RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Si c'est pour l'éternité - Dès 14 ans

            Nathan
            EAN : 9782092574904
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 154 x 225 mm
            Si c'est pour l'éternité - Dès 14 ans

            Anne Guitton (Traducteur)
            Collection : Roman Grand format
            Date de parution : 08/02/2018
            Et si vous tombiez amoureux d’une immortelle ?
             
            Enchanté. Moi, c'est Parker. J'ai 17 ans, je suis moyennement mignon et j'aime sécher les cours pour traîner dans les halls des hôtels chics de San Francisco. J'en  profite pour perfectionner mes techniques de pickpocket.
            Ah et je n'ai pas prononcé un mot depuis la mort de mon père, il y...
            Enchanté. Moi, c'est Parker. J'ai 17 ans, je suis moyennement mignon et j'aime sécher les cours pour traîner dans les halls des hôtels chics de San Francisco. J'en  profite pour perfectionner mes techniques de pickpocket.
            Ah et je n'ai pas prononcé un mot depuis la mort de mon père, il y a 5 ans.
            Voilà, vous savez (presque) tout.
            Mais laissez-moi vous raconter l'évènement le plus marquant de ma vie : ma rencontre avec Zelda Toth et ce jour où j'ai décidé de tout faire pour lui redonner le goût à la vie.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782092574904
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 154 x 225 mm
            Nathan

            Ils en parlent


            "Parker, muet et solitaire, pickpocket de talent, choisit une victime très inattendue ! Fasciné, il entre en contact et découvre vite qu'elle compte se suicider. Ils passent un marché, et il est prêt à tout pour la sauver, quand elle n'a en tête que de profiter de ses dernières heures pour l'aider et vivre à fond la vie d'un ado d'aujourd'hui.
            Mais d'où sort-elle ?! Va-t-il réussir à la cerner, à la percer à jour avant qu'il ne soit trop tard ?
            Le roman parfait pour les amateurs de John Green et de Everything, everything ! Une romance et des mystères, un compte à rebours omniprésent et des lecteurs qui suivent l'auteur sans trop savoir où il compte les emmener !"
            Librairie l'Intranquille

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Lunartic Posté le 10 Juillet 2019
              Ou quand une fille vraiment pas comme les autres débarque dans votre vie pour tout y chambouler... Tout d'abord, une fois n'est pas coutume, je remercie du fond du cœur les éditions Nathan pour cet envoi, ainsi que pour tous les autres reçus ces derniers temps. C'est tellement merveilleux que je me crois être une gamine ouvrant ses cadeaux de Noël à chaque fois. Cette confiance que placent en moi diverses maisons d'édition m'émeut au plus profond et m'honore grandement, je tenais à le rappeler une fois de plus. Mais cessons cette sentimentalité dégoulinante de bons sentiments (qui n'en restent pas moins sincères) pour nous concentrer sur le vif du sujet. Cependant (comment je détourne votre attention en cinq secondes chrono), dans un premier temps, regardez moi cette couverture : n'est-elle pas d'une beauté sans pareille ? Pour une fille comme moi qui a le regard accroché dès qu'elle voit quelque chose de délicieusement rétro, c'était une sacrée aubaine. Si cette tapisserie en arrière-plan vous rappelle celle détestable et old-fashioned de l'intérieur de vos grands-parents, moi, elle m'a directement happée dans cet univers d'hôtels californiens (Non, ne vous mettez pas cette chanson dans la tête à cause de moi !) datant du début... Ou quand une fille vraiment pas comme les autres débarque dans votre vie pour tout y chambouler... Tout d'abord, une fois n'est pas coutume, je remercie du fond du cœur les éditions Nathan pour cet envoi, ainsi que pour tous les autres reçus ces derniers temps. C'est tellement merveilleux que je me crois être une gamine ouvrant ses cadeaux de Noël à chaque fois. Cette confiance que placent en moi diverses maisons d'édition m'émeut au plus profond et m'honore grandement, je tenais à le rappeler une fois de plus. Mais cessons cette sentimentalité dégoulinante de bons sentiments (qui n'en restent pas moins sincères) pour nous concentrer sur le vif du sujet. Cependant (comment je détourne votre attention en cinq secondes chrono), dans un premier temps, regardez moi cette couverture : n'est-elle pas d'une beauté sans