Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355221224
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 205 mm
Sorcières
La puissance invaincue des femmes
Collection : ZONES
Date de parution : 13/09/2018
Éditeurs :
La Découverte

Sorcières

La puissance invaincue des femmes

Collection : ZONES
Date de parution : 13/09/2018
Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations.
Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont... Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est... Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?
Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante — puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355221224
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Dans l’essai « Sorcières », Mona Chollet rappelle que les chasses aux sorcières ont valu la mort à des milliers de femmes entre le XVe et le XVIIe siècle. Elle s'interroge sur les traces laissées par cette histoire dans notre représentation de ce que devrait être une femme « acceptable ».
Sandrine Samii / Le Nouveau Magazine littéraire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lyaserenity 13/07/2022
    Mona Chollet dresse ici le portrait peu reluisant de la sorcière à travers les âges : une vieille femme, laide à faire peur et animée par de vils desseins. Au cours de ses recherches sur ce mythe de la sorcière, depuis les procès de Salem, en passant pas les représentations dans les Disney, ou plus récemment pendant la campagne d'Hilary Clinton, traitée de sorcière par la concurrence, l'autrice souligne que dans l'imaginaire collectif, une femme est une sorcière dès lors qu'elle s'est affranchie de l'autorité d'un homme. Cela dit, cette image de la sorcière commence peu à peu à changer pour représenter aujourd'hui des femmes indépendantes, désireuses d'être davantage en communion avec la nature et qui possède un réel pouvoir bénéfique !!
  • Coraline2205 10/07/2022
    À sa parution en septembre 2018, Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet s’est rapidement imposé comme un incontournable du féminisme. À l’heure où la figure de la sorcière revient sur le devant de la scène, ce texte édifiant l’étudie de plus près et réveille les consciences. Sorcières s’ouvre sur un heureux rattrapage de nos cours d’Histoire. Alors que nos programmes scolaires ne font au mieux qu’effleurer cette période, l’essai de Mona Chollet nous fait d’abord un rappel primordial et nécessaire de l’histoire des chasses aux sorcières en Occident. Le caractère misogyne et antiféministe de ce crime de masse (appelons un chat, un chat…) est ici resitué après avoir longtemps été nié. Mais surtout, ce petit bond dans le passé permet de (nous) rappeler à quel point l’indépendance de la femme a toujours été bridée, explicitement ou implicitement. « [Les chasses aux sorcières] ont à la fois traduit et amplifié les préjugés à l’égard des femmes, l’opprobre qui frappaient certaines d’entre elles. Elles ont réprimé certains comportements, certaines manières d’être. Nous avons hérité de ces représentations forgées et perpétuées au fil des siècles. » (p.34) Ce bref rappel historique explicite comment la représentation de la femme est le résultat de siècles... À sa parution en septembre 2018, Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet s’est rapidement imposé comme un incontournable du féminisme. À l’heure où la figure de la sorcière revient sur le devant de la scène, ce texte édifiant l’étudie de plus près et réveille les consciences. Sorcières s’ouvre sur un heureux rattrapage de nos cours d’Histoire. Alors que nos programmes scolaires ne font au mieux qu’effleurer cette période, l’essai de Mona Chollet nous fait d’abord un rappel primordial et nécessaire de l’histoire des chasses aux sorcières en Occident. Le caractère misogyne et antiféministe de ce crime de masse (appelons un chat, un chat…) est ici resitué après avoir longtemps été nié. Mais surtout, ce petit bond dans le passé permet de (nous) rappeler à quel point l’indépendance de la femme a toujours été bridée, explicitement ou implicitement. « [Les chasses aux sorcières] ont à la fois traduit et amplifié les préjugés à l’égard des femmes, l’opprobre qui frappaient certaines d’entre elles. Elles ont réprimé certains comportements, certaines manières d’être. Nous avons hérité de ces représentations forgées et perpétuées au fil des siècles. » (p.34) Ce bref rappel historique explicite comment la représentation de la femme est le résultat de siècles d’Histoire. En effet, ces siècles ont impacté le comportement des hommes vis-à-vis des femmes, et alimenté la misogynie contemporaine. Mais les chasses aux sorcières ont aussi porté un autre fruit : la perception que les femmes ont d’elles-mêmes, souvent inconsciemment, découle directement des anciennes persécutions subies. Sorcières nous propose alors un angle de lecture intéressant à propos de notre monde. À la lumière de cette période sombre, on regarde différemment notre société et ses agissements, jusque dans ses plus infimes détails. Lire la suite sur : https://lesmarquespagedunecroqueusedelivres.wordpress.com/2021/02/01/sorcieres-la-puissance-invaincue-des-femmes-mona-chollet/
