En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Sous la même étoile

        Les Escales
        EAN : 9782365691871
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 145 x 240 mm
        Sous la même étoile

        Laurent COHEN (Traducteur)
        Collection : Domaine étranger
        Date de parution : 02/03/2017
        L’histoire d’amour bouleversante de justesse et de grâce entre une Israélienne et un Palestinien. Après avoir fait beaucoup de bruit en Israël, Sous la même étoile connaît un succès international. 
        Tout commence par le froid glacial d’un hiver à New York et tout se termine sur le sable brûlant des plages de Jaffa.

        Le hasard a fait se rencontrer et s’aimer une femme et un homme qui ne se seraient jamais adressé la parole dans d’autres circonstances. La femme, c’est Liat,...
        Tout commence par le froid glacial d’un hiver à New York et tout se termine sur le sable brûlant des plages de Jaffa.

        Le hasard a fait se rencontrer et s’aimer une femme et un homme qui ne se seraient jamais adressé la parole dans d’autres circonstances. La femme, c’est Liat, une Israélienne dévorée par
        une nostalgie profonde de Tel Aviv. L’homme, c’est ‘Hilmi, un peintre palestinien originaire de Ramallah.

        À New York, espace neutre hors du temps et de la politique, Liat et ‘Hilmi décident de s’immerger, le temps d’un hiver, dans un amour impossible. Commence alors une vie commune dont la date d’expiration se rapproche chaque jour un peu plus. Dans cet univers clos qu’ils se sont créé, Liat et ‘Hilmi ont décidé d’ignorer les à-côtés, les différences et les fissures. Mais la réalité
        finit toujours par s’imposer…

        Après s’être retrouvé au coeur d’une controverse en Israël, Sous la même étoile a connu un immense succès populaire et a été salué par les plus grands. Svetlana Alexievitch, prix Nobel
        de littérature, a notamment écrit : « La haine ne nous sauvera pas. La haine n’engendre que la haine, alors que l’amour est sans limites. Je suis avec Dorit Rabinyan. »
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365691871
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 145 x 240 mm
        Les Escales
        21.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • morin Posté le 16 Août 2017
          J'ai choisi de découvrir ce roman après avoir lu une critique dans la revue Lire d'avril dernier (n°454). Cet ouvrage nous relate l'histoire d'un coup de foudre et d'un amour compliqué entre une Israélienne et un Palestinien. Liat, Israélienne, est étudiante en master à Tel- Aviv, effectue un séjour de quelques mois à New York. Hilmi , palestinien, vit à New York depuis quatre ans. Il bénéficie d'un visa délivré aux artistes, il est peintre. Liat est juive pratiquante, Hilmi est athée. Leur histoire commence un soir d'automne. Liat a rendez-vous avec son ami Andrew à l'Aquarium. Se présente à ce rendez-vous un garçon "aux cheveux bouclés. je suis un ami d'Andrew.Il m'a demandé de l'excuser..il ne pourra pas venir à ce rendez-vous". Après une longue déambulation dans les rues de New York d'abord pour acheter une certaine couleur bleue pour la peinture puis à la recherche des clés perdues, ils se retrouvent dans l'atelier d'Hilmi. Ils deviendront inséparables jusqu’en mai, date à laquelle Liat doit rentrer en Israël. Même s'ils sont très amoureux les conflits entre leurs pays respectifs jettent de temps à autre une ombre sur leur amour. Liat apparait comme la plus sensible devant le fossé qui les sépare.... J'ai choisi de découvrir ce roman après avoir lu une critique dans la revue Lire d'avril dernier (n°454). Cet ouvrage nous relate l'histoire d'un coup de foudre et d'un amour compliqué entre une Israélienne et un Palestinien. Liat, Israélienne, est étudiante en master à Tel- Aviv, effectue un séjour de quelques mois à New York. Hilmi , palestinien, vit à New York depuis quatre ans. Il bénéficie d'un visa délivré aux artistes, il est peintre. Liat est juive pratiquante, Hilmi est athée. Leur histoire commence un soir d'automne. Liat a rendez-vous avec son ami Andrew à l'Aquarium. Se présente à ce rendez-vous un garçon "aux cheveux bouclés. je suis un ami d'Andrew.Il m'a demandé de l'excuser..il ne pourra pas