pareille ? Pour une fille comme moi qui a le regard accroché dès qu'elle voit quelque chose de délicieusement rétro, c'était une sacrée aubaine. Si cette tapisserie en arrière-plan vous rappelle celle détestable et old-fashioned de l'intérieur de vos grands-parents, moi, elle m'a directement happée dans cet univers d'hôtels californiens (Non, ne vous mettez pas cette chanson dans la tête à cause de moi !) datant du début vingtième qui ont l'air de receler de mystères ; façon American Horror Story - Hotel mais sans les meurtres et les fantômes ; et qui ont su conserver leur charme d'antan imparable. Et cette grande élégance presque majestueuse se dégage également fortement du personnage principal de cette histoire improbable, mais à laquelle j'ai cru jusqu'au bout des ongles et du parcours, à savoir : Zelda Toth, qui se prétend immortelle depuis presque deux cent cinquante ans. Non, non, je n'invente rien. Cette fille, cette nana super géniale que j'adore du plus profond de mon petit cœur pour son côté bizarroïde et toutes les anecdotes passionnantes qui sortent de sa bouche dès qu'elle parle, est vraisemblablement celle qui crève l'écran d'encre et de papier au cours de cette virée, au savant goût d'adolescence et donc d'âge ingrat, rocambolesque, qui n'aura duré qu'une poignée de jours. On a beau nous le remettre en mémoire au cours du découpage des chapitres en grosses lettres bien grasses et bien évidentes à remarquer, moi, en lisant ce roman, j'avais plus l'impression de connaître Zelda, l'immortelle sans qu'on sache véritablement comment (pour ceux qui crissent les dents à l'idée de "vampire", pas d'inquiétude donc), depuis des années et de l'avoir suivie jusqu'au bout du monde dans sa cavalcade depuis bien plus longtemps que la durée d'un "simple" long week-end. Car ici, ce sont bien quatre jours de pure folie que nous fait vivre l'auteur. Et quel tourbillon de décadence et de bonheur éphémère et délicieux au sein de la si belle ville de San Francisco, elle aussi personnage-clé de l'histoire, vibrante de vie et qui va prendre les personnages par la main et les accompagner jusqu'à la fin inéluctable de cette incroyable virée shopping, cinéma avec bagarre en prime à la machine à pop-corn pour pimenter votre séance, Golden Gate Bridge (lieu incontournable bien entendu) ou encore préparation de dossiers de fac à la bibliothèque du lycée même un dimanche ! Oui, on se demande ce que cette activité saugrenue vient faire dans le programme de rêve de nos deux ados paumés et en quête de LA chose qui donnerait envie de vivre pour toujours, sans jamais lasser. C'est ça qu'est capable de pondre Zelda de son esprit si cultivé et altruiste, profondément humain après tout ce qu'elle a traversé, vécu intensément, l'amour comme les guerres et le chagrin. C'est un personnage au lourd passif et à l'expérience de vie qui impressionne et qui enrichit votre réflexion sur le sens de votre existence et ce que vous souhaitez en faire. Zelda vous fait reprendre votre vie en main et y apporte couleurs, exubérance et gaité sans en attendre la pareille car elle en a assez vu et c'est la touche finale, la cerise sur le gâteau au spectacle théâtral de son existence, digne du personnage qu'elle s'est forgé, avec sa longue chevelure argentée, sa façon de s'exprimer et d'être à la Zelda Fitzgerald, née Sayre, son accent sudiste qui sonne de façon exquise à mes oreilles dès que je l'entends et la façon dont ses yeux et tout ce qui la constitue brillent et vibrent à l'idée de vivre une adolescence 2.0., bien loin de l'année 1770 où elle est née. Et Parker Santé (belle trouvaille pour le nom de famille !) n'est pas en reste non plus. Nous aussi, simples mortels, nous pouvons nous révéler intéressants. Ce garçon nonchalant, je-m'en-foutiste à l'extrême et voleur à ses heures perdues peut vous sembler très antipathique et fade face à la magnifique Zelda qui rayonne sur chaque personnage qu'elle rencontre (le lecteur y compris) de prime abord mais, pour ma part, je me suis instantanément attachée à lui, dès les premières pages, lors de cet instant mémorable et gravé dans les annales où, assis seul comme un imbécile à une table d'hôtel en buvant un café noir sans sucre, car la vie est déjà bien assez mièvre et édulcorée comme ça sans en devoir en rajouter, il vit une fille de son âge incarnant la tristesse parfaite, l'exprimant de tout son être, tous ses pores la laissant transparaître, sortir