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lou_Knox 05/07/2022
    Bon en tant que garçon ayant été élevé comme un garçon dans un monde de garçons je me sens pas trop légitime de parler de Sorcières ni de dire ce que j’en ai pensé. Parce que je pense que malgré toute la bonne volonté que je veux y mettre je vais encore faire plein de bourdes. J’dis pas ça pour que tu sois clément.e. envers moi si jamais tu lis tout ça parce que ça, j’en ai un peu rien à branler mais je tiens pas à m’approprier quelque chose qu'a pas été écrit pour moi à la base. … Bon en fait comme je suis un peu sale gosse sur les bords et que même moi j'arrive pas tout le temps à museler ma mouille, je vais juste dire que putain. Mona Chollet. elle. déchire. Je veux dire tu vois elle fait un récapitulatif sur ce que c’est une sorcière et donc elle parle de la chasse aux sorcières et moi j’avais lu Michelet déjà mais c’était un point de vue d’un garçon tu vois ? Et après elle enchaine sur le corps des femmes et son vieillissement (moi j'dis rien là dessus j'ai tellement peur de devenir vieux tu sais), sur la... Bon en tant que garçon ayant été élevé comme un garçon dans un monde de garçons je me sens pas trop légitime de parler de Sorcières ni de dire ce que j’en ai pensé. Parce que je pense que malgré toute la bonne volonté que je veux y mettre je vais encore faire plein de bourdes. J’dis pas ça pour que tu sois clément.e. envers moi si jamais tu lis tout ça parce que ça, j’en ai un peu rien à branler mais je tiens pas à m’approprier quelque chose qu'a pas été écrit pour moi à la base. … Bon en fait comme je suis un peu sale gosse sur les bords et que même moi j'arrive pas tout le temps à museler ma mouille, je vais juste dire que putain. Mona Chollet. elle. déchire. Je veux dire tu vois elle fait un récapitulatif sur ce que c’est une sorcière et donc elle parle de la chasse aux sorcières et moi j’avais lu Michelet déjà mais c’était un point de vue d’un garçon tu vois ? Et après elle enchaine sur le corps des femmes et son vieillissement (moi j'dis rien là dessus j'ai tellement peur de devenir vieux tu sais), sur la symbolique Femme/Nature, des femmes qui veulent vraiment avoir des enfants, des femmes qui y sont contraintes et des femmes dont le choix est de ne pas avoir d'enfants, sur les violences obstétriques et tout. Ce que j’aime beaucoup chez cette dame c’est qu’elle valse de manière hyper habile entre les termes un peu compliqués en les illustrant avec des exemples plus accessibles liés à la pop culture ou juste à l’actualité si t’es un peu curieux de ce qui se passe des fois dans la vie (si si juré des fois je lis des articles un peu partout entre deux parties de Fortnite). Ah et aussi je viens de retrouver ce que je voulais écrire et que j’avais oublié ! Comme je l’ai dit plus haut je cherche pas à m’approprier quoique ce soit ni à faire un concours de bites de qui se fait agresser le plus dans la vie de tous les jours à cause de son sexe, ou de sa sexualité (bicause je connais la réponse je crois). Mais tu vois toutes les situations violentes, qu’elles soient morales ou physiques, vécues par les femmes et ben je me dis que putain si y’a une poignée de mecs qui pouvaient se sortir les doigts du cul et réfléchir deux secondes à tout ça, on commencerai aussi à un peu lever le tabou sur la compétitivité masculine, l’exclusion sociale et les comportements de groupes de merde typiquement masculins envers les autres garçons qui rentrent pas dans les codes typiques de la société tu vois ? Genre ça serait pas bénéfique QUE pour les meufs donc réfléchis-y un peu trouduc'. Alors que t’ai une nénette ou un zizi tu vois franchement lis le le livre. Juré quand t’es un garçon t’as pas envie de geindre parce que t’es plus malheureux que tout le monde et quand t’es une fille t’as pas envie de faire la guerre aux autres filles si t’es pas d’accord avec tous les courants féministes qui existent. En plus tu vois Mona Chollet elle parle pas que des femmes blanches et hétérosexuelles ce qui est bien je trouve parce que du coup c’est pas un livre exclusivement fait pour les femmes blanches intellectuelles et hétérosexuelles. (pis si t’es vraiment vraiment intéressé.e bah tu peux lire Beauté fatale et Chez soi qu’elle a publié aussi, je les ai lu et parole que t’as l’impression de grandir sans devenir trop débile).
    Lire la suite
    En lire moins
  • mapagelecture 20/06/2022
    L’autrice nous a concocte un essai remarquable sur les « sorcières » et met en lumière les préjugés envers les femmes et les perceptions qui perdurent encore aujourd’hui dans nos vies personnelles et professionnelles : la femme indépendante et/ou célibataire, la femme sans/avec enfants, la femme âgée… C’est un livre que j’ai lu au bon moment, qui m’a fait réfléchir sur certaines paroles sur lesquelles je suis passée outre, mais dont je n’ai pas besoin dans ma vie et qui m’ont permis de faire un peu de ménage dans mes pensées et sentiments chaotiques. Qu’attendons nous de la vie? Devons nous simplement cocher les cases : diplôme / mariage / bébé? La réponse paraît évidente et pourtant… aujourd’hui encore des petites réflexions faites en toute « légèreté » ou « innocence » nous prouvent que ce n’est pas si simple que ça et qu’il est indispensable de déconstruire certaines pensées, d’arrêter de tolérer certaines taquineries. Comme vous pouvez le constater j’ai énormément « postité » ce livre! Des pistes de réflexion, des exemples qui m’ont marqué tout au long de ma lecture, qui m’ont révolté, ou qui m’ont ouvert les yeux… Je vous invite à le lire et vous faire votre propre avis. C’est un essai qui fait... L’autrice nous a concocte un essai remarquable sur les « sorcières » et met en lumière les préjugés envers les femmes et les perceptions qui perdurent encore aujourd’hui dans nos vies personnelles et professionnelles : la femme indépendante et/ou célibataire, la femme sans/avec enfants, la femme âgée… C’est un livre que j’ai lu au bon moment, qui m’a fait réfléchir sur certaines paroles sur lesquelles je suis passée outre, mais dont je n’ai pas besoin dans ma vie et qui m’ont permis de faire un peu de ménage dans mes pensées et sentiments chaotiques. Qu’attendons nous de la vie? Devons nous simplement cocher les cases : diplôme / mariage / bébé? La réponse paraît évidente et pourtant… aujourd’hui encore des petites réflexions faites en toute « légèreté » ou « innocence » nous prouvent que ce n’est pas si simple que ça et qu’il est indispensable de déconstruire certaines pensées, d’arrêter de tolérer certaines taquineries. Comme vous pouvez le constater j’ai énormément « postité » ce livre! Des pistes de réflexion, des exemples qui m’ont marqué tout au long de ma lecture, qui m’ont révolté, ou qui m’ont ouvert les yeux… Je vous invite à le lire et vous faire votre propre avis. C’est un essai qui fait réfléchir sur certains principes et comportements sociaux, sur certains préjugés que nous pouvons peut être avoir… Couple ou célibat, maternité ou non, âge… Nous n’avons aucune légitimité à juger quelqu’un pour ses choix, ni de la haïr ou la mépriser…. Et les petites remarques sibyllines sous couvert d’humour ne sont pas moins tolérables car elles contribuent à faire vivre les préjugés et à les masquer…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lesperanza 18/06/2022
    Sorcières fut le dernier ouvrage des lectures cursives que j'ai découvert. (ma lecture date de début mai) Et j'affirme sans hésitation que ce fut une excellente découverte ! J'avais déjà entendu parler brièvement de cette œuvre, mais c'est tout, je n'avais pas réellement cherché à m'y intéresser davantage. Le fait que cet essai soit présent dans les lectures cursives de français me permit donc de le lire. Et quelle découverte ! Avec La cause des femmes de Gisèle Halimi, ces deux œuvres furent mes préférées découvertes dans le parcours. J'ai trouvé cette lecture extrêmement intéressante et aujourd'hui, je comprends mieux le succès que cet ouvrage a eu. Alors oui, il y a certes eu des soirs où j'étais fatiguée, pas concentrée dans ce que je lisais, pas assez investie, et je trouvais cela compliqué à lire. (ce qui est vraiment faux, en réalité) J'ai eu du mal à rentrer dans le récit, au début, je l'avoue. Mais il y a eu d'autres soirs où je me concentrais un peu plus, et où je trouvais juste cela passionnant. Cet essai est poignant, vraiment. C'est une claque, et il m'a fait me rendre compte de choses dont je n'avais même pas conscience. C'est... Sorcières fut le dernier ouvrage des lectures cursives que j'ai découvert. (ma lecture date de début mai) Et j'affirme sans hésitation que ce fut une excellente découverte ! J'avais déjà entendu parler brièvement de cette œuvre, mais c'est tout, je n'avais pas réellement cherché à m'y intéresser davantage. Le fait que cet essai soit présent dans les lectures cursives de français me permit donc de le lire. Et quelle découverte ! Avec La cause des femmes de Gisèle Halimi, ces deux œuvres furent mes préférées découvertes dans le parcours. J'ai trouvé cette lecture extrêmement intéressante et aujourd'hui, je comprends mieux le succès que cet ouvrage a eu. Alors oui, il y a certes eu des soirs où j'étais fatiguée, pas concentrée dans ce que je lisais, pas assez investie, et je trouvais cela compliqué à lire. (ce qui est vraiment faux, en réalité) J'ai eu du mal à rentrer dans le récit, au début, je l'avoue. Mais il y a eu d'autres soirs où je me concentrais un peu plus, et où je trouvais juste cela passionnant. Cet essai est poignant, vraiment. C'est une claque, et il m'a fait me rendre compte de choses dont je n'avais même pas conscience. C'est incroyable. Alors oui, c'est vrai, j'ai probablement un regard très différent, beaucoup moins mature, sur ce texte, que la plupart des personnes qui l'ont lu. L'ado de seize ans que je suis le reconnait haha. Néanmoins, je suis extrêmement heureuse d'avoir pu découvrir cette œuvre ! C'est un texte très riche avec de nombreuses références, et tellement puissant ! J'ai beaucoup aimé cette lecture. Cet ouvrage mérite son succès et il mérite d’être lu. Sincèrement.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Inscrivez-vous à la newsletter Zones
Et rentrez dans la communauté des lecteurs de Zones !

Lisez maintenant, tout de suite !