venir à ce rendez-vous". Après une longue déambulation dans les rues de New York d'abord pour acheter une certaine couleur bleue pour la peinture puis à la recherche des clés perdues, ils se retrouvent dans l'atelier d'Hilmi. Ils deviendront inséparables jusqu’en mai, date à laquelle Liat doit rentrer en Israël. Même s'ils sont très amoureux les conflits entre leurs pays respectifs jettent de temps à autre une ombre sur leur amour. Liat apparait comme la plus sensible devant le fossé qui les sépare. Elle garde secrète son histoire surtout vis à vis de ses parents alors qu'Hilmi n'hésite pas à la présenter à ses frères. Au cours d'un dîner où était présent Wasim, l'un des frères , les échanges agréables laissèrent la place à une querelle violente entre Liat et Wasim. Elle aura le sentiment d'avoir été "étriller" sans qu'Hilmi prenne sa défense. Malgré quelques longueurs j'ai apprécié la lecture ce roman et notamment pages concernant les différends entre Palestiniens et Israéliens, enrichissant ainsi mes connaissances sur le sujet. Enfin, ce n'est qu'après avoir terminé ce livre que j'ai appris la polémique en Israël lors de sa parution ainsi que son côté autobiographique. Dorit Rabinyan a vécu une histoire comparable avec Hassan Hourani, artiste palestinien, décédé accidentellement en 2003. Cette information rend cette histoire encore plus émouvante.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Melpomene125 Posté le 1 Juillet 2017
          L’amour entre une jeune femme israélienne et un jeune homme palestinien est-il possible, malgré les désaccords politiques qui séparent ces deux peuples depuis bientôt soixante-dix ans ? Après Une histoire d’amour et de ténèbres d’Amos Oz, je poursuis ma découverte de la littérature israélienne avec Sous la même étoile de Dorit Rabinyan. Je remercie Bookycooky qui, par sa critique, m’a fait découvrir ce roman. Liat et Hilmi se rencontrent par hasard dans un café new-yorkais où Liat attend Andrew, un ami américain qui n’a pas pu venir. Il lui envoie à la place son professeur d’arabe, Hilmi. Liat est étudiante en master de littérature anglaise et philologie. Son visa s’achève en mai. Hilmi est aussi un artiste, un peintre originaire de Ramallah. Ils vont tomber amoureux, ils sympathisent et se comprennent d’emblée, unis par ce physique moyen-oriental qui, un an après les attentats du 11 septembre 2001, leur attire parfois des ennuis. Liat lui raconte comment des agents du FBI viennent de frapper à sa porte et de l’interroger car un homme l’avait trouvée suspecte et l’avait suivie jusque chez elle. Il avait signalé une Moyen-Orientale qui envoyait des messages en arabe avec son ordinateur. Les enquêteurs, rassurés par la nationalité... L’amour entre une jeune femme israélienne et un jeune homme palestinien est-il possible, malgré les désaccords politiques qui séparent ces deux peuples depuis bientôt soixante-dix ans ? Après Une histoire d’amour et de ténèbres d’Amos Oz, je poursuis ma découverte de la littérature israélienne avec Sous la même étoile de Dorit Rabinyan. Je remercie Bookycooky qui, par sa critique, m’a fait découvrir ce roman. Liat et Hilmi se rencontrent par hasard dans un café new-yorkais où Liat attend Andrew, un ami américain qui n’a pas pu venir. Il lui envoie à la place son professeur d’arabe, Hilmi. Liat est étudiante en master de littérature anglaise et philologie. Son visa s’achève en mai. Hilmi est aussi un artiste, un peintre originaire de Ramallah. Ils vont tomber amoureux, ils sympathisent et se comprennent d’emblée, unis par ce physique moyen-oriental qui, un an après les attentats du 11 septembre 2001, leur attire parfois des ennuis. Liat lui raconte comment des agents du FBI viennent de frapper à sa porte et de l’interroger car un homme l’avait trouvée suspecte et l’avait suivie jusque chez elle. Il avait signalé une Moyen-Orientale qui envoyait des messages en arabe avec son ordinateur. Les enquêteurs, rassurés par la nationalité de Liat, comprennent vite qu’il y a méprise. Ce n’était pas de l’arabe mais l’hébreu de ses traductions. Cette anecdote les rapproche. Hilmi veut montrer à Liat son atelier mais il égare les clés de son appartement et ne peut rentrer chez lui. Liat le suit dans les rues de New York à la