une liasse de billets verts avec Benjamin Franklin dessiné dessus et vous narguant de loin. Et elle arrive à oublier la fameuse liasse sur sa table. Si ce n'est pas une invitation à profiter de cet argent avec elle, alors je ne sais pas ce que c'est. Cette scène d'intro et tout ce qui va en découler peut sembler digne d'un film, complètement fictif de bout en bout, mais le fait d'avoir vécu tout cela avec ces deux personnages si bien assortis, si étonnamment complémentaires, deux personnalités bien trempées et si uniques, dans le contraste saisissant entre eux, qui s'apportent énormément de soutien l'un à l'autre, ça m'a fait d'autant plus adhérer à cette histoire qui, sous son apparence fantastique qui peut sembler assez incongrue, mais en réalité parfaitement justifiée, traite de sujets très sérieux et qu'il est toujours difficile d'aborder, et ce à n'importe quel âge : la dépression, celle de la mère alcoolique de Parker, qui vit continuellement dans les souvenirs heureux du passé, et de ce dernier, enfermé dans l'action d'écrire, qui le relie à feu son père écrivain de profession ; le suicide, cette envie qui pousse Zelda à quitter ce monde une fois que sera mort son second mari, Nathaniel, qui, lui, est mortel, je le précise ; et enfin bien sûr le deuil de ceux qui nous sont chers. J'ai trouvé que Tommy Wallach a réussi à faire cela de façon remarquable, incroyablement ingénieuse et originale. D'une part, il fait parler directement son jeune héros à travers la narration, qui nous immerge dans le dernier carnet en date de Parker, aligneur de mots professionnel depuis qu'il a pris la décision de ne plus parler, qui décide de nous faire part de l'événement le plus marquant de sa vie (et quel événement !). S'ajoute à cela des récits, des petites nouvelles nées de l'imagination épatante de Parker, qui sous-estime beaucoup trop son talent. Avec Zelda pour muse et mécène, il invente des courtes histoires des temps anciens des chevaliers, des royaumes lointains et des créatures magiques peuplant les bois dignes des contes de fées de notre enfance. D'ailleurs, à bien y réfléchir, ce roman a clairement l'apparence d'un conte, à la saveur douce-amère splendide et qui nous balance notre cœur en boule dans un coin, empli de sentiments différents à la fin de ce voyage presque hors du temps. Néanmoins, tout cela est fait avec une grande douceur à la texture de cocon douillet. Je peux donc sans conteste qualifier cette parution de lecture doudou, de livre de chevet dont je ne veux pas me séparer. Qui plus est, la plume de ce jeune écrivain en herbe est mordante, cynique à souhait, très humoristique et pleine d'auto-dérision, agréable à lire et amusante, vu que Parker ne cesse d'insérer son ressenti direct sur ce qu'il nous raconte entre parenthèses, presque comme des didascalies de pièce de théâtre, ce qui nous donne un récit extrêmement dynamique, vivant et captivant, où le personnage laisse bel et bien sa propre empreinte. « All the world's a stage / And all the men and women merely players, [...] » comme le disait si bien l'ami Shakespeare, et je suis sûre que Zelda et Parker auraient approuvé cette citation. Oui, oui. Quant aux paroles de sagesse et de réflexion sur la vie et la mort et les "désagréments" encourus entre les deux, là, c'est Zelda qui s'en charge. Dès que ses somptueuses lèvres (c'est pas moi qui le dis !) s'entrouvrent, que ce soit face à Parker et à ses camarades de classe, que j'ai adorés eux aussi et qui vont apprendre à mieux connaître ce dernier et à devenir ses amis grâce à cette drôle de fille au charisme dingue et qui est la classe incarnée, ou bien encore face à la mère de notre chouchou, complètement à la dérive au vu de sa façon de percevoir le monde (on est tous un peu largués à ce niveau-là je pense), ce sont des propos lucides et percutants qui en sortent, qu'on se prend en pleine figure tel un enfant qui se ferait sermonner par sa maman et dont on tire de sacrées leçons. En bref, je ne peux que vous encourager à ouvrir ce roman et à laisser ses pages vous emporter. La plume accrocheuse et inventive de Tommy Wallach fera opérer sa magie. Moi qui n'ai pas lu son premier roman, dont les avis dithyrambiques à son propos sont très alléchants, Si c'est la fin du monde, maintenant que j'ai découvert la plume et l'imagination foisonnante et excitante de cet auteur, j'en veux encore ! En attendant impatiemment le troisième roman qui