Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749154213
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 408
Format : 140 x 220 mm

Sous ses yeux

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Collection : Thriller
Date de parution : 31/08/2017
Entre La Fille du train et Fenêtre sur cour, un premier roman que les amateurs de thrillers n’oublieront pas de sitôt.
Passionnée d’ornithologie depuis son enfance, Lily Gullick ne s’éloigne jamais de sa paire de jumelles. Depuis l’appartement qu’elle occupe avec son mari, elle ne se contente toutefois pas d’observer les oiseaux. Elle ne peut en effet s’empêcher d’espionner ses voisins, en particulier les derniers habitants d’une vieille résidence, un vestige... Passionnée d’ornithologie depuis son enfance, Lily Gullick ne s’éloigne jamais de sa paire de jumelles. Depuis l’appartement qu’elle occupe avec son mari, elle ne se contente toutefois pas d’observer les oiseaux. Elle ne peut en effet s’empêcher d’espionner ses voisins, en particulier les derniers habitants d’une vieille résidence, un vestige dans ce quartier qui s’embourgeoise à vue d’œil. Alors qu’elle vient de faire connaissance d’une de ses occupantes, Jean, cette dernière est retrouvée morte dans des conditions étranges. Lily, qui croit connaître presque intimement tous ses voisins pour les avoir longuement observés, décide de mener son enquête. Celle-ci, commencée par désœuvrement, pour fuir un mari de plus en plus lointain, une vie un peu trop déprimante, tourne vite à l’obsession.
 
Avec ce thriller psychologique exceptionnel, qui connaît un succès sans précédent dans les pays anglo-saxons, Ross Armstrong prend son personnage principal – et son lecteur – à son propre piège. Jouant sur les mécanismes contagieux du voyeurisme, il dévoile, par une série de rebondissements époustouflants, les surprises qui parfois nous attendent quand nous nous plongeons dans la vie des autres pour esquiver la nôtre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749154213
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 408
Format : 140 x 220 mm
Cherche midi