recherche de ses clés. Elle ne peut se séparer de lui, l’abandonner. J’ai trouvé que ce récit du début de leur amour était à la fois émouvant et poétique, une triste métaphore de la condition du peuple palestinien qui ne peut rentrer chez lui. Les multiples guerres du conflit israélo-palestinien lui ont fait perdre une partie de sa terre d’origine. Liat est consciente du problème. Mais que peut-elle y faire ? Elle n’a que son amour à donner. Hilmi se met à l’appeler avec tendresse Baazi, contraction arabe de doux petit poix. Pour lui, elle ne sera désormais plus que Baazi. Mais quel peut être l’avenir de leur amour ? Tout, en apparence, est voué à les séparer. Surtout la politique, car le conflit qui oppose Israéliens et Palestiniens depuis la création de l’État d’Israël ne peut que les rattraper, malgré la profondeur de leur amour. Un livre d’« une finesse rare », commente Amos Oz. Ce mot est tout à fait approprié. C’est avec finesse et humanité que la difficulté de cet amour fort et sincère est évoquée, sans jamais attiser les haines et les rancœurs, qui se sont forcément accumulées après tant d’années de conflit. Les disputes qui surgissent, de manière insidieuse, entre Liat et Hilmi n’éludent aucun des sujets qui divisent ces deux peuples, comme sur l’armée israélienne que Hilmi, qui est athée comme son défunt père, compare au Hamas : des armes et des textes sacrés dans les deux cas. Liat est souvent excédée. Elle ne comprend pas comment, à New York, ses positions peuvent devenir si droitières alors qu’en Israël, avec ses parents, elle est à l’opposé des idées conservatrices. Elle se sent prise dans un conflit de loyauté. Pendant ses deux ans de service militaire obligatoire, elle a juré sur la Bible de rester fidèle à l’État d’Israël. N’est-elle pas en train de trahir ? Cette angoisse la rend froide et lâche. Elle tient absolument à garder sa relation avec Hilmi secrète pour la préserver du regard, du jugement de ses proches : ses parents, ses amis israéliens, elle a peur de paraître déloyale, la fille qui trahit son pays et rejoint l’ennemi. « Pour vivre heureux, vivons cachés », dit le proverbe. C’est ce que Liat essaie de faire avec Hilmi. Leur union n’en est que plus intense et passionnée. Ils sont si amoureux, si semblables, ils vont fêter ensemble le Nouvel An iranien, Norouz, chez des juifs américains d’origine iranienne et Hilmi connaît tous les mets succulents qui sont servis au cours de ce repas car les Arabes et les Orientaux s’en délectent aussi. À la lecture de ce livre, on comprend les difficultés auxquelles doivent se heurter les diplomates lorsqu’ils essaient de réconcilier ces deux peuples antagonistes et pourtant cousins, selon la Bible (Ismaël, ancêtre du peuple arabe, et Isaac, ancêtre du peuple juif, ont le même père Abraham). Tant de tragédies sont difficiles à dépasser. Hilmi se souvient du village d’où sa famille a été chassée et où il ne souhaite même plus revenir, ce serait trop douloureux, il a fait sa vie ailleurs. Avec son frère Wasim, il pense qu’un État binational est, à terme, inévitable, alors que Liat ne peut s’empêcher de songer à la catastrophe initiale, la Shoah, l’extermination des juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, et craint qu’un nationalisme arabe vengeur ne remplace le sionisme, le nationalisme hébreu. À chaque dispute, elle se demande comment ils ont pu en arriver là, à ressasser encore ces vieilles histoires. « Qui cela peut-il bien intéresser ? Qui a encore de la force pour ça ? » « Laisse tomber », lui répond Hilmi. Mais Hilmi et Liat s’aiment et se parlent. Ainsi, ils contribuent à faire reculer la haine et les préjugés. La dédicace « Pour Hassan Hourani (1973-2003) » laisse entendre que ce jeune homme prématurément décédé, qui, lui aussi, était peintre, a fortement inspiré le personnage de Hilmi. « Tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles » écrivait Victor Hugo à propos des Misérables. J’aurais envie de le dire aussi pour ce livre Sous la même étoile qui n’oublie pas de mettre en valeur les points communs de ces deux peuples unis par l’amour pour une même terre dont la beauté aride est, dans les dernières pages, si bien décrite, à l’opposé du froid new-yorkais que Liat et Hilmi ne supportent pas, habitués qu’ils sont à la douceur du climat de leur pays, leur terre d’origine qu’elle se nomme Israël ou Palestine.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Aujardinsuspendu Posté le 15 Mai 2017
