond sont constitués d'ossements humains ou encore l'apparition dérangeante de la toute dernière page. C'est surprenant de voir par moment cet imaginaire surgir avec éclat à partir d'un dessin pas toujours inspiré. On retrouve ce contraste d'une première œuvre, mal fichue dans l'ensemble mais porteuse d'une certaine allure et de bonnes idées. Cet ensemble disharmonieux rend ce titre attachant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sachan Posté le 28 Janvier 2021
    Après un second tome qui m'avait quelque peu refroidie et déçue, j'ai lu cette suite avec des pincettes, ne savait pas trop à quoi m'attendre. Au final, Yuki Imada a su se renouveler tout en développant son trait qui gagne en dynamisme. Schwarz Ragnarok gagne un second souffle avec la volonté de Garm et Thrasilla de se battre et détruire le Mal, mais on sent tout de mettre que c'est fait à la va-vite, que la série est poussée vers la porte de sortie. La fratrie maudite par tous est plus soudée que jamais et un autre duo frère-sœur se joint à eux, Apollo et Diana, mais pour des raisons bien différentes. Diana souhaite payer sa dette envers Garm, alors qu'Apollo veut s'assurer que son sacrifice aura une raison. Le concept de fraternité, d'amour familial est au cœur-même de la série, même si j'ai des doutes par moment sur le côté incestueux de ces couples. On en apprend tout de même davantage sur l'univers qui entoure les paladins, leurs liens avec le Mal et la solution pour le détruire. Mais j'ai le mauvais sentiment qu'on va se retrouver avec beaucoup de questions en suspend dans le prochain tome, ce qui sera dommage... Après un second tome qui m'avait quelque peu refroidie et déçue, j'ai lu cette suite avec des pincettes, ne savait pas trop à quoi m'attendre. Au final, Yuki Imada a su se renouveler tout en développant son trait qui gagne en dynamisme. Schwarz Ragnarok gagne un second souffle avec la volonté de Garm et Thrasilla de se battre et détruire le Mal, mais on sent tout de mettre que c'est fait à la va-vite, que la série est poussée vers la porte de sortie. La fratrie maudite par tous est plus soudée que jamais et un autre duo frère-sœur se joint à eux, Apollo et Diana, mais pour des raisons bien différentes. Diana souhaite payer sa dette envers Garm, alors qu'Apollo veut s'assurer que son sacrifice aura une raison. Le concept de fraternité, d'amour familial est au cœur-même de la série, même si j'ai des doutes par moment sur le côté incestueux de ces couples. On en apprend tout de même davantage sur l'univers qui entoure les paladins, leurs liens avec le Mal et la solution pour le détruire. Mais j'ai le mauvais sentiment qu'on va se retrouver avec beaucoup de questions en suspend dans le prochain tome, ce qui sera dommage puisqu'il y a vraiment du potentiel. L'auteur a beaucoup de bonnes idées, la société égoïste et manipulatrice est bien mise en avant, les différents membres du sénat sont intéressant à découvrir. Bien que les combats soient toujours aussi bien maitrisé par le mangaka, on ressent parfaitement les mouvements, la vitesse et la violence des coups, on sent aussi beaucoup trop les raccourcis faciles dans l'intrigue qui rendent l'histoire parfois illogique et décousue. Je me demande sincèrement quelle sera la conclusion des aventures de ce nouveau quatuor que j'ai apprit à apprécier malgré la rapidité des choses, et peut-être serais-je agréablement surprise ?
    Lire la suite
    En lire moins
Kurokawa, la newsletter qui a du punch !
Toute l'actualité 100% manga de vos collections et séries préférées.