naîtra de sa tête regorgeant de jolies surprises, je vais me rassasier avec ce premier best-seller, qui me fait encore plus de l'œil qu'avant. En tout cas, pour parler de ce avec quoi je suis déjà familière, je vous recommande mille fois Si c'est pour l'éternité ou Thanks for the trouble en anglais. Effectivement, ça valait bien la peine de se déranger pour lire cet ouvrage, d'accorder du temps à cette pépite d'or qui m'a rendu le cœur plus léger avec cette plume explosive et cet humour qui m'a définitivement conquise, et plus lourd tout à la fois, avec cette histoire d'amour, cette rencontre incroyable de deux destins de personnages extraordinaires, qui va bien au-delà du romantisme bafouillant et mignon dans ses imperfections flagrantes des adolescents, qui nous dépasse et qui nous fend le cœur en deux tout comme elle nous éblouit grâce à sa sincérité touchante et ses confidences désarmantes. Et je peux vous l'assurer, mon histoire d'amour avec ce livre durera pour l'éternité, c'est certain !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lunartic Posté le 10 Juillet 2019
              Ou quand une fille vraiment pas comme les autres débarque dans votre vie pour tout y chambouler... Tout d'abord, une fois n'est pas coutume, je remercie du fond du cœur les éditions Nathan pour cet envoi, ainsi que pour tous les autres reçus ces derniers temps. C'est tellement merveilleux que je me crois être une gamine ouvrant ses cadeaux de Noël à chaque fois. Cette confiance que placent en moi diverses maisons d'édition m'émeut au plus profond et m'honore grandement, je tenais à le rappeler une fois de plus. Mais cessons cette sentimentalité dégoulinante de bons sentiments (qui n'en restent pas moins sincères) pour nous concentrer sur le vif du sujet. Cependant (comment je détourne votre attention en cinq secondes chrono), dans un premier temps, regardez moi cette couverture : n'est-elle pas d'une beauté sans pareille ? Pour une fille comme moi qui a le regard accroché dès qu'elle voit quelque chose de délicieusement rétro, c'était une sacrée aubaine. Si cette tapisserie en arrière-plan vous rappelle celle détestable et old-fashioned de l'intérieur de vos grands-parents, moi, elle m'a directement happée dans cet univers d'hôtels californiens (Non, ne vous mettez pas cette chanson dans la tête à cause de moi !) datant du début... Ou quand une fille vraiment pas comme les autres débarque dans votre vie pour tout y chambouler... Tout d'abord, une fois n'est pas coutume, je remercie du fond du cœur les éditions Nathan pour cet envoi, ainsi que pour tous les autres reçus ces derniers temps. C'est tellement merveilleux que je me crois être une gamine ouvrant ses cadeaux de Noël à chaque fois. Cette confiance que placent en moi diverses maisons d'édition m'émeut au plus profond et m'honore grandement, je tenais à le rappeler une fois de plus. Mais cessons cette sentimentalité dégoulinante de bons sentiments (qui n'en restent pas moins sincères) pour nous concentrer sur le vif du sujet. Cependant (comment je détourne votre attention en cinq secondes chrono), dans un premier temps, regardez moi cette couverture : n'est-elle pas d'une beauté sans pareille ? Pour une fille comme moi qui a le regard accroché dès qu'elle voit quelque chose de délicieusement rétro, c'était une sacrée aubaine. Si cette tapisserie en arrière-plan vous rappelle celle détestable et old-fashioned de l'intérieur de vos grands-parents, moi, elle m'a directement happée dans cet univers d'hôtels californiens (Non, ne vous mettez pas cette chanson dans la tête à cause de moi !) datant du début vingtième qui ont l'air de receler de mystères ; façon American Horror Story - Hotel mais sans les meurtres et les fantômes ; et qui ont su conserver leur charme d'antan imparable. Et cette grande élégance presque majestueuse se dégage également fortement du personnage principal de cette histoire improbable, mais à laquelle j'ai cru jusqu'au bout des ongles et du parcours, à savoir : Zelda Toth, qui se prétend immortelle depuis presque deux cent cinquante ans. Non, non, je n'invente rien. Cette fille, cette nana super géniale que j'adore du plus profond de mon petit cœur pour son côté bizarroïde et toutes les anecdotes passionnantes qui sortent de sa bouche dès qu'elle parle, est vraisemblablement celle qui crève l'écran d'encre et de papier au cours de cette virée, au savant goût d'adolescence et donc d'âge ingrat, rocambolesque, qui n'aura duré qu'une poignée de jours. On a beau nous le remettre en mémoire au cours du découpage des chapitres en grosses lettres bien grasses et bien évidentes à remarquer, moi, en lisant ce roman, j'avais plus l'impression de connaître Zelda, l'immortelle sans qu'on sache véritablement comment (pour ceux qui crissent les dents à l'idée de "vampire", pas d'inquiétude donc), depuis des années et de l'avoir suivie jusqu'au bout du monde dans sa cavalcade depuis bien plus longtemps que la durée d'un "simple" long week-end. Car ici, ce sont bien quatre jours de pure folie que nous fait vivre l'auteur. Et quel tourbillon de décadence et de bonheur éphémère et délicieux au sein de la si belle ville de San Francisco, elle aussi personnage-clé de l'histoire, vibrante de vie et qui va prendre les personnages par la main et les accompagner jusqu'à la fin inéluctable de cette incroyable virée shopping, cinéma avec bagarre en prime à la machine à pop-corn pour pimenter votre séance, Golden Gate Bridge (lieu incontournable bien entendu) ou encore préparation de dossiers de fac à la bibliothèque du lycée même un dimanche ! Oui, on se demande ce que cette activité saugrenue vient faire dans le programme de rêve de nos deux ados paumés et en quête de LA chose qui donnerait envie de vivre pour toujours, sans jamais lasser. C'est ça qu'est capable de pondre Zelda de son esprit si cultivé et altruiste, profondément humain après tout ce qu'elle a traversé, vécu intensément, l'amour comme les guerres et le chagrin. C'est un personnage au lourd passif et à l'expérience de vie qui impressionne et qui enrichit votre réflexion sur le sens de votre existence et ce que vous souhaitez en faire. Zelda vous fait reprendre votre vie en main et y apporte couleurs, exubérance et gaité sans en attendre la pareille car elle en a assez vu et c'est la touche finale, la cerise sur le gâteau au spectacle théâtral de son existence, digne du personnage qu'elle s'est forgé, avec sa longue chevelure argentée, sa façon de s'exprimer et d'être à la Zelda Fitzgerald, née Sayre, son accent sudiste qui sonne de façon exquise à mes oreilles dès que je l'entends et la façon dont ses yeux et tout ce qui la constitue brillent et vibrent à l'idée de vivre une adolescence 2.0., bien loin de l'année 1770 où elle est née. Et Parker Santé (belle trouvaille pour le nom de famille !) n'est pas en reste non plus. Nous aussi, simples mortels, nous pouvons nous révéler intéressants. Ce garçon nonchalant, je-m'en-foutiste à l'extrême et voleur à ses heures perdues peut vous sembler très antipathique et fade face à la magnifique Zelda qui rayonne sur chaque personnage qu'elle rencontre (le lecteur y compris) de prime abord mais, pour ma part, je me suis instantanément attachée à lui, dès les premières pages, lors de cet instant mémorable et gravé dans les annales où, assis seul comme un imbécile à une table d'hôtel en buvant un café noir sans sucre, car la vie est déjà bien assez mièvre et édulcorée comme ça sans en devoir en rajouter, il vit une fille de son âge incarnant la tristesse parfaite, l'exprimant de tout son être, tous ses pores la laissant transparaître, sortir une liasse de billets verts avec Benjamin Franklin dessiné dessus et vous narguant de loin. Et elle arrive à oublier la fameuse liasse sur sa table. Si ce n'est pas une invitation à profiter de cet argent avec elle, alors je ne sais pas ce que c'est. Cette scène d'intro et tout ce qui va en découler peut sembler digne d'un film, complètement fictif de bout en bout, mais le fait d'avoir vécu tout cela avec ces deux personnages si bien assortis, si étonnamment complémentaires, deux personnalités bien trempées et si uniques, dans le contraste saisissant entre eux, qui s'apportent énormément de soutien l'un à l'autre, ça m'a fait d'autant plus adhérer à cette histoire qui, sous son apparence fantastique qui peut sembler assez incongrue, mais en réalité parfaitement justifiée, traite de sujets très sérieux et qu'il est toujours difficile d'aborder, et ce à n'importe quel âge : la dépression, celle de la mère alcoolique de Parker, qui vit continuellement dans les souvenirs heureux du passé, et de ce dernier, enfermé dans l'action d'écrire, qui le relie à feu son père écrivain de profession ; le suicide, cette envie qui pousse Zelda à quitter ce monde une fois que sera mort son second mari, Nathaniel, qui, lui, est mortel, je le précise ; et enfin bien sûr le deuil de ceux qui nous sont chers. J'ai trouvé que Tommy Wallach a réussi à faire cela de façon remarquable, incroyablement ingénieuse et originale. D'une part, il fait parler directement son jeune héros à travers la narration, qui nous immerge dans le dernier carnet en date de Parker, aligneur de mots professionnel depuis qu'il a pris la décision de ne plus parler, qui décide de nous faire part de l'événement le plus marquant de sa vie (et quel événement !). S'ajoute à cela des récits, des petites nouvelles nées de l'imagination épatante de Parker, qui sous-estime beaucoup trop son talent. Avec Zelda pour muse et mécène, il invente des courtes histoires des temps anciens des chevaliers, des royaumes lointains et des créatures magiques peuplant les bois dignes des contes de fées de notre enfance. D'ailleurs, à bien y réfléchir, ce roman a clairement l'apparence d'un conte, à la saveur douce-amère splendide et qui nous balance notre cœur en boule dans un coin, empli de sentiments différents à la fin de ce voyage presque hors du temps. Néanmoins, tout cela est fait avec une grande douceur à la texture de cocon douillet. Je peux donc sans conteste qualifier cette parution de lecture doudou, de livre de chevet dont je ne veux pas me séparer. Qui plus est, la plume de ce jeune écrivain en herbe est mordante, cynique à souhait, très humoristique et pleine d'auto-dérision, agréable à lire et amusante, vu que Parker ne cesse d'insérer son ressenti direct sur ce qu'il nous raconte entre parenthèses, presque comme des didascalies de pièce de théâtre, ce qui nous donne un récit extrêmement dynamique, vivant et captivant, où le personnage laisse bel et bien sa propre empreinte. « All the world's a stage / And all the men and women merely players, [...] » comme le disait si bien l'ami Shakespeare, et je suis sûre que Zelda et Parker auraient approuvé cette citation. Oui, oui. Quant aux paroles de sagesse et de réflexion sur la vie et la mort et les "désagréments" encourus entre les deux, là, c'est Zelda qui s'en charge. Dès que ses somptueuses lèvres (c'est pas moi qui le dis !) s'entrouvrent, que ce soit face à Parker et à ses camarades de classe, que j'ai adorés eux aussi et qui vont apprendre à mieux connaître ce dernier et à devenir ses amis grâce à cette drôle de fille au charisme dingue et qui est la classe incarnée, ou bien encore face à la mère de notre chouchou, complètement à la dérive au vu de sa façon de percevoir le monde (on est tous un peu largués à ce niveau-là je pense), ce sont des propos lucides et percutants qui en sortent, qu'on se prend en pleine figure tel un enfant qui se ferait sermonner par sa maman et dont on tire de sacrées leçons. En bref, je ne peux que vous encourager à ouvrir ce roman et à laisser ses pages vous emporter. La plume accrocheuse et inventive de Tommy Wallach fera opérer sa magie. Moi qui n'ai pas lu son premier roman, dont les avis dithyrambiques à son propos sont très alléchants, Si c'est la fin du monde, maintenant que j'ai découvert la plume et l'imagination foisonnante et excitante de cet auteur, j'en veux encore ! En attendant impatiemment le troisième roman qui naîtra de sa tête regorgeant de jolies surprises, je vais me rassasier avec ce premier best-seller, qui me fait encore plus de l'œil qu'avant. En tout cas, pour parler de ce avec quoi je suis déjà familière, je vous recommande mille fois Si c'est pour l'éternité ou Thanks for the trouble en anglais. Effectivement, ça valait bien la peine de se déranger pour lire cet ouvrage, d'accorder du temps à cette pépite d'or qui m'a rendu le cœur plus léger avec cette plume explosive et cet humour qui m'a définitivement conquise, et plus lourd tout à la fois, avec cette histoire d'amour, cette rencontre incroyable de deux destins de personnages extraordinaires, qui va bien au-delà du romantisme bafouillant et mignon dans ses imperfections flagrantes des adolescents, qui nous dépasse et qui nous fend le cœur en deux tout comme elle nous éblouit grâce à sa sincérité touchante et ses confidences désarmantes. Et je peux vous l'assurer, mon histoire d'amour avec ce livre durera pour l'éternité, c'est certain !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bookscritics Posté le 25 Juin 2019
              En voyant la couverture du livre, je ne m’attendais pas à une telle histoire. Je pensais que c’était un livre épistolaire en fait, entre deux personnes qui s’étaient rencontrés sur un banc d’un hôtel. Et…trop timides pour se parler, ils s’écrivaient des lettres pour ce raconter leurs journées. Hé bien, ce n’est pas du tout ça ! Mais, alors pas du tout ! Je me suis complètement trompée. De ce fait, je ne sais que penser de ce livre. Histoire inattendue. Livre inattendu faisant irruption dans ma panne littéraire. Auteur inconnu. Je vois plus que je ne lis. Je m’identifie plus que je ne devrais. Et pourtant, je ressens peu, mais… c’est stratégique. L’auteur ou les personnages ne veulent pas – ne veulent plus – ressentir, alors quand ils veulent ressentir et par conséquent nous faire ressentir, ils le font avec des émotions fortes. On parle ainsi : d’Amour, de Deuil, de Vie, de Vivre, d’Immortalité (qu’est-ce c’est au fond ? Bien que l’on ait pas une réponse précise sur le terme en lui-même, on a une possibilité de réponse sur « la vie éternelle »), sur le Futur/ l’Avenir et le Passé… Ça parle de tous ça, et – je vous avoue qu’au... En voyant la couverture du livre, je ne m’attendais pas à une telle histoire. Je pensais que c’était un livre épistolaire en fait, entre deux personnes qui s’étaient rencontrés sur un banc d’un hôtel. Et…trop timides pour se parler, ils s’écrivaient des lettres pour ce raconter leurs journées. Hé bien, ce n’est pas du tout ça ! Mais, alors pas du tout ! Je me suis complètement trompée. De ce fait, je ne sais que penser de ce livre. Histoire inattendue. Livre inattendu faisant irruption dans ma panne littéraire. Auteur inconnu. Je vois plus que je ne lis. Je m’identifie plus que je ne devrais. Et pourtant, je ressens peu, mais… c’est stratégique. L’auteur ou les personnages ne veulent pas – ne veulent plus – ressentir, alors quand ils veulent ressentir et par conséquent nous faire ressentir, ils le font avec des émotions fortes. On parle ainsi : d’Amour, de Deuil, de Vie, de Vivre, d’Immortalité (qu’est-ce c’est au fond ? Bien que l’on ait pas une réponse précise sur le terme en lui-même, on a une possibilité de réponse sur « la vie éternelle »), sur le Futur/ l’Avenir et le Passé… Ça parle de tous ça, et – je vous avoue qu’au moment où je vous écris ces lignes – dans ma tête, c’est très confus. Parce que… Le livre fait écho à ma vie personnelle…
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bookscritics Posté le 25 Juin 2019
              En voyant la couverture du livre, je ne m’attendais pas à une telle histoire. Je pensais que c’était un livre épistolaire en fait, entre deux personnes qui s’étaient rencontrés sur un banc d’un hôtel. Et…trop timides pour se parler, ils s’écrivaient des lettres pour ce raconter leurs journées. Hé bien, ce n’est pas du tout ça ! Mais, alors pas du tout ! Je me suis complètement trompée. De ce fait, je ne sais que penser de ce livre. Histoire inattendue. Livre inattendu faisant irruption dans ma panne littéraire. Auteur inconnu. Je vois plus que je ne lis. Je m’identifie plus que je ne devrais. Et pourtant, je ressens peu, mais… c’est stratégique. L’auteur ou les personnages ne veulent pas – ne veulent plus – ressentir, alors quand ils veulent ressentir et par conséquent nous faire ressentir, ils le font avec des émotions fortes. On parle ainsi : d’Amour, de Deuil, de Vie, de Vivre, d’Immortalité (qu’est-ce c’est au fond ? Bien que l’on ait pas une réponse précise sur le terme en lui-même, on a une possibilité de réponse sur « la vie éternelle »), sur le Futur/ l’Avenir et le Passé… Ça parle de tous ça, et – je vous avoue qu’au... En voyant la couverture du livre, je ne m’attendais pas à une telle histoire. Je pensais que c’était un livre épistolaire en fait, entre deux personnes qui s’étaient rencontrés sur un banc d’un hôtel. Et…trop timides pour se parler, ils s’écrivaient des lettres pour ce raconter leurs journées. Hé bien, ce n’est pas du tout ça ! Mais, alors pas du tout ! Je me suis complètement trompée. De ce fait, je ne sais que penser de ce livre. Histoire inattendue. Livre inattendu faisant irruption dans ma panne littéraire. Auteur inconnu. Je vois plus que je ne lis. Je m’identifie plus que je ne devrais. Et pourtant, je ressens peu, mais… c’est stratégique. L’auteur ou les personnages ne veulent pas – ne veulent plus – ressentir, alors quand ils veulent ressentir et par conséquent nous faire ressentir, ils le font avec des émotions fortes. On parle ainsi : d’Amour, de Deuil, de Vie, de Vivre, d’Immortalité (qu’est-ce c’est au fond ? Bien que l’on ait pas une réponse précise sur le terme en lui-même, on a une possibilité de réponse sur « la vie éternelle »), sur le Futur/ l’Avenir et le Passé… Ça parle de tous ça, et – je vous avoue qu’au moment où je vous écris ces lignes – dans ma tête, c’est très confus. Parce que… Le livre fait écho à ma vie personnelle…
              Lire la suite
              En lire moins
            • iris29 Posté le 16 Septembre 2018
              Une couverture splendide pour un roman rafraichissant et étrange, construit presque comme un journal … Parker Santé a 17 ans et en ce jour d'Halloween, il n'est pas au lycée mais dans le hall d'un hôtel de luxe à jouer les pickpockets. C'est en se livrant à cette activité répréhensible qu'il rencontrera Zelda ,une jolie jeune fille aux cheveux naturellement argentés. Il ne parle plus depuis cinq ans, depuis qu'il a vu son père mourir dans un accident de voiture ; elle prétend être née en 1770 et n'attendre qu'un coup de fil d'un hôpital pour se suicider en se jetant d'un pont, celui du Golden Gate Bridge… Condensée sur , à peine, trois jours, leur rencontre va être intense, sorte de détonateur, chacun va vouloir aider l'autre à aller mieux . C'est une histoire étrange que nous raconte Tommy Wallach, en nous laissant libre d'y croire ou pas… Cette liberté m'a gênée mais , en séduira d'autres, car ce parti pris est original et pertinent sur le plan artistique. Pour ma part , je suis restée sur le bord, pour plusieurs raisons, j'ai donc un avis mitigé et je commence par ce qui m a dérangé… Je n'ai pas accroché avec le personnage... Une couverture splendide pour un roman rafraichissant et étrange, construit presque comme un journal … Parker Santé a 17 ans et en ce jour d'Halloween, il n'est pas au lycée mais dans le hall d'un hôtel de luxe à jouer les pickpockets. C'est en se livrant à cette activité répréhensible qu'il rencontrera Zelda ,une jolie jeune fille aux cheveux naturellement argentés. Il ne parle plus depuis cinq ans, depuis qu'il a vu son père mourir dans un accident de voiture ; elle prétend être née en 1770 et n'attendre qu'un coup de fil d'un hôpital pour se suicider en se jetant d'un pont, celui du Golden Gate Bridge… Condensée sur , à peine, trois jours, leur rencontre va être intense, sorte de détonateur, chacun va vouloir aider l'autre à aller mieux . C'est une histoire étrange que nous raconte Tommy Wallach, en nous laissant libre d'y croire ou pas… Cette liberté m'a gênée mais , en séduira d'autres, car ce parti pris est original et pertinent sur le plan artistique. Pour ma part , je suis restée sur le bord, pour plusieurs raisons, j'ai donc un avis mitigé et je commence par ce qui m a dérangé… Je n'ai pas accroché avec le personnage de Zelda qui m'a très (trop ) fortement rappelé celui de l'actrice Blake Lively dans le film " Adaline". Quand à celui de Parker, il aurait pu être plus développé, nous "prendre plus aux trippes", tout était en place pour qu'on s' attache à fond (orphelin de père dans des circonstances dramatiques, handicap, asocial , etc..). Pourquoi immiscer dans le roman, les contes qu'invente Parker, et qui nous éloigne de l'histoire centrale ? C'est ce que j'ai ressenti dans tout le roman, une sorte de mise à distance ( volontaire ? ) de l'auteur, distance avec la romance, réticence à verser dans côté dramatique, réticence à nous imposer une fin. En cela , le titre original aurait été plus pertinent , " Thanks for the trouble" ( Merci pour le dérangement ) , il nous donnait plus d' indices sur le contenu . Quelque chose de doux amer, un mal pour un bien , et respectait davantage l'histoire . MAIS… Parker raconte très bien son histoire et j'ai apprécié son ton, rafraichissant, amusant . Ce roman est foisonnant d'idées sur la vie et chacun y puisera ce qui lui est nécessaire pour avancer. Tommy Wallach est très cultivé et saura peut-être "ouvrir" les adolescents à pleins de domaines, qui vont de Seurat et le pointillisme, Kundera, à la part des anges , The Glenlivet , et autres incontournables ... Les choses qui m'ont gênées plairont à d'autres , je n'en doute pas , si vous aimez l'étrange et le fantastique . Tommy Wallach est un auteur à suivre pour le côté espiègle de sa plume … Challenge Mauvais Genres 2018/2019.
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER NATHAN !
            De nouvelles idées de lecture jeunesse, chaque mois, dans votre boîte mail