          Une belle histoire d'amour portée par la plume riche et poétique de Dorit Rabinyan. Liat et 'Hilmi tombent amoureux à New York, par hasard, dans cette ville qui compte des millions d'habitants. Leur histoire est passionnée mais aussi troublée par leurs différences. Lui, un palestinien, elle, une israélienne. Loin de chez eux ils peuvent tomber amoureux mais ne parviennent pas à occulter totalement tout ce qui les séparent. La guerre que se livre palestiniens et israéliens se tient entre eux. "Je suis restée immobile, les yeux ouverts, braqués au plafond, en songeant que nous ne sommes pas réellement seuls, comme nous voulions le croire. Même dans cette ville démesurée, loin de nos foyers ("et même ici, dans cette chambre, dans ce lit"), ce n'est pas seulement Liat et 'Hilmi qui sont allongés. " Liat dont le retour au pays est prévu au mois de mai est nostalgique de son pays et de sa famille dont elle évoque le souvenir bien souvent. 'Hilmi lui est heureux de vivre à New York où il peut s'épanouir dans son art et espérer percer un jour. Un amour qui a donc une date de fin prévue. Six mois pour s'aimer, apprendre à se connaitre,... Une belle histoire d'amour portée par la plume riche et poétique de Dorit Rabinyan. Liat et 'Hilmi tombent amoureux à New York, par hasard, dans cette ville qui compte des millions d'habitants. Leur histoire est passionnée mais aussi troublée par leurs différences. Lui, un palestinien, elle, une israélienne. Loin de chez eux ils peuvent tomber amoureux mais ne parviennent pas à occulter totalement tout ce qui les séparent. La guerre que se livre palestiniens et israéliens se tient entre eux. "Je suis restée immobile, les yeux ouverts, braqués au plafond, en songeant que nous ne sommes pas réellement seuls, comme nous voulions le croire. Même dans cette ville démesurée, loin de nos foyers ("et même ici, dans cette chambre, dans ce lit"), ce n'est pas seulement Liat et 'Hilmi qui sont allongés. " Liat dont le retour au pays est prévu au mois de mai est nostalgique de son pays et de sa famille dont elle évoque le souvenir bien souvent. 'Hilmi lui est heureux de vivre à New York où il peut s'épanouir dans son art et espérer percer un jour. Un amour qui a donc une date de fin prévue. Six mois pour s'aimer, apprendre à se connaitre, s'attacher aux gestes et aux mots de l'autre et se quereller parfois. "Une pensée étrange m'avait traversée : cette image aussi belle que vivante de nous deux allait rester gravée dans ce miroir trouble et rayé. Même après notre séparation, quand chacun cheminerait sur sa propre route, elle y demeurerait comme celle d'un couple de fantômes." L'auteur a un style d'écriture magnifique qui est au service de ses personnages. Les dernières pages du livre nous offre un dénouement inattendu et très émouvant. Un très beau roman que je conseille. "Nous savions qu'en dépit de cette proximité, nous ne pourrions pas nous retrouver là-bas. Nous savions qu'entre les deux points où nous nous tiendrions, ce n'était pas une simple ligne de démarcation qui passerait, mais une voie semée d'obstacles, dangereuse pour moi, infranchissable pour lui. Or c'était comme si ce savoir muet, l'acceptation d'un tel état de fait et la légèreté avec laquelle nous évitons le sujet prouvaient que ces futurs barrages se dressaient d'ores et déjà, ici, entre nous."
          Lire la suite
          En lire moins
        • Nathv Posté le 7 Mai 2017
          Quelle magnifique histoire que cet amour improbable entre Liat et 'Hilmi. L'auteur la fait débuter à NY avec un ultimatum temporel: Liat rentrera le 20 mai à Tel Aviv et leur histoire se terminera avec son retour en Israël. Le choix d'un lieu neutre pour cette histoire d'amour improbable ne fait pas, pour autant, taire tout ce qui oppose les deux tourtereaux: le conflit israélo-palestinien est sous-jacent, la pression familiale - par téléphone, à chaque shabbat - également, etc. Certes l'histoire est relativement fleur bleue mais le lecteur se plaît à croire que l'amour vaincra, un jour peut-être, la haine.