Ils en parlent

"Difficile de ne pas dévorer ce roman angoissant qui prend des allures hitchcockiennes et qui fait du lecteur un voyeur malgré lui. Un fort moment de lecture."
Anne-Sophie Poinsu / Librairie Le Failler (Rennes / 35)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CotonDouceur Posté le 26 Février 2019
    Du suspens à chaque fin de chapitre. On tourne les pages à grande vitesse tellement le suspens est insoutenable. Très bon scénario qui nous tient en haleine jusqu'à la fin.
  • malittleclementine Posté le 10 Octobre 2018
    Malgré un départ un peu difficile et une fin un peu trop rapide à mon goût, j’ai vraiment bien fait d’insister et de poursuivre ma lecture. C’est un bon livre, qui ne me restera sûrement pas très longtemps en mémoire, mais avec lequel j’ai tout de même passé un très bon moment.
  • prettyrosemary Posté le 16 Février 2018
    Je crois que si je devais résumer ce roman en un adjectif, ce serait « étourdissant ». D’abord, parce que Ross Armstrong se plait d’emblée à nous laisser dans le flou. Chronologie plus que déroutante, étrange destinataire à qui Lily s’adresse de temps à autre mais qu’elle ne nomme jamais… On cherche d’abord à comprendre où on vient de mettre les pieds, avant de vite abandonner et de se laisser porter par l’histoire. Lily est quelque peu désoeuvrée, son mari Aiden, absorbé par l’écriture de son livre, lui porte de moins en moins d’attention… Aussi se réfugie t-elle dans l’observation minutieuse de ses voisins. Comme elle le ferait pour les oiseaux, elle mémorise les visages, les attitudes, les habitudes, si bien qu’elle finit par les connaitre un peu, toutes ces silhouettes silencieuses derrière leurs vitres. Mais le décès brutal de Jean, cette occupante de l’immeuble d’en face qu’elle a rencontré un soir, va précipiter un peu plus Lily dans cette étrange obsession. Tout au long de son récit, Ross Armstrong installe donc un joli climat de paranoïa, où le regard prend toute son importance. Voir, être vu… Mais qu’a t-on vu, au juste ? En plus des nombreuses références aux oiseaux,... Je crois que si je devais résumer ce roman en un adjectif, ce serait « étourdissant ». D’abord, parce que Ross Armstrong se plait d’emblée à nous laisser dans le flou. Chronologie plus que déroutante, étrange destinataire à qui Lily s’adresse de temps à autre mais qu’elle ne nomme jamais… On cherche d’abord à comprendre où on vient de mettre les pieds, avant de vite abandonner et de se laisser porter par l’histoire. Lily est quelque peu désoeuvrée, son mari Aiden, absorbé par l’écriture de son livre, lui porte de moins en moins d’attention… Aussi se réfugie t-elle dans l’observation minutieuse de ses voisins. Comme elle le ferait pour les oiseaux, elle mémorise les visages, les attitudes, les habitudes, si bien qu’elle finit par les connaitre un peu, toutes ces silhouettes silencieuses derrière leurs vitres. Mais le décès brutal de Jean, cette occupante de l’immeuble d’en face qu’elle a rencontré un soir, va précipiter un peu plus Lily dans cette étrange obsession. Tout au long de son récit, Ross Armstrong installe donc un joli climat de paranoïa, où le regard prend toute son importance. Voir, être vu… Mais qu’a t-on vu, au juste ? En plus des nombreuses références aux oiseaux, à Daphné du Maurier, c’est là qu’on apprécie le clin d’oeil au talent d’Hitchcock et à son très, très flippant Fenêtre sur cour, où les fantasmes du voyeur peuvent le conduire sur un terrain glissant. Ca, c’est ce que j’ai adoré, ce qui m’a fait dévorer ce roman. Cependant, là où je suis quand même assez mitigée, c’est que j’avais vu venir l’essentiel des grosses révélations de l’histoire. D’une façon assez étrange, ça n’a pas entamé mon plaisir de lecture, car comme je l’explique plus haut, j’ai vraiment été happée par l’atmosphère recréée par l’auteur, et puis le style nerveux, concis, cinématographique, fonctionne ici à merveille. Mais voilà, je ne peux nier que point de vue suspense et rebondissements, ça ne l’a pas pas fait du tout de mon côté…
    Lire la suite
    En lire moins
  • iris29 Posté le 2 Janvier 2018
    Un roman à suspens atypique, étouffant et beaucoup de références à Hitchcock ... Lily, habite avec son mari, dans un quartier de Londres où les immeubles (vieux) tombent comme des mouches et d'autres (neufs) poussent comme des champignons. Mais Lily est assez seule, son mari , plongé dans l'écriture d'un roman , n'est pas très présent... Aussi pour s'occuper , a t'elle pris l'habitude d'observer les oiseaux avec des jumelles ... et de fil en aiguille, ses voisins . Quand une jeune femme disparaît et qu'une vieille dame est retrouvée morte , elle s'improvise enquêtrice , et son "observation " des voisins devient assez obsessionnelle . Ce roman est atypique de par ce personnage féminin, très seul , dont on ne sait jamais si elle est "gentiment" dérangée ou" furieusement "dérangée ... La construction, le procédé de narration y est pour beaucoup. Chaque chapitre commence par une note d' observation ornithologique qui glisse peu à peu vers l'humain ( Femme blanche/prénom/ nom de l'immeuble/caractère/ taille etc...). Lily écrit visiblement sous forme de journal, à un mystérieux personnage , on comprend qu'il s'agit d'un intime mais nous ne connaitrons son identité