        • Ladoryquilit Posté le 19 Avril 2017
          Liat est Israélienne, 'Hilmi est Palestinien, ils vont se rencontrer par une froide journée d'hiver en plein cœur de New-York. Loin de chez eux, loin des différences et des conflits qui opposent leur peuple, le temps d'un hiver, ils vont s'aimer. Ils vont se créer une bulle qui les protège, un quotidien qui les unit, un amour qui ne fait que se renforcer alors que la date d'expiration de leur amour approche parce qu'en mai Liat retourne à Tel Aviv et se sera comme s'il n'y avait jamais rien eu entre eux... C'est le résumé de Sous la même étoile qui m'a attiré, son résumé qui promettait une histoire qui ne laisserait pas indifférent, une histoire qui s'annonçait difficile et qui l'est d'ailleurs, mais qui offre aussi un magnifiquement moment de lecture. C'est un sujet délicat abordé à travers ce roman, une histoire d'amour délicate qui se joue entre Liat et 'Hilmi. Loin de chez eux, loin des conflits qui divisent leur peuple, après une rencontre et un coup de foudre, ils s'accordent donc le droit de s'aimer en silence, en secret, loin des leurs. En plein cœur de New-York, ils ont donc cette possibilité, le temps de quelques mois de tout... Liat est Israélienne, 'Hilmi est Palestinien, ils vont se rencontrer par une froide journée d'hiver en plein cœur de New-York. Loin de chez eux, loin des différences et des conflits qui opposent leur peuple, le temps d'un hiver, ils vont s'aimer. Ils vont se créer une bulle qui les protège, un quotidien qui les unit, un amour qui ne fait que se renforcer alors que la date d'expiration de leur amour approche parce qu'en mai Liat retourne à Tel Aviv et se sera comme s'il n'y avait jamais rien eu entre eux... C'est le résumé de Sous la même étoile qui m'a attiré, son résumé qui promettait une histoire qui ne laisserait pas indifférent, une histoire qui s'annonçait difficile et qui l'est d'ailleurs, mais qui offre aussi un magnifiquement moment de lecture. C'est un sujet délicat abordé à travers ce roman, une histoire d'amour délicate qui se joue entre Liat et 'Hilmi. Loin de chez eux, loin des conflits qui divisent leur peuple, après une rencontre et un coup de foudre, ils s'accordent donc le droit de s'aimer en silence, en secret, loin des leurs. En plein cœur de New-York, ils ont donc cette possibilité, le temps de quelques mois de tout partager à deux malgré les craintes, malgré les peurs. À travers Sous la même étoile, c'est plus qu'une histoire d'amour, c'est un pan d'humanité entre les pages de ce livre. C'est cet espoir qu'un Palestinien aime une Syrienne, c'est une douce utopie presque, une bulle de bonheur dans ce conflit israélo-palestinien que malheureusement, tout le monde connaît. C'est un monde libre à travers New-York qui offre à Liat et 'Hilmi cette magnifique histoire. Ils ne veulent pas se l'avouer, mais savent tous les deux que plus la date d'expiration de leur histoire arrive, plus c'est difficile l'un pour l'autre. Liat et 'Hilmi sont attachants, bouleversants même. Chacun a ses positions, ses convictions, ils se déchirent même parfois à ce propos, mais ils savent mettre cela de côté pour profiter de cette chance de s'aimer, de se sentir libre d'aimer qui il veut et d'en profiter. Leur rencontre est si belle, on ressent presque ce coup de foudre qu'ils ont eu, le vrai celui qui semble bouleverser toute notre existence. En les accompagnants durant ces quelques mois, on rêve doucement qu'ils ne se quittent jamais, on souhaite presque qu'ils restent à jamais dans le petit appartement d'Hilmi entre ses esquisses pour se préserver du monde réel, de leur monde surtout. Dorit Rabinyan offre une magnifique histoire à travers son roman. Grâce à une écriture douce, presque poétique même, l'auteure aborde des sujets délicats et sensibles à travers l'histoire de Liat et 'Hilmi. Jamais l'auteure ne prend parti, jamais elle ne met en avant une quelconque politique, elle réussi à garder un ton neutre en offrant pourtant quelques passages sur la Palestine et Israël. Dorit Rabinyan offre également des descriptions si justes qu'elles nous permettent d'imaginer au mieux les rues de New-York en plein froid polaire, mais aussi ensuite dans les derniers chapitres les paysages de Tel Aviv et de Ramallah. J'admire le courage qu'a eu Dorit Rabinyan, qui est Israélienne, pour écrire ce roman. Sous la même étoile est comme un cri dans la nuit, un cri sous ses mêmes étoiles que chacun admire peu importe l'endroit où il vit. On partage ce même ciel, ces mêmes astres, on devrait tout autant pouvoir partager nos sentiments avec les personnes que l'on souhaite peu importe d'où l'on vient... Sous la même étoile, c'est aussi ça ! J'ai adoré ce livre ! Les thèmes abordés, les deux personnages principaux, cette souffrance sous-jacente à mesure que l'échéance de leur séparation approche. Sous la même étoile est un roman très touchant et je dois souligner que la fin m'a bouleversé, je ne m'y attendais vraiment pas et ce fut presque un choc. C'est un roman qui se doit d'être lu ! N'hésitez pas à découvrir Sous la même étoile de Dorit Rabinyan disponible aux Éditions Les Escales.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « La précision et l’élégance de cette histoire d’amour, écrite avec une finesse rare, transcendent la tragédie des deux personnages. »
        Amos Oz
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.