que vers la fin . Ce huit-clos avec Lily est... Un roman à suspens atypique, étouffant et beaucoup de références à Hitchcock ... Lily, habite avec son mari, dans un quartier de Londres où les immeubles (vieux) tombent comme des mouches et d'autres (neufs) poussent comme des champignons. Mais Lily est assez seule, son mari , plongé dans l'écriture d'un roman , n'est pas très présent... Aussi pour s'occuper , a t'elle pris l'habitude d'observer les oiseaux avec des jumelles ... et de fil en aiguille, ses voisins . Quand une jeune femme disparaît et qu'une vieille dame est retrouvée morte , elle s'improvise enquêtrice , et son "observation " des voisins devient assez obsessionnelle . Ce roman est atypique de par ce personnage féminin, très seul , dont on ne sait jamais si elle est "gentiment" dérangée ou" furieusement "dérangée ... La construction, le procédé de narration y est pour beaucoup. Chaque chapitre commence par une note d' observation ornithologique qui glisse peu à peu vers l'humain ( Femme blanche/prénom/ nom de l'immeuble/caractère/ taille etc...). Lily écrit visiblement sous forme de journal, à un mystérieux personnage , on comprend qu'il s'agit d'un intime mais nous ne connaitrons son identité que vers la fin . Ce huit-clos avec Lily est assez étouffant et déstabilisant. Nous sommes dans sa tête : je crois qu' à aucun moment , cette femme ne se décrit physiquement ... les faits qu'elle relate sont-ils imaginaires ou réels ? ...A quel point , peut-on se fier à Lily ? Les phrases sont hachées, courtes. le rythme est nerveux. J'ai trouvé l'écriture de Ross Armstrong profondément originale , elle pourrait déplaire car cette façon de raconter une histoire est artificielle . Tout le mystère est là dedans ... J'ai aimé aussi les clins d'oeil à Hitchcock qui parsèment ce roman, Lily écrit un livre sur lui, étudie les oiseaux , espionne ses voisins à la jumelle comme James Stewart et Grace Kelly. Une sorte de" Fenêtre sur cour" revisité par un écrivain du 21 ° siècle qui sera sûrement adapté au cinéma ...
    Lire la suite
    En lire moins
  • unbrindesyboulette Posté le 12 Décembre 2017
    Lily vit avec son mari Aiden dans un nouvel complexe d’immeubles entouré d’immeubles sur le point d’être démolis dans Londres. Lily est une passionnée d’ornithologie et a donc toujours sous la main une paire de jumelles. Mais voilà, les oiseaux ne se bousculent pas en pleine ville alors Lily commence à observer ses voisins à l’aide de ses jumelles. Elle ne fait pas que les regarder: elle leur donne des prénoms, leur invente une vie en fonction de ce qu’elle voit et note toutes ses observations dans un carnet comme elle le fait pour les oiseaux. C’est alors que l’une de ses voisines, Jean, est retrouvée morte dans son appartement, mort étrange… Pensant tout connaitre de ses voisins, Lily décide de se mettre à la recherche de l’assassin. Elle s’y donne corps et âme dans cette enquête persuadée que Jean a été assassinée par un d’eux. Mais pourquoi Lily devient obsédée par la mort de Jean?? Ross Armstrong a su me tenir en haleine durant toute la lecture. Je voulais connaître le dénouement, je devais savoir!!! La narration est, pour moi, assez déroutante pour un thriller car le rythme est lent avec peu, voire pas d’actions, dans la première partie du... Lily vit avec son mari Aiden dans un nouvel complexe d’immeubles entouré d’immeubles sur le point d’être démolis dans Londres. Lily est une passionnée d’ornithologie et a donc toujours sous la main une paire de jumelles. Mais voilà, les oiseaux ne se bousculent pas en pleine ville alors Lily commence à observer ses voisins à l’aide de ses jumelles. Elle ne fait pas que les regarder: elle leur donne des prénoms, leur invente une vie en fonction de ce qu’elle voit et note toutes ses observations dans un carnet comme elle le fait pour les oiseaux. C’est alors que l’une de ses voisines, Jean, est retrouvée morte dans son appartement, mort étrange… Pensant tout connaitre de ses voisins, Lily décide de se mettre à la recherche de l’assassin. Elle s’y donne corps et âme dans cette enquête persuadée que Jean a été assassinée par un d’eux. Mais pourquoi Lily devient obsédée par la mort de Jean?? Ross Armstrong a su me tenir en haleine durant toute la lecture. Je voulais connaître le dénouement, je devais savoir!!! La narration est, pour moi, assez déroutante pour un thriller car le rythme est lent avec peu, voire pas d’actions, dans la première partie du roman. L’auteur nous narre l’histoire par son personnage principal, Lily et celle-ci ne parle pas au lecteur, elle écrit à une tierce personne qu’elle connait bien étant donné qu’elle la tutoie et lui rappelle certains souvenirs qu’ils ont. Bien entendu, le lecteur se doute rapidement à qui Lily écrit. Plus j’avançais dans ma lecture, plus je me doutais qu’il y allait avoir un rebondissement, un évènement. Et il arriva et là, je me suis encore plus accrochée à ma lecture. Mais je ne suis absolument pas doutée de ce qui allait se passer… De même pour l’assassin… Il est très rare que je me doute de la fin d’un thriller, peut-être parce que je suis tellement plongée dedans que je ne pense pas à la suite, je lis et je découvre au fur et à mesure des pages.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !